Les dits du corbeau noir

DOSSIER MERLIN (SUITE) MERLIN OMBRES ET LUMIERES DE CLAUDINE GLOT BRAN DU 2019 11 08 AOUT

 

Bruce 2018 010pm.jpg

 

L'homme-Vert selon Bruce Lhuillier

 

 

DOSSIER « MERLIN » (SUITE)

 

Merlin Ombres et lumière Claudine GLOT édition Ouest-France Extraits

 

 

Claudine Glot est la fondatrice du Centre de l'Imaginaire Arthurien en Brocéliande (Au Château de Comper)....

 

 

Merlin, selon les auteurs du Moyen-Age et leurs successeurs, est doté de plusieurs « figures » et représentations qui en font un personnage à multiples facettes. Il relève à la fois de la mythologie, des archétypes, du légendaire, de l'Histoire et de la pseudo-Histoire... Il est à la fois magicien et prophète et ses ascendances, sa naissance, sont entourés d'un halo de mystères...

On ne saurait le réduire à une seule image tant il incarne des fonctions diverses et des capacités variées...

 

 

De quoi Merlin pourrait-il nous entretenir aujourd'hui à propos de ses visions des êtres et des choses ?... (Merlin : « mémoire vivante par quoi tout reste possible ».) (Merlin : entre retour aux sources et modèle pour demain.) C Glot

En quoi ses propos seraient-ils d'actualité et susceptibles d'éveiller à conscience ou à approfondir celle-ci ?...

Les enseignements du passé peuvent-il projeter des perspectives d'avenir pour notre monde contemporain ?...

 

 

« Parce que je suis sombre et que je le serais toujours, que le livre soit également sombre et mystérieux aux endroits où je ne souhait pas me dévoiler. »

 

 

Merlin n'a pas souhaité lui-même se mettre en pleine lumière et il a fait en sorte de conserver ses parts d'ombres et demeurer pour partie insaisissable, mouvant et « émouvant »... Le définir reviendrait à l'enclore de nouveau et à lui construire encore et encore des tombeaux successifs....

 

 

Philippe le Guillou dans « Immortels » lui fait dire :

« - Je suis vieux et lourd de mille tombeaux et pourtant je ne crois n'avoir rien perdu de ma mobilité et de ma fougue...

Je me dis que je suis peut-être appelé à renaître. »

 

 

Georges Dumézil nous rappelait que les mythes renaissent en chaque génération parmi ceux et celles qui les réenfantent en leurs « tripes » et les animent de cœur et de pensée. Ch J Gyonvarc'h nous disait aussi combien le monde Celte et « anhistorique », combien il appartient essentiellement aux mythes et aux archétypes mythologiques..

 

 

 

Merlin roi des bardes pour onlinepm.jpg
Merlin par Bruce Lhuillier...

 

 

Merlin à, en chacun, en chacune, des milliers de « berceaux » à sa disposition pour de nouveau éclairer nos obscurités d'une flambante lumière...

 

 

Merlin peut apparaître comme un homme des lisières et de l'estran, il va et vient entre mer et rivage au sein de nos continents intérieurs, entre futaies épaisses et clairières lumineuses de nos sous-bois intimes et profonds...

 

 

Il vaticine et prophétise entre deux mondes, deux états de l'être qu'il cherche à concilier ou réconcilier malgré les antagonismes récurrents et destructeurs...
Il a fortement douter de l'homme, de sa capacité à maîtriser en lui les dragons qui se combattent jusqu'à l'épuisement stérile et destructeur...

 

 

Il a vu mourir et s’entre tuer ses « chevaliers d'espérance », il a vu les épées, les haches et les lances s'affronter et faire couler le sang du devenir... Il a quitter cette confrérie humaine quand celle-ci à livrer ses derniers et ultimes combats face à l'intolérance, l'orgueil, le mensonge, la cupidité... La terre, les rivières, les lacs se sont teintés du pourpre de tant de sang répandu...

 

 

Lors, il a quitté le faste endeuillé des châteaux et seigneuries, il a quitté la compagnie de ces hommes aveuglés par leur propre arrogance, il a fuit la fratrie fratricide, les lieux de désolation, la contrée devenue gaste...

 

 

Lors, la fraternité des bois et des arbres lui a ouvert généreusement ses branches et ses halliers, ses laies et ses futaies... Là fut son refuge, là furent soignées les plaies profondes d'une épée portée au cœur...

Et des souvenirs intolérables de cette folie meurtrière enkystée dans le corps et les songes de ce Merlin devenu le « fou des bois », « l'homme vert et sauvage », s'en vinrent à s'écouler, peu à peu, avec le temps et les saisons, des rus de sagesse...

 

 

La guérison s'opérera recouvrant les plaies et blessures d'un onguent d'apaisement...

 

 

King wood logopm.jpg
Illustration de Bruce Lhuillier

 

 

Merlin prendra beaucoup de temps avant de retrouver le désir et la volonté de revenir parmi les hommes !...

 

 

Nous retiendrons cet enseignement majeur qui veut que la Nature soit source d'apaisement et de guérison, qu'elle recoud et cicatrise patiemment et efficacement nos plaies humaines aux diverses origines et qu'elle à pouvoir et puissance de prendre soin de nous en rétablissant en nos chairs et pensées les équilibres et les harmonies qui nous faisaient tant et cruellement défaut !...

 

 

Il nous est dit que Merlin guérit de sa folie guérit celle des autres en ayant aussi recours à l'eau des sources...

 

Des écrivains des 18è et 19è siècle affecteront arbitrairement des personnages du cycle arthurien à divers lieux en Brocéliande... Ainsi la fontaine dite de Barenton (Belenton!) avec son perron (le reste d'une table d'un dolmen mégalithique à priori) deviendra le « perron de Merlin ». Hors cette fontaine se trouve sur le hameau de « Folles Pensées » un hameau connu depuis fort longtemps comme étant un lieu où l'on soigne la folie !

 

 

Cette affectation purement intellectuelle est sans doute la plus appropriée au regard du lieu lui-même !...

Il a été en effet trouvé en ce lieu une petite tasse de facture celtique, en or, bordée d'oiseaux gravés (peut-être des cygnes) (elle est actuellement au Musée de St Germain en Laye).

Elle témoigne d'un très ancien culte des eaux guérisseuses et des divinités (souvent féminines) associées à celles-ci...

 

 

Entre environ 1130 et 1160, Robert Wace et Geoffroy de Monmouth évoquent la figure de Merlin sans intégrer alors celui-ci à ce qui deviendra « l'épopée du Saint Graal »...

Il n'y a pas encore de christianisation appuyée des thèmes mythiques de la Tradition orale païenne et le « Chaudron des Celtes » demeure encore dans sa symbolique primordiale...

 

 

Au Pays de Galles le nom de Merlin sera celui de Lailoken...

On prêtera au grand barde gallois Taliesin le fait d'avoir été un disciple de Merlin et d'être venu à la rencontre de ce dernier...

On peut se demander alors « qui enseigna qui » tant les deux personnages sont riches de sagesses, d'expériences, de voyances, de prédictions et de perceptions...

En fait, ils se complètent « merveilleusement » tous deux...

 

 

Il sont, chacun à sa manière, des dignes descendants des bardes dits « primordiaux » et notamment de Tad Awen (le Père de l'Inspiration)...

 

 

 

55692787_2309310632687579_6598028287392350208_npm.jpg
Dessin de Bruce Lhuillier

 

 

Rivages et forêts sont des lieux privilégiés pour la rencontre entre le barde et le souffle inspirant du Verbe premier, entre le docteur en science et poésie et Brigit la grande déesse qui règne sur les arts poétiques, la forge et la médecine... Autant de fabuleuses capacités pour prendre « soin » du Vivant...(Tant au plan physique, psychique que spirituel et philosophique.)...

Un autre nom de Merlin est Ambroise qui évoque l'ambroisie soit un breuvage d'éternité...

 

Merlin, qui a bénéficié d'un tel breuvage et détenteur à son tour de celui-ci, ne saurait de ce fait, étant liés à l'éternité , se trouver « enclosé » ou « entombé » en nul endroit ! Si ce n'est dans celui d'une profonde ignorance que certains ont du personnage !...

 

 

Claudine Glot insiste sur le fait que Merlin et la nature sauvage, la sylve forestière, les fontaines et sources guérisseuses sont en parfaite et totale « osmose »....

 

 

Cette « osmose » qui est une totale conjonction d'entendement et de conception rappelle ce que l'on nomme la « symbiotique » fondée sur l'entraide, le partenariat mutuel, la solidarité etc...

 

 

C'est là un autre enseignement majeur de Merlin via son domaine naturel. Nous apprenons que la guérison des êtres et du monde passe impérativement par une notion de « symbiose » prodiguée au sein même de la nature et des éléments naturels...

Et que ce modèle trouve pleinement son actualité (par analogie et exemplarité) avec l'état très préoccupant de notre planète !...

 

 

Certes, en certaines circonstances des phénomènes de « compétition » existent en la Mère-Nature, mais ce qui domine majoritairement et se trouve être le plus efficace pour la durée, la pérennité des éco-systèmes est bien le phénomène « symbiotique » qui « l'emporte » finalement !...

 

 

Robert de Boron au 13è siècle met « Merlin en vers » et change les perspectives, rôles et attributions. Il christianise les récits antérieurs et introduit le « thème arthurien avec la quête du Graal ». Claudine Glot nous rappelle qu'au Moyen-Age, la prose exprime la « parole vraie » et que les vers servent eux une fiction...

 

 

L'oralité bardique est axée et fondée sur la notion de « vérité », la vérité étant ce qui est accordé, concordant, convergent, cohérent et qui ne saurait donc en aucun cas « sonner faux » ou être dissonant et discordant... Si la Parole n'est « juste », elle se dissout dans le verbiage et ne sert plus le Verbe des origines !..

 

 

Merlin sait cela et Taliésin de même et tous les bardes avec eux...

La Parole est de « feu » et si celui-ci n'est pas maîtrisé ou s'il est fourvoyé, il « consume » celui qui l'allume !...De même qu'il « noie », en de mêmes conditions, celui qui le fait ruisseler de ses lèvres !...

 

 

Le monde Celte attache une importance considérable à la Parole (d'Eau et de Feu) qui ne saurait en aucun cas être pervertie ou dévoyée...

 

 

C'est là aussi un enseignement majeur en ce temps dit de la modernité ou le Verbe n'est plus l'élément majeur de toute véritable conjugaison !...

 

 

 

Bruce 2018 011pm.jpg
L'homme-Vert (Bruce)

 

 

 

Bien que « Merlin fasse parfois référence à Dieu, il ne souscrit guère aux obligations chrétiennes.» (Claudine Glot Dixit)

 

En effet, on se souviendra ici des textes du Barzaz Breiz de Hersart de la Villemarqué, relatifs à Merlin, lequel se voit interpeller par St Patrick lui-même qui l'invite fortement à se convertir au christianisme. Cela sera sans effet sur le sage Merlin qui préfère chercher sur le rivage « l’œuf d'or du serpent marin » (soit l'oursin fossile cher aux druides et qui évoque à la fois une « quintessence », mais aussi une possible origine du monde, comme aux Indes avec l'embryon d'or...)

 

 

Claudine Glot insiste et elle a fortemement raison sur le fait que Merlin est bien entre Ombres et Lumière et qu'il rejoint en cela des conceptions celtiques fort anciennes qui puisent dans les conceptions de la première « religion » celtique dite religion « cosmique »... et dans le calendrier celtique lui-même où la notion d'alternances entre la nuit et le jour, le monde diurne et le monde nocturne, le sombre et le clair est prépondérante...

 

 

Les gaulois par exemple comptaient en nombre de nuits car c'est de la nuit que naissent le jour et les aurores (comme dans les textes des anciens « Vedda » hindous...)

L'année était divisée en deux parties alternées ; soit 6 mois de prédominance sombre (de Samain à Beltaine, soit de novembre à mai) puis une prédominance claire (de Beltaine à Samain, soit de mai à novembre.) et ce, sous le patronage aussi alterné d'entités plus ou moins diurnes ou nocturnes voire « ambivalentes »...

 

 

Merlin jongle avec le temps, louvoie entre passé, présent et futur...

Il est « de ce monde » mais aussi « de cet autre monde »...

Aussi concevoir qu'il soit en tant que mythe et archétype « enclos » ou « entombé » me paraît être une aberration et une ineptie littéraire totale !...

 

 

C'est toujours un féminin (jeune, beau et surnaturel) qui sert d'agent et de vecteur pour ces « enfermenents » définitifs du Mage...

 

 

On sait que ce Féminin dès qu'il sort du formatage social et religieux, des attitudes et comportements arbitrairement, idéologiquement et autoritairement attribués, devient le suspect idéal pour accroître l'image dévalorisée que l'on fait de lui...

Et les clercs ne se privent pas, bien au contraire, de fustiger l'image féminine et de la traîner dans la boue !...

 

 

C'est pour le monde religieux la « bête noire » par excellence, la perversion personnalisée...

On ne s'étonnera pas alors que ce « féminin » dit « diabolique » fasse aussi l'objet en ces récits médiévaux d'une attribution « néfaste » et « perverse» surtout dans le cadre de la christianisation des textes et récits...

 

 

Cette « diabolisation » n'existe pas dans la Tradition orale bardique ancienne et originelle !... Le Féminin est porteur, comme le Masculin lui aussi, d'ambivalences, mais celles-ci rentrent dans le jeu des alternances nécessaires et complémentaires en leurs contrastes...  (Y compris parmi les dieux et déesses...)

 

 

Cela aussi demanderait de nos jours bien des réflexions et études afin d'élaborer d'autres rapports et relations plus harmonieux entre une polarité et une autre !...

 

 

« Merlin a le bien pour seul but, l'accomplissement d'une volonté divine et la prospérité des hommes. »

« Il n'utilise ses facultés surnaturelles que dans des circonstances impérieuses. Il fait rarement appel à ses dons pour des visées personnelles sauf pour transmettre à des femmes qui ont décidé de le séduire. Avec ses apprenties magiciennes, il est puni par le chagrin, la perte de sa dignité et de sa liberté. » Claudine Glot

 

 

Il me semble que Merlin est, se place, au-delà du « bien » et du « mal », par-delà une terminologie religieuse exacerbée elle aussi... Sa pensée et ses actes sonnent « justes » ou non... L'important est une capacité de transcendance fortement exprimée qui n'oppose pas des contraires ou des dualités, mais qui tentent une conciliation fructueuse et nécessaire entre ces opposés...

 

 

La nuit est nécessaire au jour et le jour à la nuit, de même pour la vie et pour la mort, selon les conceptions celtiques...

 

 

 

Bruce 2018 012pm.jpg
L'homme-Vert (Esquisse Bruce)

 

 

 

Merlin certes, « jette des sorts », mais à bon escient... « Par ses gestes magiques les puissances divines se manifestent »... Il est donc bien un « mage » ; un de ceux qui (avec les mages persans) furent les initiateurs de ce qui deviendra la philosophie si l'on en croit les écrivains Grecs et leur « âge d'or »...

 

 

Cela pourrait faire de Merlin une sorte de réminiscence du « druide » lui aussi homme de « magie » et ayant recours aux puissances divines, maîtrisant les éléments naturels et opérant avec eux...(Maître en éloges ou en blâmes et satires ; soit des instruments permettant de réguler certaines attitudes au sein de la communauté troublée et agitées des hommes.)...

 

 

« Il rappelle à lui la présence de l'ancienne magie » Et celle-ci ne peut lors qu'être « druidique » !....

 

 

« On lit souvent que Merlin est un druide. Certes, le couple Merlin-Arthur reproduit la répartition des pouvoirs entre le druide et le roi de la société celtique ancienne, mais le cas de Merlin et d'Arthur ne reflète que partiellement cette organisation...

Aucun roman arthurien ( christianisé au demeurant) ne désigne Merlin comme un druide. On serait très surpris du contraire !...

 

 

Contrairement aux druides qui proscrivent l'usage de l'écriture (un support qui fige et fixe une pensée et la prive d'évolution)... Merlin délègue l'écriture qui le concerne à son scribe (Blaise)...

 

 

Pourtant Claudine Glot évoque bien en son ouvrage « le prophète Merlin héritier des druides ! » et que « Merlin, héritier de la Tradition celtique, ne peut avoir recours qu'à la tradition orale » d'où le fait qu'il dicte son « Histoire » à Blaise mais ne l'écrit pas lui-même. »

 

 

Reste cependant après sa « disparition » des signes cryptés sur les pierres qu'il appartiendra aux hommes de déchiffrer...

 

 

///...

 

Merlin accepte de confier au « féminin séducteur » une part conséquente de ses « secrets »...

Il a été à juste titre fort déçu du masculin, un masculin qui jette mortellement le fils contre son père (Mordred et Arthur), pratiquant alors cette terrible « inversion des valeurs » aux redoutables conséquences  et dont la prophétie de la Morigane et celle du Dialogue des Deux Sages nous pont mis en garde sous forme d'alertes et d'avertissements !...

 

 

Il n'est pas sans savoir que le féminin a lui aussi ses ambiguïtés, mais il fait confiance à cette polarité plus sensitive et intuitive et ce d'autant plus qu'il est confronté à la plus haute des « magies » : celle de l'Amour qui à la capacité d'opérer tous les changements, toutes les mutations et transformations au sein d'un être animé et enveloppé par Lui !...

 

 

A travers la représentation féminine, c'est à l'Amour qu'il se « livre » finalement... Il ne saurait lors en être « puni, y perdre sa dignité et sa liberté » !...

 

Car cet Amour qui passe à travers le philtre Féminin est le ruissellement clair, limpide, transparent, d'une Source absolue et infinie que rien si ce n'est l'homme et la femme ne sauraient tarir si ce n'est eux-mêmes par eux-mêmes et en eux-mêmes !...

 

Tout amour réellement, véritablement, authentiquement donné, reçu et offert retourne à la Vasque originelle porteur des dons et offertoires nés du lien amoureux... (Rien de perdu, rien de trahi donc!)...

 

 

Viviane et Morgane, Morgane en premier sont considérées comme des « apprenties sorcières » aux sentiments « impurs »...

Mais ne sommes nous pas là dans le « petitement et le faiblement humain » ?...

 

Ces femmes ne sont pas, n'ont pas été sans « amour sincère et véritable ». (L'auteur de l'ouvrage nous dit bien par exemple que « Morgane recherche à la fois l'amour et la science de Merlin ! »

 

(On notera par ailleurs que la dite Morgane sera privée de son père, de ses terres, de son titre par Merlin afin qu'Arthur puisse naître ! Cela donne quelques raisons à une idée de vengeance !)...(Morgane reviendra toutefois vers Merlin, mais celui-ci lui préférera Viviane.)

53577772_987524638118381_214938335498469376_npm.jpg
Bruce Lhuillier

 

 

 

Viviane :....

 

 

 

« Il n'y a pas de relations harmonieuses avec les Dames qui entourent Merlin. »... (« Ce sont des sulfureuses élèves. »)...

 

 

 

 

Viviane présente deux aspects différents. Il y a la Dame du lac qui veille et éduque « maternellement » le jeune Lancelot et la Fée des bois (et des sources) qui demande son enseignement à Merlin tout en redoutant sa cour amoureuse...

 

(Certains auteurs présenteront Merlin par la suite comme un vieillard lubrique!)...

 

 

 

 

Merlin sait parfaitement à quoi s'en tenir de ces relations et Viviane apparaît bien comme l'instrument du destin de celui-ci...

 

 

 

(Merlin demandera à Viviane de veiller sur Arthur)...

 

 

 

 

A noter le lien entre Ninian ( nom d'une rivière en Brocéliande et ancienne déesse des eaux » et Viviane aussi appelée Ninian... (Référence au monde Celte ou le féminin est gardien des eaux (fontaines et sources)...

 

 

 

 

 

Ces Femmes, fées et Déesses, ont véritablement aimé Merlin et celui-ci à répondu à leur amour et a satisfait leur volonté et désir dans leurs approches premières et authentiques...

 

La suite est la façon dont les auteurs du récit ont vécu et transposé cela à leur manière et selon sans doute l'idée et l'expérience qu'ils se sont fait de leurs relations avec le Féminin et ce qu'en pensait leur époque !...

 

 

On prête à ces femmes a priori « frustrées ou machiavéliques » des sentiments « impurs » qui servent de prétexte à faire de Merlin un homme abusé et trahi dans ses sentiments amoureux et qui fournissent des « justificatifs » à son « enclosement » dit par ailleurs consenti et volontaire....

 

Mais l'enclosement dans l'Amour est, en fait et en fêtes, une « libération » de toutes les Forces, Energies et Lumières, de toutes les Puissances créatives et       novatrices !... C'est Lors un "attachement" paradoxalement libérateur au sens où l'Amour véritable est sans entraves, Il n'a pour "appartenance" que lui- même !...

 

 

 

 

Druidisme divers 09 03 2018 063pm.jpg

 

 

 

 

« Il est bien probable que Merlin n'a jamais existé et que l'on trouve plutôt en lui les reste d'un ancien dieu mêlé au personnage panceltique du fou des bois. » Léon Fleuriot

 

Cette information et ce postulat sont à prendre en considération par ce qu'ils supposent du personnage de Merlin lequel pourrait bien recouvrir d'anciennes et antiques conceptions en terme de divinité... et relever plus du mythe que de la réalité !...

 

 

Merlin se transforme souvent en cerf,un animal qui fait la liaison et sert de porteur entre un monde et un autre, entre le monde humain et le monde suprahumain...

 

 

Hors le cerf en sa ramure voir en ses pieds est un fort attribut qui accompagne le personnage fort ancien de Cernunnos « l'homme-cerf » dont le modèle antérieur est « l'homme-cerf » de la caverne dite des Trois Frères en France, (on retrouve aussi une figure apparentée à Cernunnos dans la Vallée des Merveilles au Mont Bégo dans les Alpes à la frontière avec l'Italie.)

 

 

Le Cerf serait aussi un « conducteur d'âmes »...

On possède peu d'élément sur ce Cernunnos en dehors de quelques représentations assez connues comme le Pilier des Nautes en Parisis, des autels gaulois et sur le chaudron célèbre de Gundestrup...

 

Mais ce qui le représente peut très bien être transposé dans le personnage de Merlin comme d'ailleurs le Dieu scandinave Odin qui a également le don de métamorphose. Merlin et Odin ont de communs compagnons fidèles (les loups et les corbeaux.)

 

Claudine Glot nous dit : « Odin annonce le sort des dieux et leur fin et Merlin ne peut empêcher la chute du monde arthurien. »

 

Ils ont voyance commune de la fin proche d'une société (humaine et ou divine), soit la fin d'un cycle de civilisation qui par ailleurs entre dans la « loi traditionnelle des cycles de mort et de renaissance »...

 

 

Merlin transposé en notre fin de 20è siècle et de début du 21è siècle aurait déjà lancé toutes les alertes auxquelles nous avons très peu, trop peu porté d'attention et de considération !...

 

 

On le prendrait ou on le ferait passer lui aussi comme un futur « dictateur écologiste » !!! (Terme caricatural et stupide prêté de nos jours à Aurélien Barrau par       exemple !)...

 

 

Les changements d'apparences font partie des processus magiques que Merlin utilise fréquemment pour persuader ou avertir, mais jamais pour mystifier ou éblouir....

 

 

Je suppute fortement du « Merlin » chez des penseurs comme Pierre Rhabi ou Hubert Reeves etc !!! (Eux aussi des lanceurs d'alerte!)... (Et eux aussi donnent à voir, à percevoir, à entendre, à comprendre et ce, sous « l'apparence des êtres et des choses » !)...

 

Le sentiment « pré-écologique » est parfaitement attesté chez Merlin :

« Merlin représente le chaînon manquant entre l'homme et la nature. Il lui parle et se fonde même en elle. Comme on le voit dans la figure médiévale de « l'homme-vert »...

La sœur de Merlin « s'incline devant la nécessite, vitale pour Merlin, du recours à la nature. »

 

 

« Merlin pourrait parler comme le barde Taliesin évoquant les divers êtres ou même les moments dont il a été tour à tour l'esprit à l'instar du héros irlandais, Tuan mac Cairill, qui fut cerf, sanglier, faucon et saumon.

Ce type de transmigration de la conscience s'est dégradé avec la déculturation et l’acculturation des Celtes lors de la romanisation puis de la christianisation, mais la littérature orale et écrite en a garder la mémoire. »

 

 

Il est important que Claudine Glot évoque bien une « transmigration de conscience » car il s'agit bel et bien de cela dans ses « métamorphoses » ; c'est-à-dire, comme le formulait de même Gwench'lan le Scouezec (l'ancien Druide la Gorsedd armoricaine), « le passage progressif à des états, niveaux et plans de conscience supérieure »...

 

 

On pourrait aussi ajouter Fintan, l'un des hommes primordiaux à cette liste... Ils ont capacité à intégrer les règnes et les animaux dont ils semblent « parler le langage même»...

 

Tous se savent issus de la Grande Matrice Originelle, ils en savent la Source et la Racine et en reçoivent le flux et la sève...

 

 

 

Broceliande Divers SEPT 2018 001pm.jpg

 

« Merlin est l'héritier des divinités dites protéennes capables de prendre touts les formes à la façon de Protée ; dieu Grec des commencements du monde. »...

 

 

Comme les hommes et bardes primordiaux témoins eux aussi des « commencements des mondes », de leur berceau d'eau et de feu, ils en connaissent et perçoivent aussi la fin censée elle aussi d'être enveloppée d'eau et de feu !...

Merlin lui aussi est homme des commencements donc également des fins dernières !... Il a pouvoir de nous annoncer celles-ci tout en sachant qu'elles s'inscrivent elles-mêmes dans une loi cyclique qui ouvrira sur d'autres perspectives (avec ou sans nous!)...

 

 

Si dans certains récits le Féminin sert de dénouement plus ou moins tragique pour Merlin, c'est une très belle jeune femme qui aidera Merlin à revenir à la civilisation lorsqu'il vaticine dans les bois en tant « qu'homme sauvage »...

C'est aussi le Féminin (la Forêt) mais aussi la sœur de Merlin (la reine Gwenddydd) qui l'aideront à s'apaiser, à subvenir à ses besoins et à guérir...

 

 

« Merlin reproduit auprès des rois de Bretagne, de Vortigen à Arthur, la fonction que tenait les druides dans les royaumes celtiques. »

 

 

En effet, il convient à un druide de conseiller le roi sans jamais interférer sur la gestion royale... Il inculquera au jeune roi Arthur des notions de justice, de vérité, de droiture, de générosité et le mettra en garde contre la jalousie...

 

 

« Merlin aidera le jeune roi à unir ce Monde et l'Autre-Monde. »...

 

En créant la « Table Ronde », il met en ordre le monde des chevaliers, les dote d'un idéal, d'une éthique, d'une quête héroïque et chevaleresque... Il « canalise » ceux-ci et évite leurs débordements et dérives...

 

 

« Chez les anciens Celtes, l'arbre et le bois, toujours renouvelés au rythme des saisons, sont des symboles de la fonction druidique. La pierre au contraire, symbolise le sol et le roi. »... (Exemple la pierre de Fàl ou pierre de Royauté) (Voir aussi l'oursin fossilisé.)...

 

 

« Merlin évolue entre végétal et minéral... » sans oublier ses « métamorphoses animales (oiseaux et cerf) » En fait,il évolue à travers l'ensemble des règnes... Son A.D.N est la souvenance et la mémoire d'une « cosmogénèse ! »...

 

Merlin rit dans des circonstances qui paraissent suspectes, grossières ou déplacées. Mais le rire de Merlin est un rire non provocateur ni injurieux ; c'est un rire qui « dévoile une imposture » ou qui « rétabli la vérité »... ce serait un rire « proche de la transe divinatoire »...

 

 

Merlin par ses dispositions particulières à évoluer entre temps et espace va servir à amener la procession et le cortège du Graal et à interpeller l'auditeur et le lecteur sur ce mystère christique...

 

Il sera l'architecte suggérant la création de la Ronde Table et de ses ordonnancements... Il est lors utilisé au service de la chrétienté (bien qu'il a eu affaire, par sa naissance, au diable !)...

 

 

Le Chaudron d'abondance, de santé, de guérison, de connaissance et de renaissance des Celtes, du Dagda, de Keridwen se trouve lors transformé et passe sous l'égide de la mitre, de l'encensoir et du goupillon...

 

 

La localisation des amours de Viviane et de Merlin en Brocéliande à toujours été un sujet de polémique. Pour Claudine Glot « Brocéliande est la seule à superposer un cadastre réel à une cartographie légendaire. »

 

 

La Normandie a bien revendiquer et arguments à l'appui un « Barenton » et un lieu sauvage dédié à Arthur (la Fosse Arthur), mais Brocéliande l'emporte...

 

 

Gauvain, après la disparition de Merlin réfugié à priori en son ermitage sylvestre et forestier, sera, dit-on, le dernier à entendre la voix du sage et du devin....

 

 

Pour ce qui me concerne ; je n'ai point été chevalier dans mon existence, mais c'est bien « Viviane » et son « âme vive » qui m'a reçu en la vasque matricielle de Barenton au temps de la Lugnasad et qui m'a initié selon le dit, les gestes et les formules aux mystères de la druidité, qui ma révélé à moi-même ce trésor de mémoire et de souvenance oublié en ma sylve intérieure...

 

Et ce jour là, au zénith solaire, le chant de la fontaine ressemblait au sourire malicieux de l'enchanteur !....

 

 

Personnellement, en 38 années de fréquentations régulières du « royaume de Brécilien », je n'ai jamais entendu ni « acoustiqué » le moindre « cri du prisonnier de la fée » ??? !!!

 

 

...///...

 

 

IMG_5319pm.jpg
Bruce Lhuillier

 

 

 

Merlin a accompli la mission qu'il lui revenait de réaliser (le plan « divine et « sacré » qui lui était imparti. Les autres plans ne relevant pas de son fait.)...

 

 

 

 

« Je ne parlerai plus jusqu'au retour du roi Arthur. »

 

 

 

 

Et Arthur ne saurait se réveiller en Avalon sans la présence à ses côtés de Merlin !... Le retour de l'un ne saurait se concevoir sans le retour de l'autre... Le monde Celte lui même, en ses possible résurgences contemporaines, ne saurait réanimer et réactiver de son esprit, de ses pensées, de ses sagesses, éthiques et valeurs, notre « modernité » sans que le Roi et son conseiller ne président tous deux à un redéploiement spirituel et philosophique et ce d'abord au sein du royaume intérieur de chacun et de chacune...

 

 

 

 

Il y a des cœurs, des justes désirs, des fermes et claires volontés, qui attendent leur Table Ronde !...

 

 

 

 

« De tous les personnages du monde arthurien, Merlin est le seul à ne pas connaître la mort. »

 

 

 

 

John Boorman réalisateur du film Excalibur avait choisi initialement pour titre à celui-ci : « Merlin Lives » «(Merlin est vivant) !....

 

 

 

 

Partout où il y a « enchantement », il y a le souffle, les facéties et le sourire de Merlin ; partenaire des complicités et des entendements subtils et harmonieux...

 

 

 

 

Merlin n'existe pas, n'a pas existé, si ce n'est dans l'immortalité d'un rêve, d'un songe et d'un imaginaire qui sont et seront toujours des compagnons essentiels assis à la table de l'Etre afin de servir Celui-ci de leur mieux...

 

Au Féminin aimant qui les entoure de leur apporter la Force, l'Energie et la Lumière qui jaillissent de l'Infini Chaudron des Celtes !...

 

 

 

 

 

Bruce 2018 010pm.jpg

 

 

 

A SUIVRE..



12/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi