Les dits du corbeau noir

DIASPORA DRUIDIQUE LA CLAIRIERE VOGESOS 2019 BRAN DU 22 05 MAI

 

 DSCN7680pm.jpg

 

 

 LE CHAUDRON DE GUNDESTRUP

 

 

 

 

DIASPORA DRUIDIQUE

L'Eventail arc-en-ciel de la Druidité... Bran du Mai 2019

 

 

Cette présentation demandera du temps car il n'est pas aisé de rassembler sous forme de données l'ensemble de l'Anima druidique collégial du fait notamment des nombreux mouvements de disparition, de création, de modification des composants communautaires de la druidité et des mises à jour fréquentes des dits composants...

Bien des données accessibles sur le net sont périmées ou inexactes voire introuvables ou confusionnelles...

 

Il manque de toute évidence à cette diaspora un « secrétariat » indépendant, mais au service de tous et de toutes qui soit un organe centralisateur de données régulièrement actualisées permettant à tout chercheur de disposer des liens susceptibles de satisfaire sa démarche et ses recherches sans se perdre dans un labyrinthe d'informations plus ou moins fiables et clairement compréhensibles et accessibles...

 

Vaste programme donc, mais plus qu'indispensable en ce siècle où la communication n'a jamais joué un rôle si conséquent !...

 

 

Il s'agit ici et très modestement de présenter de façon non exhaustive et à partir des documents mis en ligne par les intéressés eux-mêmes, des collèges, ordres, fraternités, communautés qui se veulent incarner l'Esprit de la Tradition et le mettre en forme selon leur singularité et spécificité d'approche et d'entendement ; la mise en forme relevant de l'Awen traditionnel ( Souffle et Inspiration de nature spirituelle ; guidant, instruisant et inspirant la pratique « religieuse ».)...

 

 

Pour inaugurer cette « rubrique » qui s'étoffera au fur et à mesure du temps que je pourrais y consacrer et sans préséance particulière pour telle ou telle communauté, voici une première « présentation » :

 

 

P.S. Je tiens à remercier ici mon frère et ami Pierre Duchesne (Druide Per al Leal) qui depuis des décennies œuvre « mystiquement » selon ses conceptions personnelles au service de la spiritualité et de la pensée culturelle et philosophique (dans son aspect de source et de racine universelles) et notamment vis-à-vis du monde celto-druidique avec une grande et rayonnante (solaire pour ainsi dire) ouverture du cœur et de l'esprit qui l'anime...

 

 

 

Son blog très documenté et régulièrement suivi et informé est un carrefour, une plaque tournante entre diverses quêtes et démarches, qui apportent substances et nourritures à ceux et celles qui sont soif de « vérité » pour étoffer en connaissances et expériences leur propre cheminement et navigation existentielle...

 

 

On pourra également se reporter à son blog pour accéder à une liste non exhaustive certes, mais assez complète des divers groupements celto-druidiques ou proches de la Tradition...

 

 

 

La difficulté récurrente étant l'actualisation de ces données et leur fiabilité du fait des fluctuations nombreuses qui agitent la communauté druidisante et l'absence d'une « Fédération » en capacité de tolérance et d'ouverture se mettant au service de tous et de toutes dans l'intérêt fondamental et primordial de la Tradition et s'exonérant de ses propres conflits intérieurs (« formels » et « égotiques » le plus souvent), pour être et se tenir dans une Verticalité spirituelle et philosophique transcendant l'Horizontalité humaine déficiente et ce, au bénéfice du plus grand nombre !...

 

 

pierreduchesne.blogspot.com/

 

..........................................................................................

 

 

Brocéliande 2019 mai 012pm.jpg

 

 

Le Bosquet druidique "Vogesos" (Divinité celto-druidique des Vosges)



VOGESOS
Lorraine, Vosges
Druide : Alaudan. 
alaudan.vogesos@gmail.com 

 

Membre de l'A.C.D.S. (L'Assemblée du Chêne et du sanglier) qui regroupe un ensemble de clairières dont un certain nombre ont fait récemment cessation en se regroupant autour de la clairière Sequana.... (Un virus non exclusivement celtique, mais qui sévit depuis deux ou trois siècles au moins!)...

 

Présentation :

 

 

 

 

Le bosquet druidique Vogesos est né le 8 novembre 2014, l'allumage des feux s'est déroulé lors du rituel de Samonios. 
Situé dans les Vosges, en Lorraine, près de la ville de Saint Dié, ce bosquet est membre de l'Assemblée Druidique du Chêne et du Sanglier (ADCS).

 

La direction spirituelle du bosquet Vogesos est assurée par le Druide Alaudan.

Il y a bien longtemps, des hommes et des femmes de l'Europe vivaient sur cette Terre, les Celtes. Ils y ont vécu leurs bonheurs, leurs souffrances aussi.


Rien de bien exceptionnel, me direz-vous...

Mais ils vivaient aussi leur spiritualité, une spiritualité qui leur était propre, qui puisait dans les éléments, dans leur environnement, dans la course des astres et des saisons : le druidisme.

Cette spiritualité n'était pas importée, elle puisait sa sève dans les racines d'ici.
Cette voie n'est pas morte avec le temps, elle n'a pas été étouffée, elle vit encore.
Des hommes et des femmes la vivent chaque jour, elle vit en eux, guide leurs pas quotidiens, elle les nourrit et dirige leur regard vers l’Innommable...
Le bosquet druidique Vogesos est l'un de ces îlots de lumière qui redonnent vie à cette spiritualité.

Le logo de Vogesos provient d'une sculpture sur une pierre qui se trouve au camp de la Bure, oppidum celtique près de Saint Dié.
Trois couleurs :
- Rouge : couleur de la Terre (grès rose des Vosges)
- Vert : couleur des montagnes et des forêts
- Bleu : couleur de l'eau des sources


La Terre est entourée d'eau. Matricielle, nourricière, elle n'est pas un élément figé, vivante, son existence est mouvement transformateur, évolution cyclique.
L'eau entoure la Terre, coule et pénètre en son sein. Connaissance, transmission, elle féconde la Terre.
La montagne recouverte de forêts est au centre, le tertre primordial, l'axis mundi, la verticalité qui reçoit l'influence spirituelle et qui permet l'élévation.

 

 

Qu'est ce que le druidisme contemporain ?



 

Qu'est ce que le druidisme ?

 

Le druidisme est une tradition spirituelle adaptée à notre environnement, à notre climat, à nos rythmes de vie. C'est une Tradition qui cherche à réconcilier l'Homme avec ses racines et ses lieux de vie. 
Le druidisant s'attache à vivre en harmonie avec la nature et il considère toute forme de vie comme participant à la grande force de la vie universelle.


Adogmatique, le druidisme est une voie authentique qui se suffit à elle-même tout en reconnaissant la pluralité des expériences spirituelles qui forment les autres chemins de spiritualité.
Le druidisme honore de multiples dieux et déesses qui sont autant de facettes de l'Inexprimable. Ces dieux reflètent la puissance des éléments, expriment la nature et ses lois.


Parmi les valeurs que respectent ceux qui suivent cette voie, on trouve la véracité, le courage, le sens de la responsabilité, le respect de toute forme de vie, la bienveillance, l'hommage aux ancêtres, l'offrande aux dieux. 
Les valeurs anciennes auxquelles se réfère le druidisme sont :
- Ne rien faire de mal,
- S'exercer à la bravoure,
- Honorer les dieux.


Les dieux s'honorent par la prière, la méditation, le rite et l'offrande ou le "sacrifice" qui aujourd'hui est symbolique, le druidisme actuel ayant abandonné le sacrifice animal.

 

Nombre de rituels druidiques sont libres, gratuits, ouverts à toute personne qui se présente avec respect.

 

Le druidisme est aussi une voie métaphysique dont certains aspects sont transmis par l'initiation, le travail individuel et une progression personnelle.

 

 

Bref historique du druidisme moderne

 

Sous l'impulsion de John Toland (1669-1722) The Druid Universal Bond (Fraternité Universelle des Druides), plus connu sous le nom de Druid Order (DO) est créé à Londres le 21 septembre 1717.

 

Le 21 novembre 1781, Henry Burle fonde un second mouvement, l'Ancient Movement of Druids.

Le 21 juin 1792, Iolo Morgwang réunit le premier Gorsedd Beirdd Ynis Prydain(Collège des Bardes de l'Île de Bretagne).

Ces trois écoles ou ces trois tendances forment ce que l'on appelle le Néo-druidisme.

L'OBOD (Ordre des Bardes, des Ovates et des Druides) est issu de la lignée de John Toland.
Cet Ordre compte de nos jours environ 10 000 membres de par le monde. Cette branche peut se définir comme étant un druidisme spirituel, animiste et ouvert.

En 2004, est fondé l'ODET, une branche issue de l'OBOD et en 2007, l'Assemblée Druidique du Chêne et du Sanglier (ADCS) voit le jour à partir de l'ODET.
Né du Bosquet Altitona, le Bosquet Vogesos est membre de l'ADCS.



Notre vue du druidisme



  1. Le druidisme est une tradition spirituelle "première", une foi européenne "native" mais aussi une tradition qui honore l'inspiration, l'intuition et qui est reconnue pour avoir refusé de figer l'esprit dans la lettre. Il s'agit d'une tradition adaptée à notre environnement, à nos rythmes, à nos sensibilités.Le druidisme actuel situe son origine dans la tradition des Druides antiques de l'âge du fer dont nous nous considérons comme les héritiers.

     

    Nous sommes les héritiers de nos ancêtres, directement ou indirectement, nous allons sur les mêmes lieux, nous prions les mêmes divinités, nous nous nourrissons des mêmes énergies et des mêmes symboles.
    La grande majorité des groupes druidiques actuels tirent leur filiation de l'un ou de l'autre des "re-fondateurs" du druidisme moderne, c'est à dire Iolo Morganwg, Henry Hurle et John Toland.
    Le druidisme s'appuie sur le mythe celte qu'il explique et exprime à travers le rituel.

 

 

  1. Le druidisme est une religion pour les uns, une pratique spirituelle pour d'autres. Il est d'essence païenne et met l'accent sur les liens qui unissent les Druides et la Terre, le Pays (pagus).

    Pour nombre de Druides, ces liens ne sont pas simplement fortuits mais sacrés.
    Le Druide honore la Terre parce qu'elle porte à la fois la mémoire des ancêtres, les symboles du monde des Dieux et les pouvoirs de la vie.
    Le pagus où vit le Druide est un lieu d'esprits, ceux de la nature, ceux des anciennes mémoires, des ancêtres (ce et ceux qui nous constituent) et de leur héritage, ceux des Dieux.


    Le druidisme est héritier de modèles, de mythes, de traditions anciennes dans lesquelles il puise l'inspiration et la force. Mais il est aussi ouvert au monde et aux grands mouvements de la vie.
    Le Druide trouve là de quoi nourrir sa créativité, les profondeurs de sa compréhension et la Sagesse qu'il met au services des hommes, de la vie et de l'esprit.

 

 

  1. Le Druidisme ne se situe pas hors du monde, il ne considère pas le monde comme un lieu de déchéance et d'expiation mais au contraire comme le lieu où l'Homme peut accomplir son destin. Une tradition qui cherche à réconcilier l'Homme avec ses racines et ses lieux de vie.
    Le Druide s'attache à vivre en harmonie avec l'univers, avec son environnement, avec la nature considérée comme l'expression de l'ordre sacré des choses.


    De même, il considèrera la vie, toutes formes de vie, comme participant au souffle de la grande force de vie universelle qui est le souffle des Dieux.

 

  1. Ceux qui pratiquent le druidisme se sentent très souvent liés à leurs racines, à leur héritage, à une Terre, mais ils ont aussi conscience des liens qui les unissent à toute forme de vie, à l'esprit du temps et à la volonté des Dieux.


    Le druidisme est adogmatique, il ne cherche pas à fixer l'esprit des Dieux dans une seule expression. Il admet volontiers la pluralité et la richesse des expériences spirituelles tout en reconnaissant ce qui fait de lui une voie unique et authentique, qui se suffit à elle-même.

 

  1. Le Druide a pour principe premier que l'Ananmenon, "l'Innommé" ou l'Angegnon, "l'Incréé" est. Il n'est accessible à notre raison humaine que par ses hypostases multiples dont les plus transcendantes sont les Dieux, ainsi le druidisme honore de multiples divinités sous différents aspects qui se complètent mutuellement. Nos Dieux s'expriment dans le Tonnerre, le Soleil, la Terre et dans toutes les forces de la nature. Ainsi, en contemplant la nature et ses lois, nous pouvons approcher l'esprit des Dieux.


    Les Dieux résident dans les montagnes, les rivières, les arbres de nos forêts et tous les lieux que l'Homme considère comme sacrés. Pour les druidisants, le lieu où ils prient n'est pas seulement lié à la topographie, il y a aussi un sens, une histoire, un "esprit".


    Et puis, les Dieux guident les Hommes et les peuples, ils les inspirent et les aident lors des grands passages de leur vie. Mais les Dieux sont encore bien plus que cela, ils sont force de vie, conscience, expérience, existence absolues.

 

  1.  


    Si la plupart des druidisants sont polythéistes et se reconnaissent dans ces principes, quelques uns vénèrent le divin sous d'autres formes, déiste, théiste, panthéiste, hénothéiste, moniste, animiste. La seule constante reconnue est qu'il s'agit d'un culte païen.

     

    D'autres se sentent moins liés à l'esprit du lieu ou à celui des ancêtres. Ces différentes approches nous confortent dans l'idée que la Tradition druidique permet la pluralité des approches qui loin de s'exclure, s'enrichissent et se combinent comme autant de reflets de la diversité de nos compréhensions.

     

    Nos lieux de vie, nos environnements sont une autre clef qui permet d'expliquer la diversité (relative) de nos pratiques et de nos approches. De la même façon que la nature d'une terre influe sur la nature de ce qui y croît, elle influe également sur nos façons de vivre la Tradition druidique.


    Une autre clef se trouve dans nos histoires personnelles ou collectives que le Druidisme reconnaît comme des éléments déterminants dans notre compréhension du monde. Il n'y a pas de vérité unique et universelle mais de multiples façons de concevoir le monde et d'honorer les Dieux.

     

    Ces diversités enrichissent nos parcours spirituels, nous incitent à la réflexion, à l'analyse, à la compréhension et à la tolérance. Le Druidisme est en capacité d'exprimer toutes les nuances de conception du divin qui sont autant de facettes d'une réalité inexprimable.

 

 

7 Le Druidisme offre une certaine lecture du monde, une sapience, une discipline de vie. Sans dogme, il nous invite à la recherche, au travail, à l'ouverture et délivre peu de messages "moraux".

 

Il s'attachera plutôt à comprendre ce qu'est une relation juste et honorable de l'Homme avec toute chose. Pour le Druide, l'Homme assume la pleine responsabilité des suites réelles de ses actes, indépendamment de l'esprit avec lequel ses actes ont été posés.

 

 
Parmi les valeurs que respectent les Druides, la véracité, le courage, la responsabilité, le respect de la vie et le "sacrifice" aux Dieux.
Pour les Druides, l'Homme tend à son propre accomplissement par la pratique des trois devoirs primordiaux : honorer les Dieux, ne rien faire de mal et cultiver le courage et l'honneur.


Par ailleurs, le Druide ancien était fondamentalement un érudit, pratiquant le droit, la médecine, l'enseignement, la poésie, la divination...


Le Druide contemporain se doit donc d'être un étudiant permanent et se doit de se pencher sur les arts et les sciences anciens et modernes ainsi que sur la pratique de techniques souvent qualifiées d'ésotériques. Le Druidisme a d'ailleurs souvent été qualifié de voie de la Connaissance.

 

8 Les Dieux s'honorent par la prière, la méditation, le rite et le sacrifice.
Le sacrifice est un acte universel par lequel l'Homme s'approche des Dieux et leur rend hommage. Le druidisme actuel a abandonné les usages antiques et en particulier le sacrifice animal.
Le sacrifice rituel (adberto) est constitué par une offrande végétale ou parfois carnée, faite de beurre clarifié ou d'huile, de fleurs, d'encens, de brochettes de viande, de céréales, d'alcool. L'offrande peut être brûlée dans le feu sacré, déposée dans une fosse, dans la Terre, confiée à l'eau d'une rivière ou de la mer, lancée et élevée en l'air...

 

L'offrande, c'est aussi l'attitude de tous les jours, notre comportement dans la société, nos engagements pris librement à titre personnel dans la société, dans nos familles. Le druidisme ne se vit pas que lors des cérémonies, il est une voie d'action au quotidien.


Même si les grandes enceintes sacrées de l'antiquité n'existent plus, les Druides, Bardes, Ovates, Gutuatres, continuent d'officier dans la nature, dans les lieux consacrés pour l'occasion mais aussi dans des espaces aménagés de façon permanente pour le rituel. 
Ces rituels sont gratuits et beaucoup sont libres et ouverts à toute personne qui se présente avec respect.


Ils peuvent être de plusieurs natures, externes ou saisonniers qui émaillent la roue de l'année sacerdotale, mais aussi propitiatoires, d'harmonisation, de protection...
Les Druides sont aussi au service de tous lorsqu'il s'agit de célébrer les grands moments de la vie et en particulier de mettre en œuvre les rites de passage comme la célébration des naissances, la reconnaissance conjugale, l'assistance aux funérailles.


Mais le druidisme, à l'instar de beaucoup de religions antiques est aussi une religion à "mystères" dont certains aspects ne se délivrent que par l'initiation, la progression et le travail individuel. Elle se double donc d'une vision plus "ésotérique"de l'univers, considérant par exemple que le macrocosme et le microcosme sont faits à l'image l'un de l'autre, sur trois plans : spirituel ou informel, animique et subtil.

 

Dans cette vision, l'esprit de l'Homme que l'on appelle Anamon, "âme" est immortel et toute créature est assujettie au cycle de la métempsychose ou des réincarnations.Le druidisme contemporain, tente à travers le mythe de transmettre les codes culturels, la vision philosophique et religieuse ainsi que tous les concepts liés à la culture celtique dans son ensemble.

Il se doit de répondre aux besoins multiples de l'Homme dans toutes ses dimensions, par ses rites sociaux, ses rites de passage, ses rites saisonniers, sa magie, ses initiations, ses intuitions métaphysiques.
A l'instar du druidisme antique, il peut s'enorgueillir de prôner le juste, le vrai et le beau en toutes choses.

 

...................................

 

 

 

Notes, suggestions et remarques Bran du

 

 

Je partage bien des points développés dans cette présentation.

Je ferais cependant des "réserves" ou des "observations" amicales notamment en ce qui concerne les cycles dits de métempsycose et surtout de "réincarnation"...

 

 

Point A :

 

Il me semble assez "imprudent" de faire accroire que la Tradition druidique prônerait dans sa théogonie, dans ses concepts fondamentaux, l'idée même d'une "réincarnation".

 

1 / Si le concept communément accepté de l'immortalité de "l'âme" semble-bien une réalité conceptuelle majeur des druides de l'Antiquité, ceux-ci se sont bien abstenus de l'écrire eux-mêmes et de développer ce qu'ils entendaient par "âme"... Les rares éléments que nous possédons sont ceux d'observateurs latins ou Grecs qui n'étaient pas au fait de la haute métaphysique druidique de cette époque et qui ne pouvaient que projeter sur celle-ci que leur propre projection ou interprétation peu objective donc...

 

2 / Nous disposons de spécialistes du monde Celto-druidique qui font "référence" par la qualité de leurs travaux, la pertinence de ceux-ci et la démarche "scientifique" et rationnelle qu'ils appliquent avec objectivité. Aucun de ceux-ci n'affirme que les "Celtes" croyaient à la réincarnation et ne trouve de quoi étayer, arguments solides et vérifiables à l'appui, une telle croyance !....

 

3 / Il est vrai que cette "croyance" séduit ( c'est bien le terme) bien de nos frères et soeurs en druidité, mais qui sont en incapacité pour expliquer cette croyance chez eux de développer une argumentation recevable étoffée d'éléments probants tirés de la "Tradition" elle-même...

 

A Noter d'ailleurs que la compréhension que se font la majorité des "occidentaux" de la "réincarnation" est un sujet comme d'autres enseignements du bouddhisme qui irrite grandement des personnalités du bouddhisme comme le Dalaï Lama ou Matthieu Ricard qui ne cessent de demander aux dits occidentaux d'arrêter de pervertir ou fourvoyer, d'arranger à leur sauce, le plus importants de l'enseignement et d'altérer ainsi grandement leurs sens que leur Essence !

 

(Rappelons que la "réincarnation" n'est pas, au sens du bouddhisme lui-même, un objectif de "rattrapage" existentiel , mais la résultante d'un terrible échec qu'il y a lieu d'éviter à tout prix !)

 

4 / Un de nos frères en druidité et non le moindre en terme d'érudition et de clairvoyance et qui a rejoint selon ses convictions et croyances le "Tir n'a nOg" ; Gwenc'hlan le Scouezec, nous invite à réfléchir du côté du "passage du non-être vers l'Etre à travers divers plans et niveaux évolutifs de conscience" laquelle étant amenée à rejoindre "La Conscience de toute conscience en quelque sorte" sans que les éléments attribués à l'idée de "réincarnation" n'intervienne en tout cela....

 

5 / Certes nos Grands Anciens ont eu la sagesse de ne pas fixer une fois pour toutes leurs conceptions majeures considérant que rien ne saurait être figé au sein d'une loi d'Evolution permanente qui accompagne et soutient la Vie elle-même en tant que "Mouvement" évolutif...

 

Chacun et chacune, peuvent donc développer divers concepts qui leur sont propres et qui sont en résonance forte avec leurs convictions personnelles, intimes et profondes, plus ou moins subjectives ou objectives, plus ou moins accordées ou dissonantes, mais sans que cela s'autorise à "généraliser", à "dogmatiser" sur ce plan une Tradition qui est aux Antipodes d'une telle idée et appropriation...

(Attitude des plus rares et des plus précieuses que cette pensée qui laisse chacun et chacune exercer son libre arbitre et sa libre critique sans chercher à l'imposer aux autres :)...

 

Il est donc tout à fait loisible individuellement de concevoir que la "réincarnation" serait l'un des enseignements majeurs de la druidité, mais pour autant que l'on fasse au moins preuve d'objectivité c'est-à-dire, au moins d’honnêteté intellectuelle, dans ce qui fonde et forge cette croyance sans vouloir par ailleurs l'imposer à quiconque...

 

 

Point B

 

Si l'on affirme que le druidisme est pour les uns une religion et pour les autres une spiritualité (ce qui est vrai dans les fait, hélas) nous entretenons une confusion fort préjudiciable...

(Notre fonction n'est-elle pas justement de « servir le « vrai » et d'aider à tout discernement ?)

 

Parlons d'abord d'une Spiritualité et des "pratiques religieuses" qu'elle induit et cessons de faire passer la Religion (la forme) pour la Spiritualité elle-même (le fond inducteur et préséant sur toutes formes alors que le monde moderne donne finalement, attribue, à la forme, le rôle tenu traditionnellement par le Fond ! ?) (L'inversion des termes et valeurs a toujours été un fléau pour le monde druidique !)

 

Nous n'avons pas besoin de confusions supplémentaires surtout à un tel niveau et il est vrai que dans toutes les médias le mot "religion" est employé au détriment du terme "spiritualité" lequel a pour ainsi dire disparu des propos tenus !...

 

 

 

Point C :

 

Il est souvent fait état de la seule "triade" historique connue à ce jour et celle-ci émane d'un druide Eduen ( un "ambassadeur gaulois : Diviciacos (latinisé en Diviciacus) de passage à Rome....

 

Il me semble regrettable que l'on est retenu comme seconde recommandation éthique de cette triade : "ne rien faire de mal"...

Il me semble que cette conception du "mal et du bien" ; conception toute chrétienne au demeurant et fortement manipulée et instrumenté depuis au moins deux millénaires, ne relève pas d'un concept druidique lequel est bien comme disait Nietzsche" au-delà du bien et du mal" mais plutôt dans la recherche de ce qui sonne juste au sein des dissonances qui nous environnent ; les notions de "vrais" ou de "faux" seraient nettement plus appropriées et adéquates à la pensée celtique que celles traduites en modèle chrétien !...

 

 

 

 

Point D :

 

Nous pouvons je pense et sans offusquer les dieux et déesses s'exonérer d'offrandes éventuellement "incarnées" (morceaux de viandes par exemple)....

Notre cœur, notre corps, notre pensée et ce qui en émane conjointement me semblent être avec « aimance », ferveur et sincérité : "l'Offrande de toute offrande"...

 

 

 

Point E :

 

Le terme d'Ovate n'est pas le terme adéquate et est à proscrire du vocabulaire ; le terme de Vates est le mieux approprié selon les études linguistiques et historiques...

 

 

.......................................................

 

 

 

Je remercie la clairière Vogesos et mon frère et ami Alaudan pour une présentation qui sonne « juste » dans ses exposés et qui exprime avec sincérité le cœur et l'esprit, l'anima druidique qu'il sied à toute communauté druidisante « d'incarner » et de faire « pervibrer »...

 

 

Bran du 22 05 2019

 

 

 

 

Ivers Nov 2018 006pm.jpg

Dessin Bran du (selon modèle)



22/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi