Les dits du corbeau noir

Bardi de Beltaine (textes et chants pour le rituel) 04 2013

Bardi de Beltaine :         Eléments de préparation        Bran du      02 04 20134

Tourné vers le soleil levant,
L’Orant se tient,
Paumes s’élevant dans l’azur serein ;
Paumes remontant du sein vers le Sein…
Ainsi l’Offrant se tient
Comme une prière de chair et de sang
En ce jour de Beltan, couronné d’aubépins…

Roses blanches, épines noires ;
Le ciel prend sa fiancée par la main…
Un pas divin ouvre le passage
Que suivent les Sages au Grand Savoir…

Une porte se ferme, une autre s’ouvre…
L’ombre s’amenuise, la clarté se répand…
L’aube a rendez-vous de sèves et d’amants?
La Dame s’en vient au bras des chênes rouvres…

C’est l’Assemblée de la Flamme-Prière ;
Ce sont noces d’or et d’argent
Dans l’âtre blanc de la clairière…
Sur l’Arbre de mai, flottent les rubans ;
Couleur de ferveur, couleur des ardents ;
Couleur d’ajonc et de bruyère…

Bel est l’instant de l’Amour sous les saies…
Quand s’enflamme le printemps sur la couche de l’hiver….

La joie officie sous l’ogive des branches
Qui sont couvertes de feuilles de lumière…
Lors, percent les Trois Rais de douces bienveillances
Célébrant l’union de l’Homme Vert et de la Dame Blanche…

L’Œuf est en son nid, à la fourche des quatre saisons…
Serpents et dragons couvent, en alternance, la vie en ses embryons…

Bière répandue sur la terre, cervoise à profusion….
Tous célèbrent le don, la bonté de la Mère…

Bouquets sont les mots et les poèmes offerts                                                                                  Sur l’autel de mai où tant d’amour se donne…
Lors les voix entonnent un chant en l’univers
Et le chant résonne dans le cœur même des pierres…

C’est Beltaine… Hissant son pavillon clair
Sur l’océan des ombres et le fuyant de l’hiver…

C’est Beltaine… A cœur ouvert, à cœur offert…

C’est la liesse qui sème la semence de promesse, la graine d’espérance parmi les chants d’allégresse…

Réjouissance pour la Déesse… Rires, feux, chants et danses… Et tendres ivresses…

…///…
« Mère des Dieux, visage de Dana, emblème du sacrifice, fait honneur à nos prières…
L’Esprit de Vie est en nous. Tout resplendit….
Refoulant les ténèbres, elle à fait la Lumière. »  (Claude Droux barde Iselec extrait de Ginivelzh « La Grande naissance »)

« Ecoute ! Le monde est vivant ! » Thomas Telynog Evans

« Premier mai ! Jour de grande joie !
Belles couleurs jouant dans le vallon.
Maintenant s’éveille au mince rayon du matin
La chanson sauvage et gaie du merle noir.
Maintenant vient l’oiseau couleur de poussière,
Le coucou à voix forte, l’amant de l’été ;
Les arbres branchus sont lourds de feuillage.
La saison amère et mauvaise est partie…
Les abeilles chargées d’un frêle pouvoir font une grande récolte dans les fleurs ;
Les vaches se promènent, les flancs boueux…
Des fourmis affairées vont et viennent sans relâche.
Par la harpe sauvage du bois, le vent fait vibrer sa musique…
Maintenant il se tient immobile, sur l’océan la voile dort.
Le pouvoir de l’homme s’accroît en mai,
La fierté et la gaité augmentent pour les filles ;
La beauté envahit les hauteurs boisées ;
Belle et claire est la plaine à leur pied…
En-haut l’alouette chante à tue-tête sa joie,
Son lai infatigable est ténu et farouche,
Chantant sans retenue, d’une joie sans égale,
Le charmant mois de mai, aux couleurs délicates. »
                                                  Irlandais IXè siècle

 

.../...

 

  Beltaine 2006     Ar Penity   St Gilles les Bois    Bran du

Depuis la nuit des temps aucun humain ne peut
Empêcher le couchant de garder tous ses feux…
S’installe la pénombre quand la clarté s’enfuit ;
La lune reprend sa ronde aux créneaux de la nuit…

C’est un très antique combat entre le sombre et le clair ;
Depuis toujours s’affrontent une part d’ombre et de lumière…
De même pour les humains à l’ unique et semblable sort ;
Aux douces lumières du matin, succèdent les ténèbres de la mort !…

Nous sommes les enfants d’un soleil qui se meurt
Mais l’Etoile est en nous et sa lueur demeure
Qui nous guide sans cesse vers de nouveaux séjours
Qui sont île pour l’âme et rivages du cœur…

C’est du mitan des nuits que naissent les aurores
Et la source jaillit du profond de nos corps…
Les ailes des oiseaux ; les aubes les soulèvent
Et la sève pousse l’arbre en ses efforts…

Tourne, tourne la terre et chantent les oiseaux,
S’écoulent les rivières comme le sang sous la peau…
Il est grand temps d’aimer, d’ouvrir ses bras au monde
D’entrer dedans la ronde des saisons enlacées…

Voici l’heure où la pure rosée sur tous les rêves se pose
Voici venue le temps des braises ravivées…
Tout face au ciel, s’ouvre, reçoit, s’offre et ose…
Ce ne sont que métamorphoses dans les prémices de l’été…

D’entre les noires épines à jaillit le pourpre de la rose…
Il n’est un seul pétale à demeurer fermé…

…///…

Aujourd’hui, je me lie……   Bran du               Beltaine 2009

Aujourd’hui, je me lie
Au ciel et à la terre
À la Farine de l’air
A ce feu qui jaillit
Du Foyer de l’Esprit….

Le fil est sur la trame où d’autres fils se lient…
Ainsi tissent nos âmes en l’entrelacement des vies…

Aujourd’hui, je me lie
Au ciel et à la terre
À la Farine de l’air
A ce feu qui jaillit
Du Foyer de l’Esprit….

Nos cœurs sont tisserands dont l’amour est le liant…
Lors l’étoffe de la joie se monte sous nos doigts…

Aujourd’hui, je me lie
Au ciel et à la terre
À la Farine de l’air
A ce feu qui jaillit
Du Foyer de l’Esprit….

…///…

L’hiver est reparti, la branche a reverdi…
La sève est dans la branche et la branche à fleuri…

Le mai est dans le pré somptueusement paré…
Le vert partout jaillit et couronne les nids…

C’est le mai des naissances, c’est le mai des jouvences…
Du bourgeon vient le fruit, de la mort vient la vie…

C’est jour de bienveillance et coupe d’abondance…
C’est la magnificence, tout s’épouse, se marie…

Dans le Cercle de Vie…

…///…

Appel du cœur                                        Bran du

Cœur de sagesse, cœur de tendresse, au cœur du cœur qui n’est que liesse
Ouvre-toi comme une rose au matin, ouvre les pétales de tes mains
Et sourit à la déesse qui te prend sur son sein…. Afin que tu renaisses….

Cœur humain, pauvre cœur humain, qui n’est qu’arrogance ou faiblesse
Cœur qui blesse ou qui oppresse, qui ne sait de l’amour le chemin,
Tes désirs se repaissent d’un, orgueil souverain… Vois comme tu t’abaisses !

Cœur de lumière, cœur au Cœur offert, cœur solaire, cœur lunaire au cœur des luminaires…
Coeur qui a soif, cœur qui a faim, cœur tenu en laisse, cœur en déclin et que la vie délaisse…
Coeur battant en vain et dont la souffrance ne cesse… une voix en toi professe !

Cœur en clairière au cœur du sanctuaire, cœur d’univers, au cœur des sphères du mystère…
Qu’en toi les printemps réapparaissent en l’aube qui s’en vient afin que tu connaisses, que tu reconnaisses enfin
Ce coeur qui est le tien, ce cœur qui sourdement te presse                                                           De retrouver ta « Mère », de retrouver les « tiens » !

…///…

Beltaine :  28 04 2011   en crique d’Avallon

Orage et tonnerre grondent au-dessus de la clairière…
Blanches sont les ailes du Corbeau de Lumière..;
L’assemblée, là, dans le nid en couvaison d’amour…
L’assemblée, là, dans le nid en couvaison d’amour…

Oiseaux des terres, oiseaux des mers ; plein de chants alentour
Et force dans la voix comme la force en l’éclair…
L’assemblée, là, dans le nid en couvaison d’amour…
L’assemblée, là, dans le nid en couvaison d’amour…

Aux rivages des cœurs les vagues battent tambour….
Les chevaux hennissent dans la verte prairie de la mer…
Sève en notre sang, eau vive qui nous parcoure…
L’assemblée, là, dans le nid en couvaison d’amour…

Sève blanche et rousse, flux et flots en nos artères
Nous sommes jaillis de terre et prodigues en nos pousses…
Nous sommes rois et reines au royaume du jour
L’Arbre à reverdi en frondaison d’amour…

…///…



02/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi