Les dits du corbeau noir

DE NOTRE RELATION A LA TERRE, A LA NATURE, AU VEGETAL BRAN DU 2016 12 06 JUIN

IMG_5257pm.jpg

Samosa

 

IMG_5258pm.jpg

 

 SOUPE DE PRINTEMPS (ORTIE, ALLIAIRE. PLANTAIN, PISSENLIT...)

 

 

 

De la Relation avec le Monde des Plantes.... Juin 2016   Bran du

 

 

Nous apprenons auprès de personnes compétentes l'usage et l'emploi (médicinal, culinaire) d'un certain nombre de plantes dites « sauvages » dont certaines « domestiquées » ou « importées » dans nos jardins...

 

En fait, et pour ce qui est déjà de l'emploi de ces plantes dans un cadre nutritionnel (la plante en son entier ou en tant qu'épice, condiment, décoration gourmande...) on s'aperçoit très vite de la quantité , de la variété, de la diversité, des plantes qui peuvent participer à une alimentation autant agréable qu'originale....

 

Il en est de même pour les emplois au titre d'une pharmacopée qui a fait ses preuves...

 

 

Parmi les conseils dispensés il y a :

 

- L'importance a accorder au lieu où l'on récolte (dans quel environnement connu et avec quelle qualité de biotope)(en tenat compte des pollutions diverses et variées)...

 

- Les conditions dans lesquelles s'opère la dite cueillette...

(Jour, heure, saison, temps sec ou humide...)

 

- La rareté ou non de la plante prélevée et de ce fait la limitation de ce prélèvement dans une « station » de pousses donnée...

 

- La connaissance de la plante (sa reconnaissance), les parties utilisables (feuilles, tiges, racines.)...

 

- La capacité à bien doser ce qui n'est pas de la moindre importance au contraire ! (Voir les compatibilités entre plantes, la fréquence et la quantité utilisée)...

 

- La capacité à bien distinguer les critères qui différencient une plante proche d'une autre. (Certaines étant toxiques et d'autres non au sein de familles apparentées par exemple avec les ombellifères.)...

 

- Les excès d'usage, l'absence de "soins" dans la collecte, peuvent aussi induire une toxicité « renforcée »...

 

Il existe bien des ouvrages sur le sujet, mais rien ne saurait remplacer l'expérience et la découverte sur le terrain en compagnie d'une personne « qualifiée »...

 

 

 

Nos amis Hocine et Romain organisent dans le cadre de leur association cet accompagnement de découverte et de reconnaissance et de même Laurent lors des sorties nature organisées par le Chaudron d'Abondance...

Ce sera le cas aussi lors de l'Estival de Brocéliande cet été et à l'automne pour aller à la rencontre du monde « fongique » (les champignons)...

 

 

Notre amie Hélène Barthès organise aussi des visites commentées au Val heureux sur la commune de Henansal (Côtes d'Armor)...

 

Bien d'autres personnes compétentes proposent aussi des « initiations » avec la qualité attendue et les conseils appropriés...

(Florence Laporte, Béatrice le Chartier, Elisabeth Cappelli...)

 

C'est dire aussi l'engouement de nos contemporains qui s'intéressent de plus en plus à cela et ceci est très encourageant et prometteur pour un changement vital de comportement vis-à-vis de la nature, de son respect, de sa protection et aussi de nos façons de nous alimenter plus sainement et plus intelligemment...

 

Reste à approfondir cette « relation » au-delà des bienfaits de santé ou gustatif immédiats...

 

 

Quel rapport ai-je avec la nature et plus spécifiquement avec les plantes qui s'épanouissent en son sein ?

 

Le rapport au lieu de nature (maritime, champêtre, forestier...)

Le premier rapport s'instaure à partir du regard et de ce que celui-ci nous transmet de données...

Si nous « fermons les yeux », une autre forme de découverte s'offre à nous quand une plante est confiée à nos mains et à leurs explorations tactiles...

De même nous pouvons sentir et goûter afin de compléter notre « connaissance » de la dite plante...

 

La cueillette faisait jadis l'objet d'un véritable « rituel » lequel commençait par une sorte de déclaration d'intention adressée par le cueilleur à la plante choisie...

 

(Ceci afin d'en préserver les « vertus » en établissant un acte de prélèvement respectueux accompagné d'une « explication » envers la nature et le monde végétal...)

 

Il existe des traités, des conventions impliquant un jeûne, une tenue vestimentaire spécifique, le non emploi de fer coupant (un prélèvement effectué de la main gauche) etc...

 

Les rituels païens appliquent habituellement ces dispositions (maintenant, transmettant ainsi des anciennes Traditions) ceci afin de constituer, par exemple, le bouquet des plantes dites du solstice d'été ou encore de la St Jean...

(7 ou 9 ou 12 plantes sélectionnées pour leur vertu et ceci selon les plantes disponibles dans une région donnée.)...

 

Ces plantes séchées et ramassées avec les intentions adéquates constituent une offrande, mais aussi un bain « d'encens » épuratif et purificateur...

Elles trouvent et donnent sens, en complémentarité, au rituel lequel sens participent lors pleinement de l'Essence de celui-ci...

 

 

 

Une plante, comme tout le règne végétal, est un organisme vivant qui participe selon les « plans » qui lui sont propres à la Création et à la loi dite d'Evolution...

Elle connaît elle aussi des « mutations », des « adaptations », rendues nécessaires pour son développement et sa survie ainsi que pour sa pérennisation...

Son but, son objectif essentiel : assurer la perpétuation de l'espèce... (De la graine à la graine, de la semence à la semence, du germe au germe, selon le cycle et les éléments et méthodes de reproduction qui lui sont spécifique... etc.)...

 

 

On cherche depuis peu le mot le mieux approprié aux plantes et à leurs extraordinaires facultés , un mot qui serait l'équivalent du terme « intelligence » !...

 

Des chercheurs scientifiques nous disent et démontrent que les plantes gèrent, à leur façon, des « informations » et peuvent communiquer « chimiquement » entre elles... (Ils affirment également que l'eau à la capacité de « mémoriser », de retenir des informations, qu'elle procède donc à un traitement de données informatives.)...

 

(Comme les plantes nous sommes en grande partie constitués nous aussi d'eau, de même nous faisons mémoire et nous stockons et gérons des informations...)

 

Cela fait donc un certain nombre de "passerelles" entre le règne humain et le règne végétal permettant d'assurer des "connections" de compréhension et d'attention semblable...

 

Depuis toujours l'être humain sait que le monde végétal lui apporte de précieux concours, des solutions efficaces, afin de le maintenir en bonne santé ou de rétablir celle-ci et ce, tant sur le plan physique que psychique...

 

Faire emploi et usage des plantes implique une connaissance de celles-ci, mais tout autant une pensée reconnaissante accompagnée d'actes témoignant de celle-ci !

 

La vision, l'observation contemplative, sensible et attentive de la nature, d'un paysage, d'une simple, mais fabuleuse plante tout cela est source de paix, de joie, d'inspiration, d'entendement, de ravissement et d'émerveillement, de santé soit d'équilibre et d'harmonie...

 

 

La Science de l'Ovate est l'Art de se relier "aimablement" à la terre et à tout l'univers, d'instaurer des liens et des relations d'amour, de respect et de gratitude, d'apprendre à son contact la vie qu'elle génère et les façons de coopérer intelligemment, amoureusement et « émotionnellement » avec elle...

 

Parler à l'eau ou à une plante produit des effets comme cela a été démontré alors pourquoi s'en priver quand cela génère une bienveillance et une bienfaisance mutuelle, réciproque ?...

 

Notre rapport « déplorable » et dramatique à la « Nature » relève de conditionnements, de formatages « religieux » instaurant l'idée que la nature a été créée pour être soumise à l'homme et aux besoins exclusifs (et destructeur) de celui-ci...

 

Il est plus que temps d'inverser ce rapport et de restaurer des relations du type « symbiotiques » et coopératives et ce au plus grand bénéfice de la Création dans son entier et de l'Evolution qu'elle tend à poursuivre malgré les obstacles majeurs que nous mettons nous-mêmes sur son obstiné, millénaire et prodigieux chemin...

 

......................................................................................................

 

Exemples de difficultés à bien identifier certaines plantes dont l'emploi peut être ou bénéfique ou très dangereux :

 

Quelques ombellifères...

 

Persil, fenouil, angélique, carotte, berce, cerfeuil... sont des "ombellifères" qui se caractérisent par une sommité fleurie appelée ombelle laquelle peut présenter différentes architectures dans son élaboration (ramification ordonnée ou non de l'ombelle)...

Le milieu où elle pousse, le fait que sa tige soit ronde ou non, creuse ou non, poilue ou non, unie ou bicolore, que ses feuilles soit rondes ou dentelées sur leur bord, alternées  ou symétriques sur la tige, que les graines aient tel aspect...

Tout cela constitue des critères d'identification qui, cumulés, évitent des erreurs qui pourraient avoir de graves conséquences...

 

Toute la plante peut trouver son usage bénéfique (racine, tige, feuille, graine...) Là encore un bon "dosage" est plus que nécessaire ...

 

Comme pour le monde "fongique" (les champignons) bien des précautions sont à prendre et le doute, qui amène à se référer à des personnes ou livres spécialisés aptes à le lever, doit éviter bien des accidents....

 

Il existe de très nombreux et instructifs ouvrages à cet effet mais l'expérience au sein de la nature avec un accompagnement qualifié me paraît plus qu'indispensable...

 


IMG_3697pm.jpg

l'Ægopode (comestible)


IMG_3709pm.jpg

 

IMG_3721pm.jpg

Œnanthe (Toxique)


IMG_3727pm.jpg


IMG_3728pm.jpg

Carotte sauvage

 

IMG_3739pm.jpg

 

 

IMG_3730pm.jpg

La ciguë


IMG_3731pm.jpg

Tige de ciguë


IMG_3735pm.jpg

 

IMG_3736pm.jpg

La berce

comestible sauf la berce du Caucase ou grande berce


IMG_3755pm.jpg

 

IMG_5184pm.jpg

Berce


IMG_5185pm.jpg

Berce

 

IMG_5205pm.jpg
Angélique

IMG_5206pm.jpg

Autre pied d'angélique



13/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi