Les dits du corbeau noir

DOSSIER GIONO (SUITE) EXTRAITS DU CATALOGUE ANNIVERSAIRE 2020 BRAN DU 27 01 JANV

 

 Corse Lumix 05 2018 003pm.jpg

 

 Photo Bran du

 

 

 

 

GIONO anniversaire de sa mort Janvier 2020 Bran du

Extraits du catalogue :



 

« Il ne faudra pas parler de politique à son propos



« Rien que du blanc à songer. » A Rimbaud



 



Un de Baumugnes Une réalité archétypale...



J M Le Clézio Préface Extrait



On s'est beaucoup mépris sur le sens de Giono, sur sa façon de situer et de développer ses récits. On s'est trompé aussi sur le sens de son engagement...

Giono ne fait pas l'apogée d'un pays de Cocagne, il parle de guerre, de violence, de vengeance, d'une sorte de religion païenne qui imprègne les pierres, les plantes et les hommes...



 

Giono n'est pas le chantre d'un terroir pas plus qu'il n'est la voix d'un retour en arrière, d'une nostalgie des sources. Son combat est celui d'un homme qui croit de toutes ses forces en la Nature qui l'oppose au monde moderne, non parce que ce monde est moderne, mais parce qu'il est inhumain...

 

Giono est un « terrien ». Il y a de la cruauté en l'homme et dans les récits qui parlent d'eux.

 

Il a parlé de la nature secrète de l'homme de Provence capable du meilleur comme du pire, tenace, obstiné, violent, cruel et sincère...

 

C'est un pacifiste qui maudissaient toutes les guerres. (Il survivra à 3 ans d'affrontements fratricides les pires qui soient.)

 

« Il n'y a qu'une seule gloire, c'est d'être vivant. »

«Rien ne vaut la vie d'un seul homme. »



C'est un révolté qui n'a jamais accepté le diktat des forces de l'argent.



« Les bêtes sauvages sont admirables. La société construite sur l'argent détruit les récoltes ; les bêtes, les hommes, la joie, le monde véritable, la paix et les vraies richesses. Vous avez droit aux récoltes, à la joie, au monde véritable, droit aux vraies richesses, ici bas, tout de suite, maintenant, pour cette vie. » 1936

 

Ceci est toujours vrai aujourd'hui, toujours vrai dans chacun de ses livres. Il cherche les « chemins de fuite » (Comme H Laborit, il en ferait même « l'éloge » NDR)

 

Les leçons de catéchisme reçues jeune lui inspire une sorte de répulsion corporelle et physique...

 

Il met en œuvre une apologie de la parole créatrice.

Trois de ses premiers romans sont dédiés au dieu Pan et placés sous le signe de celui-ci. Pan, c'est le Dieu symbole des grandes forces cosmiques...

 

Il ne se veut ni un écrivain régionaliste ni un « chantre de la Provence.»

 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 900pm.jpg

 

 

 

 

Jean le Bleu raconte son initiation à la poésie, à la musique, à la sensualité, au mal et à la mort.

Giono est un individualisme qui à le goût de la liberté, il est l'héritier d'un père anarchiste, mais il supporte mal une discipline militante... Il luttera ardemment contre le fascisme et la guerre...

 

Son ouvrage « Que ma joie demeure» à pour but de faire revenir la joie là où le goût de vivre à disparu. C'est aussi retrouver la passion de l'inutile ( bien que, de façon contradictoire, il affirme par ailleurs : « Il ne faut rendre aucun culte à ceux qui se consacrent à l'inutile ! ») et s'unir de nouveau au monde cosmique dans l'obéissance aux lois naturelles...

 

C'est le livre de Chevet de toute une génération... (Comme le sera D H Thoreau pour les jeunes américains. NDR)

En 1934, l'expérience des séjours communautaires au Contadour (Montagne de Lures, au-dessus de Banon) sera finalement décevante pour ses illusions...

Giono revendique le mérite de pousser les hommes « à obéir au contrat mythique qui les attache au monde. »      Il propose l'idéal d'une communauté rurale solidaire, autarcique...

 

L'ouvrage : « les Vraies Richesses » est un prolongement à «Que ma joie demeure.»...

 

« Avant que de chercher à être heureux, il faut détruire la société moderne « bâtie sur l'argent » et destructrice des vraies richesses.»

(Au sein de ses combats, il ne néglige pas la vertu du doute.)

 

Il dénonce la barbarie de la civilisation industrielle, de l'état capitaliste, des régimes totalitaires opposant une fois encore la civilisation paysanne à la tyrannie du fascisme...

Il faut détruire les partis et les chefs, il n'y a de grandeur que dans l'individu et la liberté... Il faut sauver la paix à tout prix car la guerre s'annonce inévitable. Il prône lors le désarmement universel...

 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 1187pm.jpg

 

 

 

…....................

 



Sylvie Germain en référence à « Solitude de la pitié» extraits



Le monde de J Giono est un monde rude, de dureté façonné par la solitude... Un monde enfermé sur lui-même et sourd...

 

« Il faut connaître les silences de haute Provence... Des vastes espaces entiers se taisent... Ne croyez pas à une communauté, ce sont des individus qui vivent chacun pour eux-mêmes »...

 

«La haine est féroce, la colère sans frein, l'ambition démesurée, la jalousie et l'envie font des miracles... »     « La générosité épouvante. »...

 

« Le Chant du Monde se clame sur la terre, en plein vent, au grand jour, parmi les arbres et les troupeaux, dans les champs, les sources vives, dans la sensualité de la nature. »

 

« Tu croyais peut-être que la terre est une boule de joie. »

 

L'art de J Giono est de donner vie à tout être, à toute plante, à toute chose...

C'est un regard sur le monde, une vision de l'homme et de l'existence...

 

« Vivre, ce n'est pas savoir, c'est accepter ce que l'on ne sait pas, c'est s'abandonner au courant du monde. »...

« Le chant du monde nous traverse au dedans. » (nous y allant baignant) BD

« C'est se résoudre non à chanter le monde mais à être « chanté » par lui. »

 

« La vérité, c'est que tout doit obéir. »



« C'est la seule vérité qui soit : celle du corps ; vérité des muscles, du toucher, du contact... Celui qui sait nager, qui sait marcher, qui a la force dans les bras et dans les cuisses, qui respire bien, qui œuvre juste, il a le monde pour lui.»...

 

« Le désir est là, comme une certitude tranquille, une force qui soulève, attire, attise, indiscutable, indicible...    le monde est plein de mystère et le désir est de ceux-là. »

 



« Ce qu'on est, on ne sait pas.» (Le Chant du Monde)

« On a tant de choses dans son sang.»

 

C'est lors, « L'harmonie du cosmos enfin rétablit, la splendeur d 'un accord restauré avec la nature. »



…///...

 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 546pm.jpg

 

 

 



Alice Vernet Extraits Pour saluer la vie (Ecrits pacifistes)



« Vous croyez l'homme bon parce que vous êtes bon.» Max Jacob à J Giono



« La terre est vraiment une admirable puissance d'équilibre et de joie. » (Journal)

 

Le pacifisme de Giono défend la splendeur de la vie...

 

Pour lui, la guerre est « un pâté de chair, de drap, de cuir, de sang et d'os. » « La guerre ne crée que la guerre.» «La guerre n'est jamais voulue par les peuples, elle est toujours subie.»

 

Giono, marqué et meurtri, reste capable d'écrire et de célébrer la vie qu'il aime sensuellement...

 

« J'ai commencé à écrire et tout de suite j'ai écrit pour la Vie, j'ai voulu saouler tout le monde de vie. »

 

« L'homme n'est la matière première que de sa propre vie. »

 

« La vérité est dans les très petits sentiments.»



« Sans le secours du poète on ne peut pas connaître le chemin qui délivre des enlacements de l'enfer.» Triomphe de la Vie. 1941



« Il ne intéressait plus aux hommes que comme des objets d'art dans les musées. » Le Bonheur Fou 1957

 

...///...

 

 

Canon Corse Mai 2018 928pm.jpg



 

 

Jacque Mény



Lire Giono, c'est porter un regard renouvelé sur le monde qui nous entoure... Il élargit le champ de la création romanesque, il expérimente d'autres techniques narratives. Il montre « l'absurdité et le « ridicule » des mœurs contemporains...

 

Après une écriture très corrosive, reviendra une réconciliation avec le monde car il s'agit de « redonner au monde naturel l'éclat des premières oeuvres »...



La création, c'est pour réussir sa vie...

« Réussir sa vie, c'est la plus grande création de l'homme. » (Les Vraies Richesses)



…///...



Philippe Claudel : Un roi en hiver (Un Roi sans Divertissement)...

extrait



Jean Giono, sans conteste, l'un des plus grands poètes en prose de la littérature du XXè siècle ; peut-être le plus grand.



C'est ici un Giono tragique qui es revenu des hommes, du Giono » au couteau... (Son héros se suicidera à la fin du récit.)

 

L'enseignement : la liberté du conteur... Une métaphysique puissante et humble … S'autoriser quoi qu'il en soit...

Après 1939 et son incarcération, il va soudain « noircir » ses textes. C'est du charbon des années sombres, c'est un fait...



« Vous pouvez m'enfermer, mes mignons, mais vous n'enfermerez jamais ma prose. Elle est libre. Va où elle veut. Grandit comme elle veut. Aucun mur, aucune règle, aucune loi, ne peuvent la contraindre. Elle vous emmerde et, grâce à elle, je fais de mêmes. Serviteur ! »

 


 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 965pm.jpg


Jakuta Alikavazovic Les Âmes Fortes extraits



« J'étais heureuse d'être un piège.»

« L'ombre est comme le paon : elle à des yeux dans la moindre de ses plumes. »

 

L'incertitude est une richesse et non un appauvrissement...

Un livre qui échappe à la résolution est un livre qui ne s'épuise pas...Une vie qui est un pur mouvement et qui trouve le moyen de s'infiltrer partout pour peu que l'on veuille bien la laisser faire...



…///...

 

 

David Bosc Le Hussard sur le toit extrait

Giono en habit de naufrage...



« Je ne me relèverai jamais de la perte brutale de mes illusions. » Après la « gueule de bois » du Contadour... après la blessure d'amour-propre de la mobilisation             ( l'auteur du « refus d'obéissance » a fini par obéir...et se mobiliser), après la bombe posée contre sa porte en 43, après la liste noire de 44, après la trahison de Blanche, sa maîtresse... Il n'a jamais été si mal en point...

 

Et c'est là, dans cet état qu'il écrit d'un seul élan plusieurs merveilles : Un roi sans divertissement, les Âmes fortes, Les Grands Chemins...

 

« L'air dans lequel on vivait, on le sent soudain qui se solidifie autour de vous comme du ciment. »

(La vie de Mlle Amandine)

 

« Faire la part du feu » Giono

 

« Nous habitons les convulsions et les effondrements d'un naufrage qui n'en finit pas de lenteur. »

Le Hussard sur le toit.



…///...

 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 900pm.jpg

 

 



René Fregni L'Iris de Suse « Le Déserteur »... extraits



Giono : L'une des œuvres littéraires les plus immenses, les plus foudroyantes sans doute du XXè siècle...

 

De Colline à l'Iris de Suse, Giono est le plus grand de tous nos panthéistes. Son vrai héros ; c'est l'arbre...

 

« L'amour est une main douce qui écarte lentement le destin. »

 

Giono prend ses distances avec ses semblables, avec leur hypocrisie, leurs calculs... Il se détourne du réel pour rester dans les territoires magiques de l'imagination qui l'ont si souvent aidé à vivre...

 

...///...

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 1106pm.jpg





28/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi