Les dits du corbeau noir

Carnet de voyage Bran du Martinique volet I Janvier 2014

 

martinique Début jan 2015 180pm.jpg

Photos Bran du

 

Carnet de séjour : Martinique Janvier 2015 Bran du

 

Martinique...

 

"Et voici l'homme à terre et son âme est nue..." Aimé Césaire

 

"l'Ile aux Fleurs" porte bien son nom, mettant en multiples bouquets une floraison abondante et luxuriante en toutes les saisons...

 

On estime à plus de six mille le nombre des végétaux qui se partagent ou se disputent un territoire au sol noir et volcanique...

 

Des herbes, des arbres, des plantes et fleurs à profusion, abritant et nourrissants des animaux, insectes, champignons, dont certaines espèces sont endémiques...

 

Même si le Sud de l'île, plus sec, se distingue du Nord, l'ensemble offre un couvert végétal des plus riches et des plus diversifiés...

 Martinique 2 jan 2015 083pm.jpg

 

Une partie conséquente du patrimoine floral a été importé, au cours des siècles, d'autres continents... (Indes, Amérique et Europe...)

Le climat "tropical", chaud et humide, favorise l'existence d'une forêt du même nom ; une forêt où s'enchevêtrent les branches, les tiges et les lianes très nombreuses...

 

La Martinique est une perle enfilée sur le collier d'un arc Atlantique qui part de Cuba pour rejoindre en demi cercle le Vénézuéla...

Un Vénézuéla et une Amérique du Sud d'où sont venus les premiers occupants, des amérindiens donc, de nature paisible, qui seront décimés par de farouches guerriers envahisseurs (les Caraïbes) qui en feront leur plat favori, (ils sont anthropophages !), exception faite des femmes intégrées de force dans la nouvelle population...

 

D'autres conquérants suivront avec, en 1502, l'arrivée de Christophe Colomb qui visitera l'île lors de son quatrième voyage...

Après les espagnols viendront les français et les anglais exportant ici leur antagonismes habituels...

 

L'îlot verra aussi débarquer des Acadiens et des Alsaciens chassés par les guerres de religion et autres conflits. Ces deux populations occuperont d'ailleurs une colline distincte et finiront par s'exterminer mutuellement oubliant la paix qu'ils étaient venus chercher en ce lieu !...

 martinique Début jan 2015 185pm.jpg

 

L'arbre des voyageurs

La traite d'ébène....

 

Puis ce sera la terrible et sombre époque des colons et de l'esclavagisme jusqu'à l'abolition de celui-ci après bien des péripéties douloureuses...

 

"Quand donc mon peuple ... quand donc ?..." Aimé Cesaire

 

"La liberté, Sancho, est l'un des dons les plus précieux que le ciel a fait aux hommes... La servitude, c'est le plus grand malheur qui soit affligé aux hommes." Cervantés Don Quichotte

 

"Pleuvaient les coups de chicolle (fouet cinglant) sur les bustes nus des esclaves entravés..." Gisèle Pineau "la Longue Marche"

 

Une mémoire de sang battu et mêlé, ne peut déboucher, pour se pacifier, que d'une dimension communautaire universelle où l'on apprend à conjuguer dans la langue du coeur et de l'esprit un "singulier pluriel"....

 

Si dure, si horrible et terrible" fut la période de la "plantocratie" et toutes les exactions commises contre l'humanité elle-même...

 

Les esclaves ne pouvaient que ressasser leurs plaintes et leurs douleurs...et leur "maudition du champ de cannis"...

 

Certains, très peu, les nèg-marrons, arrivaient à s'enfouir dans les raziers ou dans la forêt, et pillaient des cases un peu à l'écart sans tuer pour cela et se regroupaient par bande pour survivre...

 

L'infanticide était fréquent et il y avait de nombreux avortements volontaires... Certaines mères, épuisées, sans force, tuaient leur nourrison en leur enfonçant une large épine dans la fontanelle !....

 

On se doit d'évoquer ici le sinistre et cynique "code noir", royal et français, publié en 1671 et exposant,en soixante articles, le rapport maîtres/esclaves...

Lesquels ne sont que des "biens meubles", une "force de travail"...

Ils sont corvéables à "mercy" et avec droit de vie et de mort sur eux... Cet ensemble de règlements et de lois "normalise" la condition servile et légitime la domination raciale...

 

On punit la fuite, les rassemblements, les empoisonnements supposés ( une véritable hantise chez les maîtres) ...

Tout cela est sanctionné par des amputations ou la mort mais aussi par le "cachot" (cage en bois ou en maçonnerie enterrée, très étroite où l'on ne peut tenir que couché et replié, sans air ni lumière !...

 

Une mère supposée, elle aussi, "fautive" de sa grossesse est exécutée le lendemain de la naissance de son enfant !....

Et cette "loi" et ce "code" étaient eux-mêmes transgressés par les békés (colons propriétaires) qui infligeaient bien d'autres sévices et des plus atroces !...

 

Sans les femmes "poteau-mitan" comment auraient tenus les hommes ?

Ils s'adossaient à elles qui luttaient à leur façon en tissant résolument un nouveau berceau d'espérance pour alimenter le courage de leurs filles...

 

La page est "tournée", mais le sang qui y fut versé est noir comme les sables volcaniques de St Pierre...

 

................................................................................................................

 Martinique 2 jan 2015 207pm.jpg

Fleur de bananier

 

D'autres populations seront "importées" dans l'île ; des indiens "Tamouls" seront recrutés après l'abolition de l'esclavagisme pour remplacer ceux-ci... Avec aussi... des Chinois...

 

La "Grande guerre" viendra prélever ici une part de "chair à canons"...

 

Dans la ville de Balata sera édifié une réplique au 1/5ième de la Basilique du Sacré Coeur de Montmartre en l'honneur des Antillais "morts pour la France".

 

Viendront les temps modernes et son cortège de conflits sanglants à répétition...

 

..............................................................................................................

 

martinique Début jan 2015 156pm.jpg

 Hibiscus

Billet Antillais...

 

Etre là

Conscient

Des présences, des absences, des pleins et des déliés, de la viduité qui n'est pas la béance, de tout cela qui danse au bras d'un temps qui se prélasse et se délasse à bon escient...

Etre là en cet instant fait d'écoute et de disponibilité, disposant d'une acuité tranquille, d'une vision apaisée...

 

Etre là, attentif à ce qui bouge et se meut, bruyant ou silencieux...

 

Les "normes" (collines) exposent leurs versants parsemés de verts et de jaunes aux vents et aux pluies de passage et masquent la pudeur de leur sommet d'une voilette de nuages gris, noirs ou blancs...

Après l'averse surgit un arc-en-ciel qui leur fait comme un ruban...

 

Le vol des oiseaux, qui vont d'un bord du monde à l'autre, tisse un couloir aérien qui relie les rives de l'espace...

L'air alors se charge très légèrement, d'un désir futile, alimentaire ou impératif qu'il colporte à destination...

 

Il y a dans le vol de ces oiseaux qui passent et repassent une part de mes songes, une parcelle subtile de cette envie de me conjoindre à l'univers, à toute la création ; d'incarner cette prolifération de formes, de sons, de couleurs, de senteurs; qui constitue le "Vivant"...

 

Lors, abattre toutes les frontières entre les règnes et les éléments, entre le visible et l'invisible, le réel et l'apparent, afin de retrouver le "Noyau de vie" ; ce fruit pulpeux et charnu, juteux et appétissant, qui a poussé sur la branche du jour et de l'instant...

 martinique Début jan 2015 128pm.jpg

La "foufoune" !

 

Vivre se tient là, pleinement ;

Dans cet ovule pénétré et fécondé de soleil et de vent ; dans cet enfantement qui me rend natif d'un univers en perpétuel renouvellement...

 

Je suis le vent même ; celui qui brasse et embrasse le "jupier des palmeraies" et en soulève sans vergogne, l'intime toison...

 

Je sais ma "situation" ; la position que j'ai adoptée entre longitude et latitude pour me poser, me distancer, d'un monde de lassitude et en épouser un autre, en plénitude d'être...

 Martinique 2 jan 2015 085pm.jpg

 

Comme ce lézard rencontré chaque jour faisant sa sieste en sa demeure arbustive (un vieux fromager prenant encore soin de ses épines), j'ai fait séjour d'un lieu entouré d'eau et d'écume, frangé de racines et de feuilles, de coquillages et de coraux, d'hibiscus et de noix de coco, de rires d'enfants et de femmes aux seins nus...

 

La "vacance" ; c'est le nom que l'on donne à une parenthèse entre laquelle ce qui s'appelle vivre accroche son hamac...

 

Explorer et découvrir ; c'est donner au regard cette même nourriture choisie que l'on offre aux merles, aux colombes et aux moineaux pour qu'ils nous ravissent de leurs chants...

 

Le "sécuritaire" devient ce sac-à-dos colporté d'un lieu à l'autre sur les épaules du "libertaire" lequel pousse son désir au-delà des réticences coutumières et arpente des pistes nouvelles dont les plus secrètes ouvrent un passage vers la clairière du coeur...

Martinique 2 jan 2015 133pm.jpg

C'est ici, en l'instant, je le sais, un moment privilégié alors que le cynisme, l'arrogance, l'outrageant, l'indignité, le mensonge, la terreur même, mettent, à tout moment, la planète à feu et à sang...

 

Comment éteindre, arracher, en chacun cette mèche qui mène à de telles poudrières ?

 

Je suis là en ce constat amer qui souffle sa tempête sur le lac paisible de mon être...

 

Je veux croire que la pensée est une force, une puissance qui, conjointe à d'autres pensées similaires, fait voeux de paix et d'amour en cette terre afin de percer et de mettre en lumière cette obscurité où se fomentent, en l'humain,, les génocides et les guerres....

 

Les yeux sont deux miroirs accolés qui se tournent le dos, l'un captant les images extérieures et l'autre se reflétant en un lac intérieur aux profondeurs abyssales...

Seule, la vision venue du coeur et y retournant, à faculté de traverser cette inter-face et d'en transcender les surfaces réfléchissantes...

 

Mais que vaut une vision sans conscience ; une vision qui ne fait que glisser sans retenue sur les formes, les êtres et les choses ; une vision qui ne sait rien garder, mémoriser, de tout ce que la vie elle retient, serré sur son sein ?...

 

De cela je veux me nourrir, goûter à cette substance si précieuse ; la plus précieuse qui puisse être donnée à cela qui le mérite et le reçoit en gratitude...

 

martinique Début jan 2015 034pm.jpg

Ma conscience n'est qu'un fin filet d'eau pure qui sourd de la fontaine de mes pensées et qui s'écoule sur la margelle de mon être pour rejoindre cet océan dont elle est la fille et l'héritière...

 

Ce ruissellement, ici, de mots, qui dévale les pentes de l'instant et qui cascade parmi les roches d'entendement, est l'expression directe et limpide d'une conscience fluide et serpentine qui connaît le cheminement qui va de la source à l'estuaire et, en retour, de l'embouchure à la source...

 

Je suis cela qui se veut caresser les berges et les rives de ces fleuves et rivières qui nous parcourent et qui font de nos artères celles de l'humanité toute entière... (Car, finalement, toutes les eaux se mêlent qu'elles soient de terre ou de ciel, et les nôtres n'en sont pas exclues.)...

 

L'île se tient là où elle se tient pour nous rappeler, pour rappeler à l'humain, qu'il appartient au plus immense et illimité des archipels ;

un archipel constitué d'un cosmos absolu et infini et d'une humanité née en son sein, tous deux invités à collaborer en symbiose, en synergie d'énergies, à l'Ouvrage universel en se nourrissant l'un, l'autre, en se donnant mutuellement une "becquée d'Amour"...

martinique Début jan 2015 083pm.jpg

Et qu'est-ce donc que cet Amour si ce n'est une "non-définition" , un espace vide et blanc laissé entre toutes les pages des dictionnaires et dont notre existence seule est en mesure (et de nature) d'incarner les sens et l'Essence et d'en signifier hautement, dignement, poétiquement, le contenu ; soit la chair, le songe et le sang même ?...

 

Nulle part et en nulle académie ce terme est défini, si ce n'est par une approche étriquée et étroite, illusoire et surfaitatoire, qui ne peut et qui ne sait qu'effleurer la peau d'un fruit sans en connaître le noyau, la pulpe, la senteur, le goût, l'origine, la forme particulière, la couleur et la mystérieuse substance enfouie !...

 

De là où, pensant, je suis

Sereinement présent à cela qui est et vit ;

Y puisant des "gouttes de joie",

Je vois, j'écoute et j'entends,

Du monde les mille bruissements...

Et, j'entrevois, parfois, de la lumière

de quelques êtres, le doux et trop rare éclat...

 

martinique Début jan 2015 182pm.jpg

Merle "Shadock" !

 

Dans l'éparpillé des songes, au-delà de cette agitation grouillante, discordante et précipitée qui caractérise notre espèce, mon mental soudain cesse son diktat et soulève ses fesses pour se poser sur le nuage aux petits émois ou voler avec l'alizé doux de la tendresse...

 

Le voici, ce mental si égotique, qui plonge tout de go, dans le rouleau fougueux qui vient à sa rencontre et qui le submerge de son flot...

Il en ressort heureux et nouveau, lavé de flux et d'ondes comme au premier matin des mondes...

 

J'arpente le territoire des sables en bordure d'océan indigo ou émeraude selon les nuages qui le survolent...

 

Les mancenilliers, marqués de rouge, abondent ; mêmes leurs petites pommes, appétissantes à première vue, sont très toxiques...

 

Les crabes s'agrippent à la roche volcanique des récifs fouettés par des vagues assez rageuses...

 

Il est déconseillé de faire la découverte de l'attraction universelle sous les cocotiers !...

 

C'est le paradis de la feuille qui expose ses nombreuses teintes et ses multiples formes aux rayons solaires et aux averses intermittentes ...

martinique Début jan 2015 216pm.jpg

Même en cette saison, dite sèche ou de carême, il peut pleuvoir cinq à six fois dans la journée ; des grains ou des ondées de courte durée que l'on appel ici et sans délicatesse, des "graféchié" !...

 

Entre la plage du Pont Café et Trois-Rivières, il y a de nombreuses anses et des installations plus ou moins bricolées (Tôles ondulées par obligation, du fait des cyclones qui visitent l'île début octobre ; elles sont faciles à démonter et à remonter car fixées "sommairement"!)...

 

Pour le tourisme, des "rastas" vendent leurs productions artisanales (chapeaux tressés avec des bandes de palmes, pieds sculptés de fougères arborescentes arrivées à leur terme, colliers de coquillages...)

 

Il y a encore que quinzaine d'années, à cet endroit, le pêcheur de retour sonnait la "conque" pour demander de l'aide au déchargement. En contrepartie, il offrait un peu de sa pêche aux bénévoles accourus...

 

Le "Land art" existe depuis bien longtemps à la Martinique et s'expose surtout sur le bord des routes sous la forme de voitures entièrement végétalisées (laissées à l'abandon !)...

 

J'apprends que lorsque le bananier aura fait ses 27 feuilles, il pourra reposer en paix.... Son rejeton, toujours près de lui, assurera la relève...

martinique Début jan 2015 240pm.jpg

Demain nous traverserons l'île en son milieu et ce, du Sud au Nord, et en 4X4 ; seul véhicule habilité à véhiculer les touristes entre mornes et vallées et à traverser les cours d'eau...

Nous suivrons alors la route dite de la "Trace" ; ouverte par des pères Jésuites il y a déjà bien longtemps...

Nous serons alors au coeur de la forêt tropicale....

 

Je dis "nous", car ma fille, Marie Pierre, m'accompagne autant que je lui tiens compagnie, ayant décidé mutuellement de s'accorder cette disponibilité et une écoute, une attention, une complicité réciproques et précieuses....

 

Trois jours plus tard, nous constaterons que nos anges gardiens respectifs sont toujours au boulot...

Lors d'une seconde sortie , quatre passagers et leur conducteur, peu chevronné semble-t-il, ont fait un tonneau dans une ravine.

La voiture, heureusement, à été stoppée dans sa chute par des arbres... Toutefois, le séjour se termine, pour les blessés, à l'hôpital !!!...

martinique Début jan 2015 309pm.jpg

Colibri sur "rose de porcelaine"

 

Le soleil se lève entre cinq à six heure toute l'année et se couche, rapidement d'ailleurs, entre dix sept heure trente et dix huit heure trente...

Un bon moyen de s'assurer de ce couchant est de tendre l'oreille...

C'est régler comme un métronome...

Au même moment s'élève un concert de "cri-cri", « criquettes » et grillons, relayé plus tard par les crapauds !...

A croire qu'ils ont fait le plein de leur batterie le jour, car ils ne s'épuisent jamais la nuit !...

 

Notre appartement possède une petite terrasse...

Nous sommes à cinq cent mètres de la place et nous entendons la rumeur des vagues ; hélas aussi, la sono de l'espace d'animation qui nous fait face !

Pour la piscine, c'est juste à côté....

Pour l'eau de mer, la moyenne, c'est 26 ° ... (Et dire qu'à 18 °, en Bretagne, on est des plus ravi !....)

 

Chaque matin avant le petit déjeuner, j'émiette du pain de récupération au bénéfice des merles et des pigeons assez nombreux et des moineaux tout noir avec un petit point écarlate...

 

Martinique 2 jan 2015 078pm.jpg

Pas sauvages les zoziaux ; même l'aigrette garzette ou "pic boeuf", vient mander de la nourriture au bord des tables du restaurant !...

 

Le parc est magnifique, les sentiers sont bordés de bougainvilliers mauves, rouges, roses, abricots et de nombreux hibiscus...

Tout cela visité par les colibris qui ne tiennent pas en place...

Bonjour pour les photographier !...

 

Pour les bêbêtes, insectes ou autres, les bas de porte sont équipés ; pas besoin de les "baygonner" comme on dit ici...

Le dodo se fait sans mygale ni scolopendre ! Super !...

 

On pense aux moustiques en effet, mais premièrement, il n'y en a pas sur la plage elle-même, deuxièmement, on se protège par des révulsifs (bien que certains parfums de Dame font très bien l'affaire !)

Troisièmement, j'ai emmené ma pipe et mon tabac, cela peut servir !...

 

Et puis y-a pas que les « moustiquos » à faire de l'acupuncture sur votre tendre peau, les "yen yen" (moucherons locaux) s'adonnent aussi à cette pratique !

 

martinique III  jardins 024pm.jpg

La semaine prochaine, c'est "carnaval" ou "papal djal" ou "Vaval" ; une occasion de se moquer de ceux qui vous font des misères...

Les "zoucs" retentiront tard dans la nuit sous les vérandas des familles regroupées à cette occasion...

Cette manifestation a été introduite aux Antilles par les colons français au XVIIè siècle....

 

Pour l'heure, on goûte à la profuse cuisine créole !...

 

On se fait un billard de temps en temps ; on s'amuse quoi , on "chôme" selon l'expression qui sied ici...

 

Un "ti-bo" (an ti dousé ; une petite douceur) sur les joues entre papa et sa fille et dodo et pour moi, ce sera sans "an pété-pié" , sans le dernier punch de la journée réputé pour "casser les jambes !"...

 

Demain, lever tranquille, il n'y a pas ici de "réveil à plumes" ( le coq !)...

 

martinique III  jardins 135pm.jpg

..............................................................................................................

 

Nous faisons une "approche" de la forêt tropicale en parcourant la "Trace" et découvrons une végétation dense et profuse avec de nombreuses plantes épiphytes (des plantes qui poussent en s'aidant des arbres sans atteindre à la vie de ceux-ci)...

 

On comprend que la "machette" était indispensable pour se frayer un chemin dans cette luxuriance végétale aux lianes enchevêtrées et aux massifs denses de bambous...

 

Ce n'est pas sans émotion que nous passons sous les fougères arborescentes hautes de cinq à sept mètres au moins et qui forment de grands parasols tamisant les rais du soleil...

Ce sont là les ancêtres les plus lointains de bien des plantes ....

 

martinique III  jardins 182pm.jpg

Beaucoup de rivières descendent des mornes et nous passons les gués très nombreux sur la "piste"...

 

Nous croisons des pêcheurs d'écrevisses ( les "z'habitant" ou kribich ou "gran bra" ), soit des écrevisses d'eau douce plus ou moins grosses capturées dans des nasses appelées "kalin" faites en bambou ou avec de la toile de jutte....

Mais l'eau est trop trouble ce matin est la pêche est compromise....

 

Dans la banlieue de St Pierre, deux "Anciens" s'adonnent au jeu de dominos entourés de quelques habitués du "lolo", l'épicerie locale...

A entendre la compagnie on ne s'ennuie pas...

Les blagues fusent portées par un verbe haut et coloré comme un vieux rhum....

Il faut être du pays pour comprendre la subtilité, les allusions nombreuses, les métaphores, qui tissent ce langage très animé....

On comprend qu'à cette école les Antilles aient développé de "grandes plumes littéraires"....

 

Au Parc Naturel Régional situé au coeur de la forêt tropicale, nous aurons une énorme frustration car nous de disposons que de deux heures et encore sous "pression" pour visiter cet ensemble intelligemment conçu permettant de découvrir une grande partie du patrimoine végétal martiniquais et de connaître toutes les merveilles de l'île...

La guide est passionnante, maîtrisant ses sujets, impliquée dans sa fonction, mais mal à l'aise par rapport au créneau de visite imparti...

martinique III  jardins 258pm.jpg

Il faudrait disposer d'au moins une journée tant il y a à découvrir, à comprendre, à expliquer, à s'émerveiller...

Nous n'avons le temps que de faire cinq cent mètres sur les sentiers de la forêt qui entoure le parc...

Adieu mon "immersion" sensitive et émotionnelle en cette magie arbustive !...

Si je devais revenir, ce serait pour pénétrer davantage la dite forêt et m'immerger dans ses formes, couleurs, senteurs, mouvements, bruits et murmures...

Une autre fois peut-être ?...

 

Mon journal s'achève, mais voici quelques notes complémentaires...

 

A SUIVRE....

 

.....................................................................................................



09/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres