Les dits du corbeau noir

REFLEXION : DE LA PERCEPTION DU DIVIN BRAN DU 05/MAI 2015

Cotentin  Mio Goto mai 2015 059pm.jpg

Photographies Bran du

 

Perception du divin.... Réflexion Bran du 27 05 2015

(Vision et communication avec le Divin...)

 

Percevoir c'est connaître et ou reconnaître... Cela implique dont des connaissances, des facultés et capacités en ce sens...

Nous ne saurions « percevoir » en état de méconnaissance...

C'est aussi : discerner, distinguer, entrevoir, entendre...

Et deviner....

 

En absence de « connaissance », nous ne sommes pas à priori en mesure de percevoir ; nos sens, notre intelligence, sont sans repère ni représentation, sans mot disponible et exact pour exprimer... l'inexprimable.

(De toute évidence d'ailleurs puisqu'il s'agit du « Divin »)...

 

Connaître (apprendre, se former, acquérir...) constitue avec la faculté d'aimer et celle de créer, une triade majeure au sein des enseignements druidiques...

(A ne pas confondre avec le « savoir » qui est devenu davantage une accumulation de données collectées que la faculté liée au fait de connaître qui implique un usage judicieux de ces données auquel s'adjoint un art du discernement quand au choix, à l'usage, à l'emploi de celles-ci...)

Connaître c'est selon moi « naître avec » ; soit l'acquisition d'une connaissance qui me fait évoluer et naître distinctement à un nouveau niveau et plan de compréhension et de conscience... (Un accroissement de données mémorisées dans lesquelles puiser le moment venu.)...

 

La perception est de nature sensible et intelligente qui fait appel autant à une démarche rationnelle inscrite dans le réel (visible, audible, manifestée, représentée, identifiée, traduite, conceptualisée...) qu'aux domaines de l'irrationnel quand cela se fonde par exemple sur la croyance, l'imagination, l'intuitif, le visionnaire....

 

Si percevoir ; c'est voir à travers ce qui fait obstacle à la vue ; (percer d'un regard particulièrement effilé et aiguisé, clair et lumineux, ce qui s'oppose, se cache à notre vue ou ne permet pas son emploi.) ; c'est d'une vision donc qu'il s'agit et plus ou moins efficiente et perçante...

 

Cotentin  Mio Goto mai 2015 064pm.jpg

 

Voir c'est aussi « se représenter » ; discerner ce que c'est et ce que ce n'est pas si possible, et ce, pour autant que l'on dispose d'un catalogue de représentations dans lequel choisir ce qui se rapproche le plus de l'objet ou de la « chose » vue...

 

Ce catalogue, aussi exhaustif soit-il, ne sera, au mieux, qu'un collectage de supputations et d'interprétations (approximatives et assez conventionnelles) lié aux limites conceptuelles humaines...

 

Percevoir alors relèvera d'une convenance de représentation attribuée aux manifestations du divin selon la culture, la croyance, les idées que s'en fait celui ou celle qui « perçoit »...

 

Et au titre des « manifestations » les plus fréquemment évoquées dans cette perception ; celles qui expriment une « présence » animée d'une force, d'une énergie, d'une lumière, d'une vibration et d'une fréquence vibratoire que l'on détecte par nos seules capacités humaines ou à l'aide d'outils de détection conçus pour cela...

 

Nous aurons alors une forme de certitude que nous sommes bien en présence d'une manifestation, mais nous ne « verrons » que ses ambassades, que ses « représentations » sans pouvoir( sauf « miracle » au sens chrétien du terme!) donner à cela figure, forme, visage autre que celles que, à défaut et par besoin de « matérialisation », nous projetons alors de façon plus ou moins conditionnée.... (Une façon de se rassurer sans doute et de se préserver d'une forme de folie!)...

 

Nous ne saurions voir l'Essence, l'Anima, le Principe directement à l'Oeuvre autrement qu'à travers les supports (être, lieux, éléments..) qu'ils utilisent pour manifester leur « Présence » et ce selon leur bon vouloir et leur propre désir...

 

Nous pourrons « entrevoir » à travers les volets de nos limites humaines, un rayonnement de force, d'énergie, de lumière ; sentir et ressentir, entendre et capter, par le biais de tous nos sens convoqué conjointement à cela, ce que nous qualifieront alors de « Divin » sans que cela ne porte ni nom ni définition...

 

Car le « divin » en tant que tel ne saurait porter un nom et encore moins être défini !...

 

Cotentin  Mio Goto mai 2015 066pm.jpg

 

La Croyance implique de savoir, de vouloir, dépasser le conventionnel pour aller au-delà et par-delà vers l'Innommé et l’indéfinissable !....

 

Pour ce qui est de la « communication » avec le Divin, il en est de même car le Divin est le Langage de tous les langages, la Vibration une, unique, Mère de toutes les vibrations...

 

Le silence, la musique, les sons, le chant, la voix, le geste, la danse, la parole ajustée, l'offrande, l'invocation, la prière, la méditation, sont « des langages » sans doute parmi les plus appropriés pour favoriser une telle communication....

 

Mais, notre « entendement » prendra des formes mystérieuses, relèvera de formes magiques et alchimiques, internes à notre être ouvert à une « pénétration du divin » : une « pénétration porteuse de compréhension et de discernement car empruntant une fréquence vibratoire lors adaptée à notre capacité réceptive non « parasitée » par le mental et des éléments extérieurs...

 

Je dirais, en atteignant ma limite d'approche de cela, qu'il s'agit de la plus haute forme d'expression poétique qui soit ! (On ne saurait humainement faire mieux ! ) (En se rappelant alors que étymologiquement le mot « poésie » à le sens de « faire », de mettre en acte, en œuvre, de créer.)...

 

Cela relève du Souffle et donc du Verbe et donc de l'Inspiration et donc de l'AWEN pour les druidisants et druidisantes...

 

Alors oui, l'Awen circule et souffle en toute être et en toute chose, en tout désir, en toute liberté, en tout temps, en tout lieu...

Et nous avons capacité humaine à être pénétré par Lui, à conjoindre la respiration même de notre vie, de notre existence à sa Respiration » propre...

 

Cotentin  Mio Goto mai 2015 060pm.jpg

 

Et nos rituels (domestiques, personnels ou communautaires), nos mises en « reliance », en rapport, en résonance, en concordance, sont l’exaltation aimante et fervente de Cela ; de Cela qui Fût, Est et Sera...

 

 

Pouvons nous « définir » notre rapport à « l'infini » ?

 

« C'EST » nous dit Draig Ceo... Un point c'est tout...

Mais le Tout est dans le Point et le Point est au Centre du Cercle de notre Tradition ; et nous sommes les Enfants de ce Point !

 

Ce que nous savons, ce que notre Tradition nous dit, c'est que ces Dieux et Déesses qui se manifestent sous forme d'énergie, de forces, de lumières, de vibrations donc, souhaitent nous entretenir, souhaitent concélébrer une « alliance » avec nous, désirent le contact et la relation suivie, attentionnée, respectueuse et aimante avec nous, avec notre sincérité, notre fidélité, notre amour...

 

Notre « Mère-Matrice », via ses parèdres, nous a fait entendre et avec quel accent émouvant combien elle souhaitait, elle espérait, que ses enfants se souviennent d'Elle et lui rendent hommage dans la joie, la gratitude et la reconnaissance...

 

Notre « religion » réside en Cela qui fait que nous nous « relions » à Elle, que nous nous « assemblons » en son Nom, que nous « rattachons » notre vie et notre espérance à Elle... Et Au Principe Incréé, à l'Anima Originel, dont Elle est partie constitutive et plénière...

 

Vivons le « simple » et peu à peu nous aurons entendement du « plus complexe » !...

 

La Goutte d'Eau nous conduira jusqu'à l'Océan et de l'Océan à l'Origine même de la Vie !...

 

Oui je le pense aussi comme dit notre frère EBER :

« Ce que nous pouvons dire des Dieux dépendrait donc de la qualité de résonance que nous avons avec l'Etre en Soi. »(Une résonance que nous établissions avec le cercle du Divin.)

 

Si tout est « Vibration », tout est donc « Résonance », consonance, pour autant que nous sommes un être conscient et réceptif qui évite toute forme de « parasitage » et qui sait comment et pourquoi se « régler » sur la fréquence de la Force-Amour, de l'Energie-Amour et de la Lumière-Amour !...

 

Récepteur de Cela, émetteur et diffuseur rayonnant de Cela, transmetteur et retransmetteur de Cela... Rien que Cela, mais tout Cela !...

 

Oui, en effet, et de ce fait, « ...Cette qualité de résonance avec le divin constitue un travail majeur pour les Druides et les druidesses, qui, au fil du temps et de leur travail établissent des rapports subtils et profonds avec le divin. »

 

Mais, j’étendrais, j'élargirais, cette noble et digne entreprise à tous les « cheminants » et « cheminantes » de la Tradition sans aucune exclusive ni limitation car tous et toutes sont concernés (font Cercle d'entendement en Cela et par Cela)...

 

« Le divin n'est alors plus « désigné » mais agissant. »

 

La Vie est en Vie !...La Vie est en mouvement et nous servons le « Mouvement de la Vie »  et en ne prenant parti que pour et dans la Vie !...

 

Cotentin  Mio Goto mai 2015 061pm.jpg

 

« Cela, nous dit encore Eber, nous interroge sur nos propres perceptions. Avec peut-être cette idée que ce que nous disons des Dieux (et des Déesses) ressemblerait à la conscience que nous avons du monde ? »

 

Oui, je souscrit à la pertinence de ce questionnement et à son amorce de réponse...

 

L'Incréé est Consciente , la Conscience de toute les consciences, comme il est l'Etre de tous les êtres...

 

Il est le Soi ,et tout soi, ça va de soi, va à Lui, émane de Lui !...

Il est le Monde, l'Univers, le « Tout Cosmos »....

Ainsi en est-il, ainsi il en fût et ainsi il en sera !... Awen !

Cette « stupeur » dont nous entretient Rowan (au sens ancien et Grec du terme) n'est-elle pas de nature à donner une forme de « vertige » quand elle semble nous plonger dans « l'insondable » , dans l'absolu des sens se faisant Essence ?...

 

L'offrande suprême que concélèbrent deux êtres dans le rituel de l'Amour n'est-elle pas, elle aussi, de cette même nature que rien ne peut définir tant elle échappe à toute fixation et définition ?...

 

Peut-on définir le chant ou la danse d'un parfum qui soit le pur encens de l'être ?...

 

Tout cela relève de ce qui a été dit au préalable dans le présent article c'est à dire et, prioritairement, du domaine et du registre illimité de la Vibration...

 

Nous comprenons ainsi toute l'importance que nous devons apporter à l'ACCORD ! (Accordons-nous cela qui soit Don en l'Accord!)...

L'Accord qui est en lui-même une portée harmonieuse et mélodieuse que compose l'esprit et que déchiffre et interprète le cœur (et parfois le choeur des cœurs!)...

 

S'accorder à soi-même, à l'autre, aux autres, à tout le vibrant visible ou non, perceptif et pervibrant...

Ce, en tant qu'instrument sonore de la Vie ; en tant qu'élément d'un orchestre appelé l'Univers...

 

Chercher en nous la « note juste », le triple accord de l'Amour, de la Connaissance et de la Création...

 

Ici encore, ici toujours, les éléments majeurs des enseignements de notre Tradition sont réunis...

 

Nos rituels sont aussi et surtout cela même qui se veut au diapason du sacré et du divin...

 

Notre corps bien avant notre « mental » sait cela, détecte, devine, perçoit, entend, ressent, cela et par cela une part de l'inconscient sa fait conscience...

C' est le langage d'avant le langage et nous en retrouvons l'entendement sans avoir besoin d'en définir les manifestations et la présence... Nous sommes lors de la Vie dans la Vie... Accordés à Elle, en consonance et concordance avec Elle...

 

Lors la Poésie que nous sommes prend corps et tout le corps s'anime en cette noce, en cette alliance absolue et infinie...

Il n'est lus de nécessite à dire, mais une joie simple, sereine, à vivre cette « éternité de l'instant »...

 

Percevoir n'est-ce pas lors d'être à l'Unisson !

 

Cotentin  Mio Goto mai 2015 069pm.jpg



28/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres