Les dits du corbeau noir

Druidité et Franc-Maçonnerie (Suite 2) 2018 Bran du 02 04 AVRIL

 

Philippe Ilial : Professeur de Lettres-Histoire ; chercheur ; Diplômé d'Etudes Approfondies en Histoire (In dossier secret N° 1)

Hors Série mars 2018

Avec la collaboration d'Olivier Grébille-Roman....

La Franc-Maçonnerie entre ombre et lumière...

VOIR ADDITIF DU 11  09 2018 en fin d'article  merci



« ...Si la Franc-maçonnerie est une réalité sociale pluriséculaire, elle puise son origine dans plusieurs mythes fondateurs, mais sa principale origine demeure le Christianisme...

 

Si les relations qu'entretient la Maçonnerie avec l'Eglise sont orageuses, nombre de ses symboles empruntent aux textes testamentaires, pourtant d'autres symboles maçonniques manifestent d'une origine davantage païenne. (Le symbole est profondément lié aux traditions ancestrales.)...



En effet, la Franc-maçonnerie spéculative est finalement une sorte de syncrétisme spirituel qui emprunte aux religions abrahamiques autant qu'aux religions cosmiques.... La place des solstices chez les Francs-maçons est révélatrice de cette ambivalence originelle...



Dont acte...

 

Ce que partagent, à mon humble avis, la Tradition celto-druidique et la Franc-maçonnerie française dans ses éléments fondamentaux de convergence :

 

Le refus de tout dogmatisme...

Soit, la pratique de la libre pensée ; donc le libre arbitre, la libre critique, la libre conscience, la libre croyance et la libre entreprise dans le respect des lois de la Nature, de l'Univers et des Hommes et de la Fraternité...

 

La référence aux symboles surtout quand ceux-ci sont de portée universelle...

 

Le souci de contribuer à faire évoluer la société « moderne » vers des changements de paradigme axés vers plus d'équilibres et d 'harmonies, plus de conscience et de cohérence, plus de justice et d'équité, plus d'entraide et de solidarité...

 

Une démarche humaniste et philosophique avec plus ou moins d'éclairage spirituel visant au « perfectionnement » sur tous les plans de la personne (chacun étant personnellement appelé à se connaître lui-même à travers des échanges, des partages, des rencontres, mais, tout autant, des études, recherches, réflexions, méditations, introspections, expériences et étapes initiatiques ; soit une quête de réelle « Connaissance » amenant à cette « alchimie » humaine qui autorise le passage du non-être vers l'Etre épanoui et réalisé.)...

 

L'importance donnée à la laïcité ; vectrice de paix entre les différentes composantes religieuses d'un même pays...

 

(L'importance aussi accordée aux valeurs de tolérance et de tempérance, mais bien des progrès demeurent encore à réaliser dans ce domaine!)...

 

Les Agapes (ou repas fraternel) suivent le rituel principal et font partie intégrante du dit rituel.... Ce qui implique des tenues et attitudes en rapport avec l'Esprit même de la cérémonie qui a précédé les dites Agapes...

 

Les cérémonies du solstice d'été et d'hiver.

(Les Druides con-célèbrent 4 ou plus souvent 8 fêtes au cours de la « Roue de l'Année.»)...



Ce qui diffère notablement :

Il est exceptionnel et très rare d'avoir un collège, une clairière, un ordre, une communauté ou un bosquet druidique non mixte...

Le sacerdoce est aussi largement ouvert aux femmes...



Certains rituels sont réservés aux « initiés » et membres et peuvent se tenir en intérieur à l'abri des regards, mais là aussi, c'est une exception, la majorité des cérémonies se font dans un lieu naturel et sont ouvertes aux profanes sous réserves d'attitudes et de comportements respectueux et de demandes préalables acceptées...

 

La Spiritualité et les pratiques religieuses (rituels, cérémonies, sacrements) induites dans ce cadre ont une très grande importance dans le mouvement druidique qui se relie fréquemment au divin et au sacré...

 

Il se réfère à un polythéiste amplement partagé, mais conçoit aussi une entité innomée de nature cosmique d'où tout émane, jaillit, rayonne...



.............................................................................

 

Si la Gnose (recherche de la Connaissance sacrée) est un des fondements de la quête pour nombre d'obédiences ; cette quette peut aussi s'inspirer en ses formes des grands mystères antiques tels le culte de Mythra ou les Mystères d'Eleusis aux dimensions initiatiques évidentes...



Le Régime Ecossais Rectifié R.E.R) pratiqué majoritairement dans la Maçonnerie française semble davantage « Christique » que les autres rituels...

Le R.E. R est une obédience qui revendique une filiation plus mystique et spirituelle chrétienne, chevaleresque et médiévale...

Elle se rapprocherait des idées de Pélage (un moine Celte excommunié par Rome)...



Si l'Ecosse est considérée par beaucoup d'Historiens comme étant le berceau de la Franc Maçonnerie, elle est aussi la dépositaire d'une grande partie de la mémoire celtique !....



Pour mémoire le 24 juin 1717 était créée à Londres la première Grande Loge Maçonnique. Trois mois après, le 22 09 1717, (mais après avoir été annoncée un an avant) se créait le Druid Order, origine du redéploiement de la pensée celto-druidique en Europe puis dans le monde !...

On sait que cela concernait aussi des frères également Francs-maçons !....

 

Que dire par contre de cet article dans le même numéro de Sebastien Abbondanza ?... (A propos du cabinet de réflexion!)...

A l'origine les civilisations les plus reculées ont toujours associé des chambres souterraines ou des cryptes à leurs constructions architecturales à vocation spirituelle... C'est également une composition récurrente que l'on retrouve chez les Celtes avec leurs cryptes dolméniques (sic) ou chez les Romains...

 

Note Bran du

Que l'on sache et même en remontant aux Proto-Celtes, on n'a pas trace d'un « mégalitisme » celtique... Il a existé cependant des stèles gauloises et des tumulus construits pour des Princes et Princesses Celtes assez semblables d'ailleurs et étrangement à des tumulus Mongoles de périodes quasi identiques...

 

.........

 

Venons-en a du plus « fâcheux » et toujours sous la plume de Mr Philippe Ilial ; Franc-maçonnerie et Solstices, Paganisme et Récupérations politiques...

 



Il y a de nombreux «... ouvrages traitant de la question des solstices chez les Francs-maçons...

Il paraît que les « Frangins » fêteraient les solstices chez ceux-ci...

Etranges habitudes que de célébrer une cérémonie païenne chez ceux qui prétendent reconstruire le Temple de Salomon dont les sources d'inspiration seraient à la fois païenne et bibliques.

 

Sans doute la mainmise de certains pasteurs protestants a-t-elle probablement expurgé la « liturgie » maçonnique de son credo païen, pourtant, ces cérémonies solsticiales sur lesquelles la littérature abonde, prouvent manifestement que les inspirations maçonniques sont multiples.

D'ailleurs si certains écrivains prolifiques défendent l'idée d'une origine égyptienne de la Maçonnerie pourquoi ne pas envisager une influence également Celte ?



Dont acte ! Mais de quel celtisme est-il question ?

(A priori uniquement des dérives d'exception et largement minoritaires indépendantes de notre volonté qui nous ont pourri l'existence pendant bien longtemps et qui font périodiquement une résurgence plus ou moins mal intentionnée et préjudiciable quoi qu'il en soit !)...

 

Suite :

Néanmoins, célébrer les solstices n'est pas un acte dénoué de symbolisme, en effet, aujourd'hui, mis à part les Francs-maçons qui auraient coutume de se réunir pour les solstices, il existe d'autres catégories de population qui partage cet engouement pour une commémoration que le Christianisme a décrétée « païenne »st somme toute que polythéiste. »...



Dont acte...



Mais, pour la suite, alors là on dérape complètement faisant de cas des plus isolés une quasi généralité...

 

« Dans le courant des années soixante, les fêtes solsticiales ont été récupérées par une certaine forme d'extrême droite que l'on pourrait qualifier de « néo-païenne » ou de « nordiste ». Chaque année des militants se réunissent autour d'immenses roues celtiques qu'ils enflamment, manifestant ainsi leur attachement à des racines païennes forts anciennes. Le profane ne pourrait y voir là qu'une cérémonie bon enfant renouant avec un passé réel -et important qui continue d'ailleurs d'être négligé dans les salles de classe. (On chercherait en vain les protagonistes des faits cités dans les illustrations photographiques qui accompagnent le texte !)...

 

Suite :
Pourtant par cette commémoration, cette frange - très réduite du nationalisme européen – se place dans une filiation ainsi que dans une posture qui ne laisse la place à aucune équivoque, chez eux, fêter le solstice permet d'envoyer un double message idéologique :

le premier est un message celtico-arianisant (sic) qui prône un retour à une époque où la violence et la force faisaient lois et surtout où le mélange ethnique et culturel n'existait pas, du moins le croient-ils.

 

Le deuxième message est plus complexe, plus fin, en exaltant les valeurs des religions antiques disparues, ces militants un peu particuliers s'opposent directement, frontalement, au christianisme qualifié de religion orientale rapportée. En extrapolant très légèrement le politologue averti peut même voir dans cette posture un relent d'antisémitisme...

 

(NB : Le mouvement druidique a tenté à trois reprises ces dernières décennies d'établir des échanges entre diverses spiritualités et pratiques religieuses mais ces rencontres se sont terminées par un échec du fait des positions dogmatiques du ou des représentants de l'Eglise catholique.)(Il existe aussi des "Druides" qui sont aussi appelés par une dimension "Christique", mais totalement détachés de la dite Eglise et Institution.)...

 

(NB Quiconque a assisté à un rituel druidique contemporain aura pu constater que ceux-ci sont ouverts à toute appartenance raciale et sans distinction préjudiciable.)...



Resuite :

 

En parallèle à cette extrême droite néo-païenne qui manifesterait son antisémitisme par un retour aux antiques divinités celto-germaniques (sic), une autre mouvance bien moins dangereuses s'est accaparée les cérémonies solsticielles.

 

Il s'agit d'un mouvement très large mais à la composante complexe que les adeptes ont estampillées de nom de « Wicca ».

Ce mouvement s'est surtout développé dans la deuxième partie du XXè siècle, suivant ainsi de près les communautés hippies et les adeptes du New-Âge...

 

Les « Wiccan » suivent une philosophie proche de la nature et se réunissent en communautés influencées par l'histoire de leur région ;

Ainsi on trouve de nombreuses communautés néo-druidiques en Angleterre et dans le Nord de la France (Sic), tandis que les U.S.A ont plutôt affaire à des mouvements qui pratique une forme de magie blanche (sic) en mémoire des cérémonies de « samains » (sic) importées au XIXè siècle par les migrants irlandais...

 

(N.B. La très grande majorité des groupes druidiques américains sont affiliés à l'OBOD issue du Druid Order anglais et les autres sont constitués d'éléments assez épars, mais souvent proches de l'OBOD.)

 

(Ils célèbrent majoritairement les 8 fêtes de la Roue de l'année et sont ouverts aux "Wiccans" comme l'OBOD en général.)(Pour rappel Le Druid Order a été fondé à Londres en 1717 et ils n'ont pas attendu les Irlandais du XIX siècles pour concélébrer la fête de Samain (Samonios chez les gaulois)...

 

SUITE :

En France actuelle, le mouvement « Wicca » est marqué par le chamanisme et connaît un regain d'intérêt depuis la mode du développement personnel. »...



Et bien non, je ne serais donner acte à cela dans la globalité des informations ...

 

Vous appréciez je pense cette somme d’amalgames et de projections et d'associations confuses, tout ceci illustré et accompagné d'images de cérémonies druidiques à Stonehenge alors qu'il n'est aucunement question dans les rituels photographiés, ni d'extrême-droite, ni de wiccan, ni de New-Âge, ni de nordiste, ni de chamanisme, ni de hippies !!!!

 

A noter aussi que l'on ne manque pas d'associer à l'article ci-dessus des photos de la forêt légendaire de Brocéliande pour ajouter encore à la confusion !...

(Tout le monde n'a pas les qualités de discernement qu'impose un tel article.)



Que va retenir un lecteur assez néophyte en terme de tradition celto-druidique d'une telle lecture et des images associées ?

 

Où est-il présenté ici un mouvement druidique tel que nous le connaissons, le vivons, le servons "majoritairement" depuis que nous avons fait oeuvre lucide, consciente et cohérente de mémoire, de sagesse et d'actualisation et ce sans aucun prosélytisme ni dérives idéologiques ?

 

On parle en amont d'aller voir chez les Celtes et de voir leurs célébrations et on nous présente une plaquette de dérivations minoritaires sujettes à confusions sans rapport avec la réalité de l'esprit, des concepts, des  théologies et des pratiques traditionnelles telles que nous les incarnons au quotidien de notre existence !...

 

Pourquoi faut-il sans cesse nous faire accrocher autant de casseroles en notre cheminement qui personnellement ne correspond à rien de ce que j'ai pu pratiquer et fréquenter qui accréditerait les propos précités si ce n'est encore une fois, pour qui connaît véritablement l'histoire de la Diaspora druidique, des événements très réduits et très limités, fâcheux il est vrai, mais qui ne sauraient, à eux seuls, représenter et qualifier l'ensemble de la mouvance druidisante !...



Quel intérêt recherché pour continuer d'instruire et de répandre cette nauséabonde et tenace association qui jette l’opprobre sur les mouvements druidiques à partir d'éléments éparses, totalement isolés, amalgamés à l'emporte-pièce, vu de l'extérieur à partir d'articles parcellaires et des plus réducteurs dont on peu fortement douter, à partir des propos tenus, de la valeur réelle, vérifiée et approfondie des investigations réalisées !...



Oui, il a existé en effet pendant une dizaine d'années une tentative d'emprise, d'infiltration, de l'Extrême-Droite sur le mouvement traditionnel celto-druidique (mouvement libertaire et adogmatique ô combien) qui a mit en majorité à la porte de ses cercles et communautés les tenants de cette idéologie incompatible avec nos valeurs, notre éthique et notre pensée philosophique et spirituelle...

Et la Gorsedd de Bretagne a été une des premières à faire le « ménage » !

 

Oui il y a des liens surtout en Angleterre avec le mouvement Wiccan soit entre « sorciers » (terme non péjoratif) et druides avec des cérémonies communes...

 

Oui, il y a aussi un apport du New-Âge et également depuis peu du chamanisme au sein des communautés druidisante, mais celles-ci demeurent en grande majorité dans leur axe vertical et spirituel traditionnel, singulier et spécifique, mais tolérant et ouvert à l'universel...

 

Il est fort regrettable que tout cela soit passé sous silence et qu'on laisse le lecteur "landa" assimiler les dérives ou amalgames rapportés à l'ensemble de ce qui préside à notre Tradition...

 

 

ADDITIF RECTIFICATIF :

 

 

ERRATA :

 

 

 

Le R E R Règlement Ecossais Rectifié, contrairement à ce qui a été indiqué, ne serait pas majoritairement appliqué par les obédiences Franc-Maçonnes, c'est ce que me signale Jean Claude Cappelli.

 

Il y aurait une confusion avec le R E A A soit le Rite Ecossais Ancien et Accepté...

 

 

 

Il est fort difficile de s'y retrouver dans les méandres et le labyrinthe de l'historique propre à la Franc-Maçonnerie et de son arborescence. On devrait parler des francs-maçonneries au pluriel donc...Et de diverses pratiques et de divers rites...

 

 

 

Selon les sources « officielles » de la Franc-Maçonnerie elle-même et des informations données sur internet par Celle-ci au grand public il nous est dit :

 

 

 

L'Ecosse entend être le foyer où les traditions Franc-Maçonnes se seraient conservées avec le maximum de « pureté ». Elles seraient les plus anciennes et les mieux organisées...

 

 

 

Le chevalier André Michel Ramsay « grand orateur de l'Ordre » aurait donné à celui-ci un contenu proche d'une chevalerie religieuse... Suite à un discours qui aura des répercutions importantes et au constat que de nombreuses loges procèdent à un recrutement « défectueux » et « abusif » (en terme d'éthique), un remaniement s'opère à partir d'un esprit lié à l'alchimie et au mysticisme.

 

Des « grades » nouveaux s'ajoutent aux grades anciens et de base pour renforcer les autorités et la dite « éthique »...

 

On passera au fil du déroulé du temps à 6, 7, 9, 25 puis 33 grades...

 

 

 

C'est en 1804 que se diffuse en Europe ces idées approfondies et « importées » de Charleston une ville des Etats Unis d'Amérique...

 

 

 

Le R E R le Rite (ou Règime) Ecossais rectifié :

 

C'est un rite inspiré de la chevalerie templière. Il serait fondé à Lyon en 1788 au « Convent des Gaules »

 

Ce serait à l'origine un rituel « Allemand » de la Stricte Observance Templière.

 

Les rituels de ce rite aurait été écrits par JB Willermoz, mais ce rite aurait provisoirement disparu après la Révolution française...

 

 

 

Ce rite comporte un aspect profondément chrétien...

 

Il sera particulièrement implanté en Suisse...

 

Le Grand Prieuré des Gaules (GPDG) assurera sa maintenance et sa diffusion selon la conformité au rite.

 

Cette obédience se sera dissociée de la Grande Loge Nationale Française (G L N F) en mai 2000.

 

Il existe depuis 2008 un Grand Prieuré féminin...

 

 

 

Ce rite serait pratiqué dans toutes les obédiences multirites soit :

 

GODF GLTSO LNF GCFF GLNF GLAMF...

 

 

 

 

 

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté est le rite le plus répandu.
Il serait rattaché aux « Maîtres Ecossais », à ce qu'on appelle l'Ecossisme, connu pour la multitude des grades au-dessus de celui de Maître Maçon. IL apparaît en Angleterre entre 1733 et 1735...

 

L'existence des 33 rites pratiqués est attestée en France en 1804

 

….........................................

 



02/04/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres