Les dits du corbeau noir

Confiance ou défiance en la vie ? Réflexion Bran du 07 06 2012

CONFIANCE ou DEFIANCE En la Vie et ce qui anime et impulse celle-ci….

Réflexion Bran du 06 06 2012

 

Il y a ce qui relève de nos choix, de notre liberté « responsable » et ce qui n’en relève pas car relevant d’un « plan » supposé spirituel et lié aux fondamentaux de la Loi d’Evolution…

 

Je ne peux « œuvrer » que dans mon domaine existentiel et selon mes possibilités et potentialités qui me sont imparties…

 

Tout bilan fait, tout constat établi, Je ne peux demeurer écartelé et souffrant entre l’agir et le subir… La vie ne se pose pas cette question ; c’est une question qui ne l’effleure même pas… Elle agit pour ne pas subir et demeurer prisonnière dans la geôle des questions !...

 

Sous une forme ou une autre, tout de suite ou plus tard, l’eau de la montagne ira rejoindre l’océan, de même, mon « eau de vie » s’en veut rejoindre «  l’océan de vie »….

En quoi consiste l’ouvrage de ma vie ? A rechercher, à comprendre, à découvrir, à maîtriser toute dualité en présence afin qu’elle soit transcendée par une sagesse qui la rend dynamique, positive, constructive et « transformatrice »….

 

La « conscience » est l’outil par excellence qui me permet de devenir un alchimiste attentionné et aimant du vivant…. C’est faire de mon corps, de ma chair, de mes songes, de mes pensées une pierre philosophale, « une pointe de diamant »….

 

Accepter totalement l’ouvrage et le plan dans lequel il s’insère, c’est accepter non un déterminisme, non une simple inclinaison, mais une entière association, un total partenariat et coopération entre ma conscience d’être l’oeuvrier de ma vie et le servant, en cet ouvrage spécifique, d’une oeuvre qui englobe tout oeuvrier répondant à son invitation, à son appel, à ses propositions…

 

La dynamique du désir peut alors supplanter celle des réticences et des doutes, des craintes et des hésitations. Il ne s’agit plus tant de rester enfermé dans le tourbillon des questions aussi pertinentes soient-elles, mais d’incarner ici et maintenant une réponse confiante et inspirée, sereine et pacifiée, lucide et audacieuse, naturelle et instinctive, qui se formule et se vit en l’instant…

 

A la Conscience s’ajoutent de façon complémentaire la dynamique et la volonté du désir et la confiance que l’on a dans la résolution que l’on incarne…..

Accepter de mourir, c’est accepter de vivre ! Et cette acceptation ne peut être que pleine et entière….Une fois pour toutes !.....

 

La Vie étant considérée comme Sacrée et son terme tout autant, quel emploi et quel usage fais-je faire de cette vie ? Si tel est « mon vrai, mon seul, mon beau, mon vif, mon fulgurant, mon évident, mon équitable désir », Je fais le choix d’un entendement, d’une compréhension intime et profonde, qui me conduisent à en faire une Offrande, tout aussi sacrée, déposée et offerte sur l’autel des jours et des nuits…

 

C'est une corbeille où déposer les fruits de mon arbre humain… Un vase, une vasque, un creuset, un chaudron, une coupe ; un réceptacle même pour des influx, ondes, vibrations, « divines » qui transforment la matière corporelle, charnelle, songeuse que je suis, d’étape en étape, de degré en dégrée, de niveau en niveau, en l’amenant progressivement, de cycle en cycle, et selon mes propres rythmes, vers une « spiritualisation » (Une Farine de l’Air dit la Tradition) sans cesse augmentée, dégagée des contraintes et des pesanteurs existentielles….

 

Ainsi l’Amour retourne à l’Amour, l’Eau à sa Source, la Flamme à son Foyer, les Ailes à leur Nid, la Sève à ses Racines….

 

La Connaissance complète mes facultés de discernement et d’entendement et le Souffle de l’Awen me guide et m’inspire afin que pensées et actes soient en étroites conjugaisons et correspondances…

 

Ayant l’Amour, la Connaissance, Le Désir, la Volonté éclairée et maîtrisée, la Confiance en ce que je suis et en ce qui m’anime, le Bonheur de Servir et d’Offrir, de dispenser l’Eau et le Feu du DON, généreusement doté d’une faculté d’Acceptation fondée sur l’entendement et la compréhension ; appeler, invité à conjuguer, avec tous mes sens et facultés, le Verbe « Aimer » ; libre et Responsable de mes engagements et investissements vitaux que me reste-t-il en cet ouvrage vivifiant et avivé sinon à concélébrer Cela qui fut, est et sera ?

 

Lors, Incarner en cette vie, le GRAND MERCY !...

 

Lors la Vie elle-même redeviendra un « enchantement » , un breuvage et un élixir de sagesse et de tendresse et la Poésie pourra de nouveau « briller » en ce monde…

 

AWEN…



07/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres