Les dits du corbeau noir

DES MONDES CELTIQUES DOSSIER Ce qu'ils en disent Extraits de lectures et commentaires Bran du



Monde celtique : ce qu’ils en disent… Gaulois, qui étais-tu «Dossier pour la Science»

N° 61 Oct/Déc 2008 J.L. Bruneaux - Christian Goudineau – O Bushsenschutzn – L. Olivier

 

Ce  dossier permet une actualisation des connaissances acquises....



EN PREAMBULE : « Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements»… Honoré de Balzac



«Après une longue méconnaissance vient le temps d’une réhabilitation objective…»

«Une tout autre image des Gaulois émerge objectivement qui succède à une vision négative d’un monde également dénigré par le monde chrétien et fâcheusement récupéré par des idéologies nationalistes…

Ces peuples ( une soixantaine) indépendants mais «clients» d’un peuple «élu» régionalement parmi eux ; peuple à qui ils doivent le «service des armes» en échange d’une plus grande protection, reconnaissent tous une autorité supérieure sur les plans juridiques et spirituelles à l’assemblée annuelle des druides ; délégués par chaque cité…

Une Gaule qui est un pays qui a joué son rôle historique aux côtés des grands acteurs méditerranéen… Nous sommes devant une économie rurale fondée sur une agriculture développée , devant des objets stupéfiants par la maîtrise technique dont ils témoignent et pour leur esthétique…

Il y a 2000 – 2500 ans avant nous les Celtes sont les premiers, sur notre sol, à sortir de l’anonymat de la Préhistoire»…

Les Gaulois sont donc les premiers occupants de notre territoire à être décrits par leurs voisins. Nous les imaginions sauvages et arriérés ; les archéologues révèlent qu’ils ont façonné nos paysages par l’agriculture, inventé une métallurgie fine, développé des villes et construit des routes…

«Toutes les découvertes actuelles confirment les récits des auteurs anciens.»…

«… Paradoxalement, la méconnaissance générale des Gaulois est inversement proportionnelle au récent progrès que les recherches historiques et archéologiques ont enregistré à leur sujet»… «Des descriptions aussi brèves que caricaturales et des images d’Epinal naïves constituent au XIX siècle et au début du XX siècle l’unique langage scolaire transmis aux enfants comme à leurs parents.»…

(…"C’est la Révolution française qui fera entendre la première revendication affirmée de l’ascendance gauloise.")…

J L Bruneaux



«L’héritage, si héritage il y eut, se relève plus riche, plus noble, plus inattendu que nous le croyons…» Bénédicte Leclercq



«Ne coupez pas l’arbre de nos racines. Rendez-nous nos ancêtres les Gaulois…»

Maurice Duverger Le Monde  13 11 1987



Quelques repères actualisés :



Période de Hallstat (Autriche) (1er âge du fer) Fin VIII siècle à 399 avant notre ère

La Tène (Suisse) (2 è âge du fer) 399 à 27 avant notre ère…

60 peuples environ répartis sur 3 grandes zones géographiques (3 groupes ethniques):

Au Centre de la Gaule jusqu’au Languedoc : les Celtes proprement dit

Au Nord de la Loire : les Belges

Du Sud de la Garonne aux Pyrénées (Plus le Nord du Portugal actuel et une partie de l’Espagne) :les Aquitains qui sont des celtibères



3 jalons de la découverte des Gaulois (3 grands historiens de la Gaule) :

135 – 50 avant notre ère: Poseidonios d’Apamée (Le plus grand historien et géographe de la Gaule)

1797 – 1873: Amédée Thierry: Il publie en1828 La première histoire des Gaulois. Une œuvre puissante mais qui donne naissance à une idéologie nationaliste ( la France, la plus vieille nation, le plus vieux pays d’Europe etc…)

1859 – 1933 : Camille Julian



«Quant aux futurs druides, ils reçoivent une éducation scientifique et théologique, qui dure 20 ans.

Comme les Pythagoriciens, les Druides forment une sorte de secte qui cherche à reproduire son savoir et à le prolonger dans le temps.

N’utilisant quasiment pas l’écriture, ils transmettent toutes leurs connaissances de manière orale.

Certains se cantonnaient à un domaine précis, tandis que les plus compétents acquièrent une vue encyclopédique sur les sciences de leur temps; on pressent ainsi une sorte de hiérarchie savante chez les druides…»



«Dès le IV siècle avant notre ère de nombreuses cités gauloises se sont orientées vers un régime démocratique»…



J L Bruneaux se croit obligé de faire œuvre dans ce qui suit, et ce, de façon totalement décalée vis à vis du contenu de l’ouvrage commun auquel il participe, d’un «démarquage» strictement personnel, mais récurrent vis à vis de micros phénomènes et groupuscules contemporains réprouvés par les archéologues et ce, au cas où on lui prêterait peut être des sympathies sulfureuses avec quelques spécimens de ce type :

«Des prétendus celtes contemporains soi-disant héritiers d’une longue tradition sont l’objet d’une foi ( dans une ascendance lointaine, voire dans l’appartenance à une «pureté de race»), partagée par eux seuls, et non sujets d’Histoire.» (Ce paragraphe insolite arrive ici comme un cheveux sur la soupe !)…



Commentaire personnel :

Il y aurait beaucoup à dire sur ce seul paragraphe à teneur de « déminage personnel »…

L’Histoire déroulée depuis les « temps celtiques » conserve des traces, des jalons, de la présence « historique » de la celticité à travers des êtres, des faits et des œuvres tant en Gaule que dans les pays dits celtiques et ce sans parler de la permanence, sous-jacente à l’Histoire, de mythes celtes totalement anhistoriques par Essence…

Ce propos complètement décalée vis à vis du contenu général du magazine entretient une fois de plus de graves projections et confusions en mettant dans un même sac des « zozos » plus ou moins dangereux idéologiquement et très « minoritaires » avec d’autres chercheurs et quêteurs « modernes » qui s’inspirent des travaux historiques et archéologiques pour actualiser, philosophiquement, culturellement et spirituellement, des contenus, des concepts, aptes à les aider à mieux penser le monde et à mieux animer leur existence, bien au-delà des idéologies pernicieuses et stupides… (Ne pas confondre ici « allumés » et «  éclairés»!)

(Bran Du)



«Pour les archéologues, l’idée que les Gaulois étaient primitifs est tout simplement fausse…

Les livres d’Histoire du début du XX siècle colportaient des clichés sur les Gaulois ; clichés éloignés de la réalité…

Les Gaulois nous ont laissé des mots sur la nature ou sur l’artisanat, des noms de lieux et une organisation de la campagne en domaines fermiers reliés par des routes. Les diocèses actuels correspondent aux territoires des anciennes cités gauloises….»

C Godineau



«L’archéologie révèle une vision des Gaulois plus objective que les textes des historiens antiques parfois biaisés par des considérations politiques…

Les archéologues découvrent une civilisation originale peu influencée par les peuples méditerranéens jusqu’au II siècle avant notre ère.

La civilisation Celte était caractérisée par une culture agropastorale intensive, une métallurgie développée et un goût prononcé pour la guerre.

Elle a profondément évolué tout au long de la période Celte.»…

Olivier Bushesnschutz



«L’art des celtes, loin du réalisme Grecs, est un art véritable…

Les surréalistes ont reconnu la valeur artistique de ces représentations qui puisent dans l’imaginaire inconscient de l’humanité…

L’art Gaulois a connu une succession de styles.

Il se démarque du réalisme Grec et Romain par un univers peuplé de créatures fantastiques et par la déformation géométrique, voire la décomposition, des images et des motifs.»…



«…L’art Gaulois : Une interprétation possible réside dans le fait que les œuvres découvertes ont été conçues par des savants instruits par des Druides.

En tout cas dans la culture Gauloise, celui qui fait et aussi quelqu’un sui sait, et son savoir n’est pas qu’un savoir faire : c’est une véritable connaissance de la matière et des nombres, autrement dit, une science de l’univers.»

"Nous aboutissons aujourd’hui à une véritable reconnaissance de l’art gaulois…»

«L’art gaulois ignore le naturalisme pour explorer la décomposition du réel en formes élémentaires.»… Laurent Olivier



Commentaire Bran Du:



«Il nous faut décomposer une partition historique falsifiée pour une grande part et encombrée de projections idéologiques pour rejoindre la Structure Fondatrice Essentielle, l’Awen, l’Inspiration créatrice première, chargée de tous les «souffles et de toutes les vibrations», génératrice de toutes les formes, Matrice des Atomes du vivant visible et invisible…



Par tous les fragments s’exprime la plénitude du Tout… Toute forme créée, représentée, nous aide à remonter à ses fondements ; les subtiles agencements nous invitent à remonter au trait initial qui les a «mis au monde» ; l’Arbre de vie Celte nous dit ou induit ainsi la souche et les racines! »…



«Les créations du style roman s’alimente selon Raymond Lantier «à une source lointaine qui remonte au passé celtique de notre pays», dans les «traditions forts anciennes» (…/…) qui auraient survécu aux dominations romaines et barbares, parce qu’elles se rattachaient aux fibres les plus profondes du génie national.»… (C’est oublier ou méconnaître ici un plus exceptionnel ouvrage : celui de Marcel Moreau «L’art celtique dans l’art roman.» N D R)



«L’art celtique ancien est caractérisé par la superposition de motifs végétaux puis il évolue ensuite vers des lignes continues d’où émerge un bestiaire fantastique, puis vers des représentations déformées et en relief de ce bestiaire et de «masques humains»…

D’un espace à 2 dimensions l’art Celte passe, par la construction en relief, à un espace en trois dimensions ( Au cours du III siècle avant notre ère)… L O



«L’art gaulois entretiendrait des liens avec les images des rêves et les créations dues aux états psychotiques, dans lesquels les surréalistes cherchent l’expression d’une réalité fondamentale de l’être humain…» L. O.

(André Breton se passionnera pour «l’art gaulois» … Il sera initiateur en 1955 d’une importante exposition à Paris intitulée :«Pérennité de l’Art Gaulois», rassemblant une série de pièces archéologiques confrontées à des œuvres d’art de la période contemporaine…»)

«L’Ecole Française de St Germain en Laye ; siège du M A N (Musée des Antiquités Nationales), étudie alors la survivance des représentations stylistiques gauloises. Cette école considère l’art comme un phénomène développé dans la longue durée historique et s’intéresse aux représentations et aux mentalités collectives. On reconnaît désormais l’existence d’un véritable art celtique au même titre qu’est admise en 1930 la légitimité des arts primitifs.»…L.Olivier



Art Gaulois par L Olivier (Suite)



«On constate (depuis 1950) une hétérogénéité au sein des différentes périodes ou catégories d’art gaulois (Des diversités régionales et des évolutions de motifs)…

Sur la période 1980 - 1990 on découvre, de façon spectaculaire que les motifs d’ornementation Gaulois, entre le V et IV siècle avant notre ère, n’ont pas seulement une fonction décorative mais comportent une valeur symbolique.»… L Olivier



«L’économie gauloise des IV et III siècle av notre ère est dominée par le troc.»…



«Trois dieux gaulois sont connus par des sources antérieures à la perception et description de César : Taran ( Dieu de la foudre)

Teutatés ( Dieu protecteur du peuple fort probablement) (le Tribal)

Esus ( Divinité infernale - bien que qualifiée de bonne - dont les Gaulois se croyaient tous issus. »…

«Le Druide est un prête-savant. Il reste un personnage assez mystérieux. On n’a jamais identifié avec certitude une tombe de druide, mais on a découvert des accessoires druidiques dans des tombes d’aristocrates… Etais-ce une sorte de moine-noble-guerrier?…



Quoi qu’il en soit son caractère intellectuel est indéniable ( il est dépositaire d’un grand savoir obtenu après une formation de 20 années.»…

Il étudie la nature, dirige les cérémonies religieuses et représente l’autorité en matière de morale…

Le barde n’est pas seulement un poète et un chanteur c’est aussi un personnage religieux capable par exemple de guider les âmes des morts vers l’Eden.

Il a de plus un rôle politique puisqu’il décerne éloge ou blâme aux notables…



Après les batailles les gaulois dédiaient aux dieux des milliers de cadavres et d’armes qu’ils entassaient dans des fosses au sein d’espaces délimités…

Ils ne pratiquaient donc pas leur religion au sein de la nature comme on l’a longtemps cru… Les rites religieux Celtes qu’on croyait célébrés dans la nature auraient eu lieu dans des sanctuaires…

En 30 ans de découvertes, la religion gauloise a gagné un statut qui la place au même niveau que les autres religions de l’Antiquité»…Christian Goudineau



De possibles constellations reconnues par les gaulois :

Le Taureau – les Ourses – le Dragon – les Chiens – Orion…

«Très ritualisés, les banquets occupent une place centrale dans les sociétés gauloises… un rôle politique doublé d’un aspect religieux.. On sacrifie aux dieux des amphores de vin en versant le breuvage, symbole du sang, dans des cuves libatoires…

«Le banquet correspondait à une pratique complexe, strictement codifiée et bien ancrée dans les institutions indigènes de la fin de l’Age du fer…»

Matthieu Poux



«Les données archéologiques confirment l’origine orientale… Différents des prêtres grecs ou romains, les druides ressemblaient aux personnages religieux de l’orient ancien…

Les grecs anciens rapprochaient les celtes des peuples orientaux ce que confirment les archéologues…

La religion est la même sur tout le territoire celte. Elle se caractérise par la croyance en l’immortalité de l’âme, par une pratique dans des sanctuaires où les dieux n’étaient pas représentés et par un personnel sacré, druides, bardes et vates au rôle politique important.»…

J L Bruneaux



«Les gaulois pratiquaient une religion qui leur était propre , son culte et ses pratiques funéraires révèlent qu’elles étaient différentes de celles des peuples méditerranéens…

Plus abstraite que celle des grecs et des romains, dégagée de tout contenu anthropomorphique, la religion celte accordait une place essentielle à l’âme…

(Ce sont ici des traits à rapprocher des religions antiques, perses et védiques (hindoues)…



Le personnel religieux qui propageait les croyances ressemble peu à celui des grecs ou des romains alors qu’ils se rapprochent de certains personnages religieux orientaux…

Comme les Gaulois, les anciens Perses aussi proscrivaient les représentations humaines des Dieux (Leur religion attestée depuis le II millénaire avant notre ère, est nommée zoroastrisme ou encore mazdéisme (Mazda signifiant sage)…

Il y a des milliers d’années, les Aryens, une ethnie d’Asie centrale, se divisèrent en deux groupes. L’un conquit le Nord de l’Inde, tandis que l’autre, les Perses, se fixaient en Iran …

C’est pourquoi l’origine du mazdéisme se confond avec celle du brahmanisme et pourquoi la langue sacrée des Mazdéens et celle des Hindous sont si proches ( le sanscrit)…



Comme les Perses, les Celtes parlaient une langue indo-européenne… Ils semblent être parvenus en Europe en provenance d’Asie centrale…

Un examen plus poussé de leur religion fourni d’autres indices d’une probable communauté culturelle entre les Aryens, les Gaulois et autres peuples originaires d’Asie centrale…

Dans le culte Celte, l’esprit divin peut-être fixé dans l’espace, notamment par une parcelle de terre qui lui est attribuée (l’enclos sacré) mais il n’a nul besoin de temple…



Il y a deux catégories de dieux Celtes : les «Ouraniens» (célestes en grec) qui habitent les cieux et les Chtonien (souterrains) qui résident dans la terre…

On honore les premiers sur des autels surélevés, où l’on brûle des offrandes qui s’élèvent jusqu’à eux avec la fumée. Les seconds ont des autels creux ou des fosses où l’on verse les libations et le sang des victimes. Là encore on note la similitude avec le sacrifice védique…

Les cercles vénéraient le ciel, la terre, l’eau et le feu…



Plusieurs auteurs antiques rapportent que les Gaulois croyaient en l’immortalité de l’âme selon une théorie proche de la métempsycose…

La croyance en une transmigration de l’âme est le fondement du brahmanisme…

Comme dans la religion hindouiste la réincarnation n’était pas inéluctable…

Une personne ayant eut une vie exemplaire, conforme à la morale édictée par les druides, pouvait se voir récompensée par un séjour éternel auprès des dieux.»…



«Pour les Celtes, c’est une gloire de mourir au combat et il est sacrilège de brûler le corps de celui qui a connu une telle mort. Ils croient qu’ils seront transportés au ciel auprès des dieux, si le vautour affamé déchire les morceaux de leur corps gisant au sol.» (idem au Tibet !) NDR Silius Italicus (I er siècle) (la Punica)



Une doctrine religieuse aussi puissante, des rites aussi complexes, n’auraient pu être pratiqués ni maintenus sans un personnel sacerdotal spécialisé…

Les druides Gaulois ne sont pas de simples prêtres…

Ils se situent à la frontière entre sagesse, magie, divination et exercice du culte…

Ils ressemblent aux mages Perses, ils en ont l’omnipotence, la sagesse qui se veut absolue, et le pouvoir, à eux seuls réservés, d’établir un contact avec les dieux…

Ils forment comme les brahmanes indiens ou les mages iraniens ils demeurent dans des communautés spirituelles, ils forment une caste indépendante du pouvoir civil…

Les pratiques magiques et religieuses faisant appel aux esprits de la nature qui constituent le chamanisme sont originaires de Mongolie ou de Sibérie, c’est-à-dire des marges de cet espace central asiatique, donc proviennent les Aryens, et sans doute, les Celtes…



Druides, bardes et ovates contrôlaient l’accès au divin… Dépositaires d’une immense culture, ils étudient la nature et observent le ciel et les astres, spéculant sur l’origine et le devenir du monde…

Ils développent une morale qu’ils diffusent dans la population… Ils professent des maximes telles que : «Il faut honorer les dieux, ne pas faire le mal, et s’exercer à la bravoure.»

Les druides ont pour mission d’établir les grands principes de la morale, tandis que les bardes en surveillent l’application.»

J L Bruneau…



Le sanctuaire est constitué d’une enceinte sacrée ( enclos quadrangulaire), un fossé sépare le terrain sacré du monde profane… un mur de bois et de torchis isole les participants du culte des non-initiés demeurés à l’extérieur…

Ces enceintes ont une orientation qui sont, à l’évidence, le fruit de calculs… Les dieux se manifestent dans l’enceinte au sein d’un bois sacré, un bosquet, où, selon Pline, le chêne est toujours présent… La piété gauloise était extrême….



.....................................................................................................



15/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 549 autres membres