Les dits du corbeau noir

DIASPORA DRUIDIQUE (SUITE) 2019 LE BOSQUET DRUIDIQUE ALTITONA 24 05 MAI

 

 

Le Bosquet Druidique ALTITONA

 

Vosges et Alsace

 

La Voie des Druides dans l'Est de la Gaule

Le Druide Laïloken (Witto)

membre de l'A.C.D.S (Assemblée du Chêne et du Sanglier)

http://le-souffle-de-l-awen.fr 

https://www.druides.fr/altitona/clairiere.htm

 

 

 

Brocéliande 2019 mai 011pm.jpg
Laïloken (Witto)











Un bosquet druidique au XXIème siècle et dans le nord-est de la France !

Voilà qui a de quoi étonner, déranger ou irriter !

Les historiens nous disent que le druidisme est mort en même temps que la société celtique traditionnelle. Persécuté par Rome. Détruit par une autre conception du monde.

D'autres pensent que pour être Druide, il faut être Breton ...



Et pourtant !

Promenons-nous sur le Donon, sur Altitona (Le mont Ste Odile), au camp de la Bure près de St Dié...un peu partout et nous découvrirons des vestiges plus qu'honorables de notre passé celtique. Sachons entendre les légendes, les histoires de Lorraine et d'Alsace, sachons voir ce qui se cache derrière nos traditions paysannes (pour ne pas dire païennes) encore vivantes, pour découvrir que nous pouvons revendiquer cette identité celtique au même titre que la plupart des peuples d'Europe.

Mais au fond, la question n'est pas là !

Notre "carte de visite" : Altitona s'inscrit clairement dans la lignée de la confédération An Druidh Uileach Braithreachas (Cercle Druidique du Lien Universel) créé en 1717 à Londres par John Toland. Lignée dite "ésotériste" par les spécialistes et dont nous sommes issus par diverses filiations





Et pourtant, cela ne suffit pas à dire ce que nous sommes et faisons.

Alors soyons simples et vrais. Simplicité et véracité, que nous considérons comme des vertus essentielles.

Notre bosquet est constitué par des individus de tous âges, de tous sexes et de tous milieux, fédérés autour de quelques grands principes



Pour nous, le druidisme est d'abord une religiosité attachée à la Terre, non pas la terre en tant que territoire, nation, mais la Terre Mère, celle qui nous porte et nous nourrit ici et maintenant. Le druidisme nous met (re-met) en contact avec les énergies subtiles du vivant, les choses naturelles, c'est-à-dire, conformes à notre nature essentielle.



Le druidisme est une voie du vrai. Pas de la Vérité unique et absolue, mais de notre véritable identité d'être humain.
Pour pasticher le titre d'un ouvrage célèbre, ce pourrait être " la voie des Hommes vrais ".


Le druidisme est aussi ce qui nous rattache aux ancêtres. Ceux de l'antique tradition, ceux plus proches de nous, notre famille mais aussi, tout ce qui nous constitue.

Ces quelques définitions nous incitent immédiatement à voir dans le druidisme une voie " adogmatique ". Il n'y a pas de maître à penser, de "gourou " dans le druidisme. Il y a des individus dont la voie particulière les pousse à explorer tel ou tel aspect de la tradition. 


L'un sera " barde ", l'autre " ovate " (vate), le druide peut être tour à tour (ou à la fois) poète, shaman, passeur, relieur. Il est celui qui chante, qui versifie, parle aux arbres et aux animaux, recueille les bonnes herbes, manipule les oghams ou rêve…
Il est aussi celui qui ritualise, célèbre les saisons ou les grandes étapes de la vie.
Bref, il essaie de se réapproprier une spiritualité souvent confisquée ou annexée.



Le druide du XXIème siècle est un écologiste dans le sens le plus large du terme. C'est-à-dire, quelqu'un qui tient compte de son environnement, qui s'y intègre le mieux possible et essaie de préserver son équilibre. Le monde tel qu'il se présente est son terrain d'expérience.



Notre Bosquet met l'accent sur les points suivants



La spiritualité, la prière, la méditation , le "travail" relié à la nature et à sa magie
Le retour aux Lieux Sacrés, porteur de la Mémoire de la Terre

Le respect des Ancêtres et de la Terre Mère
Le polythéisme celtique , lié à l'Esprit du lieu

La quête des sources antiques du Druidisme 

Nous travaillons régulièrement et au moins à l'occasion des 8 fêtes saisonnières, chacun étant libre de ses engagements. Notre bosquet inivite régulièrement les sympathisants et membres d'autres groupes druidiques ou païens à participer à ses travaux
Chacun restant libre de ses engagements.

.................................................................................................



S'il fallait une Charte



Nous nous affirmons 
Nous nous reconnaissons

Enfants des Druides de l’antique Tradition
Liés par les symboles, guidés par les mythes
Buvant aux mêmes sources
Nous chantons du même souffle
Comme eux nous cheminons sur la roue de l'année
Honorant les Dieux par le chant et par le rite

Nous plongeons nos racines au profondeurs de la Terre
Nos poitrines ouvertes à la Vie.
Puisant dans l’inspiration une nourriture pour l’esprit

Nous savons le Feu et la profondeur de l’Océan
La froideur du rocher, la tiédeur du vivant,
Nous connaissons le Soleil, la Lune, le vent
Nos feux brûlent aux 4 horizons
Eclairant la porte des saisons

Nous laissons peu de traces, aimons la légèreté
Nous respectons toute Vie, marchons en Paix
Sur les sentiers de la Mémoire

Nous sommes fils de Terroir
Nous sommes de la tribu d'Altitona



................................................

 

 

Divers 22 05 2019 015pm.jpg



Bosquet Druidique



Oh jeune garçon, de qui es-tu le fils ?
Je suis le fils de Poésie,
Poésie le fils de Minutie
Minutie, le fils de Méditation,
Méditation le fils de Connaissance
Connaissance, le fils de Recherche
Recherche, le fils d’Investigation
Investigation, le Fils de Grande Connaissance
Grande Connaissance, fils de grand sens
Grand sens, fils de Compréhension,
Compréhension, fils de Sagesse,
Sagesse, fils des triples dieux de la poésie.



...................................................................

 

Le Souffle de l'Awen (Bosquet druidique Altitona)

 

Witto / Laïloken La voie des Druides dans l'Est de la Gaule

le-souffle-de-l-awen.fr

 Prière, appel, chant du coeur…

« Où il est question de magie »

Un appel

Dans la nuit, un son, un chant, une envie. Le coeur qui bat d’un désir ardent pour un ailleurs, un meilleur, une vie.

Qui suis-je moi, pour demander ? Qui suis-je moi, pour appeler ? Un feu ardent brûle ici bas. Un souffle divin me traverse… Et l’envie de hurler, de chanter à la lune et aux étoiles. Une nécessité vitale à communier avec l’au-delà, avec ce qui vit, là, avec moi… Si proche et si lointain. Un écho dans mon coeur et dans ma voix.

Un souffle qui résonne à chacun de mes pas…

 

D’abord dire ce que je suis. D’abord voir ce que je vis. Nommer, nommer, nommer… Par trois fois enchanter le monde de ma présence, afin d’appeler la sagesse éternelle en moi. Suivre une voie juste. Que ma demande soit en accord avec ce que je suis véritablement… Au coeur, au creux de l’être qui aspire à une vie bien remplie.

 

Commencez par attirer l’attention. Dites qui vous êtes…

« Entends-moi ! Moi, Witto Laïloken, je t’appelle. Ouvre moi la porte. Ecarte le voile qui nous sépare, afin que tu entendes ce que je dis, ce que je vis. Ecoute mon appel. Entends moi ! »

 

Une prière démarre par un appel, une ouverture. On frappe à la porte du divin afin qu’il nous réponde, qu’il nous permette de passer le seuil . Qu’il nous entende…

 

Il peut être utile de montrer une vigueur tranquille et sereine. Montrer son envie, son désir, par un ton, une voix ferme. Il ne s’agit pas de commander à… Mais plutôt d’attirer l’attention… Pourquoi l’autre monde dans sa globalité se pencherait-il sur mon sort ? Est-ce que je sais demander, appeler, afin d’être entendu et écouter ? Je crois que d’une certaine manière, il y a à convaincre…

 

Il y a à mettre de la force dans sa parole, dans ses mots, afin qu’ils résonnent, qu’ils vibrent en tout ce qui est. Que chaque arbre, chaque être, soit ébranlé par ces sons venant du plus profond de notre être… Que chaque lettre soit comme un feu ardent. Qu’elles marquent à tout jamais l’éternité de notre volonté…

 

Une adresse

 

Un être, une force, une énergie… Un Dieu, une déesse, les esprits de la nature. Le petit peuple qui parcourt bois et bosquets. Les gardiens d’une maison, d’un jardin, d’un royaume…

 


Une prière est un message. Et pour qu’un message soit bien reçu, il faut que le destinataire soit parfaitement identifié.
Mais comment identifie t’on un être, un esprit, une déesse, dont la forme peut être changeante ? Dont l’image ne peut être fixée ?
Tout simplement par ses attributs :
« Lugus au long bras, polytechnicien, soleil de l’ouest, gardien des voyageurs et des chercheurs de vérité, je t’appelle… »

 


Ceci est un exemple. Laissez faire l’inspiration. Ne cherchez pas à coller à une quelconque exactitude historique. Créez un lien, une relation avec ce que vous appelez. Que ceci vienne de vos tripes, de votre coeur. Que tout votre être soit partie prenante dans cet appel. Que le monde soit témoin, que l’univers s’arrête lorsque vos mots résonnent dans le ciel ou au creux de la terre.

 


Cette démarche commence obligatoirement, bien sûr, par l’étude de ce que l’on sait d’une divinité. Ceci est un point de départ. Un ancrage pour notre mental afin de démarrer sur des bases concrètes, solides, rassurantes pour lui. Mais cette base doit être avant tout un tremplin à l’inspiration. Faites vous confiance…

 

Ce que je veux, ce que j’offre…

 

 

Enfin, la dernière partie de la prière, c’est la demande… Que souhaitez-vous ? Pourquoi contacter cette divinité ? Que voulez vous ?

« Lugus, apporte moi l’inspiration et la connaissance… »

 

C’est certainement la partie de la prière la plus évidente pour tous… Il ne faut pas hésiter à demander, à solliciter. Nous n’avons pas à nous comporter avec le divin comme avec le monde profane. Le divin peut entendre et exaucer nos prières sans relâche… L’important en la matière est de garder la raison, et faire preuve de bon sens…

 

Si notre demande n’aboutie pas à plusieurs reprises, c’est qu’il y a peut-être quelque chose à revoir, à changer dans cette demande. Peut-être qu’elle ne colle pas avec qui nous sommes, avec ce qu’il nous est possible d’acquérir… Peut-être également qu’il nous faut observer des réponses qui nous parviennent de manière parfois peu évidente…

 

Offrez… Sachez donner…

 

 

Lorsque vous demandez quelque chose, sachez montrer votre reconnaissance en offrant… Offrez avant d’avoir un quelconque résultat… D’ailleurs, votre prière peut ne pas avoir comme objectif de demander, mais simplement de remercier, de faire acte de gratitude…

 

 

L’offrande en ce cas peut-être « gratuite ». L’objectif étant de donner, de se séparer d’un peu de ce que nous possédons pour alimenter la roue du destin, et la faire tourner un peu plus dans notre sens…

 

Sortez dans les bois, levez les mains au ciel, et prenez part à la roue du monde. Demandez. Osez vous imaginer. Osez vous projeter dans une autre vie… Soyez-en sûr, les prières sincères sont à tous les coups exaucées…

A très vite au détour d’un sentier,

Witto Laïloken



 

« Creuser la terre, et y déposer ses souhaits, ses espoirs.

Creuser la terre et y allumer le feu de la passion.

Creuser la terre, et y verser l’eau de vie. »

 

Sur une terre d’or, habitée par un peuple de l’eau, des paroles ont été prononcées. Paroles d’or venant du coeur et du ventre… Besoin de dire, de crier, de chanter…

 

Des paroles illuminées par le soleil qui allait se coucher. Echange et partage… Fruits, hydromel et petits gâteaux délicats. Légèreté sur le palais qui adoucit les coeurs et illumine les obscurités.

 

Des graines d’étoiles ont été posées sur la terre. Ayons confiance en la mère qui saura quand les faire germer. Espoirs, visions, destinées…

 

La nature se réveille à l’annonce de la promesse d’un lendemain plus doux. Au loin, des chevreuils aboient. Des bourdons s’élancent de fleurs en fleurs… De petites primevères déjà habitées par lutins et fées déploient leurs couleurs enchantées…

 

Après un long sommeil, la nature se réveille. Son chant nous ensorcelle, nous emmène vers d’autres cieux… Attention à ne pas trop se laisser emporter, au risque de ne jamais trouver le chemin du retour…

 

La lumière s’impose dans le ciel. Bien que la fraîcheur de l’hiver soit encore présente parfois, la chaleur ira en grandissant à partir de maintenant…

Naissance et renouveau. Lumière de la terre… Elle ouvre doucement les yeux après un long hiver… Le rêveur doit se réveiller, s’étirer, puis se mettre en mouvement, commencer à marcher.

 

Les eaux coulent, les cœurs s’ouvrent, les âmes se préparent à recevoir la lumière céleste… Splendeurs de la vie. Magie de ce qui est à portée de nos mains. S’ouvrir à cela, s’émerveiller. Garder le regard pétillant, et plein de joie, malgré les grands froids qui nous traversent parfois. Voilà l’esprit du printemps…

 

 

Soyez béni en ce moment de l’année enchantée. Que vos espoirs germent dans une terre fertile, et qu’ils se transforment en joie, amour et partage. Qu’ils grandissent, fleurissent, et deviennent un nouveau support pour grandir encore, encore, et encore… Jusqu’à épuiser la ronde des temps.

Avec sincérité.
Witto Laïloken

 



Fils du Rhin, Abnoba et Vosegos m’ont vu naître. La lune m’a emportée alors qu’elle était pleine. Comme le saumon j’ai remonté le courant, cherchant inlassablement la source fraîche, afin d’y manger les noisettes de sagesse. Depuis, je parcours la vie et le monde, avide de connaissance, et curieux de tout.

 

 

Conscient que l’essentiel n’est pas dans l’évident, je fouille la mousse des forêts, les pierres des rivières, et interroge les oiseaux dans les airs. Ami du feu, les flammes me racontent des histoires, qu’elles me permettent, parfois, de partager dans le cercle des âmes en quête.

 

 

Druide d’Altitona et de l’ Assemblée Druidique du Chêne et du Sanglier,       je chemine. De la montagne de Belenos aux rochers des esprits, je cherche  l’ échos éternel d’un message Païen, ancré dans la vie. Echos qui parfois claque comme le tonnerre.

 

J’ai le goût de la forêt, d’un chevreuil en paix. Amoureux de la vie, de la fraternité vraie.

 

Explorateur de mes ombres et de celles du monde, je crois que les illusions m’ont quittées il y a bien longtemps, bien que j’aimerais encore m’accrocher à certaines…

 

Confiant dans la vie, je crois que quelque part, la trame est tissée. Je crois qu’en chaque chose respire une âme, et que le sens de la vie explose en écoutant chaque chose. Je crois en de nombreux Dieux et Déesses, et à leur propos, je n’ai guère de certitudes.

 

M’affranchir de la facilité, et toujours questionner…

 

Aller vers ses peurs, aller vers ses craintes. Traverser le pont fait de lames tranchantes comme des rasoirs. Sortir de ma zone de confort pour explorer et découvrir. L’inconnu est terrifiant, l’inconnu est fascinant.

 

 

Questionner la mort, et écouter la vie. Faire ce que je crois avoir du sens, parce que je n’ai pas le temps d’attendre d’avoir « réussi ». Dans la vie il y a urgence à grandir, à partager, à aimer. Sur la voie des Druides il y a du sens à grandir, à partager et à aimer… Trop souvent, je me dis que la fraternité Vraie, autour de nous c’est évanouie. Et je me dis aussi que c’est un devoir sacré que de la réveiller.

 

Il n’y a je crois, pas grand chose de vraiment important, et que c’est pour cela qu’il faut aller à l’essentiel.

 

Le Druidisme peut aussi être transcendant, et célébrer la vie. C’est du moins ainsi que je le vis. Communier avec les arbres, les animaux et les rochers.  Ne pas imposer ce qui, à moi, me serait confié. Je sais que chacun crois détenir sa vérité, alors autant que mon orgueil me l’autorise, je tente de m’en abstenir.

 

 

Pour construire, il faut d’abord se déconstruire. Savoir que nous ne sommes que des marionnettes manipulées par nos Egos sur-gonflés. Déconstruire et démonter, au plus profond de nous, regarder, observer. Dire a(ux)dieu(x) et accepter…

 

 

Sans remise en question profonde, aucune avancée…

 

La vie est un jeu, nul besoin de s’en faire. Ma partie, j’ai décidé de la jouer en dansant. « Honorer les Dieux, ne rien faire de bas, et exercer sa bravoure ». Voilà un programme qui me plaît… Explorer les ombres, dompter la lumière… Merveilleux…

 

En ronde avec le temps, je suis bénis par les Dieux et éternellement reconnaissant

 

Faites gaffe : à trop se prendre au sérieux on en devient grincheux…

 

..............................................................................

 



Notes : Bran du

 

 

Voici une présentation marquée du sceau de la sincérité et de la ferveur et qui exprime les bases et les fondements spirituels et philosophiques de notre Tradition dans ses axes majeurs et ses lignes de force...

 

 

Servir la Vie, toute vie, dans ce qu'elle est et manifeste de son Essence sacrée et divine à partir des Lois de l'Univers et des Enseignements permanents et sapientiaux de la Nature et ceux reçus ou ensemencés de nos Anciens et Anciennes, de nos frères et sœurs en Chemin...

 

 

C'est une éloge sensible et intelligente du « Vivant » ; un vivant dépositaire et héritier d'une Tradition qui concélèbre le monde créé et à naître ; un Verbe, un Souffle poétique simple, naturelle, spontané, vibrant, fervent et aimant...



Quelques amicales remarques :

 

« Pour nous le druidisme est d'abord une religiosité  attachée à la terre »... On comprend le sens de cette formulation, mais l'état de druidité relève d'abord d'une Dimension Spirituelle dont sont issues les pratiques religieuses et le sentiment « religieux » afférent...

(Si nous pouvons éviter de confondre « spiritualité » et « religion », nous procéderons à une clarification qui nous fait grandement défaut !)

 

« L'un sera poète, « shaman », passeur, relieur »

Là aussi évitons de répandre la confusion surtout quand nous nous adressons à des personnes qui ne sont pas au fait des termes employés et de leur réelle signification...

Cela suppose (si l'on fait une lecture » brute de coffre » de ce qui précède) que parmi les fonctions druidiques proposées au cheminement existentiel la fonction « chamanique » est incluse au sein de notre Tradition  druidique !

 

 

Il existe de nombreuses versions de la « Prière des Druides » (issue du néo druidisme et inspirée du Dialogue des Deux Sages) ; celle proposée ici conserve la forme celtique originelle et actualise son contenu en l'élargissant, mais la terminaison me semble inadéquate et non conforme à l'Esprit réel du texte original...

 

« Sagesse, fils (fille) des triples dieux de la Poésie »

La Traduction de CH J Guyonvarc'h donne : « Sagesse, fille des trois dieux de la déesse Dana »

(l'un des noms de la Grande Déesse celtique qui est aussi Mère des Dieux)

(Pour la poésie » voir Brigit « Brigh » fille du Dagda qui est la déesse des Médecins, des Forgerons et des Poètes.)

 

 

Evitons peut-être de parler de « définitions » en parlant de la druidité qui ne saurait se définir et que les Anciens eux-mêmes ont refusé de définir (de fixer à demeure) (Définir c'est « finir ».)

 

 

On parlera (de préférence) d'une approche des contenus et fondements d'une Tradition basée sur la loi d'Evolution permanente qui est aussi une « loi de Nature » et que la « Loi de la Lettre » ne saurait aucunement fixer ou figer...

...........................................

 

 

 

Divers 22 05 2019 015pm.jpg



24/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres