Les dits du corbeau noir

DE L'ETRE, de son présent à la vie et de son devenir

 

  De l'ETRE :    Réflexions      Bran du        Décembre 2013

 

Nous creusons chaque jour davantage la fosse commune du Vivant, certains avec une petite cuillère et d'autres avec un bulldozer !

 

Faune et flore sont acheminés de plus en plus vite et massivement vers la mort...

 

Nos frères et soeurs en humanité se livrent à des guerres sans merci, tuent, assassinent, mutilent, torturent, violent, au nom d'idéologies et de dictatures qui entretiennent la peur et l'ignorance afin que les hommes s'affrontent et se détruisent

sans merci...

 

C'est son semblable que l'on égorge, que l'on engeôle, que l'on dénie, que l'on humilie ou qu'on jette dans les charniers de l'indifférence, de l'aveuglement, de l'intégrisme, de l'exclusion...

 

Notre éducation enseigne la prédation en faisant des futur adultes des compétiteurs farouches ne reculant devant rien pour accroître leurs profits et des égoïstes forcenés pour préserver ou accroître leur pouvoir, leur puissance, leur domination au prix de l'asservissement de leur conscience à leur ambition démesurée...

 

Nous sommes les nouveaux esclaves d'un maître qui en nous sert le matériel et le financier au détriment de valeurs altruistes, compassionnelles et humanistes...

 

C'est le règne de l'ultra matérialité qui a congédié le spirituel ou la bâillonné afin que l'orgueil, la cruauté et le mensonge puissent étendre sur la planète

leur toile génocidaire....

 

Ce troisième millénaire s'est ouvert sous le règne de l'arrogant et de l'outrancier

où une poignée d'individus entendent étendre leur filet pseudo économique, leur pathologie de la possession et de l'accaparement, sur la terre entière...

 

Nous ne sommes pas dans une fiction, mais bien dans une épouvantable réalité dont les funestes conséquences coulent à flot des robinets de la médiatisation plus ou moins orientée, censurée et manipulée selon les pays et leurs régimes dictatoriaux....

 

La démocratie est préférable à toute autre forme de gouvernement, mais qu'en est-il vraiment de celle-ci, quand elle est inféodée, par le biais de dirigeants élus, de concessions à l'innaceptable et à l'intolérable, à des lobbys instaurés par la grande finance pour préserver et augmenter sa domination , son emprise sur le monde ?

 

De quelle réelle liberté jouissons-nous quand l'avenir même, le nôtre celui de nos enfants, présents et à venir, est fortement compromis générant sentiment d'impuissance, d'abattement et tendances suicidaires ?

 

Tout se compte à l'aune de la marchandisation et le mercantilisme est érigé en valeur absolue en terme de but existentiel, exclusif et ultime...

 

L'Etre est subordonné à l'avoir et au service hypertrophié de celui-ci...

 

Quant à la Nature, niant le fondement humble et originel de la nôtre, nous étendons notre prédation à nous-mêmes tout en poursuivant en une croissance démesurée autant qu'absurde notre oeuvre de destruction envers ce qui anime la vie et tente de la pérenniser...

 

On a appris à l'être à se soumettre à la “Reine Matière” érigée au rang de Déesse de la suprême raison et à laquelle les hommes et les femmes doivent une totale obéissance en offrant le sacrifice de leur dignité, de leur renoncement à celle-ci...

 

Mais l'indignation se lève et enfle, gagne les esprits et les coeurs qui se réveillent de leur torpeur, de leurs cauchemars aussi....

 

Ce qui restait en l'être de fondement, d'assise, d'élévation, de clairvoyance, d'inteligence, de discernement, ce qu'il en restait de substance, de volonté, de désir, d'aspiration et d'espérance, se rebelle et met en oeuvre des processus de résistance, des stratégies du refus, des initiatives audacieuses prônant la “désobéissance”...

 

Ceux-ci et celles-là, qui sont des artisans éclairés d'un monde où l'on se tient ensemble et à deux mains pour faire obstacle aux éblouissements et aux aveuglements du genre humain, n'appellent pas à la révolution, mais au changement radical d'attitude et de comportement face à tout le “Vivant”...

 

Ils sont les pionniers d'un nouveau paradigme qui veut remettre l'homme et la nature au coeur et au centre de toute société humaine ayant conscience de devoir protéger la vie sous toutes ses formes et assumant lucidement et efficacement leur responsabilité au sein de la grande et infinie chaîne symbiotique qui relie tout être et toute chose...

 

Réconcilier l'être et la nature et fortifier leur lien d'entendement et de compréhension voilà l'oeuvre, voici l'ouvrage proposé par ceux et celles qui ont renoncé à l'impuissance et à porter tout le poids de la souffrance dans la résignation...

 

Revaloriser la véritable nature de l'être aidera à cette réconciliation car au delà des constats les plus pessimistes subsiste un esprit de rébellion que l'on a cherché à étouffer par tous les moyens car représentant, pour tout ce qui tend au pouvoir et à l'emprise, le plus grand des dangers subversif capable de renverser tout diktat y compris celui que l'homme s'impose à lui-même quand il a oublié d'être ou renoncer à être, pour se diluer et se détruire dans l'illusion de l'avoir...

 

La résistance opérative et efficiente se nourrit de l'amour, de la connaissance, de la volonté, du désir et de la conscience à être humblement, sobrement, mais joyeusement en vérité et en authenticité et ce, au jour le jour, là où nous sommes et dans l'environnement immédiat qui est le nôtre, avec nos moyens, nos outils, nos idées, nos perceptions, notre imagination et nos facultés novatrices... (En associant sous forme de synergie d'énergies, les capacités, facultés et talents des autres qui partagent solidairement une commune vision et espérance...)

 

La vie ose la vie, et il nous appartient d'oser avec elle !



04/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 550 autres membres