Les dits du corbeau noir

DOSSIER SAMAIN 2015 DES JOUTES VERBALES DE FIN D'ANNEE ET COMMENTAIRES BRAN DU 10/OCTOBRE 2015

Joutes Verbales de fin d'année : Ou les RITUELS DE RENOVATION

(Source : Aux sources de la Mythologie Celtique ; Ph Jouet Y Embanner éditeur)



Préambule : - Le corpus celtique : ce sont des textes, des récits oraux qui aident à penser le monde et à l'expliquer.



Les rituels de fin d'année célébrés lors de la complexe période festive qui va de début novembre au solstice d'hiver sont aussi des procédures de rénovation du temps. ...

Il y aurait un rituel lors de la fête des morts avec lequel les hommes entrent en contact avec les forces de l A.M.(Pour en prévenir les débordements.)

(Chacun, mort, vivant, se doit de rester « à sa place »)

Conjurer les forces hostiles c'est se les concilier avec des rituels propitiatoires salvateurs.)

Le rituel de conjuration impose la victoire sur la mort...



C'est la période des Joutes verbales (verbal-contest) entre bardes... »

Des joutes oratoires avaient pour fonction de régénérer la terre et d'aider au bon ajustement des saisons. Cela postule la solidarité des hommes et des dieux. 



La joute oratoire est une offensive verbale contre les puissances des ténèbres lors des fêtes du crépuscule de l'année (Samain)



La joute : son objet est l'entretien et la régénération de la société et du cosmos, notamment dans la « Religion de l'Année »

(Le combat des mots : C'est une compétition poétique le plus souvent.)

La Parole armée est chargée d'un fluide virulent.

Les guerriers doivent faire preuve d'une probation aux compétitions verbales. »

Le principe des dons forcés par la parole se retrouvent dans les quêtes du bout de l'an et du nouvel an...

Par la parole pervertie , le manquement à la vérité, au vrai, tout ordre se défait, toute royauté s'effondre...

 

 



Commentaires       Bran du    OCT 2015 :



Il s'agit en la fin d'un cycle annuel jugé périlleux dit « crépuscule de l'année » de conjurer les mauvais esprits ou les puissances néfastes en s'appuyant sur la force plénière du Verbe maîtrisé ; un Verbe hautement et clairement prononcé par un barde « qualifié » et donc compétent...

 

Ce qui est usé doit être renouvelé dit un texte des Védas de l'Inde...

 

Il en va ainsi de toute chose et de tout être.

 

Le Rituel de Samain s'inscrit totalement dans cette dimension, prend corps et anima dans un vif, ardent et vigoureux désir et une tenace et obstinée volonté de co-participer à un processus de régénération, de rénovation, de réconciliation, de remise en concordance et en bon ajustement....

 

Cela s'exprime par le Verbe et le pouvoir de sacralisation de celui-ci mais un Verbe exempt de toute souillure, dérive ou perversion....

 

Face aux risques encourus d'usure, d'encombrement, de confusion, de non discernement, de dissonance et de discordance la Parole druidique et bardique se fait bouclier, lance et épée et s'arme de cœur et d'esprit, afin de contenir et de refouler les emprises hostiles de l'armée des ombres et sa soif de conquête....

 

Le rite se déroule dans un état de veille, de vigilance, d'attention et de prévention et donc de concentration qui implique que tous et chacun, toute parole, tout geste, soient à leur juste place et « sonnent » juste au sein des invocations et mises en présence....

 

Il s'agit de ne pas donner prise ni de laisser une seule faille aux forces ténébreuses prêtes à envahir et conquérir l'espace et tout ce qui s'y tient....

 

C'est au sacerdote qu'il appartient d'assurer, d'assumer, la plus grande attention en ce sens en s'appuyant sur l'Essence même qui conduit et inspire sa fonction....

 

Il est le Porteur du Verbe, les lèvres de la Parole et à ce titre, il exerce en plénitude, la maîtrise des formes appelées à servir le fondement et l'assise de l'assemblée, les buts et objectifs de celle-ci aidé en cela par la Fraternité du Cercle centrée sur l'égrégore d'entendement et de participation...



N'oublions-pas que le « gué » est toujours périlleux où se tient luttes et combats entre ombre et lumière !...

 

...................................................................



Pour compléter cela lisons ou relisons ce qui suit extrait de l'ouvrage précité et recommandé à la lecture :


POUR MIEUX COMPRENDRE LE RITUEL DE SAMAIN :



- Le verbe est associé au monde depuis les origines...



- SAMAIN :

 

C'est le crépuscule de l'année soit une période de confusion liée à l'obscurcissement de la raison et du discernement. ...

A Samain, les tertres laissent passage à l'armée du Sid » ; troupe de fantômes et des esprits des morts...

« Grandes étaient l'obscurité de cette nuit et son horreur, et les démons apparaissaient toujours cette nuit là. »

La société organisée courre un risque au crépuscule de l'année ainsi que celui qui a mission de la protéger...

Ce que l'on tue à Samain ressuscite à la Samain suivante...

- Une préoccupation majeur : éviter la souillure du sacré.



L'usure de la fin d'année :

 

L'usure du pouvoir royal correspond à l'usure de l'année...

La reformation des couples royaux amène le renouveau du royaume... Alors que la discorde et la dissociation au sein du dit couple amène un dérèglement universel...



L'Année :

 

L'année indo-européenne est une entité partagée entre deux rives, les morts et les vivants... Vie et mort à la fois ; vie en ce qu'elle apporte les biens de la Belle saison et mort en ce qu'elle peut à certaines périodes envahir et anéantir le monde des hommes.

La partie diurne , la Belle Saison de l'année, est la partie « vivante » de l'année. Les héros doivent conquérir celle-ci sur les forces ténébreuses en retour et victorieux, il y gagne leur immortalité solaire...



Du sommeil onirique :

 

Le sommeil onirique ne mène pas à la mort mais à une forme particulière de conscience.

Spontané ou provoqué le rêve amène des visions clairvoyantes...

Le sommeil peuplé de rêves permet à celui qui le traverse l'accès à l'Autre Rive de la conscience...

(La parole bardique mène à cela NDR)

Sommeil / Vision du Sid (Fée etc...) Eveil et aventures / Retour sur terre....

 

Il y a un rituel qui comporte une phase de sommeil onirique allant jusqu'à une forme d'extase puis un ou des combats en l'A.M. puis une réintégration au sein du nôtre...(avec les fruits de l'expérience acquise)

Le Sid Irlandais n'est pas seulement le lieu des banquets merveilleux, il contient aussi « l'armée du Sid »...

La guerre portée dans l'A.M. est une procédure conjuratoire et conciliatoire...



Voyage dans le Sid :

 

Humanité / Traversée de la nuit / Conquête de la lumière solaire (Conscience) = sur-humanité « immortalisée »

Prouver ce « voyage » c'est en ramener les fruits de l'été (l'ail sauvage, la primevère et le bouton d'or...) (Nera ramènera cela pour prouver son voyage dans le tertre (le Sid)....

Le héros est celui qui, par delà la ténèbres, accède à l'Autre-Rive.

Nager dans les eaux noires entre Samain et Beltaine, cela est dangereux...

Par la longue nuit on accède au pays de l'été...

La conquête des Biens de la Belle Saison de l'année est réalisée par un héros...



Cosmogonie :



 Le destin du monde s'exprime par la loi Universelle, non décrétée, de la succession des cycles...

Sans doute le monde se reconstruit-il à partir des restes d'un univers précédent, d'un chaos (et non d'un néant)...

C'est ce que donnent à comprendre les récits du type cosmogonique...



Du poète ou barde et du langage poétique :



N'ont de portée que des pensées et des paroles traduits en actes....

Le poète initié procède par assemblage des mots. Il a un parler bien charpenté.

 

Comme le langage poétique lui-même, le poète initié est capable d'assumer tous les états, de réaliser toutes les conjonctions, en cessant d'être lui-même il devient une image de l'univers.

Le poète initié (Taliésin, Amorgen) est familier de toutes les formes. Il tire du monde nocturne une partie de sa puissance...

La poésie en rapporte des trésors...

 

Il y a des aspects non explicite de la parole et des paroles explicites non ambiguës....

La langue des dieux est par excellence celle des poètes. Elle est d'origine divine (Louange, satire, épopée, élégie...)

 

L'emploi d'une langue volontairement obscure et difficile repose en bonne partie sur le sens de la métaphore et de l'analogie ; l'énigme s'offrant à l'auditeur comme une expression densifiée du mystère du monde.
Nombre de textes, poèmes... étaient réservés aux initiés.(Comme Myrdhin)...



La Tradition celtique conçoit la parole, spécialement poétique, comme le soutien du monde ; ce que le verbe étaye, il peut aussi le renverser. Ce soutien est naturellement conçu comme un arbre. 

La parole bien charpentée est celle qui recèle les vertus de l'arbre et de l'art poétique. 

 

Il est dit u File Amorgen : « Sur l'océan du non-existant, il incorpore toute réalité. » A et B Bress

L'ancienne poésie irlandaise se trouve parente de la poésie sanskrite. L'organisation sociale comporte quatre cercles d'appartenances plus une royauté garante de la « rectitude »...

 

La culture traditionnelle est un système cohérent de valeurs et d'idéaux transmis de génération en génération sous la forme orale. 

La Tradition indo-européenne est au cœur des mythologies.

Une conception du monde, des idéaux et des valeurs du groupe humain, voilà ce qui fonde la vision du monde traditionnelle....



La fonction première des poètes est d'accompagner ou de provoquer par un bon usage des noms l'inauguration d'une nouvelle époque, saison ou carrière poétique....

La Parole de feu est la Parole qualifiante instrument essentiel chez les Celtes...

 

L'eau virulente du chaudron de Ceridwen dont 3 gouttes donnent à Gwyon Bach le don de poésie relève d'une conception voisine de la parole poétique notamment la satire qui est un fluide dangereux et merveilleux...

- La parole est dite de feu. Elle est qualifiante. Elle est l'instrument des défis et des promesses qui dynamisent la société...

 

Si la parole donnée est un moteur de l'action, l'obligation de tenir sa parole en est un principale modérateur...

Il y a une « parole armée »...

..........................................



Du bon usage des noms :

 

Les dieux ont de multiples noms. Le nom est par ailleurs directement lié au rituel qui accompagne les temps forts de l'année en assurant leur bon franchissement...

Il faut, pour être entendu du Dagda connaître tous ses noms....

L'adoption d'un nouveau nom ou surnom marque la réussite d'une initiation, l'entrée dans un ordre, une fonction, une spécification qualitative...

Le nom est la condition d'existence, d'une réalité. Pas de nom pas de définition...  



La Traversée hivernale :

 

La traversée de l'eau de la ténèbres hivernale est le fait d'un homme qualifié appelé héros ou guerrier qui passe à travers une étendue d'eau ou de neige la nuit en hiver. Vainqueur il en retirera l'immortalité et dira avoir conquis l'Année et la Belle saison...



« Lumière et ténèbres tiennent une place éminente dans les conceptions indo-européennes. » J Haudry



Il y a une conception fondamentale de la lumière et de l'éveil avec les antithèses de l'obscurité et du sommeil....



Il y a un fond commun d'images et de mythologies chez les celtes.

Toute la Préhistoire, toute la Protohistoire ont forgé un bagage de sagesses et d'attitudes où les archaïsmes côtoient les innovations sans qu'il soit toujours possible d'identifier l'origine des uns et des autres.



Les « Fins dernières » :



Les Celtes ont envisagés des solutions « aux fins dernières » qui découlaient logiquement de leur expérience et de leurs conceptions religieuses et sociales...

La celtomanie n'a pas peu contribué à diffuser l'image d'une celtie toute entière adonnée au culte des esprits....

 

les conceptions celtiques montrent la même diversité que celles des autres cultures I.E. Et paraissent irréductibles à toute dogmatique.

 

L'état des documents celtiques ne permet pas de restituer une conception unique des fins dernières.

Il y a des conceptions différenciées pour tout ce qui a trait au devenir individuel. L'analyse établit la pluralité des voies de l'Outre-Tombe.

Il y a une homologie entre le devenir de la société humaine ou divine, et le destin du monde. L'un et l'autre soumis au même processus selon les modalités qui leur sont propres (Une interdépendance)



L'Autre-Monde :

 

Il y a un rapport polémique avec l'Autre-Monde ce qui est un trait caractéristique du légendaire celtique.

L'Autre-Monde est diurne, nocturne, diurne et nocturne ou ni l'un ni l'autre...

Il a donc ses régions ténébreuses...

Les tertres, bosquets, lacs sont des lieux propices au contact avec l'Autre-Monde.

Les cours-d'eau, la mer elle-même, certains arbres, font la médiation entre les mondes.

Ses habitants portent souvent les 3 couleurs : noire, rouge et blanche... Les corps y sont lisses et de la couleur de la neige...

 

L'Autre Monde, pourtant unitaire dans son principe possédera donc deux faces ; l'une claire et diurne ; l'autre sombre et nocturne.

L'Autre-Monde, son nom celtique indique une région associée à l'eau, à l'été, aux biens et aux qualités de la Belle Saison... Mais aussi à des obstacles et à des dangers...



Les fruits de l'été sont cachés dans les ténèbres...



Les îles bienheureuses ou du Sid :



Quelques hommes choisis ont seulement accès aux îles merveilleuses. Le commun des mortels rejoint la troupe informelle des « souffles » (Les « anaon » en Bretagne.)

L'odeur du Sid est une nourriture...

Le Sid est la matrice de toutes les réalités...

 

L'Irlande a localisée le Sid, la demeure des dieux et leur refuge par delà l'obstacle d'une mer peuplée de monstres ou dans les tertres enchantés qui s'ouvrent à Samain...



Dans le domaine de de la vision de l'au-delà, il n'y a pas de doctrine unitaire



Du culte des morts :

 

La religion celtique n'est pas centrée sur le culte des morts et le morbide ni a aucune place... Par contre se pratique le culte des ancêtres ou de la lignée ancestrale, de la « Touta »...

Les Celtes considéraient les tombes comme des réservoirs de force...



Rapports avec les Puissances :

 

Les Puissances entretiennent des rapports entre elles et avec les humains. Ces rapports seront bienveillants ou hostiles selon le jeu du faste ou du néfaste.



La Maison Royale :

 

Son enceinte est le domaine de l'activité réfléchie, de la mesure, de la justice qui y ont leur demeure et leur règne...

La maison royale est le centre de la régularité, de l'équilibre et de l'harmonie qui doit être préservé des foules humaines.

C'est une socialité ordonnée par rapport à une socialité bouleversée...

 

- La maison ou l'enceinte royale est un centre de régulation, de médiation...(Rééquilibrage et réharmonisation.)

C'est le domaine de l'activité réfléchie, de la juste mesure, de l'équité par excellence...
(Comme le cercle fraternel lors d'un rituel NDR)



Du Dagda ( ou Dagodevos) le Dieu « Bon » :



Pendant la période sombre de l'année, le dieu du ciel diurne, dont le Dagda (Dagodevos) est le reflet mythologique le plus connu, se retire dans l'Autre Monde trans-marin ou souterrain....

Le dit Dagda ou encore Dieu-Bon est un aspect régulateur et modéré de la fonction souveraine.

Il représente le charisme solaire de la bonne administration et de la fertilité...



20/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 532 autres membres