Les dits du corbeau noir

CELTE PAROLE/L'ARBRE DE NOS PERES/DIALOGUE

La Celte Parole                                          Bran du            02 04 2012


Celtes, nous l’avons été, par une langue commune tissée au fil des générations, quelque part là-bas au pays des brumes vers le Septentrion, entre les îles du Nord et de l’Ouest et la lointaine Galatie…


Celtes, nous l’avons été, par le fil chantant et sans cesse renoué, de nos bardes et celui, réhaussé d’or, de nos druides…


Celtes, nous l’avons été par les liens sacrés des paroles sages et inspirées, par de nobles paroles, fluides et ordonnées…


Celtes, nous l’avons été, initiés par la Grande Déesse, par la Généreuse Pourvoyeuse de nos pensées, par une Essence elle-même fécondée par le Souffle Incréé…


C’est ce Souffle qui propulse nos voiles hissées sur les océans du vivre, qu’ils soient de terre, de mer ou de chair !…


Celtes, nous l’avons été par cette éloquence qui a offert au monde ses plus beaux poèmes et récits exaltant les valeurs de l’humanité : l’amour, le courage, la vérité, la liberté, la responsabilité, l’équité, la solidarité, le dévouement, le goût du merveilleux et de l’enchantement, de la navigation et du cheminement, de l’exploration du visible comme de l’invisible…


Celtes, nous le sommes encore et toujours tant que nous saurons ce que parler signifie !…. Tant que nous n’oublierons pas qu’un mot peut lier ou délier, entraver ou libérer, la libre circulation et l’efficiente action des forces et énergies qui sillonnent l’univers, tous ces flux dont-ils sont les porteurs en tant que dignes descendants d‘un Verbe Premier qu‘ils ne cessent de conjuguer de l‘imparfait au plus que parfait…


Même si le développement arbustif de notre vocabulaire actuel masque le tronc commun de l’arbre indo-européen et que les greffes successives lui ont fournit d’autres ramifications hauturières, il n’en demeure pas moins que nous disposons encore, pour l’Arbre de notre Vie, de quelques mots racines qui étymologiquement puisent dans le terreau séculaire de la Celtie…


C’est en cela et pour cela qu’une Parole Celte ne saurait être une "parole en l'air" et que nous ne devons pas, par contre, oublier que de la «  Farine de l’air » nous sommes les fidèles meuniers…


Lors, on ne saurait sans péril détourner le cours de la Parole Celte sans risquer l’asséchement des lèvres, sans que le sang ne gerce dans la froideur du cœur…
…………………………………………


Le Chêne de nos Pères                         Bran Du   06 04 2012


1 - une liberté consciente et responsable en recherche constante d’équilibre et d’harmonie pour mieux servir une sagesse traditionnelle qui se veut être, ici et maintenant, une régente attentionnée de tous les territoires de la cvie, de la mémoire et du devenir…


2 - Notre Tradition est un Arbre cosmique et tellurique qui se tient debout au point médian où dialoguent la terre et le ciel, où l’aérien et le soutterain échangent et partagent leurs secrets, en ce noyau et moyeu où s’enlacent les spirales qui concilient et pacifient toutes chose et son contraire…


3 - Dans l’humus et le terreau de la Celtie plonge ses racines millénaires et sa ramure tutélaire brasse les quatre horizons en ce mitan où fleurit la Rose des Vents…


4 - Son Essence est divine et sa sève est sacrée qui portent dans les hauteurs les chants des enfants de la Terre et qui font jaillir, des profondeurs, la Source de toute Lumière…


5 - Nous sommes branches et rameaux de cet arbre élémentaire. Par lui nous avons printemps et nous avons hiver… Point ne redoutons l’automne des hommes tant nous sommes, par lui, enveloppés et fiers, notre saison terminée, d’avoir véritablement et intensément été !…




Paroles de Druide :                Bran du        Avril 2012


- Dis-moi, toi le gardien du seuil ; grand vigilant à la lisière des mondes, pourquoi l’ombre qui s’était retirée regagne son emprise sur les territoires reconquis par la lumière ?


- Ce n’est pas difficile de te répondre jeune arbuste dans la forêt ancienne, menton imberbe sur le visage de la question…


- Quelqu’un a manqué à sa parole, a oublié son serment prononcé devant ses frères et soeurs, a porté la discorde dans la prairie riante des cœurs assemblés…


- Quelqu’un a souillé le noble flot, a détourné la source et son cours, a voulu retenir pour lui-même l’aval des bienfaisances…


- Mais, sais-tu, l’eau gonflée de vérité démembre les porteurs de troubles et ennoie l’orgueil dans les marais de l’oubli ?…
…………………………………………………...............................



12/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 550 autres membres