Les dits du corbeau noir

DOSSIER POESIE "HABITER POETIQUEMENT NOTRE MONDE" (SUITE) 2018 BRAN DU 31 08 AOUT

 10435096_10206176345348788_8979944726513521521_npm.jpgLe Barde "MYRDHIN"

 

 

 

 

Introduction  Bran du Aout 2018 :

 

La poésie est venue à ma rencontre à l'âge de 12 ans au sein d'une nuit claire et étoilée d'automne. Elle a mit sur mes lèvres des mots qui se sont peu à peu ajustés pour faire un poème, qui plus tard deviendra un chant ; un chant concélébrant la Vie puisque là est la fonction poétique par excellence...

 

Je ne sais ce qui, en moi, a fait appel à cette « visitation merveilleuse » imprévue, inattendue, mais si déterminante pour ce qui deviendra un acte essentiel de mon existence et de ma présence en ce monde...

 

Peut-être que l'ambassade musicale qui a précédé cette fabuleuse rencontre à « installé» les dispositions nécessaires à cette venue et à son accueil ; je ne peux l'affirmer, mais cela a joué assurément pour cette mise en connexion...

 

Quoi qu'il en soit cela fait plus de cinquante années que la poésie et moi-même nous tenons fidèle compagnie.

 

La découverte en 1981 de la Tradition «celto-druidique » grâce au « Féminin de Brocéliande » a considérablement renforcé ma dimension « bardique », la dynamisant de ses eaux et de ses flammes, de ses souffles et de ses vents...

 

C'est alors que j'ai exprimé et incarné pleinement un "état de druidité" permanent soit une façon, une manière, d'être en ce monde et de me relier "jubilatoirement", en toute conscience, cohérence, liberté et responsabilité, à tout son Anima, à son Principe, à son Essence...

 

Je n'ai cessé au cours des années passées de célébrer le Verbe poétique en toutes ses formes et ambassades, du vrai, du beau, du juste, du sensuel, du voluptueux, du fervent...

Et cela a fortement renforcé et étayé ma « personnalité », me donnant les énergies, forces et lumières me permettant d'animer de corps, de cœur et d'esprit, "l'arbre poétique" que je suis...

 

En ce siècle où la dite poésie est reléguée dans les tiroirs de l'oubli, où elle sert, contre son gré, (économiquement prostituée) à valoriser des produits consuméristes à souhaits, où, à part quelques exceptions notables, elle est reçue, entendu, scolairement ou familialement, comme une source d'ennui dont il faut se débarrasser au plus vite, nous pouvons dire qu'une telle attitude de rejet exprime parfaitement l'état déplorable dans lequel nous nous trouvons et la Vie avec nous !...

 

(Il faut aussi faire état de l'attentat organisé contre la poésie par le milieu universitaire qui en a fait une planche de vivisection dénouée de ce fait de toute âme et anima ; l'une et l'autre n'ayant pas attendu une telle opération pour rejoindre leur Source originelle !...

 

On ne saurait omettre aussi la si néfaste action de « poétaillons » transformant la dite poésie en bête affadie de compétition pour courses aux médailles et autres prix d'honneur transformant les « Noces du Verbe » en cortège funèbre d'un enterrement de première classe !

 

La recherche éxacerbée de « valorisation » et de « gratification à bon compte » a grandement participé à la dévalorisation du dit Verbe en le ridiculisant et en les destructurant comme un pantin mit au service de la « rime à tout prix ».)

 

 

Cela démontre toutes les « inversions de valeurs » que notre « modernité » à provoqué en s'exonérant, par l'arrogance de son orgueil, de la dimension sacrée du Verbe créateur, universel et cosmique et de ses plus essentielles conjugaisons...

 

Je constate toutefois, et avec bonheur et espérance, qu'une part de la jeunesse féminine retrouve sens et essence dans l'usage exigeant de la Poésie laquelle restitue à ce juvénile féminin des valeurs et des fonctions dont il a été volontairement sevré depuis quelques milliers d'années...

Cela ne peut que fortement aider la dimension féminine dans sa totalité à recouvrer et à se restituer son héritage divin et sacré et le « service de la Vie » qui en résulte et découle...

 

 

 

« Changer la Vie, et la réenchanter au préalable » nous disent Rimbaud et Pierre Rabhi à sa suite. IL ne saurait y avoir de changement notable et prometteur de paradigme sociétal sans que la Poésie ne soit appeler en renfort pour inspirer, instruire, soutenir et dynamiser cet élan indispensable et salutaire...

 

L'Etude qui suit et les compilations de lecture qui l'étoffe permettront à partir d'un échantillon de poètes "en dignité de l'être" de voir combien le Verbe concélébré demeure et agit dans toute sa force interpellative et "transformante" au-delà et par-delà nos turpitudes humaines afin de nous ramener au coeur du coeur, au sein du sein des entendements majeurs...

 

Avec la poésie nous avons de nouveau rendez-vous avec l'originel, le primordial, l'élémentaire, le fondamental et l'essentialité de notre "présence au monde", une présence qui est aussi un "présent" un don, une offrande, une gratitude, un remerciement qui sont autant de poèmes et de chants offerts au "Vivant"...

 

 

 

 

 

arte et broceliande sept 2013 010pm.jpg

 

 

Partie 2 :

 

 

Habiter poétiquement le monde...

 

Réflexion Bran du      30 08 2018

 

 

 

 

 

Habiter c'est avoir demeure et faire séjour...

 

« Faire » s'impose ici car ce verbe appartient à toutes les conjugaisons de nature «poétique » ; c'est-à-dire celles qui a pour objet et sujet la VIE car c'est bien d'elle qu'il s'agit quand il s'agit d'avoir demeure et de faire séjour en tant qu'habitant, plus ou moins passager et éphémère, du « Vivant »...

 

 

 

« Faire » implique de mettre en mouvement, d’œuvrer, de réaliser divers actes, de créer, d'engendrer, de produire un effet, un événement et, selon l’étymologie de ce terme, tout cela se devrait d'être éminemment, vibratoirement, élémentairement « poétique »...

 

 

 

Mais comment lors reconnaître alors cette dimension « poétique » censée être à l'origine de tous nos actes ?

 

 

 

Les dictionnaires et leurs définitions ne nous seront pas d'une grand utilité, ni d'un réel secours, pas plus quand il s'agit de définir l'amour ou l'être, et ce, pour la simple raison que l'on ne saurait définir ni la Poésie, ni l'Amour ni l'Etre au risque d'en évacuer alors tous les sens et surtout l'Essence même !...

 

 

 

La « poésie » à tout à faire avec la Vie même si son usage et son emploi ne sont que le fait d'une toute petite minorité de réfractaires, de rebelles, de résilients, d'amoureux, qui pour certains ou certaines n'ont même pas l'impression ou la conscience

 

que la poésie est leur manteau (de jour comme de nuit) et qu'elle revêt chez eux une nudité qu'elle recouvre de sa modeste, chaleureuse et claire présence...

 

 

 

La Poésie, comme la Vie, l'Etre et l'Amour ont eu en nous séjour dès que nous leur avons ouvert la porte et les fenêtres de notre habitat intérieur, dès que le cœur s'est fait pour eux demeure afin qu'ils demeurent et animent notre corps ; nos sens, nos pensées, notre intelligence, nos rêves, nos songes, nos espérances, notre présence au monde, notre créativité soit et en résumé : notre existence, unique et spécifique, disposée à coparticiper « poétiquement » aux lois dites de l'Univers...

 

 

 

En fait et dès que nous sommes en capacité de « faire », nous sommes potentiellement « poète », mais on ne le sait pas et on ne nous le dira pas !...

 

 

 

C'est la Vie qui nous l'enseignera en déléguant pour cela tout le grand et merveilleux et enchanteur Livre de la Nature pour peu, pour autant, que nous puissions très tôt si possible en faire une

 

passionnante et émouvante lecture...

 

 

 

Qu'importe si les mots « poétiques » pour exprimer à notre tour notre gratitude pour tant de « nourritures » dispensée et reçues ne viennent qu'après une période plus ou moins longue « d'imprégnation », « d'immersion » de « macération », de « décantation » ; si cela se doit d'être, l'être éveillé et conscient saura le moment venu trouver pour son « Merci » les ultimes Verbes des plus hautes et des plus profondes conjugaisons...

 

 

 

Brocéliande 03 04 2015 008pm.jpg
Photos Bran du (et suivantes)

 

 

 

 

Christian Bobin dans l'ouvrage Le plâtrier siffleur (Poesis édition)

 

nous dit :

 

« Habiter poétiquement le monde ou habiter humainement le monde, au fond, c'est la même chose. »...

 

« Nous avons rendu le monde étranger à nous-mêmes, et peut-être que ce qu'on appelle poésie, c'est juste réhabiter ce monde et l'apprivoiser à nouveau. »

 

« Je crois qu'habiter poétiquement le monde, c'est l'habiter aussi et d'abord en contemplatif. »

 

 Le monde est rempli de visions qui attendent des yeux ? Les présences sont là, mais ce qui manque, ce sont nos yeux. »)

 

 

 

« Habiter poétiquement le monde...c'est comme mettre sa main sur la pointe la plus fine du réel. »

 

« Les poèmes du boulanger, ce sont ses pains. »

 

« Ce sont eux, eux seuls (les poètes) qui prennent le monde au sérieux... eux qui connaissent la pesanteur, le drame des choses et aussi ce qu'elles contiennent de lumière. » 

 

 

 

« Je pense que l'on a fait du mal à la vie ; mais, …///... on reviendra aux choses vivantes et vraies. »...(« Pour ça, il faudra que le point de lassitude soit atteint . Il faudra qu'on ne puisse pas faire autrement. L'homme n'est pas plus mauvais aujourd'hui qu'hier, il est seulement perdu.»

 

« C'est peut-être cela la poésie tendre le langage au maximum. » (sans rupture ni cassure.)

 

 

 

 

Roc trevezel huelgoat mai 2013 250pm.jpg

 

 

 

Pour Christian Bobin la contemplation serait l'acte premier ; elle serait le creuset dans laquelle la « matière » pensée chercherait son élixir de lumière...

 

Toutes les sagesses et notamment dans le monde indo-européen font précéder toute action d'un temps de réflexion ; l'acte qui suit alors étant censé être en adéquation de sens et d'Essence avec la phase préliminaire qui l'a suscitée...

 

 

 

(C'est aussi pour cela sans doute que nos « réactifs » immédiats, impulsifs et spontanés sont autant porteurs de catastrophes dans la saine résolution de nos « conflits » de personne!)...

 

 

 

L'acte poétique qui s'applique ou s'exerce aurait donc tout intérêt en terme d'efficacité, d'efficience, de compréhension, de recevabilité et d'acceptation à être quelque peu mûri par une méditation, une contemplation, une réflexion, préalable...

 

 

 

Parmi nos besoins biologiques fondamentaux qui commencent par la nécessité de se nourrir et de se vêtir, une troisième fonction « impérative » complète cela par un besoin sécuritaire de protection : « disposer d'un toit »... D'où la recherche dès le début de l'humanité d'un lieu « protecteur » (caverne, abri sous roche etc...)

 

Disposer d'un habitat est dont un besoin « vital ».

 

Ne pourrions-nous prolonger et étendre ce besoin à un autre « habitat » complémentaire qui serait « l'antre poétique » non moins salutaire pour notre humanité si tant dévêtue d'essentialité de nos jours ?...

 

 

 

N'est-il pas possible d'envisager une « co-habitation » à la fois matérielle, mais également culturelle, philosophique, spirituelle, sociale où la « poésie » inclinerait à des actes, des attitudes et des comportements mis au service de la Vie sous toutes formes appropriées et adéquates ?...

 

 

 

Pourrions-nous ressentir ce besoin d'acter « poétiquement » comme tout aussi indispensable que de boire, de manger et de couvrir notre corps afin qu'il ne soit pas exposer à désagréments ?...

 

 

 

Bien des fruits ont des revêtements qui protègent graines et semences afin de perpétuer l'espèce et, soyons en assurés, tout arbre fera le maximum (et au-delà même) pour ces fruits là...

 

 

 

La poésie ; c'est l'amande dans la coque ou la gousse de notre cœur, elle est notre « noyau de chair et de songe » ; le sang qui n'a sève avec ce fruit là ne peut mener ni ramener au cœur !...

 

 

 

 

Bro mai 2015 et Jopsinet 017pm.jpg

Un barde contemporain : Adragante

 

 

 

...............................................

 

Partie 3 :

 

 

 

 

Anthologie manifeste

 

HABITER POETIQUEMENT LE MONDE

 

Poesis Editeur (extraits)

 

 

 

 

« C'est poétiquement pourtant que l'humanité habite. »

 

« C'est en poète que l'homme fonde sa demeure sur cette terre. »

 

 

 

Hölderlin

 

 

 

 

 

« La poésie détient le pouvoir de nous révéler le monde et les « sources de l'être ». »

 

 

 

« Il faut que l'homme habite poétiquement ce monde, qu'il cesse de courir après la croissance pour retrouver l'essence de son existence. »

 

 

 

« L'attitude poétique pourrait, si nous étions plus nombreux à l'adopter ou au moins à en prendre conscience, devenir également politique et écologique qui participerait au changement du monde »....                Frédéric Brun préfacier de l'ouvrage

 

..........

 

 

 

 

 

« Définir la poésie est une impossibilité, une utopie. »

 

Roberto Juarroz

 

 

 

« Le poète est doué du sentiment du sacré. »

 

Marc Eigeldinger

 

 

 

«Chacun trouve sa poésie comme il peut. » Guillevic

 

 

 

« La poésie n'attend que notre regard. » Andrée Chedid

 

 

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 084pm.jpg

 

 

 

« La poésie transmute du temps en présence pleine. » J P Michel

 

 

 

« Réinventer l'être au monde. » Yves Bonnefoy

 

 

 

« La poésie lève le voile qui cache la beauté du monde. » Shelley

 

 

 

« Chaque homme est assez poète pour être ouvert aux enchantements de la nature. » R W Emerson

 

 

 

« La poésie est ce qu'il y a de plus réel. » Baudelaire

 

 

 

« Faire valoir et entrevoir la vraie vie absente. » A Breton

 

 

 

« La poésie est d'abord mode de vie – et de vie intégrale. »

 

St John Perse

 

 

 

« La poésie n'est qu'une manière d'être, d'habiter, de s'habiter. » Georges Perros

 

 

 

 

.........

 

 

 

 

La Flora Sept 2017 006pm.jpg

 

 

 

Du côté de Kenneth White :

 

 

 

 

« …. Chaque poète exprime l'expérience originelle avec les symboles qui lui sont particuliers, la densité charnelle et spirituelle de son langage propre, mais l'expérience demeure fondamentale pour tous. …///...

 

 

 

La genèse de la poésie suppose donc un rapport sensuel avec la terre en même temps qu'un rapport sensuel au langage...

 

 

 

Une fusion fondamentale du logos et de l'éros qui brise l'ordre établi des choses et des mots. Cette fusion en implique d'autres : fusion du moi avec le Tout, du cognitif et de l'affectif, du plaisir et de la raison, fusion d'identités et des idées...

 

Eros signifie une nostalgie d'unité, un élan vers l'unité et le logos originel que le poète découvre, est l'expression de cette unité.

 

///...

 

 

 

Le poète est un animal de l'esprit et sa pensée est une pensée sauvage...

 

 

 

Constat : « La poésie n'est pas un élément moteur de notre monde et elle est, socialement, culturellement, inopérante. »

 

 

 

Le poète « refuse le monde » car il sent comme Rimbaud, que « la vraie vie est absente »...

 

 

 

C'est dans le domaine difficile et dangereux, parce que non défini, que commence la poésie. »

 

 

 

...........

 

 

 

« On ne peut vivre, humainement, sans la poésie. »

 

« La poésie nous dit quelque chose d'absolument essentiel quant à notre propre être et à la possibilité de vivre ensemble sur cette terre. » Heidegger

 

....

 

 

 

12 04 2017 Dahouet 187pm.jpg

 

 

 

Du côté de Jean Michel Maulpoix :

 

 

 

 

« La véritable demeure du poète est sa solitude ; là le visible se convertit en invisible. 

 

 

 

Le poète est un homme qui marche …///... L'énigme le fait avancer... Et poète celui à qui l'infini donne son impulsion...

 

Il est flâneur des deux rives... Il s'agit de mesurer l'entre-deux...

 

car l'homme occupe de toutes choses le milieu...

 

Il habite « une maison roulante »... Il y a, simultanément, celui qui s'en va et celui qui reste...

 

 

 

La poésie : la raison n'est pas son maître...

 

 

 

La poésie tend vers la clarté mais elle est solidaire des ténèbres...

 

 

 

Le poète se penche en vérité sur ce qui nous tient debout : nos raisons d'être. »

 

............

 

 

« L'écologie est une poétique ou plus calmement, s'adresse et s'articule à une logique poétique. » Michel Deguy

 

« Il n'y a que la poésie qui puisse contempler le monde dans toute sa splendeur et sa mystérieuse harmonie qui le fait tenir.

 

La poésie est divine ; c'est pourquoi elle à trait au sacré. »

 

Raffaele la Capria

 

 

 

« Le lieu du poète moderne, c'est d'abord ce qu'il voit, ce qu'il ressent au jour le jour dans les circonstances concrètes de la vie. »

 

M Edwards

 

 

 

« Beauté, présence vivante de la terre. » Wordsworth

 

 

 

« Nous ne sommes pas faits pour habiter un monde fini...

 

 

 

Que peut, dans le meilleur des cas, la poésie ?

 

Elle réunit la demeure du corps à la demure de l'esprit.

 

 

 

La poésie commence dans le silence...

 

 

 

La poésie n'est pas faite pour embellir nostalgiquement la demeure réelle des hommes mais, au contraire, pour approfondir notre demeure, d'en rechercher la réalité « solennelle » et les présences vives. »

 

 

 

Le poète devient le lieu où le poète se déclare et se fait unité. »

 

Michael Edwards

 

 

 

 

archives photosVerbatim bran du 14359pm.jpg

 

 

 

« C'est par le « faire » créatif, par l'ouvrage en vue d'une réalisation que l'homme donne un sens à sa vie ; qu'il devient le « poète » de sa vie ; telle est sa vocation, ce à quoi il est appelé. »

 

François Cheng

 

 

 

« Une dimension universelle s'attache au silence de l'origine. »

 

« Quel qu'en soit le prix, sentir que l'on est présent au monde. »

 

Claude Vigée

 

 

 

« La vision poétique n'est pas l'apanage de la littérature, mais constitue une manière d'être au monde. »

 

« Il s'agit de reconnaître la connivence qui nous unit à l'Univers. » Colette Nys-Mazure

 

 

 

« La vérité poétique n'est pas le fruit d'une « réflexion », d'une construction, elle saisit l'homme, voir, même, l'ébranle. 

 

 

 

« La poésie nous apprend pleinement l'espace des vivants dans l'écoute de la voix du divin.

 

 

 

La poésie est civilisatrice parce qu'elle est en rapport éminent avec la vérité.

 

 

 

Se souvenir de ce qui est et le garder vivant en soi.

 

 

 

Elle est ce qui permet à l'être humain d'être en rapport avec son humanité et de porter cette humanité à une plénitude réelle. »

 

 

 

« Notre monde est construit pour que la poésie soit inaudible.

 

Il la hait... Car elle le menace en sa racine. Elle est la seule provocation réelle et donc le seul contrepoison conséquent. »

 

Fabrice Midal

 

 

 

 

archives photosVerbatim bran du 2216pm.jpg

 

 

 

 

« Changer la vie. » Rimbaud

 

 

 

« Avant d'être changé, le monde n'a-t-il pas besoin d'être réenchanté ?

 

« N'avons-nous pas besoin de l'aimer et de le contempler pour retrouver l'énergie d'en prendre soin ? »

 

Pierre Rabhi

 

 

 

 

 

« Il y a pour moi avec la poésie de bien plus que de la simple poésie ». 

 

« Sauver la terre et à la fois accueillir le ciel. »

 

« La poésie , cette trouée de feu au centre de la langue par où le monde soudain prend acte et signification, par où se perpétue la ronde frémissante du fragment et du Tout. »

 

« Ne pas censurer en nous le sentiment de la merveille. »

 

« Ré-accorder magiquement l'homme aux forces de la terre. »

 

J C Pinson

 

 

 

« Elle est l'écriture embrasée, quintessenciée, insurrectionnelle de la vie...

 

Restons aspirés par la source de toute énergie ; au bout du souffle, au bout du cœur, au bout du Tout ; ainsi s'obstinent les poètes...
Cela ne fait que commencer. 
»

 

Zéno Bianu et André Velter.

 

 

 

« Multiplier les rencontres avec le plus d'autres mondes possibles est la seule manière d'espérer rencontrer le mode, d'espérer l'habiter. »

 

Charles Pépin

 

 

 

« La poésie est « l'ouvrage fondamental ». le poème révèle l'homme à lui-même. » Roberto Juarroz

 

 

 

« C'est l'acte éthique par excellence ; c'est l'expérience de l'être.  (De sa pulsation vitale.)» Jérôme Thelot

 

« La poésie est l'acte et le lieu de la vérité. » Yves Bonnefoy

 

 

 

 « Vivre en poète sur la terre, ce serait simplement cela : lutter pied à pied contre les forces qui pousse à l'exil pour habiter la vie entière et lui demeurer fidèle jusqu'à la mort.

 

 

 

Nous n'avons qu'une alternative …///... Vivre …///... une vie morte, ou reprendre le grand large, êtres du désir invincible, aimantés par l'ouvert et amants de plein vent.

 

 

Vivre en poète, en trouver le sens imprévu ou perdre bientôt notre humanité. »

 

 

 

« La poésie sauvera le monde »

 

« L'avenir sera poétique ou ne sera pas. »

 

 

 

Jean Pierre Siméon

 

 

 

.............................

 

 

 

 

 

Brocéliande 06 07 2017 097pm.jpg

 



31/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 503 autres membres