Les dits du corbeau noir

DES DRUIDES (REVISITATION DU SUJET) 2018 BRAN DU 03 10 OCTOBRE

 

 

Divers 14 03 2018 019pm.jpgLe Grand Collège Celtique des Chênes de la Forêt de Brocéliande au temps de Jean Thos

 

 

 

Des Druides : Etudes, lectures et commentaires.

Bran du    Octobre 2018

 

Sources : Philippe Jouet dictionnaire de la Mythologie et de la Religion druidique.

 

 

« Les druides ont dû exercer une influence « normative » sur les croyances et les cultes des différents peuples. »...

Ph Jouet

 

 

 

Une institution, une corporation ou corps professionnel ?

 

 

Selon Philippe JOUET, ceux-ci constituent un corps professionnel dont les membres sont spécialisés (héritage indo-européen) en divers domaines et diverses pratiques et notamment ce qui se rapporte à la Parole et aux Rituels...

 

 

Ils appartiennent à la première fonction dite peut-être improprement ou trop limitativement « sacerdotale » au sein de la société trifonctionnelle celtique...

 

(Toutefois Philippe Jouet nous dit que « ceci n'exclut pas des institutions politiques d'hommes « tenus au sacré » associés à des expériences religieuses beaucoup plus anciennes. »)...

 

 

Il n'est pas question de voir en cela une sorte de « clergé » ni d'intituler cette « corporation » ou « institution » caste ou classe…

 

 

« Mettre en parallèle la fonction druidique et celle des brahmanes de l'Inde est abusif » et demande une « limitation » dans les analogies et comparatifs...

 

 

Selon une triade bien connue d'un observateur « «étranger », ils sont censés :

 

« Honorer les dieux.

Ne rien faire de mal.

Exercer leur courage. »...

 

 

Leur relation au divin et au sacré, le commerce avec les « dieux » est bien attesté ; on dit d'ailleurs « qu'ils parlent la langue de ceux-ci »...

 

Ils rendent donc hommage aux divinités selon les paroles, gestes, et rites adéquats à cette relation qui se veut être de gratitude, de louange, d'offrande, d'intercession, de sollicitation...

 

Ils sont tenus par une éthique, une déontologie, une sagesse, des préceptes et concepts, une théologie, une pensée spirituelle et philosophique, une croyance qui imposent et obligent des attitudes et comportements censés ne nuire et ne porter atteinte ni aux être ni aux choses...

 

Ils participent donc du faste, du bienfaisant et du bienveillant, du don et de la générosité, de l'aide et de l'entraide, du bon conseil et de l'accompagnement juste et mesuré le plus bénéfique possible...

 

Leur service s'applique à amoindrir (en les combattant, en les « neutralisant »), les forces hostiles, mauvaises et néfastes, et à accroître la part lumineuse des êtres et du monde...

 

(Ceci repris par la suite dans l'enseignement premier des « triades » conjointement avec la recherche, la mise en œuvre, l'instauration, le maintien ou la restauration des « lois d'équilibre et d 'harmonie. »)...

 

(Donc protéger les hommes, les femmes et l'univers lui-même d'une plongée sans fin dans le chaos !)...

 

Un tel exercice demande et requière en effet un grand courage, de l'audace, de la bravoure, de l'obstination dans la lutte et le combat, dans l'application d'une « maîtrise » en tout domaine d'activités et de situations et les druides, à priori, n'en manquent pas !...

 

 

Le druide serait lors un « sage » qui exerce son courage et qui rend sacrément et divinement hommage au sein d'une entreprise et des activités de celle-ci qui le font médiateur entre les hommes et les dieux et entre les hommes « entre eux » en étant garant de sa « bonté », de sa bienveillance et bienfaisance, envers tous et chacun... Nous verrons, par la suite, que cela est fort limitatif et bien incomplet !...

 

Ceci pour autant que l'on prête véracité à la triade énoncée (la seule historiquement attestée !)...

 

 

AGE Comarlia 06 07 2013 061pm.jpg
Un druide contemporain

photo Bran du

 

 

 

Le nom du druide lui même a porté à bien des débats et interprétations diverses et variées...
Il est maintenant fortement recommandé de ne plus usé du terme « homme du chêne », mais d'évoquer plutôt le « très savant » ou le « très fidèlement savant » (celui qui sait, qui a une vision, une connaissance sûre, solide, claire, véritable, forte... et qui sert cela, l'étudie, l'enseigne, le transmet et l'incarne le plus fidèlement possible.)...

 

 

Les Fonctions et pratiques druidiques :

 

 

Nombreuses et très diversifiées sont les fonctions, les rôles, les attributs, les pratiques et activités du druide...

 

Il est lié très étroitement à l'aristocratie militaire dirigeante dont il conseille le roi ou le prince ayant préséance de parole sur eux, mais ne se substitue pas à leurs charges et fonctions. Il se tient à la place qui lui est attribué et qui impose le respect...

 

En Irlande et en Brittany les druides (qui s'estompent passé le 1er siècle en Gaule du fait de la disparition du modèle social celtique, du changement de langues, des édits promulgués interdisant leur fonction puis attentant à leur vie même.) sont encore liés à l'exercice du pouvoir royal.

 

 

« Les druides ont veillé à l'entretien de la Tradition et des mythes, au bon ajustement des lois, du calendrier et des rituels, au maintien de la langue (de la parole « poétique » de même), et à la fixation des thèmes et motifs majeurs de l'iconographie ( par exemple le monnayage »)...

 

 

« Ce sont des auxiliaires de la royauté et les assistants du rituel. » selon Philippe Jouet

 

 

 

Leur activité est, entre autres, liée :

 

 

A tout ce qui touche et concerne la parole et ses divers usages et applications...

 

 

Au droit (à la justice, au conseil juridique, à l 'équité, à la bonne mesure, à l'élaboration des lois et règlements, au contrôle de leur bonne application et ce, avec finesse, discernement et « diplomatie »!)...

(Il est dit des druides  que : « ce sont les plus justes des hommes.»)...

Il est dit également qu'ils seraient des « magistrats préposés à l'investiture) et plus particulièrement « royale » ; ils ordonnancent et mettent en œuvre cette investiture ou élection et veillent à son bon déroulé...

(De même qu'ils organisent les « funérailles ».)...

 

 

Aux rituels et cérémonies au sein desquels ils participent au « sacrifice ». Ils sont investis dans la théologie et la modélisation des rites et veillent sur le bon déroulé de ce rapport au divin et au sacré...

 

 

Ce sont des penseurs et même dit-on encore des philosophes

(ils seraient proche des théories de Pythagore le Grec ; à moins que ce soit l'inverse !)...

 

 

Au sein de ce « corps druidique » on distingue les bardes (spécialistes du chant, de la louange, de la satire...) et les vates (chargés de la divination, du sacrifice augural...)...

 

 

 

Druidisme divers 09 03 2018 046pm.jpg
Rassemblement druidique en Bretagne

 

 

 

Se pose ici la délicate question du Féminin sacré :

 

 

L'auteur nous dit « qu'on ne connaît pas de femme « druidesse » participant au sacrifice », aux actes rituels... Rien n'atteste en effet, de façon claire et précise, d'une fonction féminine en ce sens, aucun document ou texte... mais, parfois, une allusion s'insère !...

 

 

En effet, des Femmes Druides : Bandrui ou Banfile (poètes, voyantes, devineresses...) sont cependant mentionnées dans les textes à différentes époques... (Elles provoquent nous dit-on « l'obscurité des éléments et des averses monstrueuses et violentes. », elles accompagnent des fins de règne ou de cycle (fonction eschatologique.)...

 

Ce qui précède indique qu'elles ont recours, avec efficacité et maîtrise semble-t-il, à la magie, au pouvoir sur les éléments ; pouvoir généralement attribué aux druides !...

 

 

Elles sont donc aussi des praticiennes de la Parole d'Eau et de Feu et de l'emploi « magique » de celle-ci...

Cet « emploi » implique et nécessite aussi des gestes rituels précis et ordonnés qu'elles maîtrisent donc également !...

 

 

Il est dit qu'elles participent aussi aux « verbal-contests » soient aux joutes verbales qui se tiennent aux moments clefs et périlleux du déroulé de la Roue de l'année comme tout barde digne de cet intitulé...

 

 

Parmi les fonction reconnues à ce féminin, il y a tout le champ divinatoire et la vastitude de

celui-ci :

Prédiction, prophétisation, vaticination, divination donc.

(Voire, comme relevé ci-dessus, peut-être l'incantation, la « Parole magique » !)...

 

Cet ensemble d'activités pourrait trouver sa place et son rôle au sein de la spécialisation vatique ; les femmes consacrées feraient donc alors partie intégrante des « vates » et de ce fait du corps professionnel des « Druides » ? !

 

Cela reste « ouvert »  aux discussions et argumentations !

 

 

 

sillon talber mars 2018 002pm.jpg
Un druide de la Gorsedd bretonne au début du XXè siècle

 

 

 

Autres fonctions attribuées et attestées au sein de cette corporation druidique :

 

 

Celle d'ambassadeurs (ils manient l'éloquence et la diplomatie, et se présentent comme des médiateurs, des conciliateurs très qualifiés.)... Ils ont l'art de concilier ou de réconcilier ce qui s'oppose et s'affronte et de ramener la sérénité et la paix entre les belligérants …

 

 

Celle de médecins/chirurgiens (par les plantes, le « couteau » et les formules adéquates.)

Cette discipline a sans doute été la dernière exercée par les druides avant leur « disparition »...

 

 

Ils pratiquent les « arts plastiques », savent le métier de forge, conseillent, instruisent et initient les artisans qualifiés, font inscrire et graver les fondements des concepts traditionnels sur divers supports et dans un langage connus d'eux seuls et de leurs initiés... (On découvre cela depuis peu.)...

Ils sont "astrologues" et lisent et interprètent la "carte du ciel"...

Ils ont connaissance "des lois de la nature"...

 

 

Ils enseignent donc, longuement, (en moyenne dit-on vingt ans d'études!) au sein d'une organisation hierarchisée (une « école» druidique donc), des disciples progressivement « sélectionnés » et « retenus » pour leur compétence et facultés ...

Le disciple « absorbe » la substance appelée "connaissance et savoir" qui sort de la « bouche » du maître enseignant...

 

Le champ des dites connaissances, pratiques , techniques, méthodes, outils, expériences et apprentissages est d'une grande vastitude et englobe nombre d'activités et de disciplines humaines...

 

..............

 

 

 

 

sillon talber mars 2018 003pm.jpg
La Gorsedd de Bretagne

 

 

En résumé : Des Femmes ou des Hommes « tenus  au sacré »

qui exercent en plénitude leur art et de leur fonction en maîtrisant une ou plusieurs spécialités et compétences :

 

 

Devin / Voyant / Visionnaire / « Magicien » / Théologiste / Penseur / Philosophe / Être très Savant / Conseiller / Artiste / Diplomate / Ambassadeur / Pacificateur / Politicien / Médiateur / Conciliateur / Modérateur/ Régulateur social / Juriste / Médecin / Chirurgien / Poète et excellent Praticien de la Parole / Intermédiaire entre les Mondes, les Hommes et les Dieux, la Terre et le Ciel / Intercesseur / Solliciteur / Instructeur / Enseignant / Transmetteur / Initiateur / Assistant aux rituels et aux sacrifices (ordonnancement et bon déroulement de ceux-ci.) / Sacrificateur / Musicien / Chanteur / Compositeur / Conteur / Louangeur / Satiriste / Gardien fidèle des mythes et de la Tradition / Echanson / Concepteur et Organisateur des Rite royaux ou princiers (Investiture, Mariage / Funérailles...) / Elaborateur (calendrier celtique) / Historien / Généalogiste / Astrologue /...

 

 

Tout cela, principalement » opéré sous l'égide du Dagda « le Dieu Bon » "le Dieu-Druide" et de Lug, « le Polytechnicien » et avec les conseils, l'inspiration procurée et les enseignement dispensés  d'une déesse « technicienne » (Brigit par exemple.)...

 

 

 

Une somme de questionnements des plus interpellatifs découle des données précitées :

 

 

Cet inventaire, non exhaustif sans doute, mais qui reflète l'état actuel de nos connaissances sur le monde Celte, nous interpelle avec pertinence et profondément sur les façons dont nous incarnons aujourd'hui «  ici et maintenant » les dites fonctions, les rôles et attributions, les organisations mises en place, les conceptions et entendements que nous en avons, les mises en forme et en représentation de nos rituels et cérémonies, les processus initiatiques, l'enseignement lui-même et sa transmission, notre place au sein de la société contemporaine et notre engagement à son service et pour son meilleur devenir...

 

 

Nous avons certes «  hérité » de nos prédécesseurs et surtout depuis le 18è siècle d'usages, de concepts, de pratiques, de modèles, d'entendements, d'adaptation, d'actualisation du fond et des formes censés constituer le fidèle héritage légué par nos Grands Anciens et Grandes Anciennes...

 

 

Ce legs nous le savons a évolué au cours des derniers siècles en fonction des nouvelles recherches, études, découvertes réalisées entre temps...

 

Cette « dotation » reçue du « néo-druidisme » s'est constituée sur l'état des connaissances dont on disposait à ces époques avec les spéculations ajoutées par ce que l'on a qualifié alors et à juste titre de « celtomania » ...

 

Un certain esprit « conservateur » régnant, la tendance a été de figer la Tradition alors que celle-ci est totalement vectrice d'évolution et plus spécifiquement dans l'Esprit, mais surtout dans les mises en formes, des mises en formes réalisées depuis 1717 sur des données erronées ou obsolètes comme le démontre avec évidence et arguments à l'appui les nouvelles générations de chercheurs appuyées par l'expérience des plus anciens qui ne disposaient pas d'outils et de méthodes performantes et efficaces comme celles développées depuis...

 

 

Cela a changé assez considérablement notre regard et nos compréhensions sur un monde Celte qui demeure riche et complexe, et encore, pour partie, méconnu, mais dont nous avons des approches de plus en plus pertinentes, sourcée, argumentées "scientifiquement" et éclairée...

 

 

Notre Tradition est par nature « évolutive » tout en étant accompagnée dans son évolution permanente par un Souffle, un Esprit, des Principes, une Essence, un Anima, des « Forces, Energies et Lumières » immuables, originelles, élémentaires et fondamentales et part une « Inspiration immanente et transcendante appelée l'Awen »...

 

 

Si nous demeurons à son écoute « Le fond » nous dictera la ou les « formes » appropriées ajoutant aux connaissances nouvelles dégagées par la recherche et la qualité des études menées, les dynamiques et synergies propices à l'incarnation vivante et fidèle, enjouée et actée, cohérente et concordante, de la dite Tradition !...

 

 

 

sillon talber mars 2018 004pm.jpg
La Gorsedd de Bretagne



03/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres