Les dits du corbeau noir

Autour du Chaudon exploration du thème 13 11 2012

Autour du CHAUDRON   Etude Bran du  2007/2012

Avant propos :
 
La mythologie celtique nous fait part de l’existence de chaudrons merveilleux, attributs des dieux et des déesses, dans lesquels macèrent le breuvage de vie, l’élixir de santé, de connaissance et d’abondance (Le mieux être / La conscience éclairée / Les bienfaits du don et de la générosité…)

L’Un de ces chaudrons est veillé par neuf « gardiens », (bardes er incantateurs de chants), chacun étant porteur d’une lance dont la pointe rentre dans chacun des neuf anneaux qui bordent la circonférence du chaudron (là ou s’ancre chacune des neuf chaînes par lesquelles il est suspendu.)…
Ce sont les veilleurs du monde neuf, les vigiles d’un monde en gestation cyclique permanente…
Ce neuf est le chiffre de la plénitude, de l’accomplissement, l’exaltation zénithale du TROIS soit le soleil dans l’apothéose de son apogée… Le chiffre de l’infini (le huit) reçoit les semences cosmiques du Un dans l’immense et absolu ovule des potentialités…

A la lecture des textes on se rend compte que le compteur des événements relatés affiche souvent le nombre 9...

 

Ce nombre est celui du temps et de l’espace accordé pour atteindre son but, pour l’aboutissement de l’action entreprise mais aussi la limite extrême pour la réalisation souhaitée…


C’est le nombre qui affiche sa parure au sein de la plus parfaite et conséquente des unions…


C’est le nombre de l’entourage propice et efficient pour être bien conseillé et accompagné dans les épreuves… C’est l’ensemble parfait...

 

C’est le temps accordé pour les grandes et majeures décisions, le temps accordé aussi pour réparer une action négative…

 

C’est la durée et le terme des transmutations fondamentales, des transformations essentielles…

 

C’est la bonne et juste mesure, la quantité adaptée et opérative, le chiffre bénéfique…

 

C’est le chiffre de la quête, le temps donné pour l’exploit…

Le neuf déploie son action propice et positive à partir du cercle de sa matrice. Il met l’émanation, l’expansion, le développement, en mouvement dans le sens solaire des manifestations… Il est la pierre jetée au mitan du lac des possibilités dont les cercles concentriques s’en vont brasser les berges d’entendement…

9, 27, 81 sont les nombres sacrés par excellence, leur souche est enracinée dans l’Essence Première dispensatrice de la sève qui les consacre servants fidèles de l’Anima et du Principe…

Il sont donc les dépositaires et distributeurs de la dynamique et du mouvement, de la transcendance et de l’évolution, de l’harmonie et de l’équilibre… Le « triplement » est un renforcement de l’Energie/Force/Lumière en leurs combinatoires exaltés… La triple facette de ce qui Est, Fut et Sera… C’est eux qui ont été choisis subtilement et avec grande efficience pour constituer l’architecture de ce pentacle, de ce talisman, appelé la Croix Druidique…  C’est un résumé, un condensé de la pensée celtique, son squelette, son ossature, sa trame… Trois fragments d’un Tout qui se manifeste en ses trois parties à la fois singulières et semblables… Chaque fragment est ambassadeur de ce Tout qui se donne en ses fragments…

LA BASE TROIS pour un MONDE NEUF… (La paix naîtra de cette pénétration intime et féconde)

C’est en cela et par cela que je conçois que le Monde Celte est construit en BASE 3 (son assise, son fondement, sa construction même, son sens de l’élévation et de l’évolution.)… C’est l’outil de notre compagnonnage, un outil identique dans sa finalité et son œuvre mais qui s’adapte et se fait à notre spécifique main… C’est l’outil du vrai, du beau et du juste qui dote l’artisan que nous sommes d’une Tradition qui enseigne les vertus de l’Amour, de la Connaissance et de la Création… Il a vocation de nous aider à bâtir intérieurement la Demeure philosophale et spirituelle de l’ETRE ; un habitat intime et profond  dont l’âtre est le foyer du Un dispensant les flammes multiples d’une réalisation chaleureuse et éclairée…

ARTHUR sommeille en compagnie de ce NEUF et attend la transmutation qui le fera s’éveiller de nouveau dans le cœur et dans l’Esprit de celui qui aura su le retrouver dans la corbeille des choix et des potentialités offertes à son audace, à son courage, à son désir véritable, à sa volonté de « recouvrement » d’une réelle souveraineté de son être… Arthur se « réveillant », lors se réveille le Royaume et Merlin s’en vient aux bras de Viviane à la Cour princière, là où trône l’Eternel Chaudron en compagnie de la Pierre de Souveraineté, de l’Epée de Nuada et de la Lance de Lug…

Et l’hiver tremble, se fait peur lui-même, devant le futur cortège d’un printemps revivifié !…

Neuf réponses pour faire bouillir les neuf questions jusqu’à évaporation de celles-ci dans le chaudron de la résolution !…

D’où viens-tu - Quel est ton nom - Quel a été ton voyage - Quel art pratiques-tu - Qu’est-ce qui est difficile, qu’est-ce qui ne l’est pas - Où mènes-tu tes pas - Quel sens donne-tu à ton chemin - Qu’est-ce que le Chaudron pour toi ?

Un druide, un cheminant, une servante font leur preuve par ce NEUF… Ils s’accordent sans cesse afin de sonner juste en procédant au réglage de toutes leurs cordes vibratoires…

Par le NEUF,  ils ont capacité ardente, fervente et pouvoir aimant de faire refleurir les terres gastes…
Par ce NEUF ce qui est usé sera renouvelé…

Sans effort, courage, volonté, conscience, équité, effort, discernement, clarté et patience on ne saurait vaincre les terribles adversaires qui s’en veulent enfouir définitivement notre braise d’amour sous d’épaisses cendres… NEUF sont les bons serviteurs au doux et tendre foyer de notre âme…

Toute quête véritable, authentique, libre, volontaire, responsable, lucide, éclairée, sincère, exigeante mène par les NEUF étapes, les NEUF jalons, les NEUF îles, les NEUF encoches, les NEUF épreuves vers le Sein des seins, le Cœur du cœur, la Source des sources, la Souche des souches, le Centre des centres, le Moyeu de tout moyeu…

Le Chaudron est une sphère en partie visible, en partie invisible, qui englobe les TROIS MONDES, les TROIS procédés opératoires fondamentaux aboutissant par Maîtrise, Equilibre et Harmonie au Chef d’œuvre couronnant l’ouvrage de l’homme et de la femme en leurs noces alchimiques…

Ce Chaudron ne peut tolérer en son sein, en sa demeure, en son foyer, la moindre parcelle de cruauté, de mensonge et d’orgueil… Pas plus qu’il ne peut bouillir la nourriture d’un lâche ou d’un parjure, il éclate de colère et de fureur par souci d’authenticité, de vérité, de sincérité…
Les attitudes et comportements qui ne sont pas en adéquation,  qui ne sont pas ajustés en actes et pensées, avec la Matrice de l’Oeuvre font que Celle-ci se rend inopérable….

Le Fabuleux Chaudron de Gundestrup est l’enseignement majeur, le résumé et le condensé de ce qu’il faut savoir, connaître, expérimenter et mettre en pratique pour tout postulant ou postulante à la « navigation celtique »… Il repose sur ses propres équilibres et ses divines proportions… Il est le centre et la périphérie de toute question et de toute réponse… Le réservoir fécond des énergies principielles…  Il est la TRIADE des triades…  Chaque plaque sculptée exprime l’action équilibrée qui donne à l’ensemble sa parfaite cohésion.. Chaque plaque en sa note singulière est accordée aux autres afin d’exprimer une tonalité qui témoigne de son « unisson »…
Tout affrontement, tout antagonisme y est régulé, ramener à de justes et complémentaires proportions… Les deux plateaux de la balance sont mis à niveaux et chaque chose pèse son poids réel dans le poids du monde…

Tout provient du Chaudron et y retourne…

Le forgeron divin en a forgé le rond, (l’Amour dans toute sa rondeur !)…

L’eau et le feu, l’argile et le souffle le composent en ses infinies partitions, il flotte ainsi parmi la Farine de l’air… Le Chaudron nous invite à faire de notre vie une forge où l’amour brasille dans le cuveau des possibles…

Avec les brins de jonc de notre aimante ardeur et ferveur, faisons chanter le divin chaudron…

Chaud et rond est le Chaudron qui nous enceint relié par doux cordon au ventre même de la Mère…
(Gwion renaîtra en cette Matrice pour devenir enfin Taliésin, le barde au front brillant, rayonnant de vive et claire intelligence…)

Puissions nous con-naître sur notre pulpe humaine la visite des trois gouttes, des trois rosées,  de « l’illumination »…

Puisse la neuvième vague nous recouvrir, puissions-nous dépasser le neuvième flot !…Puisse notre frêle barque rejoindre l’Ile d’Eternelle Jeunesse…

Afin que « Rien ne se perde, rien ne se meurt mais que tout se transforme » pour paraphraser un certain Lavoisier paraphrasant lui-même, et sans le savoir, une très antique sagesse : la nôtre !

Oyez ! Oyez ! Samain est au bout du quai de la neuve année… Le Chaudron embarque ses Compagnons…



13/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres