Les dits du corbeau noir

AVANT /APRES partie 3 Source et estuaire...

Avant… Après… Partie 3   réflexions  Bran du  05 12 2012

« Tout symbole à une chair, tout songe une réalité. » O Milosz (L’Amoureuse Initiation)

« Tout être est sa propre balance. »  Victor Hugo (Ce que dit la Bouche d’Ombre)

« Et les mille mains de tes sens tends-les, fais-toi centre. » André Spire

« La douce rosée ouvre le sein de la terre, la dispose à mieux recevoir l’esprit de l’air, qui la rend en quelque sorte de mille productions, ou qui du moins excite les germes assoupis dans les semences qu’elle cache. »  Duncan
…………………………


Préalable :

 

Il ne peut être que fortement prétentieux de vouloir « cerner » de telles interrogations majeures portant sur l’Origine et l’Au-Delà de l’existence ; la réflexion menée l’est à la hauteur humble et modeste où nous l’abordons avec les moyens, supports, outils, informations, expériences, compétences, visions, intuitions, dont nous disposons… Des investigations qui ne seraient en aucun cas être exhaustives…
Chacun et chacune mène son « exploration » selon ses propres concepts ; celle proposée ici ne vaut que pour l’individu qui la mène au sein de ses propres limites et incertitudes…

Rassembler des matériaux si possible « fiables » et faire son « travail de forge »

Brasser l’océan des questions existentielles majeures implique une navigation et une traversée car il me paraît difficile de les aborder, en connaissance et expérience, en les visualisant du rivage…

Savoir, obtenir et cumuler données et informations, n’est pas connaître c’est-à-dire naître en conscience et réalité au sein même des territoires et « îles » corporellement et mentalement explorées…

Dire que je « ne sais pas » serait une lapalissade car qui peut prétendre détenir la Vérité des « vérités » ? Certaines « propositions » ou « réponses » dans l’éventail du possible s’offrent à mon entendement profond et à ma libre critique et analyse…. Je suis ou non « en résonnance » ajustée avec ce qu’elles proposent de compréhension et d’acceptation…

Tous les propos ici tenus sont la résultante d’une recherche incessante sujette à révision selon ma propre pérégrination entre les berges et les rives du fleuve des questions…

Naviguer sur ce fleuve souvent capricieux implique de connaître autant son estuaire que sa source…

Il appartient à chacun et à chacune de tracer sa propre carte de navigation avec le secours d’une étoile qui lui est propre…

Ce qui suit ne reflète que mon « Imrama » personnel (récit celtique de navigations fabuleuses à forte nature initiatique)…

A la taverne du port existentiel quelques marins prennent agrément à faire lecture de leur carte et à entendre d‘autres marins faire de même… Je ne suis que l’un d’entre eux…
………………………


A une loi évolutive ne peut que répondre une foi évolutive…

Je dois, par honnêteté intellectuelle, être en mesure de pouvoir donner quelques ébauches et esquisses sur mon « Etre au monde » et dire clairement et simplement, en quoi et pourquoi celui-ci trouve sens et essence plus spécifiquement aus sein d’une Tradition que l’on dit Celtique…

Toute conception spirituelle relève d’une « croyance », laquelle ne peut reposer sur des éléments qui se seraient que « rationnels», tangibles, palpables et avérés quasiment scientifiques donc…
On ne peut saisir l’esprit sous un microscope ou sur une table de vivisection !… (Bien qu’il y soit présent jusqu’au moment où il s’évacue de lui-même !)

Je ne peux « connaître » ( naître au sein même de la « conception » ) qu’en acceptant les « parts d’inconnu » qu’une voie spirituelle de « réalisation » contient… (L’inconnu est seul apte à me « remettre au monde » disait Angèle Vannier, druidesse de son état)…

D’où mon insistance à dire que je me forge et me fonde à travers quelques « celtitudes » laissant de la place aux incertitudes qui sont autant de garde-fous par rapport à des tendances intégristes toujours possibles…

La voie « druidisante » que j’appelle de préférence la « druidité » (un état d’être et de se relier…) nourrit et abreuve, en me fortifiant et vivifiant,  mon expérience propre et ma navigation existentielle, volontaire, difficile, stimulante et sagement ou follement obstinée…

L’origine que je lui donne, le cheminement et la destination qu’elle me propose me conviennent parmi bien d’autres choix… Je  m’accorde à cette « druidité » ; l’instrument de mon être s’accorde à résonner et raisonner en elle et avec elle… Cette Tradition est pour moi une Femme des plus « fidèles », une fabuleuse « initiatrice » offrant délices et voluptés, un amour, une tendresse matricielle infinie et une source d’inspiration des plus vitalisantes et motivantes… J’aime me glisser en ses libres écoulements qui vont de source en embouchure et qui m’offre de surcroît des « remontées de l’estuaire de la vie »…

En cet entendement qui est conscience et connaissance je me sens « accompagné »… La Tradition m’est, en effet, en fait et en fêtes, compagne sur la « Sente de Lumière »…(La terrestre route du Monde de blancheur et de clarté)…

« La goutte d’eau qui tombe dans l’océan ne doit plus dire je suis une goutte d’eau, mais, je suis l’océan ! »  RUMI

La question fait réponse !  D’où l’art de poser judicieusement question et de construire son questionnement…

Pose ta question à la montagne, l’écho fidèle sera la réponse !

Les questions essentielles ne sont-elles pas reliées à « l’Essence du Ciel » ?…

La question de l’origine à sa réponse dans la question portant sur la « destination » !… (et inversement !)… Comment et pourquoi s’articulent et se répondent de source en embouchure…

Le Dialogue des Deux Sages et bien d’autres textes issus de la Tradition orale des Druides sont eux aussi des cartes de navigation transposables pour nous permettre d’écrite la nôtre, de carte…

L’enseignement druidique est oral par excellence et repose fondamentalement sur un jeu permanent de questions / réponses qui fait, alternativement, progresser autant et conjointement, en sagesse et entendement, autant le « disciple » que le « vieux sanglier » !…

Toute question se termine conventionnellement par un point d’interrogation qui est lui-même une invitation à faire le Point… (Une ponctuation qui a vocation à produire des avancées !)…

Je suis, en cette Tradition, à travers elle, par sa pénétration féconde en moi, (une pénétration qui me donne vie, me restitue sans cesse à la vie), mon propre chemin, ma propre sente, ma propre route maritime…Je vais « seul », mais souvent accompagné, d’un Point à un autre, d’un inconnu à un autre en l’attente du Un enfin connu, comme nu en une Essence comme        Une !…

Trois bases d’enseignements majeurs : les textes, écrits, études, travaux, découvertes archéologiques dont nous disposons / le « Livre de la Nature et de l’Univers » / l’Inspiration, la Protection et la Guidance via le Souffle de l’Awen…

La première représente beaucoup d’efforts, d’investigations, mais se mesure à l’aune des interprétations faites selon une fiabilité plus ou moins attestée, argumentée et fondée…
La seconde est l’origine de tout livre, c’est l’enseignement premier, primordial, élémentaire toujours disponible et offert…  C’est la racine de toute connaissance profonde et véritable… De ce  creuset sont nés les mots pour dire et partager, les pensées pour appréhender et comprendre…
La troisième engloble les deux premières en tant qu’Essence du Ciel dont la Con/Essence concentre tout le corpus de compréhension, toute question et toute réponse…

Rappelons qu’il y a en ces enseignements une volonté affirmée et tenace de ne pas dogmatiser le champ conceptuel qui demeure en libre exploration…

C’est un enseignement de type « fractal » qui fait et qui veut que le raisonnement développé, l’exploration conduite, aient rendez-vous périodiquement et ponctuellement dans l’espace et le temps des interpellations avec la « Formule Mère » qui ne demeure jamais éloignée de toute exploration pour autant que le marcheur ou navigateur ne s’eloigne pas considérablement en ses développements de leur origine racinielle, matricielle et « centrale »…

Cependant, si le Centre veille sur sa périphérie et tout ce que contient le Cercle de ses manifestations et régences, on demeure totalement libre de « tourner en rond » et de ne faire aucun Point !…

Nos conceptions humaines buteront inévitablement sur les limites inhérentes à notre « condition humaine »… La croyance déborde cette « condition » en pénétrant volontairement et lucidement le champ optionnel du divin et du sacré…

Notre Tradition dispose d’une carte qui par « transparence » peut efficacement se superposer à la nôtre sans effacer nos propres tracés… Il s’agit de la CROIX dite DRUIDIQUE et de sa fabuleuse construction répondant en équilibre et harmonie à bien des investigations et interpellations…

Elle se compose de divers Cercles en juste rapport et mesure entre eux… Pour les Trois principaux retenons : le Cercle de KEUGANT qui contient tout et au-delà duquel rien ne saurait être que le « Père des Êtres » nommés ainsi et par défaut de langage approprié mais nécessaire à nos entendements… Rien, absolument rien du « contenu » du Cercle ne saurait déborder le Contenant… Un Cercle central appelé GWENVED (le Monde Blanc sans aucune connotation raciale) qui est l’aboutissement clair , rayonnant et lumineux de tout marcheur obstiné et confiant engagé sur la Sente de Lumière) et un Cercle intermédiaire entre les deux précédents appelés ABRED qui est-ce chemin nécessaire, confronté à des épreuves, afin d’atteindre la plénitude du Gwenved… C’eslà en ABRED que résident notre navigation et notre cheminement…

Il existe d’autres Cercles encore, mais pour une première approche cette trinité circulaire qui est aussi une « triade » suffit déjà amplement…

L’impétrant, l’initié, le frère ou la soeur qui ont fait choix d’emprunter le Chemin circulaire et cyclique d’ABRED savent que celui-ci tourne autour d’un Centre, d’un Pivot, d’un Moyeu, d’un Pilier ( autres symboliques universelles). Ils sont appelés, par progression et avancées évolutives sur les plans et niveaux de conscience et de compréhension, à rejoindre de cœur, d’âme et d’esprit le dit Centre mouvant et émouvant…

Marcher en ABRED implique de concevoir et d’accepter la « finalité provisoire » (il faudrait préciser ces termes en fonction de chacun) en GWENVED en des formes propres à l’Anima, au Principe et à l’Essence qui président à toute chose et à tout être…

Pour l’essentiel :


L’Origine et dans le KEUGANT innomé et innomable mais humainement et imparfaitement nommé ainsi et ici… (Le Principe fécondateur et géniteur du Cercle en sa totalité de Cercles…)

La Destination en GWENVED (le Sid ; l’Autre Monde des Celtes, y aurait sa résidence et son merveilleux et infini séjour)…

Le Passage existentiel de tout être d’un état à un autre, d’une origine à une destination, se fait en ABRED…
Ceci pour ceux et celles qui se reconnaissent marcher en « l’état de druidité »…

Cette spéculation qui a pour origine des textes gallois contreversés et fortement christianisés de surcroît constitue quoi qu’il en soit et à mon sens un formidable et génial outil de compréhension et de cheminement sensible et intelligent…

Keugant est un Tout, englobe le Tout, régente et anime le Tout et ce Tout est contenu dans les parties et fragments qui le composent, le décomposent et le recomposent sans cesse…

Nous sommes en tant qu’êtres vivants, fragment et parties de ce Tout et dans l’absolu ce Tout se manifestant en ses parties pour autant que celles-ci conçoivent d’être reliées librement et amoureusement à Lui… ET ce, en vue de devenir un habitant enjoué du Gwenved (la Source des Forces, Energie et Lumière (condensée sous une autre appelation en terme d’AMOUR)
C’est aussi la Fontaine du DON, du SACRIFICE et de l’OFFRANDE…

Une question parmi d’autres serait de se demander en quoi et pourquoi le TOUT a-t-il eu besoin et entretient-t-il ce besoin de se manifester en fragments et parties ?

L’immensité de la chose ne peut s’approcher que par un esnemble de réponses collectives mit fraternellement en Synthèse avec toute la modestie et l’humilité qui conviennent !

(le monde indo-européen a proposé diverses approches notamment dans les Textes sacrés hindouistes abordés dans les pages antérieures de cet article…La Notion de Désir est selon mes interpellations à retenir… Sans désir il ne peut y avoir d’actes ou de manifestations volontaires car le désir implique la volonté…


En KEUGANT réside le DESIR amenant la VOLONTE… Il y a donc INTENTION en ce Désir et Volonté de concrétiser cette Intention… Reste, passé cette approche à essayer de comprendre d’où vient ce Désir et d’où provient l’Intention… C’est un grand pas à franchir !!!! À plusieurs si possible…


En complément à cette piste proposée j’ajouterai celle-ci :  Si, en KEUGANT, réside l’ETRE de tous les ETRES alors l’ORIGINE du Désir et de l’Intention sont dans l’ETRE en sa totalité et dans tous ses fragments… Ce qui est en Cela est-il Cela ? Serions-nous des Etres fragmentés de       l’ETRE ? Et donc l’ETRE en quelque sorte ?

La CONSCIENCE D’ETRE POUR l’ETRE ne nécessite-t-elle pas et ne justifie-t-elle pas les parties et fragments de Celui-ci qui en s’extériorisant EST ? L’ETRE impliquerait-il un partenariat relationnel, un échange entre le dedans et le dehors… Si L’ETRE aspire au BONHEUR, s’il veut s’éjouir en lui-même il a besoin d’une Création ! Il ne peut ne pas savoir que le Bonheur n’a d’existence réelle que dans l’échange et le partage ! D’où un partenariat existentiel et relationnel…

 

La Création n’est-elle pas alors l’Athanor à partir duquel l’ETRE EST en plénitude d‘Etre ?  Le Un n’atteindrait lors cet état de plénitude qu’à travers ses Multiples ?
L’Unité n’aurait de sens en son Essence que dans la mesure où elle n’existe réellement qu’à travers et grâce à sa Multiplicité… Son Âme singulière étant constituée ou se reconnaissant en des Âmes plurielles !


Voilà de sacrés glands à manduquer !!!

Quelque soit la question et la mise en forme ou le renversement de celle-ci ne sommes-nous pas la REPONSE ?…

Notre seul fait d’être nous rattachant ipso facto à l’Etre de tous les Etres !…

L’extinction totale et volontaire de toute vie impliquerait alors la disparition des raisons d’êtres de l’Etre ; une supposition difficilement envisageable non ?

Cela peut aussi signifier que l’ETRE évolue en son TOUT en bénéficiant de l’évolution de ses PARTIES !

Nous n’épuiserons point l’approche mais l’individu qui s’y attelle !!!

Bonne méditation !



05/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi