Les dits du corbeau noir

De la Création et de l'acte créateur

REFLEXION De la Création   BRAN DU  07 12 2012  et mai 2013

                    A l’Ami Christian TUAL et a sa compagne

Créer, c’est mettre en pensée en œuvre, instaurer une « reliance » entre une inspiration et la respiration qui en résulte et incarne le Souffle qui la propulse au monde…

C’est pénétrer un espace « virginal » de potentialités de formes, d’énergies et de vibrations et actionner un mouvement expressif (créateur) au sein de l’immobile apparence des choses…

Il s’agit de découvrir les circulations qui animent un espace, sous-tendent une architecture, une ossature, un agencement à venir, une apparition… C’est percevoir les fils entrecroisés d’une trame amenée à la visibilité totale ou partielle, c’est faire apparaître ce qui ressort d’un cœur frotté sur une surface…

Il y a un véritable mystère au sein de toute Création qui ne se contente pas de reproduire figurativement un modèle « connu », mais qui, bien au-delà d’une représentation venue à l’existence, hisse, des abîmes et abysses obscurs des profondeurs humaines, une visualisation jusqu’alors « inconnue » qui est de nature « lumineuse »…

De ce « creuset », de cette « matrice » , de ce bassin aurifère tamisé par l’Esprit, sort, précipité, propulsé, hors la vase et la tourbe existentielle, un diamant jusque là enserré et retenu dans sa gangue…  

Lors, des mots sertis de lumière sortent de nos bouches d’ombre et perlent du bec de l’athanor, les trois gouttes d’or du Cinabre !….

Créer est essentiellement un acte poétique, alchimique, philosophique et hautement spirituel !

Créer constitue le troisième et indispensable volet d’un triptyque qui donne Sens et Essence à l’Etre en quête d’accomplissement….

Les deux premiers éléments sont constitués l’un par une « Force/Energie et Lumière » que l’on condensera sous le terme d’Amour et dans le vecteur de propagation est le Don et l’autre appelé la Connaissance qui est cette faculté de naître et de renaître concomitamment avec ce qui nous instruit, nous guide, nous inspire, nous féconde et nous enfante au terme d’une « maturité » ou d’une macération nécessaire… La Connaissance de l’Amour entraîne l’Amour de la Connaissance et leur harmonieuse conjonction, connexion et conjugaison, l’Acte Créateur…

Tout acte fondamentalement, essentiellement, authentiquement « Créateur », participe, à son « échelle », dans l’humilité du Soi et dans la grandeur du Tout, à lOeuvre d’Evolution en tant que Co-participant (conscient,  aimant et généreux) de celle-ci au sein d’un Univers en perpétuelle gestation, en perpétuel enfantement…

C’est en cette « dimension » partenariale, dans cette densité et intensité de « reliance » entre sens et Essence que se tient le plus incroyable et conséquent des Mystères !…

Et nous sommes librement et amoureusement « associés » à celui-ci pour autant que nous l’aimons et le reconnaissons comme Tel  !….

De cela peut naître un « Cantique des Cantiques ! », une Ode au Vivant, une chorégraphie de pierres dansantes orchestrée de lune et de soleil, un chant de chairs rouges consumées dans le brasillement des braises aimantes, s’élevant en spirales et en torsades à travers les mondes étoilés…
L’inerte, ce qui nous semble, paraît inerte, fixé, figé, demeure, en fait l’ambassade potentielle, discrète et subtile d’un mouvement « futur » en cours de gestation puis de manifestation…

Notre regard ( ce qui, intérieurement, le meut et l’émeut !) peut, sous certaines réserves et conditions, percevoir cet ébranlement, le susciter, l’aimanter, l’appelé à lui en quelque sorte…

Il peut y avoir, on peut concevoir, la mise en œuvre d’une force « magnétique » dans un jeu d’attirance mutuelle entre une pensée et sa mise en fréquence ajustée avec la matière ou la chose dite inerte…

L’immobile n’est pas sans mobile !…

Une fois passé, dépassé, un premier regard, celui-ci s’affine, s’aiguise en ses perceptions et affouille « l’invisible » afin de rendre la partie aimantée visible en une correspondance d’attente, de vue, et de devenir… D’autres récepteurs sensoriels, intelligents et intuitifs, se mettent en œuvre et épurent, clarifient la « vision » et fortifient la reconnaissance, la connexion et l’entendement…

Les ondes émises sont lors réceptionnées ; des ondes dites de forme ; des vibrations qui, à partir d’un point radiant, irradiant, d’émission se propagent vers un support réceptif en diffusant l’émanation d’une « présence » (force, lumière, énergie…) appelée à rejoindre par un canal déterminé un « receveur » branché et destinataire en capacité de réception…

Faut-il, est-il besoin de préciser de nouveau que TOUT EST VIBRATION ?

Peindre, c’est, peut être, tracer des lignes, des courbes, des circulations, des échanges, des juxtapositions, des chorégraphies d’ondes plus ou moins colorées et nuancées ; c’est enfanter un champ vibratoire qui tend à mettre en juste place divers éléments conviés à une « noce picturale »…
C’est concélébrer sur l’autel du Sacre l’union du Don et de l’Offrande… Pour autant que l’on est conscience intime et profonde de la dimension et de la profondeur élevée de l’Acte !…

Cela suppose, implique, la conception qui veut que le Fond produit la forme et que cela ne peut s’inverser si l’on veut conserver en son œuvre la préséance spirituelle..
Cela signifie que l’on donne ou non un fond sous-jacent à toute expression ou formulation ayant la « Matière » pour support (Une matière ici anoblie en cela et par cela !)…

La trame demeure invisible certes, mais c’est en elle, par elle et avec elle que le « tissu de la forme » doit son existence et son « anima »…

Le peintre ou créateur qui procède à partir de ce Fond est un passeur et un relieur, un tisserand, un cordonnier, qui opère sous une conduite inspirée la mise en convergence et les assemblages des formes conviées à illustrer sa pensée et ce qui l’anime…

Laquelle œuvre procédera en tant que telle, en tant qu’expression singulière et spécifique, aimante et reconnaissante, de celui ou de celle qui la réalise, d’une Matrice créatrice ; Mère de toute vibration, reconnue comme étant de nature spirituelle et source de toute expression et manifestation « divine et sacrée »…

            Suite 20 05 2013    Bran du :

CRÉER….   Est un acte libérateur, un affranchissement… C’est se restituer son territoire d’enfance, son grenier ou jardin ludique, débarrassé des encombrements pesants, inquisiteurs et inhibiteurs du mental très porté sur la censure et qui ne supporte pas que l’on pénètre un inconnu sous quelque forme que cela soit…

Pour Respirer nous usons d’un double mouvement et ce mouvement qui est celui aussi de la vie implique de puiser l’air au dehors pour s’en remplir puis de l’expirer….
L’air puiser et expirer est un « air partagé » car il le nous appartient pas étant fait pour circuler en tous les corps ainsi et sans en avoir conscience, nous partageons avec toute la création et toutes les créatures un air, un souffle qui nous est commun….

La mère qui met au monde un enfant ajoute un cœur dans le cœur du monde et ce cœur bat au rythme des autres cœurs constituant lors une parenté, une filiation liée aussi à un fonctionnement commun…  Je suis persuadé que respiration et rythme sont liés et que si nous sommes nés en ce monde, créés pour habiter et animer ce monde, c’est pour y être à notre tour, acteur, oeuvrier, artisan d’une création dont nous sommes porteurs et que nous avons à « délivrer » de nos zones obscures et inconscientes…

Nous sommes, je le pense sincèrement, nés pour aimer (faire l’expérience en nous et à travers nous, en dehors et en dedans de notre corporéité existentielle, des énergies, forces et lumières qui constituent les bases de ce sentiment), connaître (naître avec cette faculté de créer à travers la connaissance de l’amour et l’amour de la connaissance (qui est donc bien une connaissance associée et collaboratrice du vivant).

La création est mouvement et le mouvement, c’est la vie manifestée dans ses formes avec vocation d’agencement et d’ordonnancement, certes éphémère et provisoire, mais permettant aux lois d’évolution de perpétuer leurs œuvres en nous faisant partenaires sensibles et intelligents de cette entreprise pour la vie…

La création est une libre circulation, un tournoiement, qui lorsqu’elle trouve son centre trouve son emploi et son usage au sein de la danse de la vie et de l’univers… Créer, c’est devenir danseur ou danseuse sur la piste du présent et du devenir

Nous naissons biologiquement au monde, mais ce sont nos actes créateurs à venir qui nous donnerons réellement naissance au sein d’une « initiation intrinsèque » née de l’ouverture de notre conscience et à partir de laquelle nous recouvrerons les outils de nos propres transformations et métamorphoses nous permettant d’oeuvrer spirituellement au sein de la matière corporelle que nous sommes après un stade préliminaire « inconscient » indispensable à notre propre Evolution…

Créer c’est concevoir en nous cet athanor, ce laboratoire expérimental, de notre être en  instance d’Etre, c’est-à-dire en étant alors doté de tous les éléments identifiés qui participeront de notre propre Œuvre en collaboration avec tous les autres processus vitaux en action dans les mondes visibles et invisibles…

L’inconnu est un frein à notre désir et à notre volonté de créer ; il génère, avec l’ignorance dont il relève, les peurs, craintes, réticences, doutes qui font barrage à cette aspiration légitime…  Il est la « raison » qui s’oppose à la folie de l’être à Etre et joue le rôle nécessaire qui est celui de toute phase initiatique impliquant de terrasser les dragons de la peur et de l’ignorance pour atteindre les plans d’équilibre et d’harmonie qui font de l’homme et de la femme de véritables ouvriers de la Vie…

Vaincre l’inconnu est dont une phase initiatique préliminaire et de première importance dans le processus qui consiste à faire de nous les servants et serviteurs de la loi d’Evolution impliquée tant dans le macrocosme que le microcosme, tant sur la terre que dans le ciel, tant dans l’en-dedans qu’en l’en-dehors de toutes choses animées ou se préparant à l’être…

L’Un (chacun y mettra ce qu’il souhaite) connu par son fragment, par sa partie, par sa diversité et sa multiplicité nous dépouille, nous met à nu, afin de nous permettre les recouvrances majeures qui sont alors à même de nous « épouser » et de nous féconder et c’est peu- être cela « L’Inspiration »… Etre « Inspirer », c’est réintégrer le Souffle premier de toute naissance pour « mettre au monde ce qu’il nous appartient d’y mettre »,  puis de le restituer en fin de vie en un dernier souffle dont le corps n’a plus besoin car sa fonction est terminée… L’Œuvre philosophique et spirituelle étant sagement achevée, notre Souffle dernier rejoint le Souffle premier au-delà et par delà un corps restitué à la terre, à l’humus et au terreau pour nourrir d’autres plans d’évolutions…

Créer est un acte jubilatoire qui convoque tous nos sens, toute notre intelligence, à concélébrer une Essence appelée la Vie…. Il fait de notre demeure intérieur une « maison du jouir »…. Quand l’amour nous conjoint charnellement et qu’il conjoint nos souffles vitaux il nous fait partenaires d’une même création, flamme d’un même brasier, lumière d’une même clarté… Ainsi l’Amour se diffuse et se répand à chaque fois que nous l’enserrons dans nos bras animés du don, de l’offrande et de la générosité absolue et sans limite…

Créer, c’est oser la vie…. C’est décomposer en inventoriant les fragments du tout qui nous constitue puis recomposer les parties dispersées pour en faire un nouvel « ensemble » plus harmonieux, plus concordant, plus ajusté, sonnant plus vrai et plus juste…

Dans un monde dévalué, avec des sentiments dévalorisés, retranchés dans ce qui leur reste d’espace et de refuge pour ne pas étouffer, créer apporte ses valeurs ajoutées sous formes de gratifications indispensables à la construction de l’être humain dans sa quête de « reconnaissance » et d’identité singulière et plurielle…

Parce que créer est une forme d’offrande de la vie à la vie, cette action ne peut qu’être gratuite… Ce qui l’a suscité, inspiré, accompagné a été donné et offert et relève d’un don absolu qui ne peut être fourvoyé dans une matérialisation détachée du spirituel qui est et demeure le géniteur « essentiel » de toute création…
L’esprit ne peut faire l’objet d’un assujettissement à la matière et se diluer en celle-ci au point de ne plus exister, d’en être évacué et en quelque sorte chassé ; la dite matière entendant ainsi s’affranchir de ce dernier par orgueil et arrogance… On sait où cela mène l’individu et le monde qu’il asservit à son ambition de dominer toute chose…

Créer est un acte de résistance et de rébellion dans une société qui tend à faire des individus et des règnes de simples sujets soumis au diktat de verbes humains qui entendent soumettre, posséder et dominer en privant chacun et chacune de cette faculté
libre et responsable, consciente et volontaire de servir le vrai, le juste, le beau et non ce qui concoure à les faire disparaître au profit de l’artifice, de l’illusion, du superficiel, du dissonant et discordant…

Fort de tout ceci, puissent chacun et chacune, devenir, « Créacteur » en intensifiant et diffusant en eux et à travers eux le Chant perpétuel et bouleversant de la Vie.



20/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres