Les dits du corbeau noir

DIASPORA DRUIDIQUE (SUITE) 2019 BRAN DU L'ASSEMBLEE DU CHAUDRON DES DRUIDES 27 05 MAI

 

 

 

DIASPORA DRUIDIQUE (Suite)

 

 

Divers mai 2019 050pm.jpg

 

 

Assemblée (Collège) du Chaudron des Druides

guillode@orange.fr

https://clairierebellovaque.webnode.fr

 

Collège du Chaudron des Druides

guillode@orange.fr

Druide Lanon ( Denis Guillo)

 

 

 

 

 

Divers mai 2019 086pm.jpg


Le Druide Lanon

 

 

Le Chaudron des Druides est membre de l'Alliance des Druides Celtiques (France / Italie / Brésil / Irlande et Portugual.)


Site officiel de l'Alliance: SITE OFFICIEL DE L'Alliance :

celticdruidallianc.wixsite.com/celtic-alliance

Assemblées et Clairières amies

16/01/2014 15:58

Pour le Brésil :  Union Druidique du Brésil https://uniaodruidicadobrasil.wordpress.com/

Pour le Portugal :  Assemblée de la Tradition Druidique Lusitana atdlusitana.wixsite.com/atdlusitana/centro-druidico-da-lusitanea https://atdlusitana.org/

Pour l'Irlande : Celtic Druid...

 

........................................................................



Préliminaires : Bran du Mai 2019

 

Les documents qui suivent sont ceux mis en ligne et consultables sur le Net...

Ils sont donc l'expression directe de diverses communautés druidiques avec leurs singularités et spécificités...

 

Il est utile et nécessaire de prendre et de faire connaissance avec ces diverses formes et applications de la druidité contemporaine et de ses variations proposées à l'entendement...

 

 

Pour autant que les dites formes soient au moins en résonance plus ou moins rapprochées et en adéquation essentielle avec le « Fond » conceptuel originel (pour ce que l'on peut en connaître réellement des lignes de force et des axes majeurs.) et qu'une option conceptuelle, parfois ou souvent « discutable », ne soit pas imposée à tous et à toutes comme vérité unique et indiscutable donc dogmatique, mais suggérée, proposée et ouverte à discussion, à raisonnement, à interpellation recevable et bénéfique pour tous...

 

 

Et ce en conscience du fait que nous ne sommes pas, les uns et les autres, du fait même : de l'énorme richesse sensible et intellectuelle, mythique et métaphysique, d'une telle Tradition ; du fait également de connaissances limitées, mais au moins avérées ou attestées si possible, sans glisser vers quelques paradoxes ou contradictions, errements ou égarements plus ou moins « volontaires » et pertinents...

 

Il n' aura pas de « jugement» en mes propos car jugement ne m'appartient pas, mais l'étude et l'analyse des affirmations, des constats de faits ou de situations, qui m'interpellent positivement ou négativement et qui trouvent en cela leur utilité même car m'aidant au discernement, à l'élargissement et à l'approfondissement dans ce ce qui nourrit, abreuve et donne substance à mon propre cheminement...

 

Merci donc à ceux et à celles qui œuvrent, selon leur personnalité, leur conviction étayée, leur intuition bienvenue, leur pertinence interpellatrice, en fidélité, en honnêteté, en authenticité et en sincérité, pour aider tous et chacun à la Connaissance d'une Tradition si méconnue voire si défigurée par ailleurs....

 

Bran du   mai 2019

...........................................

 

 

L'Assemblée du Chaudron des Druides.

 

Qu'est-ce que la Tradition Druidique ?


L'intégralité du  Texte publié :

 

 

 

"Comme d'autres traditions, connues dans d'autres contrées sous d'autres noms et avec lesquelles nous entretenons des liens fraternels, nous sommes des tenants de la Tradition Primordiale, Celle que l'on appelle la Spiritualité de la Terre.

 

 

Notre assemblée n'est pas du tout partisane du druidisme, qui est un dogme comme presque tout ce qui se termine par "isme". D'autre part, certains de ces partisans du druidisme font une propagande prosélyte et commerciale totalement contraire à la Tradition des Druides.

 

 

Bien que certains membres soient de culture bretonne ou de manière plus large d'un "territoire dit celtique", nous ne sommes pas une amicale bretonnante et panceltique. Le celtisme, est un mouvement indépendant de la Tradition des Druides, le celtisme est l'histoire et la connaissance des Celtes, de leur civilisation, de leur art, de leur histoire culturelle et musicale. Bien que cependant nous soutenons ce panceltisme...

 

 

La Tradition des Druides est en réalité porteuse de l'étude philosophique et spirituelle de l'ensemble du patrimoine que se transmettent et enrichissent depuis des millénaires les Druides Sacerdotaux réguliers, actuellement représentés  par divers Ordres et Assemblées  ( voir la rubrique "Liens Fraternels"). Notre assemblée par sa filiation en fait intégralement partie.

 

 

Nous sommes proches de nombreuses traditions et religions aborigènes comme elles sont appelées aujourd'hui (Les Hindouistes, les Shintoïstes, les Traditions amérindiennes, océanniennes et chamaniques, africaines, etc...) pourvu qu'elles soient non-violentes, non prosélytes et scrupuleusement respectueuses des droits de la personne. Notre vocation n'est pas religieuse, nous respectons toutes les religions.

 

Notre tradition est purement philosophique et c'est une voie de connaissance basée sur la recherche personnelle en lien avec la Tradition Druidique. Notre assemblée n'est pas une voie de croyance de foi ou de salut.

 

 

Nos pratiques ne sont ni dogmatiques, ni ancestrales... Inutile donc de préciser que nous ne pratiquons ni le sacrifice humain ni même animal !!! Certains historiens s'accordent pour en faire mention dans les âges profonds du "druidisme". Bien que cette thèse soit contestée par de nombreux autres historiens, cela ne nous concerne nullement.

 

 

En revanche, même si nous n'avons pas la prétention d'avoir les mêmes rituels que les druides de l'antiquité, nous avons un devoir vis à vis de tous ceux qui nous ont précédés. La Sagesse de nos Anciens savait ce qui était bon ou non.

 

Nous devons protéger ce qu'ils nous ont légué. Avec les vestiges de notre passé, nous proposons à ceux qui s'y intéressent une voie spirituelle adaptée au monde occidental. La Tradition des Druides est cette voie.

 

Bien sûr, la Tradition de nos Anciens n'est plus tout à fait celle que nous pratiquons aujourd'hui. Cependant, les valeurs profondes qui la constituent sont inaltérables et perpétuelles.

 

 

Comme l'écrivait déjà en 1849 Th. Prosper Le Blanc, dans son étude intitulée "Etude sur le symbolisme druidique" paru aux Ed. Techener, Librairie, place du Louvre :

 

Il est certain que rien  ne peut faire revivre ce qui a péri : il s'agit seulement de savoir s'il est possible de tirer parti des fragments qui restent, de manière à rendre plus clair ce qui était obscur, à donner un motif plausible à ce qui paraissait absurde, à lier à l'ensemble des traditions, d'une manière acceptable, ce qui semblait isolé et sans utilité; et c'est ce qui ne m'a pas semblé impossible ".   

 

 

 

Nous qui pratiquons la Tradition Druidique n'avons jamais prétendu que nous pratiquions la même religion qu'il y a deux mille ans. Nous sommes les dépositaires d'une Connaissance ancestrale transmise de bouches de Druides à oreilles de Mabinog (Marcassins).

 

Les Déesses et les Dieux que nous invoquons sont-ils morts comme le prétendent nos détracteurs? Cela voudrait-il dire qu'ils sont une invention des hommes? Mais alors, dans ce cas, le Dieu des Chrétiens, des Juifs et des Musulmans est aussi une invention de l'homme. Ce rejet catégorique et sans appel de notre Tradition est porteur de trop de haine. Il a engendré une violence sans nom, reflet d'une peur. Et l'homme a peur de ce qu'il ne connaît pas ou qu'il ne veut pas connaître. Pour ne plus avoir cette peur au ventre, il détruit tout.

 

 

Nous avons le droit de nous réclamer de la Tradition des Druides et de prier nos Déesses et nos Dieux que nos Anciens nous ont légués.

Notre Tradition est celle de la Nature vivante et elle vaut bien celle qui adore un Dieu mort sacrifié venant des déserts arides du Moyen Orient.

 

 

La Tradition Druidique se réfère à des enseignements et rites anciens mais ne fait pas l'économie de sa propre évolution au sein des progrès humains.

C'est une Tradition vivante, ouverte, qui sait ouvrir les yeux autour d'elle et qui sait également se remettre en question quand il le faut.

Elle ne peut en rien être qualifiée de néo-druidique.

Elle a pour but de permettre à l'être humain de retrouver ses racines spirituelles et sa place dans la création par la prise de conscience et l'accroissement de la connaissance et du savoir de ses membres

 

.........................................

 

 

Bran du : notes de lecture

 

Je prends note de tout cela, en étant en concordance, en résonance sur des points assez essentiels, mais parfois aussi interpellé sur ce qui me semble en dissonance où par des propos pouvant être ou paraître "confusionnels", soit des "validations", soit des "réserves" quand cette assemblée ou collège s'affirme comme :

 

 

Tenant de la Tradition Primordiale ; Tradition encore appelée la Spiritualité de la Terre.

 

Affirmant que la dite Assemblée(Collège) n'est pas du tout partisane du « druidisme » (Je ne partage pas non plus l'usage des « ismes »NDR.) Un Druidisme qui serait un « dogme »... (!)

 

Quelle dénonce (à juste titre) certains partisans du « druidisme » qui font une propagande prosélyte et commerciale totalement contraire à la Tradition des Druides...

 

Qui'elle ne se considère pas comme « panceltique » (ni relevant pas non plus d'une amicale bretonne)...

Le Celtisme serait un mouvement indépendant de la Tradition des Druides. (C'est l'histoire et la connaissance des Celtes, de leur civilisation, de leur art, de leur histoire culturelle et musicale (un panceltisme cependant soutenu par l'Assemblée.)

 

La Tradition des druides est en réalité porteuse de l'étude philosophique et spirituelle de l'ensemble du patrimoine que se transmettent et enrichissent depuis des millénaires les Druides Sacerdotaux ( réguliers)....

 

Notre Tradition est purement philosophique et c'est une voie de connaissance basée sur la recherche personnelle en lien avec la Tradition druidique...

 

Notre Assemblée n'est pas une voie de croyance de foi ou de salut....

 

Nos pratiques ne sont ni dogmatiques, ni ancestrales...

 

Même si nous n'avons pas la prétention d'avoir les mêmes rituels que les druides de l'Antiquité, nous avons un devoir vis-à-vis de tous ceux qui nous ont précédés.

 

La sagesse de nos Anciens savait ce ce qui était bon ou non...

 

Nous devons protéger ce qu'ils nous ont légué...

 

La Tradition des Druides est cette voie...

 

Bien sûr, la Tradition de nos Anciens n'est plus tout à fait celle que nous pratiquons aujourd'hui. Cependant les valeurs profondes qui la constituent sont inaltérables et perpétuelles...

 

(Il est certain que rien ne peut faire revivre ce qui a péri : il s'agit seulement de savoir s'il est possible de tirer parti des fragments qui restent , de manière à rendre plus clair ce qui était obscur., à donner un motif plausible à ce qui paraissait absurde, à lier l'ensemble des Traditions de façon acceptable ; et c'est ce qui ne m'a pas semblé impossible.)...

 

Nous qui pratiquons la Tradition Druidique nous n'avons jamais prétendu que nous pratiquions la même religion qu'il y a deux mille ans. Nous sommes les dépositaires d'une Connaissance ancestrale transmise de bouche de Druide à oreille de Mabinog (marcassins)...

 

Nous avons le droit de nous réclamer de la Tradition des druides et de prier nos Déesses et nos Dieux que nos Anciens nous ont légués.


Notre Tradition est celle de la Nature vivante...

 

La Tradition Druidique se réfère à des enseignements et rites anciens, mais ne fait pas l'économie de sa propre évolution au sein des progrès humains.

C'est une Tradition vivante, ouverte, qui sait ouvrir les yeux autour d'elle et qui sait également se remettre en question quand il le faut.     Elle ne peut en rien être qualifiée de néo-druidique.

 

Elle a pour but de permettre à l'être humain de retrouver ses racines spirituelles et sa place dans la création par la prise de conscience et l'accroissement de la connaissance et du savoir de ses membres.

 

L'enseignement dispensé dans notre assemblée est traditionnellement oral, mais il est aussi écrit pour satisfaire à la modernité. Notre assemblée est résolument tournée vers la Voie de la Tradition Drudique sur laquelle le Bouleau, l'If et le Chêne sacré symbolisent l'Esprit Universel manifesté dont chaque âme est un centre de développement.

 

 

Notre assemblée permet de découvrir et de renouer avec la Tradition des Druides par la recherche personnelle, l'étude des textes anciens et la compréhension de sa symbolique à travers les contes, légendes et mythes de création...

 

Nous privilégions les contacts avec la Nature qui est à l'origine même de notre Tradition.

 

Notre religion-philosophie est belle et bien une spiritualité animée et éclatante qui s'exprime au cours des rituels des diverses fêtes celtiques de l'année.

 

Notre Tradition est toujours restée vivante car elle se nourrit de l'apport de l'expérience de chacun.

 

L'harmonie individuelle avec la Nature entretient la richesse de l'ensemble.

 

Les voies sacerdotales traditionnelles sont proposées sous la forme d'un enseignement délivré dans nos clairières et bosquets.

 

Au sein de notre assemblée nous pensons que l'expérience passée et porteuse d'avenir, non seulement pour les Celtes, mais pour l'humanité.

 

Notre assemblée est donc ouverte à toutes les âmes de bonne volonté... Afin que renaisse une terre nouvelle.

 

................................................

 

Notes  (Suite) Bran du 

 

Cette présentation est reproduite en entier ci-dessus. Dans la première partie de ce texte (la plus interpellatrice et parfois confuse pour moi) j'ai isolé les aspects et extraits de doctrine les plus déterminants me semble-t-il et je suis à la fois confronté dans cette lecture à des points d'assonance et à des éléments qui me semblent contradictoires ou qui manquent de clarification ou encore qui peuvent prêter à interprétation et confusion dans leur formulation "imprécise"..

 

1 / L'idée de signifier ce que n'est pas et ce que ne saurait-être notre Tradition est un très bon angle de représentation de celle-ci...

 

2 / La difficulté d'entendement ou le risque d'ancrer et de fixer la Tradition dans les concepts présentés relèvent ici des formulations elles-mêmes peu ou pas assez explicitées ou confusionnelles du fait de contradictions, d'imprécisions ou de paradoxes...

 

« Notre assemblée n'est pas du tout partisane du druidisme qui est un dogme comme presque tout ce qui se termine par « isme »...

Difficile pour un néophyte qui découvre cette affirmation de percevoir l'idée (sous-jacente) qui se dégage en fait derrière ces premiers abords et ces premiers degrés de compréhension de notre Tradition...

 

 

 

Pour le lecteur commun le « druidisme » est la seule référence qu'il peut connaître et vers laquelle il se tourne en vue d'explication... Il comprendra au premier chef : que le « druidisme » est un dogme et que l'Assemblée du Chaudron des Druides ne saurait être partisane du druidisme ? ? ?

(Même si ce qui suit dénonce une appropriation éhontée de la Tradition par de "faux-druides")...

 

Il lira et pourra comprendre aussi que le celtisme est un mouvement indépendant de la Tradition des Druides...

Etudier la Tradition druidique supposerait donc de s'exonérer de la connaissance du monde Celte lequel est pourtant totalement structuré, architecture, rendu cohérent par les Druides eux mêmes (fonction sacerdotale) en lien étroit et complémentaire avec la fonction royale et guerrière  (toutes droits inséparables l'une de l'autre pour former et stabiliser une fragile et difficile cohérence communautaire)...

 

Des Druides pourtant issus du monde Celte du fait même « qu'il n'y a pas de Druides sans monde Celte et pas de communautés celtique sans la classe sacerdotale des Druides » ! (Françoise le Roux et Ch J Guyonvarc'h in les Druides)

 

Nous ne sommes pas une amicale bretonnante et panceltique, (mais nous soutenons ce panceltisme)...

Certes l'assemblée des druides ne se conçoit pas comme une telle amicale, mais le terme panceltique n'est pas pour autant antinomique de la druidité.

Une amicale qui aurait pour étude le « panceltique » ne ferait pas l'économie de cette « druidité » ; celle-ci en étant un élément constitutif majeur !...

 

Que faut-il entendre par « panceltisme » ?

 

« Le panceltisme est un ensemble d'idées qui postulent des intérêts communs entre les populations qui parlent des langues celtiques ou partagent des éléments de culture pouvant être caractérisés comme relevant de coutumes ou de récits mythologiques celtiques » Wikipédia (Une idée de globalité, de totalité)(Pan : Tout).... Le panceltisme signifie donc globalement une totalité du celtisme et on ne saurait lors proscrire ou évacuer le Druide et la Druidité de cet ensemble...

 

En quoi donc ce « panceltisme » essentiellement ici culturel et mythique (langues comprises) devrait être une donnée étrangère, différentielle ou contraire à la « Druidité » ?



« Notre vocation n'est pas « religieuse ». » Elle ne consisterait donc pas à relier une chose à une autre.

Mais le terme « religieux », s'il se réfère à une « pratique » à une mise en œuvre et en acte , s'inscrit dans la dimension « spirituelle » qui est la source même de la manifestation ou de la mise en forme de la recherche « relationnelle »...

 

Peut-être faut-il comprendre que cette Tradition druidique et l'Assemblée qui la sert ne sont pas une "institution" du type catholique et romaine ni une "Eglise" au sens chrétien du terme ?

 

 

En quoi l'état (spirituel) de la druidité n'aurait pas vocation à « relier », en quoi le Druide n'aurait-il pas cette même vocation ? Le Druide (un sacerdote) n'aurait donc pas vocation à être un médiateur entre la terre et le ciel et inversement, tout comme entre le profane, l'humain et le divin et le sacré  etc... ?

 

 

« Notre Tradition est purement philosophique » ( certes), mais elle ne saurait se réduire et ne se limite pas à cela...

 

« Notre assemblée n'est pas une voie de croyance de foi ou de salut. »

On pourra peut-être comprendre lors qu'elle ne relève pas d'un enseignement ou d'une doctrine liée au monde Chrétien ( aux religions du Livre ou révélées)...

 

(Il est regrettable alors de mettre en ligne un « credo druidique » ?!) Le « credo » à le sens de « je crois en un seul dieu » (terme utilisé et créé lors du concile chrétien de Nicée en 325.) 

Pourtant l'affirmation est permanente d'un polythéisme celtique bien réel dans les faits, ce qui n'empêche pas à de hauts degrés initiatiques de la classe sacerdotale druidique de concevoir un seul "Principe/Essence" innommé englobant tout le "panthéon" celtique...

 

Quand à la « foi » et pour autant qu'on lui donne son sens initial c'est : (L'assurance donnée d'être fidèle à sa parole, d'accomplir exactement ce que l'on a promis.)

Celui ou celle qui dans un « collège » traditionnel et « initiatique » druidique s'engage à travers ses « initiations » successives ne fait-il pas lors, à chaque fois, un acte de foi ?

 

(La foi est un terme qui à une origine indo-européenne a priori, il à le sens de "qui donne ou se donne confiance ceci associé aux notions de pactes et d'alliances")

 

Quand au salut (être sauvé.) Pour l'Église catholique, le salut est la libération définitive du mal et du péché et la communion complète avec Dieu.

On comprend que cette notion (mal, péché) est en effet totalement étrangère à notre pensée et ce à quoi elle se réfère par croyance, entendement et cohérence...

.

 

« Nos pratiques ne sont ni dogmatiques (certes), ni ancestrales ». ... et, par ailleurs,

« ...Nous sommes les dépositaires d'une Connaissance ancestrale transmise de bouche de Druide à oreille de Mabinog (Marcassins. »)(Disciples, apprentis.)...

 

Nos pratiques actuelles ne sauraient en effet être authentiquement et totalement ancestrales puisque nous n'en connaissons réellement qu'une très faible partie, mais la partie connue est une composante essentielle de nos cultes et rituels issues donc de "connaissances ancestrales" et pratiquées comme telles....



Je conçois parfaitement ce qui suit avec l'auteur de cette présentation :

 

Que la religion et la philosophie druidique sont bien une spiritualité animée et éclatante...

Qu'elle privilégie les contacts avec la Nature qui est à l'origine même de notre Tradition...

Que si la Tradition se réfère à des enseignements et à des rites anciens, elle ne fait pas l'économie de sa propre évolution au sein des progrès humains...

Que notre tradition est toujours restée vivante...

Et je suis en accord pour l'essentiel avec le dernier paragraphe de la seconde partie et avec le troisième paragraphe...

 

Je peux souscrire à bien des éléments et arguments clairement exposés dans cette présentation et même lire au-delà et par-delà ce qui pourrait être « recevable », mais sujet à projection et interprétation ou reçu comme valant « argent comptant » ou « parole de vérité » faute de discernement ou de connaissance replaçant l'ensemble dans un contexte d'idées non apparent à première vue pour celui ou celle qui vient à la rencontre de notre Tradition...

 

Il me semble avoir lu que l'un des objectifs exprimés est de rendre plus clair ce qui était ou pouvait paraître obscur...

Et cela vaut tout autant pour moi-même non exonéré de faillir à cette lumineuse recommandation !

 

 

.........................................................................

 

L'Assemblée du Chaudron des Druides :

 

Notre Filiation :

 

1717 / John Toland ► Ancient Druid Order

1792 / Iolo Morganwg ► Gorsedd Ynys Brydain – Assemblée des Bardes de l’Ile de Bretagne

1855 / Hersart de la VillIemarqué Breuzed Bersed Breiz-Fraternité des Bardes de l’Ile de Bretagne.

1900 /Breudeuriezh Drouized, Barseh Breiz – Gorsedd de Bretagne

 

1975 / Confraternité Philosophique des Druides de Bretagne.

 

1979 / Collège Druidique Traditionnel, fondé par le Druide /|\ Per U’i, œuvre poursuivie par son fils, le Druide/|\ Kadith.

 

1985 / La Druidesse Olwen /|\ se sépare du Collège Druidique Traditionnel et elle créée le Collège de Ceux du Chêne.

 

2004 / Création de l’Assemblée du Chaudron des Druides par le Druide /|\ Lanon, consacré par la Ban Drui /|\ Olwen.

 

Depuis juin 2009, avec l’accord du Conseil des Sages de Celtie, le Druide /|\ Lanon a été élevé au grade de Ver Druis Gutuater pour l’Assemblée du Chaudron des Druides. A cette même date ont été élevés au grade de Ban Drui, la Compagne Gwenfea.

 

Depuis Juillet 2015, démission de notre Assemblée du Conseil Sacré des Sages de Celtie – Ordre des Druides qui fait preuve d’une trop grande soumission au dictat sectaire de l’Ordre des druides d'Avernie .

 

 

(P.S: Bran du : Je suis très heureux de retrouver ici la trace de la druidesse Olwen et donc de "Ceux du Chêne" avec qui j'ai vécu de belles et fraternelles rencontres.)

 

(En 2015... : Je suis encore plus heureux de cette décision de prendre une très sage distance avec un collège auvergnat dont la réputation pour le moins "négative" n'est plus a démontrer.)(Mais, parfois certaines structures ont besoin d'un Loki ou (monde nordique) d'un Goibniu (monde celtique) pour prendre conscience de la fragilité de leur fondement et assise et de la perversité de certaines alliances totalement antinomiques  et aux antipodes de la Tradition elle-même!)


…......................................................................

 

 

L'ASSEMBLEE DU CHAUDRON DES DRUIDES

Présentation

Interview du Druide Lanon

12/01/2014 13:19

Druide Lanon, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

 

Cela commence à l’enfance en Bretagne. Nous avions une grand-mère qui tenait un bar restaurant hôtel à Pontivy où dans une arrière salle se réunissaient des personnes d’un certain âge et qui parlaient entre eux de sujets sur la tradition celtique. J’étais certes enfant mais une de mes sœurs et moi-même étions fascinés par leurs discussions sans forcément en comprendre la teneur.

 

Lorsque j’ai suivi ma famille en région parisienne pour le travail, nous sommes restés attachés à la culture bretonne. Celle-ci a eu sans doute une influence sur mon éducation. Le temps a passé et adolescent je me suis senti de plus en plus attiré par la culture bretonne et plus largement celtique. J’étais notamment « fan » d’Alan Stivell. Vers 16 ans, j’ai appris l’existence d’un druide à Drancy (93), le druide Bod Koad (Paul Bouchet).

Au regard de mon jeune âge, j’ai cotoyé de façon épisodique son collège. Quelques années plus tard, responsable d’une famille, j’ai fréquenté plus assidument ce dernier.

Qu’est-ce que vous a apporté la Tradition Druidique ?

 

Tout d’abord, un esprit de liberté lié à la Nature, et à la Vie en générale.

Pourriez-vous nous en dire plus ?

 

Cet esprit de liberté provient d’abord du fait que contrairement à la plupart des religions, le diable, le « mal » ne vient pas de l’extérieur. Si il est, il est issu de notre choix de faire le bien ou le mal. En cela, tout être est libre et responsable de ses actes. Sil l’homme n’existait pas, le reste des règnes (animal, végétal, minéral) existeraient pour autant. Catastrophes, chaîne alimentaire…

 

Tout cela existerait mais ne représente pas un principe maléfique. Seul l’homme par sa capacité d’anticipation et de choix peut faire le « mal ». Ainsi, il est libre. C’est d’ailleurs ce qu’enseigne la première Triade : Un Dieu, une Vérité, une Liberté, point d’équilibre en toute chose.

 

Je me réfère souvent au passage de l'ouvrage de Phileas Lebesgue "Mes Semailles" qui écrit ceci : " il n'est pas de concept dans l'intellect humain qui n'appelle immédiatement son contraire. Il n'est pas d'objet frappé par la lumière divulgatrice de la forme qui ne se reproduise dans son ombre. 

 

En fait, l'Unité se polarise primordialement en deux notions opposées : l'Etre et le Non Etre. Voilà qui conditionne la Manifestation. Tout se polarise pour engendrer la vie, et c'est ce que symbolise les deux serpents du Caducée. J'ai dit : pour engendrer la Vie; car il n'y a jamais deux sans trois. "    

 

Les Triades : qu’est-ce donc ?

 

C’est un ensemble de textes qui portent à la réflexion, à la méditation. Ce sont des enseignements qui nous renseignent sur la responsabilité de l’humain dans son évolution. Il ne s’agit aucunement d’un ensemble de lois ou préceptes qu’il s’agit de suivre. Il est bon de rappeler que la Tradition Druidique n’est ni dogmatique ni prosélyte.

Existe-t-il d’autres enseignements ?

 

Tout à fait. Ils sont multiples. Ils sont notamment d’origine celtique mais également divers. Notre tradition étant issue de la Tradition Primordiale comme tant d’autres, elle n’est pas supérieure ou inférieure mais vient compléter ce qui est.

Qu’est-ce que la Tradition Primordiale ?

 

Elle est Une. C’est le Savoir de l’univers. Sur notre planète, toutes les formes d’enseignement et de recherche (philosophie, religion, spiritualisme, sciences…) en sont des facettes.

Quelles sont les valeurs portées par la Tradition Druidique ?

 

La plus importante de toutes : l’Humanisme. En un mot, l’autre est forcément différent. Nous les hommes devons apprendre à respecter la différence des autres.

 

Par exemple, trouverez-vous dans une forêt deux arbres identiques ? Il est fort à parier que cela est impossible. Mais chacun des arbres constitue la Forêt et c’est ce qui en fait sa beauté et sa richesse.

La Tradition Druidique est-elle une religion, une philosophie ou plus ?

 

Au départ c’est une philosophie d’être. Ensuite, elle peut avoir un aspect religieux dans son respect de rituels durant le passage des saisons et enfin dans les moments marquant d’une vie humaine : naissance, union, trépas…

Pour ceux qui sont intéressés pour entrer dans cette tradition, existe-t-il des préalables ?

 

Nous dévoilons fréquemment un drapeau composé de carreaux vert et blanc pour la simple raison que nous sommes aujourd’hui dans une situation similaire à celle de nos compagnons bouddhistes. Cette dernière a su s’ouvrir aux occidentaux montrant ainsi qu’il n’est besoin d’être originaire du Tibet pour suivre cette philosophie.

 

Pour en revenir au drapeau, le carreau blanc représente ce qui est de source celtique et le vert les apport extérieurs qui viennent enrichir et intégrer notre tradition. Ainsi, il n’est point besoin d’être de telle ou telle origine, parler une langue celtique, être titulaire de diplômes universitaires ou occuper une profession intellectuelle pour entrer dans cette voie. Elle est ouverte à celles et ceux qui veulent l’emprunter avec humilité et volonté.

Pour finir, que recommanderiez-vous à celui qui souhaite suivre la Tradition Druidique ?

 

De rejeter la plupart de ses acquis et accepter d’ouvrir ses yeux à une réalité nouvelle.



En savoir plus : 

https://clairierebellovaque.webnode.fr/news/interview-du-druide-lanon/



..........................................................................

 

Notes Bran du :

 

L'ouverture de cet entretien montre qu'il est en effet difficile de s'exonérer des conditionnements et influences chrétiennes qui imprègnent un enfant ou un adolescent dans le cadre éducatif et environnemental qui a était le sien. (Et le mien, de même comme celui de plusieurs générations.)

 

On assistera dans les mouvements druidiques particulièrement, mais pas spécifiquement "bretons" du début du 20è siècle à un paradoxe récurrent entre "druides chrétiens ou sous influence chrétienne" et "druides "païens"...

Plusieurs tentatives de "confédération druidique" échoueront en partie du fait de cette situation et cela sera la cause et la conséquence de nombreuses scissions...

(Notamment au sein de la Gorsedd bretonne.)...



On aura à macérer, je pense et avec grand bénéfice, la notion philosophique et spirituelle de "Etre et de non-être" particulièrement et efficacement appréhendée par le Druide G le Scouezec...


On ne peut limiter les "valeurs" de la Tradition à la dimension "humaniste" importante il est vrai au point que l'une des branches de la résurgence "historique" druidique au 18è siècle optera pleinement pour cette "voie" (peut-être sous influence partielle de la Franc-Maçonnerie de l'époque.)

 

Les "dites" valeurs, si on s'en tient à la seule triade "historique" connue impliquent : une attitude éminemment spirituelle transcrite dans une fervente et assidue expression et pratique "religieuse" afin "d'honorer les dieux" et les déesses...

 

Des valeurs liées à la dignité, à la noblesse et à "l'honneur" qui incitent au "courage", à la bravoure, à la vaillance...

Et d'autres (applications éthiques) consistant à ne pas nuire au "vivant" dont "autrui" est l'un des composants...



La Tradition dite druidique est en effet une philosophie qui accompagne le passage du "non-être vers l'Etre réalisé". Elle comporte des pratiques cultuelles "religieuses" qui n'aurait aucun sens ni reliance à l'Essence si le Tradition n'était pas avant tout SPIRITUELLE...



Le "vert et le blanc" et le bleu sont des couleurs chargées d'une dimension symbolique (voire analogique) qui relèvent également d'une conception et interprétation assez récente...

Le monde Celte, par ses origines indo-européennes, et aussi selon les textes mythologiques qui le concerne , fera plutôt référence aux couleurs blanches, noires et rouges (en référence au monde nocturne, aux "Aurores" et au monde diurne.)...

 

Par ailleurs, cette Tradition étant "évolutive" et non figée, elle peut accueillir de nouvelles conceptions, de nouvelles symboliques, étant alors souhaitable que celles-ci soient cohérentes dans leur signification et en rapport ou correspondance avec le fond originel et spirituel....



On notera et on soulignera l'invitation faite par le druide auteur de cet entretien à soumettre ses propos au libre arbitre et à la libre critique de tous et de chacun. Dont acte (ce dont il est donné acte ou acté.)...



...........................................................



La voie traditionnelle druidique Selon l'Assemblée du Chaudron des Druides

 

Il ne s'agit pas d'une hiérachie au sens strict du terme, chaque membre selon son niveau et ses choix a une place au sein de l'assemblée.

 

Ainsi, comme il en est du macrocosme, notre assemblée est composée de trois cercles :

 

Troisième cercle

Les postulants : première étape sur le sentier, "la joie du débutant", il participe en observateur aux célébrations. Il n'a pas encore reçu l'initiation pour entrer dans le cercle sacré (il peut y pénétrer si les druides lui proposent en cours de cérémonie).

 

Les mabinogs (marcassins) : premier degré du cercle sacré. Il est admis à l'intérieur du cercle pour les rituels.

 

Les disciples : deuxième grade du cercle sacré.

 

Les disciples investis : troisième grade du cercle sacré.

 

L'anti-sedon (deuxième cercle)

Les Vates : voie lunaire plutôt pour les esprits mystiques et intuitifs.

 

Les Bardes : voie solaire plutôt pour les esprits mystiques intellectifs.

 

Le sedon (premier cercle composé des Druides et de Grands Druides )

Ban-Druis (féminin) / Druides (masculin) : c'est la voie des enseignants, ce qui ne les exempte pas d'être des chercheurs invétérés.

Ver Ban-Druis /  Ver  Druides  : ce sont les seuls habilités à transmettre la fonction de Druide.

 

Notes Bran Du: Qualifier le barde "plutôt" par ses facultés intellectuelles et le vate "plutôt" par ses facultés intuitives est des plus réducteurs et quelque peu arbitraire... Je ne vois pas non plus pourquoi et en quoi une qualification reléverait d'une influence solaire et l'autre lunaire ?

 

................................................

 

Ce que nous croyons 

  1. «  Je crois en l’existence d’un seul Etre, Tout-Puissant, Infiniment Sage, Infiniment Bon, Source et Conservateur de tous les êtres émanés, et que je désigne par les trois lettres saintes : OIW…      (Triades : 1-5).

  2.  

  1. « Je crois qu’OIW, parce qu’envisageant par son Omniscience, tous les Futurs possibles, opère parmi eux, par son Omni sapience, une discrimination éternelle comme lui, constituant ainsi le Bien et le Mal. Ce qu’il admet, souhaite, conserve, constitue alors Keugant, le « Monde Divin ». Ce qu’il réfute, rejette, réprouve, constitue ANWN., « L’Abîme », (Triades 6-7-8-14-83-72).

  2.  

  1. « Je crois qu’OIW, parce qu’Infiniment Bon, souhaite et fait que tout ce qui constitue ANWN évolue et s’améliore, parvenant fatalement un jour en Keugant. Mais, parce qu’en Lui, la « possibilité » des choses bonnes ou mauvaises, est infinie, éternelle est donc Œuvre de Rédemption, comme le sont eux-mêmes, ANWN et KEUGANT… (Triades 7-14).

     

  1. « Je crois que ceux des êtres existant de toute éternité, tels qu’OIW les souhaite, constituent alors ce que les hommes nomment les « dieux », soit ses propres Attributs métaphysiques, et ses modalités de manifestations. Ces êtres résident alors au Cercle de Gwenved, le « Monde Blanc », cercle de la Plénitude, seul reflet de KEUGANT accessible aux êtres émanés (Triades : 14-83-72).

     

  1. « Je crois que tous les « possibles », rejetées en ANWN, sont destinés à devenir des « créatures », et qu’en émergeant de ce Cercle par la Grâce et l’Amour Divins, elles constituent le Cercle d’ABRED, le « Monde de l’Epreuve et de la Nécessité », seul reflet supérieur d’ANWN, (Triade : 14).

     

  1. «  Je crois que tous les êtres qui ne sont pas, de toute éternité, les « Dieux – Attributs » du Dieu de KEUGANT, naissent au sein d’ANWN, l’Abîme originel, ensemble de ce que l’Eternelle Sagesse rejette de toute Eternité. Ces êtres doivent tous parvenir finalement dans le Cercle de GWENVED, tels qu’OIW l’a souhaité éternellement , riches de la totalité de leurs souvenirs, de leurs expériences passées, épurés et transformés par le jeu de cette Palingénésie ( renaissance), (Triades : 12-14-17).

     

  1. «  Je crois que tous ces êtres s’élèvent auparavant à travers toutes les formes possibles et imaginables de la Vie, en ce vaste kaléidoscope qu’est l’Eternelle-Nature, successivement minéraux, minéraux-plantes, végétaux, végétaux-animaux, animaux, inférieurs et supérieurs, ce jusqu’à l’état d’Homme, carrefour où les attend la Liberté Morale, et sa responsabilité. Ils constituent alors le Cercle d’Abred, le « Monde de Nécessité » et de l’Epreuve », précurseur du GWENVED de béatitude, (Triades : 14-17).

     

  1. « Je crois qu’en vertu de cette Liberté et du Choix qui en découle, et tant qu’ils se trouvent dans le plan d’ABRED, soumis à l’Expérience, à la Douleur et à la Mort transmutatrices, les Hommes peuvent, par leur acceptation ou leur refus, leur choix intelligent ou déraisonnable, s’élever ou déchoir dans l’échelle humaine, (Triades : 13-17-24).

     

  1. «  Je crois que parvenus une première fois au Cercle de GWENVED, au Monde de la Plénitude, l’Etre peut redescendre volontairement au Cercle d’Abred et s’y réincarner en forme humaine, soit aux fins d’expériences nouvelles et du bénéfice spirituel et intellectuel en découlant, soit dans le but altruiste d’aider les Hommes et les êtres inférieurs à des dégager de l’ABRED. Cela, autant de fois qu’il le désire, protégé par l’Oubli, (Triades : 30-40).

     

    10 «  Je crois que, par ce que l’Eternité et l’Infinité Divines font qu’OIW demeure inaccessible à la Créature, même au GWENVED, éternelles en durée, infinies en possibilité, sont ces « expériences » de l’Etre. Ainsi, la Sagesse et l’Amour Divins le font participer à une éternité et une infinité relatives, proportionnelles à son ego, images et reflets de l’Eternité et de l’Infinité Absolues, et par-là même, génératrices d’un Eternel Devenir, (Triades : 40-77).

Tels sont les dix points du "Credo Druidique."

 

 

Pour nous contacter

Collège du Chaudron des Druides

Druide Lanon

5 rue Alexandre Prachay

95590 PRESLES

 

Participation à la vie de notre assemblée.

Notre Assemblée située en Ile de France est organisée pour recevoir des Compagnes et Compagnons de la région. Notre enseignement étant principalement oral sa diffusion par correspondance est exclue.

 

Les initiations étant liées à un rituel spécifique symbolique, elles ne peuvent être transmises qu'au sein de notre assemblée.

 

........................................................................................


Autres
Notes Bran du

 

La croyance qui anime l'assemblée du chaudron druidique s'appuie totalement et essentiellement sur ce qu'exprime théogoniquement, ésotériquement, et métaphysiquement, la "croix druidique" et sur les "Triades" bardiques (christianisées en partie.)....

 

M'interpelle (mais c'est rédhibitoire à ce sujet) ce qui relève d'une croyance en la "réincarnation" ; croyance axée sur la conception en provenance de La croix dite druidique à l'ancienneté originelle très peu avérée, mais très certainement liée aux résurgences des 18è ou 19è siècle et à leurs projections et interprétations d'un substrat plus ancien, mais revisité selon des influences orientalistes en vogue auprès de la pensée très ésotérique de ces périodes.) (Ceci n'enlève rien aux qualités intellectuelles, cohérentes et "intuitives" de ce schéma de croyance qui mérite amplement notre attention et notre "exploration".)

 

Ce sont là en effet des appuis et des fondements conséquents. Ce qui me gêne ici ce sont les références, emprunts ou termes en provenance du monde Chrétien et le fait même d'évoquer et de construire un "credo druidique" est assez éloquent en ce sens.

 

Le fait de présenter le cheminement "spirituel" traditionnel (tel que le schéma de la croix druidique l'illustre) comme étant une "Oeuvre de Rédemption" ajoute à la mysticité de cette résonance placée sous l'influence" d'une religion révélée...

 

L'idée même de "rédemption" me semble particulièrement antinomique de la pensée celtique originelle où la notion même de "péché" est inexistante... (Elle apparaîtra lors de la christianisation du corpus mythologique oral et "bardique" par les moines chrétiens qui feront tout pour éliminer et censurer donc les dimensions spirituelles et rituelles et trouver un vernis satisfaisant pour recouvrir ce qui ne leur convenait pas en cherchant dans les "Saintes Ecritures" ce qui pourrait s'y assimiler.)

(A noter que le monachisme dit celtique via Scot Erigène sera peu à peu éradiqué comme tel par le pape qui excommuniera ce "Père-Abbé" pour hérésie ; laquelle remettait en cause le dit "péché originel" !)

 

A l'idée totalement subjective de "bien et de mal" récurrente dans les Triades et héritée aussi du monde Chrétien, il serait je pense plus "heureux" ou plus "adéquat" de concevoir, de faire usage (au-delà de ce modèle du "bon et du mauvais",) d'autres termes pour exprimer nos concepts et fondements. Il serait sans doute plus conforme de raisonner en termes plus "objectifs", soit de "faste ou de néfaste", soit de concordance ou de dissonance, soit de vérité ou de mensonge, soit d'accord ou de désaccord (au sens vibratoire même), ou encore en termes de cohérence ou d'incohérence....

 

Et ce, pour autant que l'on souhaite se placer spirituellement, métaphysiquement et philosophiquement "Au-delà du Bien et du Mal" !...

 

 

Les bardes Taliésin ou Amorgen, (avant christianisation de leurs convictions exprimées oralement puis transcrites dans un cadre monastique chrétien) n'ont jamais dit parlant eux-mêmes de leurs conceptions :  "je crois..." ; mais "je suis ou j'ai été" !

 

............................................................



27/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres