Les dits du corbeau noir

D'OU VIENT L'AWEN ? (L'INSPIRATION) QUEL EST-IL ? REFLEXION 2018 BRAN DU 24 09 SEPTEMBRE

Divers septembre 2018 017pm.jpg
Photo Bran du

 

 

 

D'où vient l'Awen ? Quel usage doit-on en faire ?

 

Réflexion Bran du Septembre 2018

 

 

Ces deux questions ont été posées et reposées par les bardes car elle a été l'objet et le sujet d'une préoccupation et d'une interrogation permanente...

 

 

L'Awen à le sens traditionnel au Pays de Galles d'Inspiration laquelle est intimement liée à la notion de Souffle...

 

 

Un barde sans Awen n'est qu'un vieil os qui sèche au soleil d'hiver !... Le miel de sa bouche est devenu fiel !...

La flamme de ses paroles se sont retournées contre lui pour consumer son orgueil et sa vanité !...

 

 

Ainsi les bardes du roi Maelgwn bouffis d'eux-mêmes et de prétentions que Taliésin ridiculisera les remettant à leur médiocre place et les réduisant au silence !...

 

 

L'Awen est un souffle inspiré et inspirant sans lequel Parole n'est que forme chaotique dénouée d'Essence et d'Anima ; une forme livrée à elle-même et en incapacité de formuler avec éclat et brillance les ambassades divines et sacrées de l'Esprit...

 

 

Le barde en vérité n'est vrai qu'en étant « souffle dans le Souffle. »... Il est lors le simple roseau dans lequel le vent (ancien et nouveau à la fois) récite, conte et clame les Chants du Monde...

 

 

 

Divers septembre 2018 018pm.jpg

 

 

 

Origine et provenance de l'Awen ?  :

 

Des primes Commencements, du Berceau des Origines ; ils était là sur les lèvres mêmes du cosmos et de l'univers en gestation et formation... Il est la toute première manifestation vibratoire, fluidique, éthérique, énergique et dynamique de ce qui Fût, Est et Sera, au-delà et par-delà toutes les Turpitudes humaines...

 

 

Il est ce qui plus tard donnera existence et nom aux êtres et aux choses...

Il est, avant les mots, le langage, l'oralité, le dit et l'écriture, le grand et futur poème, le bardi incommensurable et infini de la Vie...

 

 

Il était là dans son respire, soufflant sur le Chaudron du présent et du devenir...

 

 

Avant les Etoiles le soleil et la lune, avant la ronde des saisons, avant les fleuves et les montagnes, les océans et les rivages, les plaines et les collines ; il était là, tourbillonnant dans les hauteurs, portant et poussant les marées de Vie à l'assaut des plages du temps et de l'espace...

 

 

Le feu vif et ardent, c'est lui qui l'attisa sous l'arrondi du Chaudron... La flamme dansante et son chant d'étincelles ; c'est lui, toujours lui...

C'est lui le « « Maître des Forges » ; sous son marteau d'eau et de feu ce qui doit prendre forme prend forme...

 

 

Rien à naître, ni chose, ni être, s'il n'a connu sur lui-même et en lui-même, le rythme soutenue et cadencé résonant sur l'enclume !...

 

 

D'eau et de feu donc est la Parole ; c'est Elle la sève de croissance qui hisse le poème dans le ciel d'azur...

 

 

 

Divers septembre 2018 019pm.jpg

 

 

Qui peut-dire la Source de toute source, la prime Semence et Racine, la Braise de toute braise, le Tison, la Torche et le Flambeau originel, le Foyer de tout foyer, Qui peut nommer ce que l'on ne peut nommer ?

 

 

Barde qui cherche l'Inspiration, que tes pas te portent au devant de l'océan ou au sommet de la montagne, sur la berge d'une rivière ou d'un torrent ; confronte ta poitrine, ton sein et ton cœur aux assaut de la houle et des rouleaux...

 

Ouvre l'immense de tes bras, l'étendue de ta pensée, les branches de ton corps ramifiées au ciel et à la terre, soit carrefour d'univers, carrefour d'humanité !

Soit au cœur de tout cœur la fleur éclose pour tous les vents...

 

 

 

Dans la chambre de jour ou de nuit où ta pensée s'est assise en l'herbe drue et douce, demande respectueusement au silence ses plus intimes confidences quant aux premiers sons sortis de l'immense et indicible bouche !...

 

 

Bardes d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, nous n'avons à connaître, à vivre, à incarner que Cela qui donne pulsation et pulsion, anima et rythme, au Verbe Incréé dont nous sommes l'extraordinaire et indispensable conjugaison...

 

 

Nous sommes le flux, l'influx et le reflux, nous sommes l'alternance régulière de ce grand poumon qu'est l'Univers...

 

 

Notre poitrine s'enfle de Cela et notre sein se gonfle de ce lait matriciel auquel s'allaite aussi les songes, les poèmes, les chants et les étoiles !...

 

 

 

Divers septembre 2018 034pm.jpg



24/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 511 autres membres