Les dits du corbeau noir

DE LA CONFIANCE... BRAN DU 05/MAI 2015

Il y a dans la diaspora druidique un large éventail de pratiques, d'attitudes, de comportements qui par bonheur interpellent positivement les coeurs et les esprits et d'autres qui, négativement, projettent leurs obscurités sur la Sente de Lumière et opèrent à leur profit des détournements fort préjudiciables pour tous et chacun...

 

Le cheminement druidique est souvent confronté, voir éprouvé, par des contradictions flagrantes et néfastes entre une haute pensée philosophique et spirituelle et les façons inverses dont celle-ci se traduit et s'incarne... Et cela est fort déroutant !....

 

Les réflexions menées depuis bien longtemps sur ce blog et en d'autres supports et circonstances s'efforcent de relater des faits et des situations le plus objectivement possible afin de permettre le "discernement", de cultiver et d'entretenir celui-ci et d'acquérir des "connaissances" qui favoriseront cet exercice salutaire à partir d'intentions connues et vérifiables....

 

Le propos de ce jour traitant de la confiance je vous remercie de celle que vous avez bien voulu m'accorder en espérant ne pas la décevoir....

 

Fraternellement  Bran du

 

 

La Confiance base de toute véritable relation : Bran du mai 2015

 

La base de toute relation est la CONFIANCE , en soi, en l'autre, en les autres, en nos convictions etc...

 

Que se passe-t-il lorsqu'une confiance est « abusée » et que le lien instauré se charge de comportements et d'attitudes inamicales, blessantes, médisantes, injustes, totalement déplacés et en pleine contradiction avec ce qui avait opérer initialement ce lien ?

 

Une rupture, un « divorce », une séparation et pour le moins une prudente et sage DISTANCIATION afin de demeurer « vrai » dans le cœur de ce monde parcouru par un tissu verbal et comportemental d'hypocrisies diverses et variées...

 

Etre Vrai c'est aussi dire NON à une présence, à une parole, mensongère qui trahie ses propres amitiés en portant des jugements de valeurs sur ce qu'elle disait vouloir respecter et aimer de son mieux...

 

Il faut bien que « récolte soit faite » de ce qui a été semé et des bonnes ou mauvaises intentions et attentions qui ont accompagné cet « ensemencement » libre et volontaire !...

 

Alors oui, au-delà et par delà d'ailleurs des serments et des engagement proférées devant les plus hautes instances spirituelles qui soient lors de diverses rencontres fraternelles (liages de bannières d'amitié, engagements communautaires de servir, du mieux possible, la Tradition et ceux et celles qui la servent sans faillir à nos promesses « solennelles »...), il s'avère en « réalité »que certains frères et que certaines sœurs, sans aucun scrupule ou incapables de maîtriser leur pulsion d'appropriation, font fi de cela et s'adonnent à leur volonté égotique d'affirmer un moi qui s'octroie toute ascendance personnelle sur les êtres et les choses... et ce au détriment de la Tradition elle-même qui se trouve ainsi dévoyée de ses fondements... Lourdes conséquences donc !

 

S'il ne nous appartient pas d'instruire pour cela un « tribunal humain » apte à porter jugement et sanction, ces attitudes et ces comportements auront à répondre un jour ou un autre, sous une forme ou une autre, devant l'Esprit lui-même (au sens ou toute obscurité produite en notre existence retournera dans l'obscurité et toute lumière émise en notre vie se conjoindra à la Lumière !)

 

Mais, ceci ne doit pas nous amener pour autant à nous boucher les oreilles et à nous mettre un bandeau devant les yeux !

 

Il nous appartient de renvoyer en nos miroirs le reflet de ce qui s'y projette et de donner, de restituer à cela la réalité de son « image » et de ce qu'elle donne à voir de laid ou de beau de celui-ci....

 

Et ceci par l'exemplarité et l'authenticité de nos propres comportements !

 

Nous ne pouvons pas, nous ne pouvons plus faire comme si de rien n'était et valider dans le silence ou dans des acceptations tacites des compromis peut-être « amicaux », « de sympathie » voir « compassionnels », mais qui reposent sur une non clarification et qui perpétueront les déviances observées avec un renforcement des conséquences néfastes induites de ce fait....

Et cela ne fera en rien évoluer l'éthique et la déontologie des personnes sujettes à « malversations » ou « déviances et dérives » préjudiciables, bien au contraire ! ….

 

Dans les faits...

 

Comment demeurer « vrai » dans le cœur du monde si nous cautionnons ou continuons de cautionner des liens dont nous savons avec pertinence et parfois fracas qu'ils participent de comportements totalement déplacés au sein de notre Tradition et qui nuisent et portent atteinte à l'Amitié ?

 

Qui rend ainsi service, à qui et à quoi ?

 

Si nous établissons ou continuons d'établir un « compromis » en sachant ce que nous savons (et cette recherche se doit d'être faite au préalable à toute décision prise après échec) et ce sous  couvert de tolérance ou de sympathie, nous nous exposons à des récidives comme constaté d'ailleurs qui continueront à altérer et à plomber les amitiés avec les dégâts parfois collatéraux produits dans l'environnement de ces liens malmenés...

 

Si un seul fruit « altéré » compromet toute la fructification de l'arbre doit-on le laisser faire comme si de rien n'était ?

 

Ce fruit généralement tombe et se détache de l'arbre de lui-même, mais nous avons à préserver la communauté des fruits de ce qui a fait et produit ce détachement !....

 

Cela veut dire que si nous acceptons de nouer ou de renouer des liens avec des frères et des sœurs qui ne sont pas dignes de cette appellation et qu'une clarification n'est pas intervenue sur le pourquoi et le comment d'une réticence à leur égard (entraînant « peut-être » un revirement fondamental d'attitudes), nous entretiendrons des failles qui saperont tôt ou tard nos fondements !...

 

Nos décisions sont « difficiles » car elles ne peuvent se traduire en terme de jugement, mais elles nous demandent un discernement et une attitude ferme qui soit juste et équitable au regard des responsabilités et fonctions qui sont les nôtres et qui à travers nous, selon nos défaillances ou nos forces, rebondirons positivement ou négativement sur nos communautés d'appartenances et nos liens amicaux et fraternels....

 

Il existe, hélas, quelques collèges se disant « druidiques » qui prônent des idéologies aux antipodes des valeurs qui fondent la « Druidité » et qui s'affichent sur les forums ou blogs en tenant des propos que l'on pourrait qualifier de diffamatoires au regard de l'éthique druidique et de ses enseignements majeurs...

 

Nous respectons la « liberté d'expression » mêmes si nous regrettons que celle-ci peu parfois gravement manquer de déontologie en terme de respect et de considération en semant le trouble et la confusion dans les cœurs comme dans les esprits...

 

Il est regrettable, o combien, que ceux ou celles qui souhaitent connaître, comprendre, approcher, notre Tradition soient mis en présence directe avec des supports d'information qui dénaturent et défigurent Celle-ci et ce, en distordant et en manipulant honteusement ses bases et fondements....

 

Face à ce triste et évident constat qui entretient la peur, le doute, la crainte, l'angoisse, l'insécurité et qui est le produit avarié de volontés de puissance ou de domination, d'idéologies racistes et ségrégationnistes, d'ambitions « nombriliques », orgueilleuses et charlatanesques et surtout de l'ignorance, il nous appartient de porter sincèrement et authentiquement témoignage de la réalité et de la vérité d'une Tradition vivante et des valeurs qui la constituent, la fondent et la forgent...

 

Notre combat porte sur l'état d'ignorance qui favorise et permet toutes ces récupérations et appropriations et sur les peurs que cet état génère ouvrant à toutes les manipulations que l'on sait....

 

Notre réponse tient dans la Connaissance que nous avons a apporté en témoignage de l'Anima qui est le nôtre avec l'aide de ces Forces, Energies et Lumières Incréées soit de cet « Amour » qui fût Est et Sera en toute bonté, bienfaisance et bienveillance pour toute la création, passée, présente et à venir...

 

La confiance naît dans une relation du fait de sympathies et d'affinités que crée celle-ci quand les attitudes et comportements, gestes, intentions, attentions, paroles et formulations sont en adéquation avec ce que l'on est en droit et en joie d'attendre d'une rencontre, d'une découverte, d'un échange et d'un partage sincère, généreux, authentique respectueux, ouvert, tolérant et aimant....

 

On pourrait dire que la confiance est le fait de « se fiancer avec » ce que ce lien induit et favorise, c'est dire l'importance et la conséquence d'une relation qui nous engage pleinement et comme le disait le «  Petit Prince de St Exupéry «  en toute responsabilité »....

 

L'amitié est un bonheur qui créé des obligations et des contraintes ; une éthique de rapports, une déontologie de pratiques, une grande fidélité, des soins et des attentions, librement souhaités, désirés et acceptés....

 

Pesons et mesurons la Confiance que nous nous accordons à nous-mêmes, à l'autre, aux autres....

Et accordons-nous à cultiver, fortifier, entretenir sincèrement et authentiquement cet accord et ce don !

Et sachons rompre (avec discernement) les liens qui n' autorisent plus ou qui rejettent ou manipulent leurs libres et sincères expressions...


…..........//////////////...............

 

Précisions :

 

Mes positions sont réfléchis et non abruptes et réactives ou pulsatives...

Elles tentent de ne pas mettre en avant les affects naturellement impliqués....

L'objectivité n'est jamais acquise à 100 % car nous aurons toujours en nous une part de subjectivité et d'implication qui en réduise la teneur et le propos...


J'ai vu, j'ai entendu, j'ai perçu, j'ai subi, attristé et peiné, des dissonances parfois conséquentes entre des pensées et des actes, entre des engagements et des faits contradictoires...

J'ai cherché à comprendre et j'ai trouvé au bout de cela... de l'humain du petitement humain laissé à son individualisme et donc à son ego et malheureux de ne pas pourvoir nourrir cela à suffisance....

 

Ce que je peux comprendre, accepter, tolérer d'un être démuni d'une conscience éthique, philosophique, et surtout spirituelle avec toutes les circonstances atténuantes qui permettent donc cette incompréhension, je ne peux le transposer tel quel, de la même façon « tolérante » vis-à-vis de personnes qui, par volonté et désir et le plus librement qui soit, ont opté pour une fonction sacerdotale, censée apporter, transmettre, incarner, à travers leur servant et servante, leurs actes et leur pensées, des « valeurs humaines, fraternelles, philosophiques et spirituelles » qu'ils ne peuvent de fait ignorer, mais qu'ils bafouent ou défigurent honteusement et sans vergogne, en mettant en péril leur communauté humaine d'appartenance pour des raisons qui sont à l'opposée de ce qui fonde la dite communauté ! (Et cela constitue un fort regrettable abus de confiance!)

 

Certes, l'Exigence du « vrai », de « l'équitable » et du « plus juste qui soit » est des plus lourdes et des plus conséquentes, mais sans celle-ci toutes les dérives, confusions,  exploitation de l'homme par l'homme ; volonté de domination et de soumission sur le vivant, sont rendues possibles et opératives comme nous le constatons que trop souvent et ce au détriment de la vie elle-même et ce sous toutes ses formes....

 

Il nous faut, malgré tant de distorsion et de détournement des bases même de l'humanité, continuer de faire confiance à l'homme afin que de lui, de sa « transfiguration » philosophique, culturelle, spirituelle, l'Etre, dans la conjonction heureuse de ses polarités féminines et masculines, naisse enfin de ce chaos sociétal et incarne des valeurs de dignité, de liberté, de responsabilité, de solidarité qui soient de nature à restituer, en chacun et en sa chacune, sa « vraie Nature » qui est autant divine que sacrée....

 

 

Je suis conscient que mes « propos » puissent parfois apparaître durs et tranchants et sans concession, mais ils se veulent réalistes et lucides et je les assume comme tels tout en sachant que je ne suis pas non plus à l'abri de déplacer, par maladresse ou excès verbal, le curseur de l'équilibre et de l'harmonie du point médian qui par excellence se doit d'être le sien....

 

Là n'est point il est vrai mon intention ; une intention que j'espère vous saurez discerner en vos appréciations ou désapprobations...

 



18/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 551 autres membres