Les dits du corbeau noir

CARNET DE SEJOUR ARMORICAIN : LA BAIE D'HILLION (SUITE) BRAN DU 11/NOVEMBRE 2015

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 130pm.jpg
Baie D'Hillion (St Brieuc) Photos Bran du

 

 

 

L'estran.... Frontière mouvante et émouvante....

Etude Bran du 15 Nov 2015



Le regard s'y déplace comme le doigt sur l'écorce, comme la lèvre sur le sein ; vision tactile pour ainsi dire, pour ainsi faire....

C'est le lieu des traversées de l'esprit ; l'esprit y fait passage, relève traces et empreintes afin de donner fondement et assise, souffle et respiration, mouvement et danse, à une cartographie particulière autant singulière que plurielle, appelée : le Poème !...



Flux et reflux brassent des écritures multiples dont le vocabulaire demeure en attente d'un dictionnaire, car tant reste encore à identifier, à nommer, et à se voir restreint en une définition !....

 

 

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 175pm.jpg



Vellèle, Botrylle étoilée (ascidies)...

Cela se prononce avec saveur et jouissance comme tout ce qui fait et rend l'ordinaire extra-ordinaire.....



Brassage donc, dans l'alternance et l'amplitude des marées ;

le livre des sables sans cesse réécrit, réinventé, remodelé...



Découvrir : se mettre à découvert ; se retirer de cet emplacement usurpé où nous prenons et occupons bien trop de place !



La grève s'étire jusqu'au rêve qui a pour bordure les variations du blanc, du bleu et du vert....



Sortir des limites, goûter l'illimité....

 

 

Hillion 15 11 2015 052pm.jpg



Arpenter les rivages d'un « dire » formulé par une multitude de bouches occupées à découdre celle du silence....



« L'incorporation élémentaire » ; c'est d'alchimie qu'il s'agit et de tenter d'approcher, d'enceindre, de pénétrer ce qui déjà vous approche, vous enceint, vous pénètre...Et vous féconde...



Le baissant ; cette force qui se retire et qui relâche ses étreintes, qui restitue à la terre, sa niche et sa couche, enrichies de quelques pierres précieuses, de colliers d'algues, de plumes et d'écorces... 



Feuilles limpides des arbres gravés dans le sable, arbre aux sèves de lumière que feuillettent le doigts des nuages et ceux des aubes et des crépuscules...

 

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 144pm.jpg



J'ai demeure humaine, il est vrai ; mais, c'est ici que j'habite, que j'ai lit de chair et de songe...

Ici, je bois à l'immense, à l'absolu ; j'ai table de roi au royaume des souffles et des vents...

Ici, j'ai chandelier d'étoiles, soleil et lune en majesté....

J'ai coupe marine de brumes et d'embruns...

J'ai, senteur de laminaires, d'algues multicolores au musc voluptueux quand brament les équinoxes...



La pensée est un vol de tadornes ou d’huîtriers pie qui hisse ses voiles et vire de bord au gré du jusant et des flots montants...



Et cela n'est pas sans vous rappeler que vous aussi, vous n'êtes que de passage dans la transhumance du vivre, dans cette pérégrination existentielle où regarder est un jalon, sentir, une étape, vers cet entendement qui vous fait homme ou femme au sein des mouvances, enfin apprises, enfin comprises, du vivant...

 

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 099pm.jpg



Dites-moi en quel « ailleurs » puis-je trouver semblable réconciliation entre une chose et son contraire ?...



En quel territoire non défloré par l'homme, non violenté par celui-ci ?



L'estran et son cordon de coquillages ; c'est lui le « Grand Maistre » qui vous adoube et vous initie... Pour autant que l'on s'avance nu au devant de cela qui vous fait et donne face !....



Avoir connaissance, naître et renaître sans fin au sein de cette matrice où bouillonne l'espace et le temps...

Oublier ce nom donné au-dessus du berceau qui fut le vôtre et faire sonner et ricocher celui-ci apporté par des souffles nourris de cieux et d'abysses, de houles et d'écume, de sel plus digne que celui de tout baptême...



Primordialité ; c'est cela le sol qui m'accueille et dans lequel s'inscrivent mes pas habités de joie et de silence, de complicité aimante, de jubilation et de pétulance...



Je suis, intrinsèquement, de ce déploiement là , de ce découvrement, de ce recouvrement, qui me sont vêture d'essentialité....



 

Baie d'Hillion 21 11 2015 128pm.jpg

 

Je suis en « transit » entre là-bas et ici avec pour ambassades, tout ce qui, en moi, se porte à la rencontre....



Les bras ne suffisent pas pour l'accueil, lors, c'est dans le cœur que le tout se déverse, comme le grain moissonnée s'engrange avant la venue de l'hiver, comme le cidre se déverse aux noces de janvier...



Je n'opposerai rien à tant d'écoulement et de ruissellement ; rivières et fleuves courent vers l'océan et son estuaire...

Je suis cela qui bondit et cascade et que rien ne saurait arrêter en sa course... J'ai rendez-vous avec la mer, j'ai rendez-vous avec la terre !...J'ai rivage pour l'une et pour l'autre...

Je fais limon des heures qui passent, argile bleue de celles qui s'écoulent...



Mes yeux chevauchent la baie et s'agrippent à la crinière du soleil...

J'aurai en moi cette traversée emplissant ma besace de chair

de cet air marin dont je sais et savoure les bienfaits...



Qui de moi ou de l'étendue parcoure l'autre alors que nous enfantons tous deux  ?



Mon libre front.... Cela vers qui la vague abonde...

 

 

Hillion 15 11 2015 097pm.jpg



Il n'est nulle autre « maison du jouir » que celle où tout s'embrasse entre soleil et lune, crépuscule et aurore, équinoxe et solstice...



Tout s'éprend et tout est restitué dans son unicité marquée du sceau des différences...

Etrange et incroyable mélange au polissoir des grèves.

Eaux, feux et lumières pour trilogie alchimique... Toute chose s'acheminant, roulant, vers son arrondissement...

Toute grossièreté vouée à l'épure...

Demeure l'os, résiste la pierre...

L'esprit seul pour tout voyage...



Je ne sais quelle chrysalide je suis..
je ne sais ce qui va sortir de ce « cocon du soi » !



A certaines heures, ciel et mer se confondent en une nuée argentée que ne sépare qu'une ligne étirée faite d'oies bernaches de passage ou une bande de de roches noires s'étirant à l'horizon......

 

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 126pm.jpg



Réverbération...

La lumière fragmentée...

Les éclats dansants en surface...

Le miroir sans visage...

Des reflets dans mes yeux...



Loin de tout, si proche d'un tout....

Animé d'une commune respiration...

Faire « poumon commun » avec le cycle, avec le rythme, avec ce va et vient épris d'impermanence et d'alternance qui manifeste la vie et son éternelle présence...



La grande ville, de l'autre côté de la Baie...

Avec ses tours, son château d'eau, ses éclairages de nuit...

Le monde urbain comme estompé par un voile de magie....



 

Hillion 15 11 2015 013.JPG

 

Le corps s'ancre provisoirement dans le sable gris alors que la pensée, flotte, nage, vole, s'ébroue, nettoie ses plumes...



S'émerveiller toujours et encore en contemplant la parfait spirale d'un escargot de mer, une veine de quartz, les jaunes parmélies auréolant les pierres... Avec cette solitude à la fois discrète et joyeuse qui vous tient bonne compagnie....



Etre en trait d'union entre le réel et l'imaginaire...

Etre au point d'intersection entre une horizontalité et une verticalité...

Faire cercle, faire centre, avec cela qui fût, est et sera......



Un Point, c'est Tout !

 

 

Baie d'Hillion 21 11 2015 075pm.jpg



24/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres