Les dits du corbeau noir

BARDES AU FEMININ 2020 COMPILATION BRAN DU 24 01 JANVIER

Lampouy 2020 01 005.JPG
 

Chemins de Terre, Chemins de Pierres, chemins de Lumière...

Photographies OLGA

 

 

 

 

 

"BARDES" au Féminin :  avec :

 

Muirgen  (Modra Necht)

 Anne Pernelle     La Forêt Celte

Maryse Duthil     Message de l'Arbre

Paule Verdier      Sept chiffres d'eau

Nicole Laurent-Catrice     Fontaines sacrées

Branwenn      Nuit de la Samain / Reflet / Druides...

Hélène Courchinoux  Ouvre tes yeux !

Bernadette Delchambre  Apprendre...

 

 

 

 

Muirgen (Conte de la Modra Necht) (1992)

 



 

T'en souvient-t-il ?

 



 

Aux temps anciens, embrigadé

 

Da,ns la cohorte des tempêtes

 

Tu insufflais la Vie

 

Au bord glacé des steppes,

 

Quand, Chaman devenu,

 

Aux ruses polymorphes,

 

Tu t'emparas de la Licorne

 

Et la sella pour d'autres cieux....

 



 

Frappant l'éther de ses petits sabots sauvages,

 

Brisant les confins des ténèbres

 

Pour chevaucher les infinis,

 

Loin des sentiers battus et rebattus

 

Elle fit irruption au Pays de Lumière

 

Toi la tenant par le licou...

 



 

Amitabha, O, le Seigneur

 

Qui s'ennuyait si ferme

 

Au centre de son cercle,

 

Au lieu de chasser, les intrus,

 

Leur ouvrant largement la Porte,

 

Sa grande Porte de Soleil,

 

Se prit à rire de bonheur...

 

Et son rire vous fit tant rire

 

La Licorne et Toi

 

Que tout le Pays de Lumière

 

Faillit basculer dans l'Azur...

 



 

Par Modra Necht, sereine et claire

 

L'espace encore retentit

 

De vos trois rires en Étoiles. »

 

 

...///...

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 006.JPG

 

 

 

 

 

 

La Forêt Celte Anne Pernelle



« Le bois porte le ciel et le souffle et le chant.

Nous sommes nés de l'arbre

tout autant que de l'eau.

Dans l'ombre des futaies buissonne la légende.

Bras dessus, dessous, vont les muses et les bardes,

cueillir, pour nous, mortels, les philtres, les secrets.

Le bois nous est sacré depuis les origines :

il a pouvoir de bien. Il abrite les plantes qui savent nous guérir.

Il apaise. Il invite à la sérénité.



C'est le pays-rencontre où l'en-haut et l'en-bas aiment à converser ; c'est la terre d'alliance où l'on soigne ses maux.

Forêt du gui ; forêt du Graal où l'homme affronte les poisons de la nuit.



Forêt de résistance où l'être se replie pour vaincre ses démons et le monde qui viole les lois de l'essentiel, gravées en chaque humain depuis deux fois mille ans et beaucoup plus encore.



Temps païen, temps chrétien : le bois porte le ciel, et le souffle et le chant. »



.................................

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 025.JPG





 

Maryse Duthil « Message reçu » 1987



« Arbre que dis-tu ?



Je suis Arbre

Je suis fleur. Je suis fruit

Mais je suis aussi « Terre »

Mes pieds l''épousent, l'aiment et s'en nourrissent.

Mais je suis aussi « Ciel »

Mes doigts plongent, confiants, épanouis, dans leur infini

Et s'abreuvent de Lumière.

Ils vibrent au son parfait et dansent la Vraie Vie,

Mon enveloppe s'illumine, et je deviens Son, Voie, Lumière.

Je suis à la fois la Terre et le Ciel, la fleur et le fruit, mais je reste

L'Arbre pour vous servir

Et quand je vous sert, je vous aime.

Je suis Amour et l'Amour, c'est TOUT. »

.................................................................



 

 

 

 

Lampouy 2020 01 010.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Paule Verdier Sept Chiffres d'Eau



Impératrice des saisons

Plus haute que toi-même

dans la paume ferme d'une main d'horizon

ta couronne mouvante

sur les cinq doigts du monde

atteste la beauté du ciseleur d'étoiles.



Droit de clarté aux ouvertures d'ombre

du haut des tours de sel

chaque servante bleue jette en pétales blancs

les fleurs tissées

au mouvement perpétuel.

de tes sept chiffres d'eau.



Sur les routes je marche

dans le secret des nuits

mais le péril grandit

et tu ne seras plus avec les ans qui passent

qu'une déesse morte

sur son trône aboli.



Impératrice des saisons,

pour mes frères humains qui te livrent combat

j'implore ta clémence

toi qui a ce jour me donne

la splendeur d'un rêve mythique

où la musique met à genoux le ciel.



….////....

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 024.JPG



 

 

 

Nicole Laurent-Catrice



Fontaines sacrées



Les vandales sont passés

Incendiant les forêts

Comblant les sources

Des pierres de leur mépris.



Pour que les cœurs glacés

Fondent et reconnaissent

Le visage de leur amour

Aux pieds blessés par les cailloux.



Pour que les yeux redeviennent

L'eau transparente

Jaillit du creux de tes souches

Chauffe la terre entre tes cuisses

Grande Déesse de la Terre

Et que soient fécondent les génisses

Et que déchaîne les orages

Une larme tombée sur la margelle. »



…///...///...

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 050.JPG

 

 

 

 

 

Branwenn     Nuit de Samain

 



 

C'est la nuit de samain

 

Je suis là près de l'âtre

 

Et je veille en silence

 

Et j'attends ton message

 

Kerbois s'est endormi

 

La braise qui rougeoie

 

Crisse de chant secrets

 

venus de tes rivages

 



 

Toi qui traverses les siècles et les forêts

 

Pour venir m'apporter

 

Signe de notre amour

 

Toi le quêteur solitaire

 

Beau chevalier

 

D'une terre sacré

 

Où tout est Amour

 



 

C'est la nuit de Samain

 

Et dans la cheminée

 

Je promène mes doigts

 

Sur le fil de la faux

 

Une pierre de suie

 

Serrée dans l'autre main

 

Je te sais près de moi

 

Je rêve, les yeux clos

 



 

A toi qui portes ma tendresse et ma clarté

 

En secrètes clairières

 

Où l'eau va vers la source

 

Toi le seigneur des pierres de l'île aux pommiers

 

Au baiser si léger

 

Que nuage en sa course

 



 

Dans la nuit de Samain je me suis endormie

 

Et ta présence s'est enlacée à mes rêves

 

Je t'ai rejoint alors en ta terre hors du temps

 

J'ai hissé près de toi voile blanche à ma nef

 



 

Et nos âmes se sont épousées dans les vents

 

Comme au temps des saisons où nos mains se liaient

 

Toi le harpeur aux jeux d'écume d'océan

 

Et moi la blanche fille

 

De l'île des pommiers

 



 

Peut-être quelque part

 

Erres-tu en ce monde

 

En quête d'infini

 

Où reposer ton cœur

 

Un jour tu entendras

 

Ma harpe t'appeler

 

Et tu viendras à moi

 

O que sonne cette heure !

 



 

Toi qui traversas les siècles et les forêts

 

Je ne te cherche pas

 

Je sais que tu es là

 

Nous saurons nous reconnaître beau chevalier

 

Brûlants chemins d'amour

 

Renaîtront sous nos pas.

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 030.JPG

 



 

 

///...///...

 



Branwenn   Eau, d'Abîme en Lumière.... extrait



Reflet :



Eclose d'un arpège au seuil de Brocéliande,

Sous le doigt de Merlin s'éclaira mon étoile.

Cœur en Balance, et l'onde ascendante en Cancer

La Vierge en mon soleil vrilla racine en terre...

La quête en solitude entre abîme et lumière

Aux courbes d'infini l'arcane me dévoile :

Voyance d'oiseau-dieu dont le nom m'est offrande...



///...



Quête :

« La clairière sacrée repose en nos âmes...

Presque conscients de l'inconnu qui s'éveille en nos errances, nous portons les clefs des mondes disparus... ou à naître ! »

 

 



DRUIDES (Chanson)



Robes blanches, pas lents, allant en la clairière

Robes bleues, robes vertes, écho à vos voix,

Ronde silencieuse en couronne de pierres,

Trois rayons d'or au front éclairant une croix.



Et moi, je vous suivais, et moi, je vous suivais...



Vous marchiez sur la sente immortelle des âges

Où point n'avaient murs clos église de Belen,

Aux autels de nature hantés de vents sauvages

Croassaient les corbeaux sous la voûte des chênes.



Et moi, je les aimais, et moi, je les aimais...



Levant vos mains d'amour aux éclats de lumière,

Des forces de la terre nourris en halo,

Vous confondiez vos corps aux vibrations des pierres,

Et vers les blancs rayons s'évaporaient vos mots.



Avec vous, je priais, avec vous, je priais...



Je portais en ces temps robe bleue de harpeuse,

Mais la nuit est passée, m'éclipsant la lumière ;

Renaissant aujourd'hui d'une vallée ombreuse,

Je marche sur vos pas, comme le fis hier,



De toute éternité,

Pour toute éternité....

 

...///...

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 037.JPG

 

 

 

 

 

Hélène Courchinoux Ouvre tes Yeux !

 



 

Vois le Ciel et vois la Terre

 

Vois la lune et vois le soleil

 

Ouvre tes yeux !

 



 

Vous êtes des étincelles de Lumière

 

Aimant des Corps Humains

 

Aussi tu peux voir

 

La Terre et le Ciel

 

Et L'Univers entier

 

Dans le miroir de tes yeux.

 


Sois en paix !

 

Tu n'as rien à faire

 

Que d'ouvrir tes yeux

 

Ici et maintenant,

 

Chantant la parfaite harmonie de la Vie.

 



 

Sois heureuse !

 

Ta Mère la Terre et ton Père, le Ciel

 

A l'instant fusionnent en vos cœurs.

 


Sois heureuse !

 

Vous n'êtes rien d'autre

 

Que des manifestations de l'Amour infini

 

Ici et maintenant

 

S'il te plaît

 

Ouvre tes yeux !

 



 

///...

 

 

 

 

 

 

Lampouy 2020 01 035.JPG

 

 

 

 

 

Bernadette Delchambre Apprendre :

 

 



 

Apprendre

 

La terre mouillée à l'aube

 

Les pas du scarabée sur le chemin désert

 

Les voix de la montagne

 

  • Plaintes recommencées, gîtes profond du mystère -

 

Et les couleurs bleues de la pierre

 

Tout cela à l'insu du monde

 



 

Voilà les riches heures

 

Mêlant l'or des arbres et le diamant brillant de l'étang

 

L'automne a ciselé un instant d'orfèvre

 

Gravé son signe dans l'humus, dans les herbes hautes

 

Recouvert la terre du velours chaud du silence

 

Voilà qu'un filtre de lumière

 

Nous offre tout l'or du ciel

 

A nous

 

Les chercheurs d'heures précieuses...

 

 



...///...///...

 

 

 

 Lampouy 2020 01 050.JPG

 

 

 





25/01/2020
0 Poster un commentaire