Les dits du corbeau noir

Clairière, Cercle, Communauté de vie Bran du 12 08 2012

De la clairière, de la communauté, du Cercle de Vie….                  Réflexion estivale                    Bran du                              12 08 2012

Ceux et celles qui cheminent solidairement en conscience et exigences sur la sente du Gwenved (le Monde Blanc) aiment à se retrouver périodiquement au sein d’un « espace/temps » appelé clairière ou bosquet ou communauté qui les rassemble et assemble, en cœur et en esprit, afin de concélébrer ensemble le vivant et de ritualiser mutuellement un lien, une relation essentielle, élémentaire et fondamentale, avec les dimensions sacrées enseignées et transmises, de lèvres en lèvres, par les porteurs et porteuses d’une Sagesse actualisée et adaptée, d’une Sapience philosophique et spirituelle, intitulée Tradition (héritée des Anciens Celtes)

Ce Cercle communautaire est une maison pour tous déployant l’art de vivre ensemble dans la singularité, la spécificité et la complémentarité et repose sur une assise, un socle « comme Un » qui sert d’appui à un sens de l’élévation et de la construction, personnelle et collective, fondé sur une recherche authentique et permanente de l’équilibre et de l’harmonie…

Dans la société turbulente et tourmentée soumise aux emprises de la destruction et de la négation de l’être, ces nouvelles « communauté de l’Anneau » ( au sens de ceux qui font alliance sur l’essentiel de l’existence en ce monde et qui participent, selon la roue de l’année, à des noces calendaires d’entendement entre l’humain et le divin) privilégient et créent une aire fraternelle qui se veut faire l’économie des conflits externes en apaisant et en régulant les tensions, excès, déséquilibres, discordances internes…   

C’est un lieu qui se doit d’être consacré à la quiétude, à la paix, à l’harmonie, à la juste résonnance, à la tolérance, à la solidarité, à l’entendement, au soutien et à l’accompagnement, à l’enseignement et à la transmission des savoirs être et faire, à l’éveil, à la sensibilisation, à l’initiation, à l’accomplissement… Chacun et chacune nourrissant le Cercle et étant nourrit, abreuvé, irrigué, sustenté par lui…

Tous et toutes ayant volonté et conscience qu’un tel espace est resourcement et régénération, obtention généreuse de forces, d’énergies et de lumières redistribuables dans le monde profane afin de Co-participer à la Loi d’Evolution en y apportant le meilleur de soi-même en vue d’un bien être et mieux être collectif…
C’est donc une vigilance, une attention et une responsabilité commune qui fait de chacune et de chacun un gardien vigilant et attentionné du dit Cercle de Vie, veillant au maintien des dits équilibres et de la dite harmonie sans lesquels toute construction s’effondrerait et avec elle toutes les espérances en un monde plus vrai, plus beau, plus équitable, plus solidaire, plus conscient et plus aimant…

Chaque Cercle de vie ainsi conçu, ainsi enfanté, ainsi mit au monde est un terrain d’expériences pionnières expérimentant localement, lucidement et de façon inspirée, conseillée, guidée philosophiquement et spirituellement, un art d’être ensemble dans l’entendement et la convergence fondamentale et de servir le vivant sous diverses formes et manifestations…

C’est, au sein de ce Cercle, aider les uns et les autres à devenir des artisans, des acteurs, des artistes, des animateurs, des créatrices et créateurs, des ambassadeurs d’une vie plus gratifiante, plus originelle et originale, plus stimulante et motivante, plus compassionnelle et solidaire, plus en adéquation avec les attentes légitimes du corps, du cœur et de l’esprit…

C’est en cela et pour Cela qui Fut Est et Sera donner préséance à l’Esprit sur toute Matière respectable en tant que telle en dignité et considération…

C’est donner à l’horizontalité de nos chemins d’hommes et de femmes une verticalité transcendantale qui aux carrefours et aux intersections majeures de l’existence apportent sens et Essence à nos navigations et périples terrestres…

Dans le désert qui grandit sous diverses formes d’assèchement un Cercle, une Communauté de vie, une clairière humaine; constituent une sorte d’oasis qui donne naissance à d’autres oasis qui  sont autant de puits pour sauvegarder l’Eau de la Vie et la Fontaine des Sages et des Ardents , lesquels oasis s’organisent de plus en plus façon archipélagique en tissant entre eux des liens de reconnaissance, de partages et de rencontres…

On comprendra combien de tels espaces nous sont précieux, in dispensables, essentiels, salvateurs et combien ils requièrent de talents, de compétences, de sagesses, de valeurs humaines, d’obstination et de courage, de fidélité et d’engagement, d’altruisme et d’accompagnement afin que subsistent un verger de joie, un  jardin d’espérance, une prairie jouvencielle, un landier de convergence et d’entendement, une futaie initiatrice, des espaces d’ensauvagement, de naturalité, de méditation et d’inspiration….

Il nous appartient de protéger, de sauvegarder, de créer, d’instruire, d’enseigner, de donner vie à de tels espaces, à de tels refuges, à de telles sources qui permettent aux saumons que nous sommes, qui aspirons à être,  de retrouver, ponctuellement mais salutairement, les frayères du Verbe et de la renaissance…



12/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi