Les dits du corbeau noir

DOSSIER : L'HOMME SAUVAGE (SUITE) BRAN DU 2020 22 02 FEVRIER

 

 Druidisme divers 09 03 2018 063pm.jpg

 

 

 

 

A Propos de l'Homme Vert ou Homme Sauvage ou Homo Silvicus...

 

 

Où il sera aussi question de Merlin et de symbiotique...

De J M LE CLEZIO. Plus Notes et Commentaires Bran Du

 

Sources : une étude de Hicham Boulakhsoumi sur J M Le Clézio

(extraits) dont il ressort selon les propos de celui-ci que :

 

« L'homme ensauvagé peut se ressourcer noblement dans la nature en fuyant la civilisation. ».

 

Parmi les œuvres de l'auteur (prix Nobel de littérature et prix Renaudot), je recommande plus spécifiquement :

Le Voyage à Rodrigues et Désert...

 

Ces éléments d'études sont contenus dans l'ouvrage réalisé sous la houlette de Christina Noacco et Sophie Duhem :

« L'Homme Sauvage dans les Lettres et les Arts » aux Presses Universitaires de Rennes...

 

…///...

 

Le barbare est avant tout un homme libre... (Pour les Grecs, c'était simplement l'étranger, le « non-Grec ».) NDR

 

Le rêve de J M le Clézio ; c'est le retour à un monde originel...

 

Il y a pour lui une supériorité de la morale naturelle... Il prône une vie sauvage sans prédation....

 

« Un être « sauvage » vit loin des villes dans la nature en symbiose avec les éléments et les forces cosmiques. »

Jean Onimus

 

L'homme peut renouer avec la nature à condition que tous les sens participent à cette (re)connaissance de la nature (une synesthésie)... Il se peut qu'il éveille aussi un 6è sens lié à « l'intuitivité »...

 

J M Le Clézio fait le constat lucide d'une vie déshumanisée (Il s'agit aussi de témoigner de l'état de notre société moderne) et propose une vision éco-spirituelle de celle-ci, une nouvelle « reliance » entre l'homme et la nature, un pacte d'enracinement dans celle-ci...

 

« Oui, on est au centre d'un arbre, d'une pierre, au centre d'une goutte d'eau... » (Englobé et non englobant ! NDR)

J M Le Clézio

 

Il y a une « tentation » de la vie sauvage... On rêve d'un « ailleurs »...

L'attrait pour une vie sauvage est manifeste, la nature apparaît comme un lieu de « retraite » bénéfique face au rythme cadencé et stressant du quotidien....

 

L'habitat « sauvage » peut être celui du paysage du « refus » (d'une résilience, d'une résistance, d'une opposition...)

Il est largement ouvert et accueillant au « converti » à la Nature...

 

Il s'agit rien de moins que de retrouver l'harmonie du monde...

 

Une île devient un lieu de ressourcement originel...

Elle provoque un basculement vers « l'Autre-Monde », vers l'autre versant de la réalité...

 

Le constat ; une humanité dénaturée... Une civilisation de l'excès...

Un homme desséché, coupé de ses racines...

 

Pour J M le Clézio, le retour à la nature, à la « primitivité » est indispensable car celle-ci est la matrice même de l'humanité, la matrice par excellence... Il s'agit d'opérer une fusion salvatrice entre Homme et Nature...

Apparaît de nos jours une perspective moderne de « l'Homme des Bois »...

 

….........................

20 MARS 2017 BROCELIANDE 036pm.jpg

 

 De la symbiotique.... Notes et commentaires Bran du

 

(Bien des cultures et civilisations fort anciennes pratiquaient une osmose d'entendements et de compréhensions entre l'individu, sa communauté d'appartenance et la nature et l'univers dans lesquels cet ensemble baignait et cherchait sans cesse son équilibre et son harmonie (dans une interdépendance mutuelle d'intérêts ressentis comme partagés.

Ceci bien avant donc que le terme appelé « écologie » ou « environnement » ou « symbiose » n'existe.....

 

La co-existence bienveillante et bienfaisance, co-hérente et concordante, est recherchée et fonde une spiritualité et une philosophie ; un art de vivre donc qui autorise toutes les évolutions bénéfiques et qui lie et relie par ces liens conscientisés

l'être humain à tout le cosmos visible et invisible...

 

L'Anthropocentrisme et les dérives fortement préjudiciables initiées par lui ne sont pas encore en usage... L'homme n'est pas « au centre du monde ni le nombril de celui-ci. », il tient sa « juste place » parmi les règnes et tout l'anima du vivant....

 

Le monde l'englobe et attend peut-être de lui sa propre genèse, sa propre « éclosion » !....

 

Jean Marie Pelt, qui nous a quitté l'an dernier, avait consacré l'un de ses derniers ouvrages à cette notion de « Symbiose » que notre Tradition résumé par une triade : « accord, équilibre et harmonie. » (En soi, avec l'autre, avec les autres, autour de soi et bien au-delà de soi !)...

 

Jean Marie Le Clézio a aussi abordé ce thème et l'a développé dans ses romans...

 

Michel Serres de même dans « le Contrat Naturel » (ou contrat de Symbiose)... :

 

« Le droit de symbiote se définit par réciprocité ; autant la nature donne à l'homme, autant celui-ci doit rendre à celle-là, devenue sujet de droit. »

(Nous n'avons pas attendu ces notions de « droits » pour accorder au sein de la Tradition une place de choix et « première » à l'environnement naturel et celui-ci à toujours été invité, invoqué, appelé et célébré eau sein de nos rituels où notre « gratitude » en ce sens a fortement été exprimée.)...

 

C'est le passage volontaire, lucide, conscient et éclairé de la fonction de prédateur à celle de protecteur, de régulateur et de médiateur entre l'Homme et la Nature...

 

« L'arbre est très semblable à un être humain, il a le même corps, les mêmes attaches, le même cerveau, qu'un être humain...»

 

Li Sou-Yeul nous dit à propos de J M le Clezio en évoquant « un monde sans venin » :

 

« En remettant en question l'humanité, la place de l'homme dans le monde, J M le Clézio nous guide dans un voyage de retour vers les sources de la vie, là où les éléments naturels constituent la seule véritable demeure de l'homme, là où l'unité de ces éléments célèbre la communion cosmique entre l'homme et l'Univers. »

(Le voyage dans l’œuvre de J M le Clézio)

Quand une spiritualité, une philosophie, un art de s'incorporer au vivant, une Tradition « reliante » demeurent, l'harmonie et l'équilibre font séjour ; la création, la créature et l'acte créatif sont lors l'habitat de l'Anima de tout être et de toute chose !... NDR)

 

…///....

Broceliande Divers SEPT 2018 001pm.jpg

 

 

De l'Homme dit Sauvage :

 

L'homme sauvage relève du mythe bien plus que de l'Histoire. C'est un être « hybride » entre deux mondes séparés et souvent opposés (considérés comme antinomiques et antagonistes)...

 

Il faut aussi écartèlement entre les désirs gérés contradictoirement par l'homme : d'un côté, un besoin d'extrême liberté et de l'autre, la sécurité communautaire et l'exercice relationnel que fournit le « groupe ».)

 

Il y a du « civilisé dans le sauvage et du sauvage dans le civilisé » (Tout équilibre est fonction d'un bon « dosage » !)...

 

Il est beaucoup question d'un « ensauvagement » de l'homme dit moderne reste que la notion « d'ensauvagement » étant mal « identifiée » et essentiellement par manque de clarifications, il ne sait plus trop à quoi cela ressemble et ce que cela suppose !...

 

Il n'y a pas en fait de bons ou de mauvais « sauvages », mais un état d'être affranchit de toutes servitudes, de toutes autorités, de tout arbitraire, de tout dogme... etc …

 

On peut, dans l'observance des sociétés humaines dites « civilisées » se poser la pertinente question de savoir, selon les critères et acceptations péjoratives habituelles du mot, qui sont les « sauvages » soit les hommes les plus promptes à faire disparaître les autres ?... (On ne peut que penser ici aux divers génocides encore actuels perpétués par la race humaine contre elle-même et contre tout le vivant en général !)...

 

Il s'agit lors de « bien saisir les instances enfouies en l'homme. »

 

« L'imaginaire lié au monde sauvage est loin d'avoir épuisé sa portée et ses ressources. »...

 

…........................................... …///...

archives photosVerbatim bran du 25605.JPG

 

 

Notes Bran Du :

De L'homme sauvage et de Merlin...

 

 

(L'homme dit sauvage est souvent placé à l'intersection du monde civilisé et du monde « non civilisé », il pourrait être comme Merlin un « passeur » et un « intermédiaire » entre ces deux mondes, mais il ne saurait exercer au mieux sa fonction « parmi les hommes » que pour autant que le ressourcement, la revitalisation, la re-dynamisation et la régénération « naturelle » se fasse périodiquement pour lui au sein de la sylve matricielle et forestière......

 

Une autre triade lors proposée :

Nature / Liberté/Responsabilité et Spiritualité …

 

La Nature, en un lieu choisie par nous et animée par Elle, nous offre une matrice « régénérationnelle » et un berceau initiatique par excellence...

C'est là sans doute l'une des plus belles expériences, des plus authentique et des plus intense (avec la cosmunion d'amour) proposée à notre être et à ses pollutions et encombrements divers et variés...

 

L'Etre renaît lors dans un état de Nudité donc de « dépouillement total »... Il revit une « cosmogénèse » dont il est à la fois le créateur et la « créature »... Il est lors co-partenaire avec la Nature d'une alchimique et opérative mutation/transformation qui agit évolutivement sur les plans et niveaux de sa conscience...

 

L'expérience veut, implique, un état de totale « nudité » qui est l'enveloppe même de toute véritable « renaissance » et sans lequel nul recouvrement majeur ne saurait opéré ? C'est un retour à un état premier, à une nouvelle forme de « virginité » qui favorise les recouvrements essentiels, les vêtures élémentaires qui sied autant à notre âme qu'à notre corps et qu'à nos pensées... NDR)

 

 

Merlin :

 

« Le personnage de Merlin est enfouie au plus profond de celle de l'homme sauvage. »

 

 

C'est l'archétype de l'Homme Sauvage, du « Fou des Bois », de « l'Homo Silvaticus » , il est, traditionnellement, notre référence particulière, un transhumant qui passe allégrement les frontières artificielles tracées entre la Nature et l'Homme...

 

Il est de ces hommes qui remettent de la sève en notre aubier et des bourgeons sur nos branches...

 

De l'alchimie intime des êtres et des choses, il est « l'opérateur »...

Il participe de nos transformations intimes et profondes, de nos éveils, de nos « illuminations », de nos « révélations » en cet « athanor » que l'on appelle la conscience......

Ce en quoi il est bien à la fois « l'enchanteur », le « prophète » et le « magicien »...

 

Il participe à ses façons au rétablissement du « bon ordre du monde » et incarne de ce fait et au mieux la fonction druidique

qui consiste à veiller sans cesse sur les lois d'équilibre et d'harmonie et à trouver les points de conciliation, de cohérence, de convergence, de consonance ajustée qui concourent à leur instauration, à leur maintenance, à leur restauration...

 

Merlin à la fabuleuse faculté de « changer » d'état et ce, à l'image et à l'exemple de ses illustres prédécesseurs (Fintan, Thuan Mac Cairill...), il se transforme, se « métamorphose »....

Comme Taliésin, il a baigné dans la jeunesse du monde, il a incorporé le règne minéral, le règne végétal, le règne animal, il a été frère des éléments...

Lors, il peut faire résonner, par sa parole, son verbe, son éloquence bardique, toutes les vibrations de l'Univers...

 

Il a l'Entendement de tous les entendements...

Il sait parfaitement à quoi s'en tenir en ce qui concerne le rapport, le « commerce » avec les hommes et celui avec la Nature... Il préfère, o combien, le dernier au premier, nonobstant la rencontre amoureuse avec Niniane non exempte d’ambiguïté d'ailleurs !...

 

Pour les uns il demeura le fruit funeste et maléfique d'une diablerie qu'il faut estourbir (et une partie de la littérature s'en chargera !) et pour d'autre une source infinie et sans cesse renouvelée d'exquis enchantements...

 

C'est en tout cas un exercice redoutable que de passer alternativement du monde de l'être à celui du paraître !...

 

Et cela n'est pas sans souffrance que cet amour de l'amour, du vrai, du beau, du juste, de l'harmonieux et de l'équitable... (Rimbaud et Nietzsche ont aussi connu ce « déchirement » d'une relation avec l'autre et les autres devenant pour ceux-ci incompréhensible et « incommunicable » !)....

 

Merlin, selon chacun, peut vivre, mourir ou demeurer dans une totale ignorance et indifférence !...

 

 

...........................................    …///...

 

Additif :

 

Des lettres qui constituent le mot « NATURE » on peut extraire deux idées majeures : une pense NUE et un ART de vivre !...

 

…///...

Brocéliande avril 2014 310.JPG

 

Bran du Février 2020



22/02/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi