Les dits du corbeau noir

AVRIL AU BOIS (Bien flûte alors !) Bran du 2012

Avril au bois :  Bran du               Forêt de Chantilly / Coye (Oise)   14 04 2012

Des tapis de jacinthes des bois parsèment les sols sableux chargés d’humus… Le vert tendre, acide, pâle et plus ou moins foncé recouvre, la sylve, retrouve son royaume et fait sonner l’olifant par des millions de rameaux abreuvés de sèves nouvelles…

Ici est là des violettes persistent à demeurer en place… Avec les dernières pervenches, elles cèdent peu à peu du terrain aux anémones «Sylvie », au lierre  terrestre, au muguet déjà bien formé à la mi avril…

La chélidoine s’installe en bordure des haies et des talus avec l’alliaire et la bétoine officinale… Un petit massif d’ail aux ours goutte à l’humidité d’un dénivelé se terminant en forme de bassin de rétention des pluies…

Le lamier jaune prend de la hauteur parmi son île de feuilles artistiquement décorées d’un liseré très esthétique...

Ce n’est pas la chaleur et le fond de l’air reste très frais…Les mésanges, les pinsons , les tourterelles turques se gavent de bourgeons… Pour ma part, je ferais une petite collation avec les bourgeons du tilleul mais sans abuser  (Je risque de déclencher une tempête gastrique !)…

La forêt se pare de nouveau de ses revêtements printaniers…  

Les femelles couvent à la fourche des branches alors que bien des mâles excités par quelques rais solaires rivalisent de roucoulements assez semblables et peu mélodieux d'ailleurs…

Un renard de deux ans croise ma route et s’enfuit avec une gale déjà bien envahissante…

Les écureuils s’activent comme de coutume en demeurant sans cesse sur le qui vive…

Les mésanges ponctuent le déroulé des heures…

Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si ce n’était les restes affligeants des « derniers massacres à la tronçonneuse » !…

On a sorti les billes (le rentable) et,  pour ce faire, on a tout écrasé autour sans aucune considération pour ce qui « emmerde les forestiers » selon une expression professionnelle entendue il y a peu…

Le sentier botanique qui avait demandé plus de 25 ans de soins et d’efforts se trouve, pour la partie basse et donc le début de la promenade pédagogique, transformé en champ de bataille avec des ornières de 50 à  60 cm par endroits… Impraticable que le sentier de découverte…         La découverte : c’est le ravage fait par des engins de chantier peu soucieux des initiatives de sensibilisation à l’environnement !…

Ce n’est plus une promenade sylvestre, c’est un parcours de combattants avec obstacles permanents et majeurs et contournements obligés et risques de blessures à la clef…

J’ai croisé un groupe de jeunes enfants qui faisaient du vélo tout terrain avec leur maître. Ils ont rebroussé chemin devant la difficulté et les dangers encourus…

Alors oui, effectivement, la gestion forestière implique le développement du secteur économique à partir de programmes élaborés en hauts lieux et sur des bases statistiques qui seraient erronées qui plus est…  On coupe plus ou moins à blanc selon les secteurs et avec une grande frénésie selon les régions comme j’ai pu le constater entre Paris et la Bretagne….

La Gaule chevelue à les cheveux trop longs alors on « coupe » !….

Mais le salon de coiffure est dans un piteux état une fois les réductions opérées !

Les principes de rentabilité priment et la gestion relative aux autres missions sont en souffrance… Les vitrines écologiques sont mis en avant, mais si vous visitez l’arrière boutique ne soyez pas surpris du chambardement pour ne pas dire du bordel ambiant en certains endroits !

Il ne semble pas que le nettoyage (s’il est envisagé ?) soit pour maintenant…

De ce fait il n’est pas prudent d’herboriser dans les massifs forestiers visités par les opérateurs de prélèvements dûment mandatés et assignés à production….

Oui la journée s’annonçait bien, trop bien peut être ?

La Nature menait son programme avec une certaine sérénité…

La prédation humaine menait le sien avec tous les soucis inhérents aux retombées économiques attendues….

On parle dans certaines sphères de décisions de cohabitation harmonieuse, d’harmonie et d’équilibre, de compatibilité de missions et de fonctions, d’impacts mesurés et nécessaires, de régulation, de gestion prévisionnelle…. (D'amour de la Nature peut être ???)...



Aux vues de ce que j'ai vu...

 

Il n’ a plus que le chêne pour ne pas nous prendre pour des glands !



15/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 549 autres membres