Les dits du corbeau noir

DES"DISPUTES" STERILES ET DES ENJEUX A VENIR BRAN DU 2016 16 06 JUIN

Des disputes et des enjeux    réflexions 2016 Bran du 16 06 JUIN

 

 

Bien des polémiques plus que stériles continuent de sévir entre diverses représentants (plus ou moins auto-proclamés) ou non de la Tradition celtique...

 

Un dictionnaire de qualificatifs plus ou moins injurieux contribue à alimenter des rancoeurs, des susceptibilités déplacées, des querelles de personnes qui oublient leur rôle, leur fonction, leur représentation, leur soi-disant maîtrise, leur sagesse, l'éthique, les valeurs, les enseignements majeurs qu'ils sont censés incarner pour les gaspiller en des chamailleries et autres stupidités comportementales actionnées par des « égos » démesurées et des volontés de pouvoir et de puissance incontrôlées qui font elles, injure, à l'Esprit de la Tradition et en défigurent, hélas, les traits...

 

Cela est des plus regrettable, mais c'est aussi la manifestation de la faiblesse humaine et des travers de celle-ci dès que la « matière » entend subordonner l'Esprit ou s'exonérer de la préséance de Celui-ci pour se livrer à ses basses pulsions possessives, mensongères et orgueilleuses...

 

Nous sommes lors à l'opposé de ce que l'on attend d'un sacerdote et de l'accomplissement authentique, sincère et véritable de ses fonctions...

 

Il faut espérer que ces « reliquats » conflictuels retournent comme tout « encombrant » vers les décharges aménagées en ce sens sous le gardiennage d'un oubli plus que salutaire pour l'allégement et la clarification de la diaspora druidique...

 

Alimenter, sans cesse, le conflit sous des prétextes avancés qui masquent et dissimulent des hypocrisies notoires, des règlements de compte sempiternels et rédhibitoires, ne fera jamais évoluer ce qui est invité à le faire avec discernement, juste mesure et sagesse...

 

Les nouvelles générations n'ont rien à faire de ces disputes imbéciles entretenues par leurs prédécesseurs, elles ne sont pas demandeurs de ces pollutions perpétuées, de ces rancoeurs accumulées, qui ne les concernent pas et qui polluent, o combien, la sphère communautaire et la clarté et la lisibilité rendues plus qu'indispensables en terme de présence au monde et de devenir en ce monde en cours de mutation …

 

Si tous aspirent à une même sincère et authentique élévation, à gravir, étape par étape et selon le pas et le rythme de chacun, le sommet de leur accomplissement existentiel (en offrant le meilleur d'eux-mêmes à cette ascension), il n'y a pas lieu de se disputer, de s'exclure, de s'injurier,sur la nature du chemin que chacun empreinte à cet effet pour autant que celui-ci respecte l'éthique et les valeurs d'une véritable cheminement altruiste, traditionnel, philosophique et spirituel...

 

Au contraire, tous et toutes ont a y gagner en partageant fraternellement le fruit des expériences réalisées, transcendées, porteuses d'enseignements majeurs et de progressions bénéfiques au niveau des états, plans et niveaux de conscience amenés ainsi à évolution progressive et efficiente...

 

Bien des reproches font état des imperfections que l'on dénonce chez les « autres » sans avoir, un seul instant, essayé de regarder celles que l'on entretient en nous-mêmes (tout en reconnaissant que l'état de perfectibilité ne saurait être réalisé, en notre périple humain, mais que les approches opérées seront de nature à en incarner l'Esprit, L'Essence et l'Anima.)...

 

Il est vraiment paradoxal, toute étude faite, toute comparaison effectuée, de connaître la somme des convergences qui font Références indéniables et incontestables au sommet de la compréhension de la Tradition (et qui fondent, animent et structurent Celle-ci) et de visualiser ou d'entendre, avec consternation, l'ensemble des divergences formelles et mineures qui continuent d'agiter l'ensemble des communautés fraternelles au détriment de l'unité qui seule est garante d'équilibre et d'harmonie, d'entendement et de compréhension majeures, enfin réalisés !...

 

Ce n'est pourtant en aucun cas la dite Tradition qui est à l'origine de ces dissensions fortement préjudiciables aux conceptions unitaires, mais bien la nature des rapports et relations instaurées en son Nom et les dichotomies humaines dont Elle subi les néfastes et contradictoires effets et ce, au fort détriment de tous et de chacun !

 

Le « Conflit » ; c'est lui que l'on génère, à lui que l'on fait en quelque sorte des « offrandes », que l'on invoque sans cesse, comme si les états pacifiques, sereins, apaisés, bienfaisants et bienheureux pesaient à l'homme à un point « d'insupportabilité » tel que le recours au chaos, au désordre, aux troubles, aux mésententes, aux antagonismes forcenés, s'avére indispensable et salutaire !...

 

Notre société n'est plus il est vrai à une aberration prête, mais est-ce une « raison » pour entretenir le champ conflictuel qui l'enfonce dans ses obscurités et dans les marais de la confusion sociale, sociétale où elle risque de disparaître ?...

 

Nous sommes, ais-je dit et reformulé, « condamnés au bonheur, à la joie, à la solidarité, à la convergence, à l'entente cordiale, à l'unité fondée sur les valeurs humaines de dignité, d'équité, de liberté et de responsabilité !»...

 

Je ne vois pas, ne peux percevoir, d'autres alternatives à cette descente dans l'envers de la Création, que cette affirmation audacieuse, utopique certes, mais seule en capacité de transmuter nos faiblesses en forces, nos doutes en espérances, nos renoncements en engagements, nos abandons en adhésions, nos illusions en réalités concrètes, notre pessimiste forcené en optimiste raisonné, nos divergences de formes en convergence de fond, nos défiances en confiances, nos intolérances en tolérances clarifiées, notre fausse croissance exponentielle en décroissance intelligemment et efficacement accompagnée.... etc...

 

Face aux enjeux vitaux devant laquelle les communautés humaines sont dramatiquement et tragiquement placées, il ne peut y avoir d'autres alternatives que celles qui conçoivent, imaginent, inventent, expérimentent, témoignent, incarnent, un changement profond et progressif de paradigme sociétal, lequel ne saurait aboutir sans le recours aux sagesses ancestrales, aux enseignements philosophiques et spirituels traditionnels ; les unes et les autres co-participant  « symbiotiquement », en convergence d'entendement et de but, à cela dans le respect, certes, des singularités et des spécificités inhérentes à chaque groupe humain, mais dans une vision claire et unanime faisant d'une meilleure destinée planétaire une action commune et amplement partagée axée sur une évolution positive, progressive et mutuelle des consciences...

 

Alors placées devant de tels choix pour l'avenir planétaire que viennent faire les « disputes formelles » et confraternelles qui nuisent par leur lourdeur et pesanteur à la libération des cœurs et des esprits qui ne demandent par ailleurs que de s'investir dans l'entendement et la convergence mutuelles ?...

 

Avons-nous a offrir, à ceux et celles qui se tournent vers la Tradition (et ses promesses d'équilibre et d'harmonie), qu'une corbeille élimée débordant de contentieux stupides et éculés, baignant dans la naphtaline et la poussière des aberrations accumulées ?

 

Oui, il est vrai, que l'on peut être confronté à bien des  distorsions, à bien des antinomies, dichotomies et contradictions, au contact de la Tradition via ceux et celles censés la représenter dignement et la servir de leur mieux et le plus authentiquement possible...

 

Certaines attitudes sont réellement déroutantes vis-à-vis de ce que l'on est en droit d'attendre légitiment de la part d'un sacerdote ou d'un collège sacerdotal, tant dans le domaine de la pensée que celui des actes induits par celle-ci....

 

Encore une fois la Tradition peut être malheureusement l'objet et le sujet de bien des malversations humaines qui s'emparent d'Elle pour s'en vêtir et en faire profit sous différentes formes qui n'ont rien à voir avec son Esprit, ses bases et fondements...

 

Elle ne saurait, pas plus que la Bonté ou l'Amour, la Compassion ou la Générosité manifestée dans le Don, Etre la cause de tant de perversions, d'incompatibilités et de détournements...


Seul l'Etre humain est la cause directe des fléaux et maux qu'il génère et perpétue hélas...

 

Il est plus que temps de mettre nos cœurs, nos actes, nos pensées en sages et libres convergences unitaires afin de témoigner, en cela et par cela, de cet entendement unanime et majeur à partir duquel le possible devient, enfin et exemplairement, « réalité »...

 

Et cela est déjà à l'oeuvre au sein de frères et de sœurs, de collèges et de clairières, qui se tournent résolument vers la convergence et l'entendement mutuel et fraternel en faisant l'économie des énergies qui conspirent contre le beau, le vrai, l'équitable, le juste, le convergent et l'unicité singulière et plurielle....



16/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres