Les dits du corbeau noir

Ce qu'ils nous en disent : Philéas LEBESGUE Grand Druide des Gaules Compilation Bran du août 2013

TRADITION / DRUIDISME (partie II) Ce qu'ils nous en disent... Ce qu'ils nous on dit... (extrait de “Mes Semailles” regroupant divers ouvrages et publicatons; L'Amitié par le Livre Editeur)

 

Philéas LEBESQUE (druide) 1869/1958

 

Il s'agit là d'enseignements majeurs dispensés par un être d'exception qualifié de “penseur de l'an 2000” par ses amis et méconnu du grand public comme trop souvent hélas... Il a transmis une pensée pour “construire l'homme”, culturellement, socialement, philosophiquement, spirituellement et lumineuseument...

Nous ajouterons seulement que cet homme, paysan de son état, était aussi Barde et Grand Druide des Gaules ; un Grand Druide par l'élévation de sa parole et de son dit, mais aussi et humblement, en tant que fidèle serviteur de la terre et de la vie...

 

Bran du Août 2013

 

Son grand livre fut la Nature. Mais il avait un coeur si profond ; un tel besoin d'amour, que toute science, même intuitive, lui parut dangereuse si elle n'était pas le moyen d'aimer davantage.” Roger Berrou (Philééas Lebesgue ; le Paysan et l'Univers)

 

Philéas avait cité John KEATS (Endymion) en introduction à son dit... Cela est reproduit ici :

 

En quoi repose le bonheur ? En ce qui fait signe – à nos âmes empressées vers une communion divine – une communion avec l'essence, jusqu'à ce que nous resplendissions – transmués à fond et délivrés de l'espace. Voilà, la claire religion dun ciel …/...

Une goutte de lumière suspendue …/... Dissous dans son rayonnement nous nous y mêlons et fondons pour en devenir part intégrante. Il n'est pas pour notre âme de lien plus subtil ; il nous suffit d'y communier , parce que le principe de la vie s'entretient de sa propre essence.”

 

 

Que chacun chante selon son ciel et son âme.” P L

Si toute chose est mouvement, l'univers n'est qu'un chant.” P L

 

Paroles devant le soleil... (extraits) 1929

 

.../... La sagesse druidique repose sur la conception d'un Point de Liberté où se font équilibre toutes les oppositions...

 

Les Triades galloises s'efforcent à définir les modalités de l'Etre, le Secret de la Vie dans son ascension cosmique... …/... les Triades sont la restitution de la Mémoire primitive, de l'Amour primitif et du Génie primitif...

 

Les Druides enseignent l'Epreuve par l'Amour......

 

Le Mérite est placé dans la capacité du choix...

 

L'Awen ; c'est l'union avec les pures énergies cosmiques....

Pour recevoir l'Awen, il est nécessaire de disposer

D'un oeil qui sache voir la Nature ;

D'un coeur capable de la sentir ;

D'un esprit qui ose la suivre.

 

Si les romains ont formé l'Etat, les Celtes ont formé notre âme...

 

Efforçons-nous donc, d'organiser le monde moral à l'aide des puissances spirituelles en action dans le cosmos humain.

Soyons poètes au plein sens du terme et oeuvrons en toute pureté de coeur à la délivrance de l'Esprit Créateur...

 

Suprématie est donnée à la notion de beauté...

L'intuition est la faculté créatrice par excellence...

L'humanité ne peut pas plus se passer de poésie que de religion... Religion et Poésie sont soeurs jumelles...

Il s'agit de restituer au spirituel sa primauté...Nous souhaitons l'exaltation de l'Etre et de la personnalité...

La pensée doit précéder et diriger l'action...

Nulle stabilité ni séurité ne sont plus possibles parce qu'il n'y a plus de centre à nos gravitations humaines... …/... Ce centre, ce coeur doivent à tout prix être recréés...

 

La lumière joue, à travers les choses et les êtres le même rôle que le sang dans les veines...

 

Rien de plus profond ou de plus vital ne peut être créé si la sensibilité, dans toute sa fraîcheur d'instinct, n'entre en jeu pour livrer passage au sein de la méditation désinterressée à l'intuition spirituelle... …/... Chercler l'inspiration par le sentier chatoyant de l'analogie...

 

L'art est fait d'amour et dans l'amour réside le secret de comprendre...

 

Nos facultés de communion avec les forces animatrices ou conservatrices de l'univers sont de trois ordres selon les parties de notre âme auxquelles s'adressent :

L'instinct pour le Corps,

L'inspiration pour l'Ame,

La révélation pour l'Esprit.

Il nous appartient d'entretenir les canaux secrets par lesquels les Lumières divines peuvent pénétrer dans l'homme...

 

Les premiers penseurs, prêtres, poètes, imaginèrent que les facultés appelées : sensibilité, raison, volonté active, étaient des puissances en action dans tout l'univers à travers les éléments et les êtres vivants...

 

L'Effort c'est l'Essence de l'Univers ; c'est la Création ; il forme, avec l'Effet et la Cause, une triade primordiale...

 

C'est du néant que tout a été tiré par une sorte de transmutation de la Pensée divine, engendrant la Lumière incorporelle ; mère de la Lumière physique, sang du monde...

 

La Mémoire participe de la Nature de la Lumière...

 

L'Extase ; c'est confronter l'âme et la vie en leurs propres fins...

Art, science et religion, à l'origine, se confondaient dans un élan vital qui peut aller jusqu'à l'extase... …/... L'Extase n'est pas autre chose que de l'Amour spiritualisé ; elle ne peut naître que de l'exaltation pour ainsi dire dyonisiaque du sens de la beauté. Il n'est rien de plus haut dans l'âme humaine... Sentir la beauté, c'est comprendre du même coup la génération indéfinie des manifestations vivantes du cosmos...

 

Chaque âme, poursuivant son but à soi, à son génie à soi, qui fait qu'elle ne ressemble à aucune autre ; son awen, comme disaient les vieux Druides, ces étranges penseurs méconnus, dont les pressentiments sont allés, souventes fois trés loin vers la Vérité définbitive...

Les premiers, ils ont à la fois donné pour base à leurs doctrines l'énergique sentiment de la personnalité humaine et la Solidarité dans l'Universel...

 

Rien n'est vain dans la Nature, puisque rien ne se perd, et nos moindres volutions, nos moindres désirs, sont autant d'être que nous créons, aussitôt exprimés...

 

Le Verbe de Lumière inspire à s'incarner dans le sein de la Vierge élue, c'est-à-dire à s'emparer de l'âme attentive et discrète qu'ont séduites les Voix profondes... Il émane, doucement, irressistiblement, du Mystère, en vibrations éthérées, en visions magnifiques, en ondulations infinies et miraculeuses...

 

Il fût des civilisations lointaines où chaque mouvement de l'âme avait son hiéroglyphe musical, poétique ou chorégraphique, voir architectural...

 

La Lumière créatrice se polarise, avant d'être l'Action, elle est à la fois Science et Amour et c'est par l'Amour qu'elle veut la Vie...

 

La Musique à l'origine est Lumière...

 

Les Druides considéraient la Lumière comme étant l'origine de la Matière et les âmes comme une pluie d'étincelles divines émanées du Corps divin...

 

Comprendre lors, l'involution de l'Esprit dans la Matière par la Création universelle, et sa remontée vers l'unité par cette création individuelle qui s'appelle le développement d'une Conscience...

 

Extrait de “Au commencement était le Verbe” :

 

.../... Il émane des choses et de nous-mêmes un rayonnement invisible, des vibrations, des ondes indéfiniment propagées selon la diversité de rythmes nombreux. Il existe en nous, autour de nous, comme le flux et le reflux d'une mer où nous serions baignés jusqu'aux profondeurs de nos fibres charnelles, des pulsations mystérieuses accordées entre elles et d'une telle importance pour chacun de nous, à cause de leur étroite parenté avec le principe même de la vie, que les hommes reconnure t de tout temps un don céleste à quiconque se révélait capable de fixer pour les autres, fut-ce par hasard ou fugitivement, ces rapports étranges.

 

Sonores, lumineuses, magnétiques ou radio-actives, mille ondulations s'entrelacent et se remplacent, se correspondent et se répondent, et le monde est comme un piano dont elles seraient les cordes et dont nous serions les touches...

 

Inconsciemment nos paroles, à chaque instant, transposent sous la forme sonore quelques-unes de ces vvibrations émanées des choses ou des intelligences secrètes de la Nature et qui, au hasard, sollicitent, pour s'en nourrir, notre vertu sensitive...

 

Ce Verbe, incontestablement, n'est pas autre chose que la matière mystérieuse des vibrations universelles, le principe vivant de toute création humaine ou cosmique, et dont les trabsmutations sont infinies. Fictivement, chacun de nous se trouve être pour soi-même le centre générateur de ce Cercle immense qui s'appelle le Monde, et dont les choses créées passagérement sont les multiples rayons.

Le Verbe n'est fait que de parcelles de Lumière jaillies du Soleil souverain et qui trouvent dans l'âme leur indice de réfraction...

 

La Pensée est le rapport de l'Idée à la Conscience...

Notre entité personnelle n'est justement que la part d'intersection ou de consubstantation des millions de courants qui constituent les autres.

 

Tout mouvement est donc un rythme ; toute Création dans la Nature une phrase musicale..



31/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres