Les dits du corbeau noir

Dieu et déesse en nous Réflexion Bran du

Dieu et Déesse en Nous !     06 02 2013   Réflexion         Bran du      suite   Partie 2

 

La Matrice, le Chaudron de Ceridwen, sont apparentés à l’Embryon d’or, à l’Oeuf primordial…


Ils sont la chambre nuptiale des noces de l’eau et du feu là où l’âme et l’esprit se passent l’anneau ( le Cercle des potentialités à venir)  et concélèbrent leur alliance en s’épousant mutuellement…


Le Souffle pénètre la Matrice Spirituelle et la féconde ( c’est  semblablement l’inspiration qui féconde la pensée poétique…) (C’est le fleuve de la vie qui pénètre la terre en gésine et lui apporte le limon nécessaire à sa naissance ou renaissance…)


Mais sans conscience de cela , sans connaissance de cela, sans conscience ni connaissance, nul entendement de l’âme, nul entendement de l’esprit…


La conscience donne leur réalité au  corps et  à l’esprit  en toute connaissance de l’un et de l’autre…


Le chaudron épouse la périphérie du Cercle, il est donc le contenant propice à la réception des futurs contenus…


Il contient tous les puits, toutes les sources et fontaines de vie des mythes et des légendes… En lui résident les villes et cités  englouties dont la nôtre !


Conscience et connaissance s’appuient conjointement pour nous aider à trouver quelques approches et amorces de réponses aux « pourquoi » et aux « comment »…


La Mère enseigne, comme la Femme Bison Blanche, comme Mélusine, comme les Dames Blanches et leurs consœurs de multiples traditions, cette faculté de naître avec elle (de Co-naître donc) et en elle…

 

Le Principe spirituel enseigne de même en nous insufflant une pensée consciente qui accompagne notre Co-naissance en nous octroyant la faculté d’entendement et de compréhension, la faculté de faire les liens et d’en apprécier la teneur, la nature, la fonction… d’avoir analyse, mémoire et projection du dit enseignement…


A tout « animus » il faut un « anima » conscient, consentant et connaissant…


Les bulles, issues du chaudron, activé par le feu lui-même activé par le souffle, qui montent des profondeurs en surface forment tous des cercles issus du Cercle Père et de la Mère Matricielle…


Tous les cercles sont appelés à se conjoindre afin de rejoindre en toute finalité le Cercle premier !


Tous les Cercles émis se retrouveront au Point-Source leur extension terminée et leur oeuvre accomplie !…


Ils rejoindront la source sacrée aux 9 coudriers gardiens et veilleurs de toutes les potentialités à naître dans l’attente du retour des saumons de promesse et d’immortalité !…


Comme eux nous retrouverons la souche, les racines et la sève de l’Arbre de toute vie !…

 

 

Suite et fin  partie 3

 

Voilà des éléments et des ingrédients pour faire bouillonner notre propre chaudron afin de procurer une réflexion des plus nourricières et substantives…


Pourquoi  y-a-t-il un désir tenace de vouloir « spiritualiser » la matière que nous sommes ?


L’univers nous observe, le fond de l’univers nous regarde et dans ce regard se tient l’œuvre divines de métamorphoses, de transformations, d’épurations par l’eau et le feu, par noces et alliances, par union et séparation successives, par vie, mort et renaissance alternées…


Mais cette matière que nous sommes à un pouvoir bien étrange au regard d’une telle œuvre, c’est celui de pouvoir refuser ou ignorer totalement (et bien souvent orgueilleusement) celle-ci ; laquelle n’opère qu’avec notre consentement ; un consentement libre, volontaire, aimant, exigeant et responsable, qui est le fruit d’une autre alliance scellée entre la conscience et la connaissance…


Nous sommes, avec notre libre arbitre, invités à répondre au vœux de l’Incréé… A chacun, il est vrai, cette découverte ou le maintien dans l’ignorance… en vertu de son choix…


Notre corps peut à la suite d’opérations alchimiques singulières et complexes être l’instrument d’une partition dont il ne resterait plus au « final » que l’expression sonore la plus pure, la plus nue, la plus « puissante »  et la plus lumineuse qui soit et qui demeure en s’éternisant !…


De notre creuset amoureusement « exprimé » jaillira, en filet cristallin, la « liqueur de vie », le « breuvage d ‘immortalité « , le « cinabre » des sages et des Anciens partis retrouver la vielle route des Nuages, la Vielle sente de la Con-naissance…

 






06/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres