Les dits du corbeau noir

Beltaine 2012 : Préparation

BELTAINE 2012 Bran Du     Clairière Kant ar Vuhez (   Le Chant de vie ) 26/03/2012

« Je vous le dit, une fête particulière. Ce sont les richesses de Beltaine, bière, choux, lait doux et lait caillé sur le feux. »    Hibernica Minora

Préambule ( à toute fête celtique) :

Les fêtes celtiques sont des moments « forts » placés dans un calendrier luni-solaire et polaire axé sur l’alternance du sombre et du clair au sein de la conjonction d’un moment et d’un lieu, élus, déterminés avec précision et choisis… C’est la rencontre des Dieux (des Déesses) et des Hommes à un moment et en un endroit appropriés au sein d’une espace temps minutieusement étudié… C’est au sein du rite approprié une intensification du rapport entre divin et humain ; la sacralisation de l’humain par le divin…Une concentration « symbolique » aux effets bienfaisants…

Préliminaires :   En « résumé » de l’ouvrage de Guyonvarc’h ( qui nous a quitté en janvier et dont nous saluons la mémoire), et de Françoise Le Roux : LES FETES CELTIQUES réédition Ouest France…

Les grandes fêtes de Mai et leur extension aux fêtes de la St Jean d’été relèvent dans leur origine des mythes, lesquels sont « traditionnels » et ce sera toujours la mythologie qui aidera à comprendre le « folklore » de mai…

BELTEINE / BELTAINE / BELTINE …(Irlande)   BELENUS / BELENOS… et BELISAMA en Gaule          (La Lumière vie, l’éclat lumineux; la « Très brillante ») sa parèdre (racine indo-européenne )       BELIN (survivance tardive avec le sens de sorcier/enchanteur)
Bel/enus est un surnom de LUG vu ici dans son aspect de claire lumière par opposition à son aspect sombre exposé à Samain….

BEL/TEINE soit La LUMIERE et le FEU ( la forme Belenos est la plus ancienne. Elle est attestée dans toute la Gaule)

LA FETE De l’ETE et de la LUMIERE…. De la LUMIERE et du FEU… On y loue le pouvoir guérisseur du soleil….   Les Druides sont les « maîtres » de ce feu ; un feu tant « intérieur qu’extérieur » avec des correspondances et des échanges entre eux (NB Bran du)

Les auteurs ne voient pas dans cette fête une « fête agraire », mais bien une fête sacerdotale par excellence ; la « fête des Druides » en quelque sorte et de tous ceux et celles qui servent la Tradition… ( Le rite qui s’y déroule et qui consiste à faire passer le bétail entre deux feux est un rite prophylactique parmi beaucoup d’autres…)

BELTEINE est la fête du changement de rythme de la vie, le passage du rythme hivernal au rythme estival. On pare au mieux aux risques multiples inhérents à tout « passage »… (On peut en effet craindre tant la sécheresse que les incendies de l’été)… Belteine est donc la fête de l’Ouverture de la saison claire. Avec Samain/Samonios, elle comporte plus spécifiquement des « sacrifices » ( au sens de Sacere  qui signifie « rendre sacré »…)

…………………………………………………

Cueillette des plantes

C’est une période favorable, propice, à la cueillette des plantes sacrées et médicinales… L’ortie abondante alors est ramassée ( selon des méthodes incluant une dimension « magique » et un « rituel ».) La plante médicinale est aussi considérée comme porteuse de chance et sert de protection contre les sorts et maléfices en provenance de gens « mal intentionnés »…

…………………………………………………



Quelques repères :

On cite les « feux bienfaisants, bénéfiques que faisaient les druides avec de grandes invocations »  On nous dit que les Thuata De Danann venus du Nord de l’Ecosse s’établissent en Irlande au premier mai ( en brûlant leurs navires pour ne pas être tenté de repartir )… C’est en ce début de la saison claire qu’est décimée par la maladie le peuple de « Partholon » (l’un des 5 conquérants de l’Irlande) et c’est à ce moment là également que les Fianna d’Irlande sortent de leur « léthargie hivernal » pour reprendre toutes leurs activité ( chasse et protection de l’Irlande face aux envahisseurs)…


Ce sera à cette date précisément que ST Patrick ( Padreg) allumera son « contre feu » sur une colline proche du Centre sacerdotal druidique… Il procédera (comme le druide qu’il est également selon les auteurs) en allumant un feu rituel et magique au même moment que celui allumé par les autres druides sur la colline d’en face….(Dans un cercle magique et en s’enveloppant de fumée et de flammes) … Il combattra les autres druides venus demander des « explications » aux troubles par lui causés et utilisera l’arme suprême du druidicat : une grande et vive éloquence laquelle sera à l’origine des « premières conversions »… (L’art de la Parole est un « art majeur » surtout quand il est le souffle même de l’Awen, l’expression claire, lumineuse et flambante du « Verbe »…(N.B Bran du)


La fête de Belteine est une « Fête d’obligation », on ne saurait s’y soustraire sans graves conséquences….

Le rite du feu semble avoir été l’élément constitutif essentiel de la fête de Belteine… Belteine étant considérée comme la fête de l’exaltation du feu ; l’élément druidique par excellence…

Voici donc les éléments constitutifs de la fête dont il nous appartient de transposer les lignes de force et l’axe majeur « ici et maintenant » dans un langage adéquat et une mise en forme évolutive mais qui demeure fidèle à l’Essence et au Principe en son Anima d’aujourd’hui…  

………………………………………


Commentaires : Bran du

FEUX  et LUMIERE pour le sacre de l’Eté et la sacralisation de tous ceux et toutes celles qui participent au rite….

Notre langage le plus approprié : l’Analogie (le logis d’Anna !)

Comment transposer en nous et en nos assemblées de Bel ce « passage » en faisant de sorte que la lumière « convoquée » ne soit ni aveuglante ni « éblouissante » et que le feux conjoint à l’invitation ne soit pas un feu destructeur apportant incendie et sécheresse tant en nos cœurs que dans nos environnements de vie ?

Quels sacrifices réaliseront nous alors qui soient de nature à sacraliser l’instant, le lieu et tout ce qui participe en conscience et amour, connaissance et entendement, en actes et pensées, à ce rite « sacré » ?

Il nous appartient ici d’œuvrer de façon symbolique (mais dans une incarnation, une incorporation fervente, sensible, émotionnelle et « ajustée ») en trouvant les formes « analogiques » adéquates aux sentiments et expressions ou manifestations les plus efficaces et pertinents pour les traduire…

La Fête des SERVANTES et des SERVITEURS de la TRADITION

Le Sacerdoce qui regroupe, en ce « matin radieux » tous les servants de l’aube et de l’aurore qui procèdent à l’ouverture la « neuve et claire saison » est plus spécifiquement honoré en sa fonction et en ses missions car tous les « Servants » sont eux aussi « FEU et LUMIERE » et participent en cela de la « Manifestation »….

L’AMOUR en lui-même et en ses « énergies » n’est-il pas lui aussi conjonction et conjugaison de feu et de lumière ?…

Le Servant Celte ou la Servante de la Sagesse de la Celtie recherchent la maîtrise du « feu intérieur » celui à partir duquel sera chauffé au degré évolutif propice le creuset des transformations vitales et qui autorisera lors « l’alchimie de l’être réalisé »…

Mais cette vision qui plonge au cœur de toute « obscurité », dans les ténèbres mêmes de l’inconscient se devra de trouver son « chemin de lumière », sa « sente de clarté » et, pour cela, se connecter à l’Etoile, à la Polaire, aux Trois Rais Incréés Lumineux et Sonore….

MAITRISER TOUS LES FEUX ( se garder de tout éblouissement et aveuglement !)

Maîtriser le feu avec un discernement éclairé est l’une des fonctions primordiales de tout sacerdote druidique…. Qu’il soit, ce feu, feu de la Parole ou feu de la Passion !…

Bouter le feu par l’acte et la parole, c’est porter l’incendie dans le cœur de vie mais cet incendie est ici entendu comme le fait de raviver la braise enclose sous les cendres de l’oubli et de l’ignorance ! Il ne s’agit pas de « consumer l’être » mais de transmettre un souffle « mesuré, accordé, concordant » apte à restituer au foyer de cet être sa flamme éclairante, bienveillante et bienfaisante, singulière et spécifique, ambassadrice de la Flamme originelle….

St Patrick usera, avec le succès que l‘on sait (et en « druide » qu’il était aussi), pour convertir à la nouvelle religion le monde Païen la Force et l’Energie de cette « FLAMME/LUMIERE »….  

SE CONJOINDRE A L’ESPRIT  

Notre réflexion, notre « méditation », notre préparation, reposeront donc sur ces deux hauts symboles et porteront sur le transfert analogique de leurs significations au sein de notre désir afin de nous conjoindre au mieux à l’Esprit de Belteine….

Les poèmes et études qui suivent devraient nous y aider…

C’est concepts « incarnés » de corps, de cœur et d’esprit devraient pouvoir trouver divers « langages » pour exprimer par la palette des sens, leur Essence…

L’IDEE D’UNE CHOREGRAPHIE SACREE

La « chorégraphie » sacrée et sa gestuelle, me semblent un bon outil à cet effet….

IL pourrait être mis en œuvre, au préalable au rituel, un affrontement symbolique entre « l’armée des ombres » et « l’armée de la lumière » un combat « épique », avec jeux de masques et d’éléments symboliques, entre saison claire et saison sombre ; l’armée de l’ombre étant « chassée du territoire de la vie » par les flambeaux et torches des combattants éclairés et devant au final se soumettre à la lumière nouvelle dont-ils dépendent à présent… (L’ombre n’est et ne subsiste que par la lumière qui la génère… Elle ne saurait « disparaître cependant car c’est de la nuit que surgissent l’aube et l’aurore !)…

QUE L’AWEN NOUS INSPIRE ET NOUS ANIME

Puissiez vous vous inspirer des pistes proposées et en faire naître de nouvelles….  A l’écoute attentive du « Fond » les formes vous seront offertes et données… Puisse le Souffle de  l’Awen souffler dans vos aspirations aimantes et profondes, enflammées et éclairées et tendues comme une voile en quête du « Monde Blanc » de la Source de tout feux et de toute Lumière…                        Awen !



...................................

 

On pourra lire avec profit l’ouvrage de Maria Freeman «  Vivre la Tradition celtique au fil des saisons Guy Trédaniel Editeur »

L’auteur, servante de la « Druidité », compile, à partir des traditions recueillis en Irlande, Ecosse, Pays de Galles, nombre d’éléments relatifs aux coutumes et usages, encore pratiqués pour certains, en relation avec les mythes originels plus ou moins dilués dans le Folkore (entendu comme science du peuple)… C’est là une source de données et d’informations susceptible d’apporter des « éclairages » complémentaires…
BELTEINE apparaît ici aussi sous ses aspects de feu bénéfique pour la vie, la croissance, l’amour, la sexualité… Le pouvoir bienfaisant du soleil revisite la terre…

Les servants et servantes de la Tradition élèvent leurs mains «  comme une flamme en prière » pour saluer et honorer les rais azurés et généreux…

………………………………………………….....................................

 

 

Mémoires Celtiques :   extraits du CD merveilleux de Florence Laporte et de Carole Elimiah (06 76 78 04 05 et 06 88 89 19 00  pour passer commande) (2 albums)

« Ca commence par un simple merci                                                                                          Quand le soleil est levé                                                                                                                     Les pieds dans la rosée                                                                                                                  En regardant les mouvements de la vie                                                                                       Les quatre directions, les quatre saisons                                                                                         Le monde qui tourne rond                                                                                                           Dans l’harmonie du Grand Cercle de Vie                                                                                        Où rien ne s’arrête, tout se complète                                                                                        Dans une éternelle symphonie                                                                                                      Au son de la musique, au son des harmoniques                                                                           De nos mémoires celtiques

Pour que vive en moi l’époque où j’étais druide                                                                       Quand la terre et moi ne formions qu’un seul guide                                                                      Et que chantent en moi toutes ces fêtes magnifiques                                                                      Rythmant les saisons de leurs pouvoirs magiques… »

…………………………………………………

Dialogue au temps de Beltaine           (Bran du 2007)

La jeune fille                                                                                                                                                     

-Que fête-t-on en ce jour de  Beltaine ? Le sais-tu ? Dis le moi toi le sage à la parole éclairée visitée par le Souffle…

Le Druide                                                                                                                                                            - Ce n’est pas difficile , femme et le flux généreux de la Connaissance se déversera par mes lèvres mais avant, veux-tu, dis-moi d’abord ce que cela représente pour toi, jeune fille à la branche d’aubépine ceinte à ton front, jeune femme en  sa livrée printanière et au sourire rayonnant comme un jeune soleil…

La jeune fille                                                                                                                                                        
- J’ai feuilleté ce jour le livre de la nature enluminé par la danse du jeune soleil de mai et j’ai senti en moi comme une sève bondissante de vitalité nouvelle, échauffant délicieusement tous mes sens en m’amenant vers une floraison de joie et de bien être…
Je me sens visitée jusqu’en mes profondeurs, ravivée par une douce flamme qui embrase mon corps et l’invite à se mouler aux danses du printemps… J’ai en moi une source vive qui s’en veut jaillir et se répandre dans les plaines de la belle saison… Dis moi d’où me vient tout cela toi qui conduit le jeune marcassin sous le chêne pour la glandée ?

Le Druide :


- Ce n’est pas difficile jeune fille à la couronne de soleil, à la peau baignée de rosée… Cette renaissance, cette éclosion que tu ressens en toi, c’est celle de toute la nature irriguée de feu et de lumière, portée vers les hauteurs comme une flamme en prière… C’est un identique jaillissement de désir qui te parcourent, une même eau vive qui pulse songe, sang et sève dans les artères du renouveau estival… Nous fêtons ainsi les énergies revigorantes, revitalisantes, réenergétisantes qui dynamisent toute croissance et fécondent toute matrice désireuse d’enfantement et de mise au monde…

- Notre pensée, notre corps, nos aspirations procèdent de cette Matrice, de ce Chaudron matriciel, de cet Athanor du devenir… C’est l’action bienfaisante du Grand Dieu Lug en son aspect rayonnant et brillant ainsi que celle de sa parèdre Belisama tout aussi brillante et rayonnante… Ils ouvrent tous deux les portes de la belle et chaleureuse saison…  
                                                                                                                                                           La jeune fille :


- Parle moi encore veux-tu, o dépositaire du Chant, fils du Cerf et du Sanglier, digne serviteur de la Polaire, de ce feux et de cette lumière…

Le druide   :                                                                                                                                                       - -Ce n’est pas difficile o aimable jeune fille , fleur délicate tendrement épanouie sur la tige de mai, nous allons dressé en l’honneur de Bel et de sa Compagne deux feux entre lesquels nous passerons nous et notre bétail afin de nous purifier et de nous envelopper des vertus magiques et protectrices de ce feux allumé à la Flamme des Origines, à la Flamme divine et sacrée, Mère de toutes les braises et de toutes les flammes…
Que soient en nous, en toute terre ouvertes à, les principes fécondants, l’abondance, la fertilité, tout cela qui s’apprête à concélébrer l’éclosion de la Vie….

La jeune fille :  


- Merci o roitelet chantant sur l’arbre de la connaissance d’éclairer le parvis de mon ombre, mais dis moi quels sont ces cette gente Dame et ce beau Seigneur qui se donnent le bras sous la voûte des vertes feuilles ?

Le Druide  :                                                                                                                                                         - Ce n’est pas difficile de répondre à cela o jeune fille frémissante comme la branche de bouleau, jeune abeille s’enivrant du parfum nouveau né… Ce sont le Roi et la Reine de Mai, la Fée des Sylves et le Seigneur des Hommes verts, des « Frères feuillus ». Ils vont s’unir en des noces aimantes , concélébrer les noces de l’eau et du feu, de l’argile et du souffle, concilier toute chose et son contraire, afin d’enfanter eux aussi le Mabon d’Amour, le jeune fils promis à la royauté et à la souveraine…

La jeune fille  :                                                                                                                                                    

- Me diras-tu, o passeur d’eau et de feu, marcheur obstiné sur la Sente de Lumière, guetteur vigilant aux portes des deux mondes, noble artisan du dire, du faire et du vivre, fidèle gardien du Chaudron de nos Pères et de nos Mères comment je puis, en volonté, désir et conscience, participer moi aussi de ces noces ?

Le druide :


- Ce n’est pas difficile au jeune pousse fleurie dans la prairie du jour, future servante de la Déesse, ailes déployées sur les nichées de l’amour à venir, Ton corps sais cela, ressent déjà cela en toutes ses fibres, en tous ses flux, il sait le chant ancien forgé sur l’enclume du temps. Il ne tient qu’à toi de retirer de ton socle d’attente et d’ignorance l’Epée de Lumière afin qu’elle perce le manteau d’ombre et de ténèbres en nous ouvrant lors à la créativité, à la floraison de notre propre vie…
- Que soient en nous, sous la bienveillance du ciel, sur la bienfaisance de la terre, l’Arbre de Vie prenant souche, sève et racine dans la mémoire séculaire et tutélaire de notre Mère la Terre et que croissent nos ramures pour envelopper et embrasser les vents et les souffles… Entrons de plein cœur dans la Ronde de Lumière. »

…………………………………………………......................................................

En ce jour de Beltan couronné d’aubépin…      Bran du

« … Robes blanches, épines noires                                                                                               Le ciel prend sa fiancée par la main, d’azur est le chemin                                                              Et blanche la vasque où l’on vient boire…

Une porte se ferme, une autre s’ouvre                                                                                          l’ombre s’amenuise, la clarté se répand                                                                                           L’aube à rendez-vous de sèves et de sangs                                                                                les fleurs s’en viennent aux bras des chênes rouvres…

L’assemblée se tient sous la riante haie…                                                                                                                    
Tout cela conjoint en la Flamme Prière                                                                                      Cœur à cœur, main dans la main, en la solaire clairière…                                                          Flottent les rubans du mai dans les courants de l’air
Bouillonnent les sèves dans le Chaudron du Sein…

L’Œuf est dans son nid reposant à la fourche des quatre saisons…                                              Le ciel couve de ses rayons l’éclosion à venir….
La vie est à jaillir faite d’offrandes et de dons…

Bière répandue sur la Terre                                                                                                          -Tout est restitué à ce qui offert -                                                                                       

-Tout revient à ce qui donne -                                                                                                        Lors les voix entonnent un Chant pour la Mère…

C’est la Beltaine des semences et des graines ;                                                                          De tout cela dont notre être, notre être profond, fera moisson…»

…………………………………………………

Là-haut, sous le soleil de mai….    Bran du     Beltaine 2009

Je suis l’Arbre aux paumes immenses, je suis l’Arbre qui danse sous le soleil de mai… J’ai feuilles pourpres en mon chant et sèves rousses pour ma joie et nids d’oiseaux au support de mes branches…

Hé ! Ho ! Hé ! …Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Arbre pour l’Oiseau !…

Là-haut, là-haut, planent mes ailes, vers le feu très-haut qui embrase le ciel…

Hé ! Ho ! Hé ! …Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Arbre pour l’Oiseau !…

Je suis la Flamme, la Flamme qui s’élance, Je suis la Flamme qui danse sous le soleil de mai…  Mes étincelles sont d’or et de sang, tout mon être est flamboyance…

Hé ! Ho ! Hé ! …Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Flamme pour l’Oiseau !

Là-haut, là-haut, planent mes ailes, vers le feu très-haut qui embrase le ciel…

Hé ! Ho ! Hé ! …Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Flamme  pour l’Oiseau !

Je suis le Feu, le Feu de souvenance, je suis l’Arbre qui s’embrase sous le soleil de mai…  Chantent en moi les quatre saisons de l’an, ma vive reconnaissance…

Hé ! Ho ! Hé !  Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Naisance  pour l’Oiseau !

Là-haut, là-haut, planent mes ailes, vers le feu très-haut qui embrase le ciel…

Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Hé ! …  Hé ! Ho ! Hé ! Hé ! Ho ! Naisance pour l’Oiseau !

……………………………………………

« … L’Esprit de vie est en nous                                                                                                   Tout resplendit,                                                                                                                    Refoulant les ténèbres, Dana a fait la Lumière… »   Ginivelezh    La Grande Naissance                   Claude Droux   Barde Iselek        
………………………………………………

Beltaine Armoricaine  01 05 2006  Bran du             Ialon d’Ar Penity                                               A Divona, Odaccos, Ada, Ambigatos, Spered Koad, Françoise et Gilbert…

Sous le pommier et son gui, tourne la ronde humaine….                                                                  La danse qui nous entraîne est une danse pour la vie….                                                                 Dans le jardin du monde, les cœurs sont épanouis                                                                          Car refleurissent les chênes du printemps en son nid….

Il pleut doucement sur la clairière - nul vent ne veut chasser la pluie -                                           Au sein des douze pierres se tiennent les amis…                                                                            C’est un midi d’amour qui dresse ses deux feux,                                                                             Les flammes de nos vœux s’élèvent tour à tour…

Les chevaux sont venus comme la mésange aussi                                                                           Près de nos cœurs unis, prés de nos cœurs émus….
Par le nombre absolu, par le nombre infini,                                                                               Hommes et femmes ont tissé les entrelacs de la vie…

S’élèvent en l’univers les sons gais, harmonieux                                                                          Qui vibrent comme la terre dans l’harmonie des cieux….
Bombarde et dulcimer s’accordent à nos voix                                                                                  Et suivent tous nos pas sur le chemin d’éther…

Le Un clame le Trois et le Chant du Ternaire             
Enfante de sa voix claire ce qui fut, est et sera !…. »

………………………………………………….......................................

La Rose du Ciel                           Beltaine 2006   Bran du         St Gilles les Bois

« Depuis la nuit des temps aucun humain ne peut      
Empêcher le couchant d’éteindre tous ses feux …
S’installe la pénombre quand la clarté s’en fuit
La lune reprend sa ronde aux créneaux de la nuit…

C’est le très antique combat entre le sombre et le clair…                                                           Depuis toujours s’affrontent l’ombre et la lumière…                                                                        Il est pour les humains qu’un unique et même sort ;                                                                        Aux douces lumières du matin succèdent les ténèbres de la mort !…

Nous sommes les enfants d’un soleil qui se meurt                                                                      Mais l’étoile en nous - son espérante lueur -
Nous guidera toujours vers de nouveaux séjours                                                                           Qui sont îles pour l’âme et rivages pour le cœur….

C’est du mitan des nuits que naissent les aurores…                                                                        Les ailes des oiseaux ; les aubes les soulèvent…                                                                             Tourne, tourne la terre et chantent les oiseaux                                                                               S’écoulent les rivières et voguent les bateaux…

Il est grand temps d’aimer, d’ouvrir ses bras au monde
D’entrer en cette ronde par nos bras enlacés…               
C’est l’heure où la pure rosée sur nos rêves se dépose ;                                                             Où s’entrouve la rose au jardin de l’été !… »          

…………………………………………………

Aujourd’hui, je me lie….                 Bran du    Beltaine 2009     

Aujourd’hui, je me lie…
Au ciel et à  la terre, à la Farine de l’air,
A ce feu qui jaillit des foyers de l’Esprit…

Le fil est sur la trame où d’autres fils se lient ;                                                                                Ainsi tissent nos âmes en tissage de vie…

Aujourd’hui, je me lie…
Au ciel et à  la terre, à la Farine de l’air,
A ce feu qui jaillit des foyers de l’Esprit…

Nos cœurs sont tisserands et l’amour est le lian                                                                             L’étoffe de la joie se monte sous nos doigts…

Aujourd’hui, je me lie…
Au ciel et à  la terre, à la Farine de l’air,
A ce feu qui jaillit des foyers de l’Esprit…   

………………………………………………….

L’hiver est reparti, la branche a reverdi…
La feuille est sur la branche et les ramures s’épanchent…

Le Mai est dans le pré somptueusement paré
La sève est dans nos hanches qui fromente la danse…

L’oiseau chante sur son nid, déjà se forment les fruits…
Le mois n’est que croissances qui s’offrent en abondance…     

Sous le soleil qui luit, nous sommes réunis                                                                                      Pour le Mai des naissances, pour le Mai des jouvences…

Ce jour faisons alliance en toute quintessence                                                                                 Car la vie partout jaillit en toute magnificence…

C’est jour de bienveillance ; l’Esprit au cœur se fiance ;                                                                  Tout s’épouse et se marie dans le Cercle de la Vie…    

………………………………………………….

Sentiers de naguère, sentiers de nos Pères…    25 04 2009   Bran du

« La vie est une navigation entre lune et soleil, soleil et lune… puiise une Etoile veiller en notre cœur !…. »   

Sentes de naguère, sentes de nos Pères
Toujours, vous frayez votre chemin vers le cœur de l’humain ;
Toujours vous menez l’Etre vers la Lumière                                                                                   Et l’Amour vers l’Aimé du Ciel et de la Terre….      

Sentes de naguère, sentes serpentaires, vous qui mêlez songes et artères , soyez nos voie princière, la piste par vous tracée dans le vif de nos chairs…

Sentes de naguère, sentes serpentaires,
Qu’en nous soit le sentier, qu’en nous soit la clairière  
Et les cœurs assemblés dans la Farine de l’Air                                                                                 Sous le Tribann sacré qui réchauffe et éclaire…

Sentes de naguère, sentes serpentaires,
Toujous vous conduisez les sœurs et les frères, les marcheurs obstinés, les marcheuses solidaires vers le Celtique foyer du Chaudron de la Mère…

Sentes de naguères, sentes serpentaire,
Sans cesse vous tournez dans la Roue de l’année,
Sans cesse vous guidez les Enfants de la Terre
Vers l’Arbre tutélaire et la Source inspirée…

Sentes de naguère, sentes serpentaires ;
Très vieux sentiers aux spirales infinies                                                                                           Sans cesse vous menez les Enfants de Celtie
A la croisée d’Amour et au Divin sanctuaire…

…………………………………………………

Partageons et amplifions aisni la bonne joie des yeux et du cœur.

Bien Fraternellement     Bran du  26 03 2012



26/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres