Les dits du corbeau noir

DU BARDE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI (SUITE) 2018 BRAN DU 08 03 MARS

Val sans retour 12 04 2015 103pm.jpg

Photos Bran du

 

 

 

 

Du Barde d'Hier et d'aujourd'hui...

Réflexion Bran du 08 03 2018



André Breton dans sa préface au livre de J Markale sur les Anciens Bardes Gallois nous a livré une magnifique et très pertinente préface appelée : Braise Au Trépied de Keridwen...



Le barde contemporain  se doit d'incarner avec talent, authenticité, effort, exigence, lucidité et enthousiasme, le « réenchantement » d'un monde désenchanté ; morose voir morbide ou mortifère et suicidaire de surcroît (à travers des options choisies ou imposées qui vont à l'encontre de la vie et de sa perpétuation dans les meilleures conditions possibles.).....

Ce « réenchantement » passe par les expressions de l'art sous toutes ses formes et par la parole bardique qui est aussi chant et musique...



Les éléments que le poète André Breton porte à notre connaissance et à notre attention méritent d'être rappelés.

(C'est en découvrant le patrimoine merveilleux laissé par les bardes gallois que cette préface lui a été magnifiquement inspirée.)...



Elle nous permet de revisiter la fonction bardique telle que cet auteur l'a concevait alors dans l'époque qui était la sienne...



Il prend d'abord appui sur Arthur Rimbaud :



« ...Donc le poète est vraiment voleur de feu ; il est chargé de l'humanité. Il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions...

Trouver une langue pour cela... »



« Voleur de feu », comme le fût Prométhée en son temps qui déroba aux dieux quelques braises afin de les apporter aux hommes dans un but bénéfique et salvateur...



Rassembler les êtres autour de ses braises divines afin qu'ils en soient réchauffés, réconfortés, éclairés et que leur corps comme leur cœur et leurs pensées en soi sustentés afin de dispenser à leur tour un semblable Bienfait....



Nous savons que, non seulement le poète antique ou contemporain, digne de ce nom, est porteur de ce « feu », mais qu'il est aussi porteur des eaux qui, mariées alchimiquement, amoureusement, philosophiquement, spirituellement avec celui-ci, con-célèbrent les noces flamboyantes et ruisselantes du vivant !...



Eau et feu ont été au commencement du monde, dans sa genèse, dans sa cosmogonie et, le Verbe initial et premier était aussi constitué d'eau et de feu...

De ce fait tout poème « authentique » se doit d'avoir en écho et résonance, sous une forme ou une autre, dans ses vibrations, ses rythmes, ses tonalités, son inspiration et sa « respiration », cette substance aquatique et ignée !...

 

 

 

Val sans retour 12 04 2015 105pm.jpg



 

André Breton pose quelques « règles » à la pratique poétique :

Elle ne doit pas reposer sur l'unique raison et sur la « sécheresse » intellectuelle de celle-ci...

Elle ne saurait privilégier en aucun cas la "primauté de l'intelligible sur le sensible."...

Au contraire, elle se doit d'œuvrer par la « vertu de l'intuition et de la perception via l'analogie »...

Il s'agit d'animer de son souffle, de ses lèvres, « une langue qui soit de l'âme pour l'âme », de distiller et de diffuser une "lumière qui vient de fort loin" ; « une lumière » qui soit aussi une langue « façonnée en profondeur »...

Ceci implique « un commun élan de l'esprit et du cœur »...

 La lumière souveraine est celle de l'illumination. »)...



Ce langage selon le poète P Valery est « Le langage des dieux. »



Un langage qui fût jadis une « percée de l'inconnu », « une trouée dans l'azur. »...



Il s'agit pour le barde de la modernité de remonter aussi loin que possible vers les lieux de l'essor de la « Langue-Mère », de la Langue première, originelle, fondatrice et fécondatrice, matricielle... Et de retrouver la « clef harmonique » de Celle-ci...



Retrouver une sagesse et une force de « dépassement » et tendre vers la résolution des « énigmes de l'Univers » …



Retrouver un champ identique de vibrations plénières et primitives (en des hauts lieux où les pierres et les paysages en font encore mémoire.) (Et ce en rapport direct, « tellurique » avec elles.)... 

 

...///...



Tout poète habité de poésie et habitant le monde en cette demeure poétique sait avec pertinence et clarté que, là où réside cette mémoire primordiale la reconnexion sensuelle, analytique, érotique même, à la fois symbolique, analogique, archétypale et mythique, est possible et qu'il suffit à celui-ci de transformer son être en baguette de sourcier pour que ce primordial, rejaillisse en surface et s'écoule de nouveau dans l'Univers comme le sang dans les veines du poète et la sève de l'esprit dans l'Arbre de Vie mouvant et émouvant qu'il est aussi !...



C'est peu dire combien la fonction poétique (bardique) revêt de nos jours une prime importance ; elle seule est en capacité de nous indiquer sur la carte de nos sécheresses encore à venir où se trouve le puits, la fontaine d'espérance, l'oasis de vie !...

 

 

Val sans retour 12 04 2015 106pm.jpg



08/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 503 autres membres