Les dits du corbeau noir

DE LA RENCONTRE PENSEES ET REFLEXIONS BRAN DU 2019 LE 22 11 NOVEMBRE

 Empreintes Bran du 04 2018 073.JPG

 

 Peintures et empreintes Bran du

 

 

 

 

 

Une « rencontre ».....

Bran du    Le 21 11 2019

 

Une « rencontre » est un commencement ou un recommencement ; toutefois ce dernier ne peut-être de la même nature que les précédents et il se doit de ce fait de se vivre à d'autres niveaux et plans de conscience lesquels sont censés avoir retirer des relations vécues antérieurement divers enseignements de sagesse qui trouvent lors leurs heureuses et efficaces applications...

 

Nous avons pu à travers les expériences réalisées jadis apprendre à mieux nous connaître, à mieux percevoir nos faiblesses et défauts, mais aussi nos forces « sereines » et nos potentialités aimantes et expressives...

 

Nous sommes en capacité et volonté lors d'avoir connaissance et expérience de ce qui est appelé, de préférence, à être, à se formuler, à se partager et à s'offrir et que nous voulons communément « enfanter » ensemble et de ce qui n'est pas appelé à cela, voir pourrait y porter atteinte...                                 (D'une façon plus synthétique ou schématique, nous savons mieux ce que nous souhaitons et la façon dont nous pouvons satisfaire cela et ce que nous ne voulons plus reconduire de sentiments ou de pensées qui pourraient en compromettre la réalisation.)

 

C'est ainsi que ce que l'on appelle l'Amour (et qui est un condensé dense et intense de forces, d'énergies, de vibrations et de lumières) nous fait évoluer, fait évoluer la matière charnelle et corporelle que nous sommes vers des sphères de plus en plus subtiles et de nature spirituelle...

C'est du moins ce que je pense sans imposer cette pensée à autrui tout en invitant cependant à réfléchir à cela (Est-ce que cela fait miroir « réfléchissant » en mon cœur, en mon corps, en mon esprit?)....

 

Mais on ne saurait réduire la rencontre à une réflexion quasi philosophique et encore moins réduire celle-ci à quelques définitions que ce soient...

 

Certes les « rencontres » ne manquent pas dans le déroulé plus ou moins calme ou tumultueux d'une existence...                       La plus émouvante pouvant être la rencontre faite avec soi-même quand ce soi-même apparaît enfin dévêtu des illusions et des artifices qui le recouvraient et qu'il s'offre « nu », comme toute offrande digne de ce nom à cela qui le contemple et le ceint sur son cœur......

 

Une rencontre est une forme de grâce accordée à celui ou à celle qui en vit l'incarnation sensible, sensorielle, émotionnelle et dont les sens rassemblés et conjoints au sein d'une vive perception s'en viennent à épouser l'Essence même de la relation accordée lors aux conjonctions, conjugaisons et ajustements mutuels, tacites ou manifestes, d'attentes, de désirs et d'entendements réciproques...

 

Là « rencontre » se place peut-être entre le hasard et une destinée ou prédestination... Qui sait, qui peut savoir tant qu'elle n'est pas vécue et concélébrer ?...

 

Empreintes Bran du 04 2018 074.JPG

 

 

 

 

La rencontre est d'autant plus « bouleversante » qu'elle n'était plus espérée et parce qu'elle n'était plus attendue, sa survenance même balaye les doutes et les incertitudes et remet un soleil dans le ciel et des étoiles dans la nuit la plus longue et la plus sombre...

 

Comme en la « cosmunion d'Amour », les prémices et les préliminaires relèvent d'une sorte de rituel lequel constitue un dévêtement progressif de ce qui fût laissant la place à la nouvelle vêture proposée laquelle consiste en un recouvrement essentiel d'un instant qui dépose l'étincelle d'un printemps dans le foyer éteint et déserté du possible...

 

Et cela est précieux aussi précieux que la première onciale, la première courbe d'encre apposée sur la page blanche d'un poème nouveau-né...

 

La rencontre trouve sa « flamboyance » quand les hautes flammes d'une conscience plénière s'élèvent en spirale sur les braises ravivées d'un foyer couvert de cendre froide et grise...

Les blés frémissent avant que la main du vent ne passe sa vaste paume sur leur nuque et sur leur front, les faisant ployer sous une caresse appuyée par l'éther lui-même...

 

Comment lors n'aurions-nous pas, nous aussi, de tels frémissements quand la rencontre se lève sur l'horizon de nos jours, sur la voie lactée de nos nuits ?...

 

La nuit aussi à ses frémissements quand s'en viennent au monde les aubes et les aurores....

 

Que toute peur, toute réticence, toute défiance, toute hésitation s'évapore lors comme eau au soleil de l'Amour, que leurs vagues quittent nos rivages et retournent en leur royaume abyssal...

Nous avons rencontre avec l'Océan de Vie, avec l'Ecume même de la Vie... avec les marées d'amplitude qui submergent de tendresse l'abandonné et le désertifié de nos sables, de nos dunes, de nos grèves, de nos criques, de nos landes....

 

Vivre la rencontre c'est enfin se rendre compte que le compte n'y était pas !... Et qu'il est grand temps de reprendre la Vie en nos bras, tout contre ; tout contre !...

 

Empreintes Bran du 04 2018 075.JPG

 

 



 

De la rencontre ( suite) Ce qu'en dit le dictionnaire :

 

Le terme rencontre/encontre évoque initialement un « coup de dé » lancé dans un coin (rencogner) et un « combat »...

 

La rencontre : «Circonstance fortuite par laquelle on se trouve dans telle ou telle situation .» (Coïncidence, conjoncture, occasion...)

 

« Le fait pour deux personnes de se trouver en contact, d'abord par hasard, puis ( par extension) d'une manière concernée ou prévue. ».. Mais aussi : « Engagement imprévu de deux forces ennemies. »..

 

Rencontrer : « Etre mis, se trouver en présence (de quelqu'un) par hasard. »... …..............................

 

 

 

 

 

 

Empreintes Bran du 04 2018 091.JPG

 

 

 

 

Le « hasard » tient donc une très grande place en terme de rencontre... Curieusement ce terme hasard issu de l'Arabe signifie : le dé ! (Et dans la vie il faut s'aider!)

S'aider, c'est aussi faire recours à la poésie laquelle nous dit :

« Le hasard nous donne rendez-vous » René Char

André Breton ajoutant que le dit hasard est très objectif dans ses manifestations !...

 

La rencontre est aussi une jonction et par exemple celle de deux cours d'eau, de deux rivières, de deux fleuves appelés à faire océan... Chacun à sa source originelle, mais qui, toutefois, s'est trouvée remplie d'une même pluie « célestielle »...

 

Chaque ru à une provenance spécifique et des composants minéraux qui lui sont propres ainsi que des vertus inhérentes à ces composants... Chaque source est plus ou moins considérée comme « guérisseuse »... mais le ru se rue vers l'océan mêlant son particularisme à celui des autres sources qui se conjoignent à lui pour ne plus former qu'une seule et même eau fertile et fécondante pour les berges et terres rencontrées...

 

Ainsi la rencontre entre deux êtres peut-être de nature à former un seul et même océan au sein d'un singulier-pluriel !..

 

Notre destinée n'est-elle pas de l'être … destiné à... ?...

 

La rencontre ne saurait être circonscrite au niveau d'une analyse, d'une étude comportementale et visuelle, de critères d'appréciations liés à l'éducation ou encore aux modes sociaux environnementaux et encore moins aux niveaux des apparences et des projections et jugements hâtifs !...

 

« L'autre » n'a pas à faire l'objet d'une « inspection » usant et abusant de critères arbitraires plus ou moins précipités et formatés....

 

Le « prénom » de la rencontre s'appelle « Confiance » et cette confiance (se fiancer avec) est la clé qui ouvre à l''accueil, au respect, à l'écoute, à l'attention, à la considération, aux entendements puis à la découverte mutuelle à partir de l'échange et du partage....

 

La rencontre n'est pas une appropriation, mais un offertoire !...

Le « sel » de la rencontre et son « écume » ; c'est la « poétique » de l'instant qui fait éternité en abolissant temps et espace... Chaque rencontre lors se fait prose unique entrelacée de musiques et de silences, chanson singulière, refrain spécifique parmi tous les chants du monde...

 

Rationaliser ce qui constitue une rencontre ; c'est enfourner celle-ci dans un congélateur !...

 

Si nous ne sommes pas « troublés » par une rencontre (et plus ou moins fébriles), c'est que celle-ci n'est pas appelée à prendre flammes, à ruisseler de dons et d'offrandes, à refaire sève dans l'aubier de notre être...

 

Empreintes Bran du 04 2018 093.JPG

 

 

Toute réelle et profonde rencontre est un « mystère». (Et celui-ci est fort proche de celui dit des « Origines».) Celui-ci connaîtra ou non et peu à peu sa « défloration » émouvante et voluptueuse...

 

Ceci, pour autant que la dite rencontre « sonne juste » et qu'elle s'efforce sans cesse vers l'accord et la compréhension, la concorde et l'ajustement des « réglages », l'entretient conjoint et stimulant des équilibres et des harmonies...

 

L'ennemi « foncier » de toute rencontre, c'est la peur que celle-ci peut susciter et entretenir ; la peur sous toutes ses formes y compris les plus insidieuses et fallacieuses comme celles alimentées par un mental despotique et égotique qui n'entend pas partager ses prérogatives et son diktat sur nous-mêmes avec les sens, les émotions et les affects que mobilise et exalte la dite rencontre...

 

La rencontre est un feu de joie allumé au sommet des entendements réciproques, un feu de joie que toute peur s'efforce d'étouffer...

 

« Cela » qui vient à notre rencontre ne relève pas d'une banalité fortuite, mais comporte, dans le secret et le creuset de tout être pensant et aimant qui s'ouvre à celle-ci, un forme de « sacralité », une dimension sacrale qui transcende l'ordinaire de l'existence...

 

Une existence sujette lors à transformation, changement et mutation, c'est-à-dire à « évolution », c'est-à-dire à accroissement des facultés sensibles et intelligentes d'une conscience éveillée et avivée...

 

« Cela » vers qui notre regard, notre corps, nos sens, nos perceptions, notre intuition, notre désir, notre volonté, toutes nos facultés, capacités et potentialités rassemblées se portent librement, émotivement et lucidement et prennent essors et élans relève d'une forme de magnétisme, « d'aimantation » et cette « aimantation » relève indéniablement du verbe Aimer et ce, au temps présent et offert de la rencontre elle-même...

 

« Cela » est plus que corps et pensées ; « Cela », c'est l'aube qui se lève, c'est le voile que l'on dévoile, c'est la bougie que l'on allume...

 

C'est le mot d'Amour que murmure le silence, c'est la rosée qui se pose sur la feuille du printemps, c'est ce soleil qui brille sur le front de la joie, c'est le chant de vie qui jaillit du cœur des saisons... C'est Toi, c'est Moi, quand se noue le « Nous » de la rencontre...

 

Empreintes Bran du 04 2018 095.JPG


Empreintes Bran du 04 2018 097.JPG


Empreintes Bran du 04 2018 098.JPG





22/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi