Les dits du corbeau noir

ART/NATURE / ART VEGETAL / LAND ART Bran du

Essai : Bran du   Aout 2005   De l’Art Végétal…

Avant que de « créer », il faut apprendre et connaître, découvrir et aimer… C’est après une longue et forte imprégnation dans le milieu océanique et forestier, pendant l’enfance et l’adolescence, qu’est né, chez moi, le besoin d’exprimer et de partager cette relation intime, profonde et jubilatoire, prenant sa source dans l’humus breton et les grèves armoricaines.

Dans un premier temps l’écriture retranscrira les flux et les émanations reçus en échos et résonnances puis ce sera la photographie qui s’efforcera de restituer la perception du regard et des sens. A ces pratiques s’ajouteront des compositions éphémères à partir d’éléments végétaux (baies, bois, bois flotté, racines, lianes, résines, écorces, lichens, fougères, roseaux, fleurs, feuilles, polypores…) parfois associés aussi à de l’argile, des coquillages ou à des plumes…

Au plaisir de glaner des matériaux épars, généreusement et gratuitement offerts, s’ajoute celui de leur assemblage inspiré. C’est un peu comme si tous ces éléments, récoltés selon les lois du hasard ou de l’opportunité, se trouvaient convoqués par une pensée créatrice à une œuvre qui respecte leur identité tout en conjuguant celle-ci à d’autres formes, textures et couleurs pour constituer une « communauté artistique »…

C’est bien d’ART dont il s’agit. L’ART anime naturellement la nATuRe. Il en est l’un des architectes, des « chorégraphes », des « metteurs en scène »… L’Art cette articulation entre le visible et l’invisible, ce passeur de « sens » et d’émotion est le véritable Anima de l’Art végétal. Il démultiplie le champ des vibrations qui émane de toute forme.il donne à voir, à percevoir, des « forces-énergies et lumières » singulières et plurielles, époustouflantes et interpellatives, enchanteresses pour tout dire qui se meuvent et nous émeuvent… C’est à cela que tend cette « Expression » en ses manifestations.

De l’attention, de l’observation, de la contemplation portée aux œuvres de la nature, naît peu à peu, parfois par un « effet miroir », une invitation à participer, à notre tour à des compositions semblables ou proches qui relèvent d’une même indéfinissable « beauté » tout en nous révélant, en prime, notre véritable et propre nature.

Cette œuvre qui associe artisan, artiste, penseur et créateur, est un lian dont la mise en œuvre instaure, restaure, la relation « primordiale » avec l’ordre du vivant et les énergies déployées dans tout l’univers (du microcosme au macrocosme)…

La collecte des matériaux naturels est en soi, une source de jouissance, source à laquelle s’abreuvent l’inspiration et l’imagination et où le rêve de l’homme peut enfin se conjoindre librement à ce qui est offert, ouvert et proposé à une concrétisation « artistique  » ; magnifique reflet de ses aspirations…

C’est à partir de lignes de force et d’axes majeurs  lus, perçus,  au sein de « l’architexture » naturelle que s’en vient donc au monde un « Art végétal » que la main et le regard de l’artiste ont
accompagné jusqu’au seuil de sa révélation…

C’est d’une nouvelle vision du monde naturel qu’il s’agit. Cet art est un ambassadeur des nouvelles dispositions que l’homme développe et élabore en vue de concilier, de réconcilier, l’espèce humaine et son environnement naturel.  Il ne s’agit plus de séparer, d’opposer, d’exploiter, d’asservir, de domestiquer, de dominer la Nature mais de créer les conditions optimales pour aider l’être à trouver ou retrouver sa juste place au sein de la création toute entière. Ne plus être « coupé de ses racines », mais se laisser abreuver de sèves principielles.  Etre Co-régulateur des flux vitaux qui circulent en toute chose. Assurer cette médiation qui évite le déséquilibre que provoquent les situations extrêmes.
Tout cela qui est recherche d’harmonie, le Grand Livre de la Nature nous l’enseigne et n’a jamais cessé de l’enseigner. Toute véritable sagesse primitive et primordiale y a trouver sa souche et sa source.

En avoir aujourd’hui une totale conscience est une valeur ajoutée aux principes vitaux…
Partager cette éveil, cette sensibilisation, cet entendement, cette rencontre, cette découverte de la nature, de son génie sans cesse créateur, c’est réenchanter soi même, le monde et tout l’univers !

Cet Art végétal nous parle de « symbiose » et de solidarité, de conjonctions de coordinations, de conjugaisons plurielles sans pour autant dévoiler le moindre verbe sous-jacent.
Pratiquer cet Art, c’est aussi accéder à cette nécessité de concevoir la vie comme une «  dépendance librement consentie et clairement comprise dans l’interdépendance salutaire » la partie dans le tout et le fragment ambassadeur de celui-ci n’est pas un facteur d’opposition mais un vecteur de complémentarité dans la concordance des correspondances instaurées…

Au-delà de l’évidence qu’il y a à préserver et entretenir les « équilibres » naturels, c’est un sentiment de  vive « sympathie » que génère et instruit, propage et diffuse, cet Art…

Loin d’être un art qui nous invite à « végéter » sa pratique aimante est un apprentissage et un enseignement, un immense levier intelligible et émotionnel remettant l’individu face à ses responsabilités envers son environnement lui permettant de mieux mesurer les impacts négatifs, prédateurs et destructeurs qu’il génère et opère… Il donne à mesurer le poids des conséquences d’une pensée et d’une action servant ou desservant tout le vivant.  Il amène à une réflexion majeure sur le devenir de notre planète.   Il pose la question essentielle : Quel humus aujourd’hui pour l’arbre de vie de demain ?

………………………………………………….................

Toute manifestation dans ce cadre à pour objectif de sensibiliser les populations non seulement à l’art végétal mais par l’exercice de celui-ci, par sa visualisation,  à travers diverses formes d’expression, d’élargir les « entendements » produits, les regards, les perceptions, suscités et induits, vers une mise en relation « symbiotique » avec le monde naturel…

La diversité des animations proposées tend vers ce but et constitue autant d’approches développant cette « intelligence et cette sensibilité »….

ARnATuRe. Bran du Dec 2011 Réflexion Art végétal et éthique de vie…

Je préfère évoquer le terme ou concept d’ART NATURE par préférence vis-à-vis de l’ART VEGETAL trop restrictif et moins englobant…  En effet, L’art qui se développe à partir des éléments fournis par le monde végétal peut s’étendre et se développer en fonction d’apports animaux et végétaux et ce sont alors trois règnes et non plus un seul qui participent de l’œuvre et en fournissent les « ingrédients »…
Ajouter les pierres sous diverses formes, l’argile mais aussi les plumes, les coquillages par exemple mais aussi des polypores dont le règne semble être « intermédiaire » complète par d’autres formes, couleurs, textures, l’œuvre issue du monde végétal…

Ce Générique d’ART NATURE ouvre donc de multiples dimensions et associations d’éléments tous issus du monde naturel ; éléments à partir desquels notre pensée créatrice (puisant dans une imitation ou une imagination) met au monde une représentation ou manifestation dite « artistique » et reconnue comme telle…
Le tressage ou plessage de branches d’arbres vivants constitue une approche artistique de cet art qui laisse la vie poursuivre l’œuvre esquissée au sein d’orientations données à la croissance arbustive…

Deux aspects « pratiques » liés à cet art c’est qu’il est « gratuit » et demande très peu d’investissement « financier » et qu’il est accessible au plus grand nombre en apportant en quantité de multiples matériaux de réalisation…    Gratuité et accessibilité favorisent donc grandement le fait de pouvoir s’adonner à ce plaisir…

Aller à la recherche des éléments constitutifs d’une « oeuvre » ou « installation » est aussi un plaisir qui consiste à inventorier au cours d’une balade les éléments qui pourraient concourir à un assemblage artistiques, symbolique, récréatif, ludique, géopoétique, esthétique, fantaisiste, pédagogique etc…

Tout ces matériaux collectés sont appelés à être « associés » à un ensemble où chaque fragment participe de la composition d’un tout qui les contient sans les « diluer » dans le dit ensemble….

Associer demande aussi des qualités créatives et inventives qui développeront dans l’individu ces mêmes facultés qui trouveront leur emploi dans bien d’autres investissements humains profitables à celui-ci et à l’évolution de sa « pensée »…

Voir, visualiser, inventorier, répertorier puis projeter, concevoir, élaborer, agencer, ordonnancer, construire et ceci le plus souvent dans le respect des règles d‘équilibre et d‘harmonie… Ce sont là des schémas d’agencement et d’organisation qui trouveront eux aussi bien d’autres applications, qui développeront le sens de la relation et du rapport, de la mise en correspondance, de l’ajustement, de la coordination… on  peut se représenter ainsi tout ce que cela peut générer « d’outils » propices à notre propre « construction » et leurs applications dans le domaine des liens que nous instaurons avec nous-mêmes, l’autre, les autres et tout l’univers…

Cet art développe donc également une éthique de vie qui a été sensibilisée à travers ce que la Nature nous offre, nous donne, d’elle-même pour que nous puissions habiter le monde en tant que Co-créateur de celui-ci et nous met consciemment face à nos responsabilités quant aux impacts positifs ou négatifs dont nous sommes les artisans par rapport à elle… Son devenir devient aussi le nôtre !…

La Nature nous enseigne et n’a jamais cessé de le faire, pratiquer une création en son sein et à partir des fragments d’elle-même qui nous sont offerts ne peut que susciter un sentiment de respect, de considération et porter à « remerciement »…



01/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 562 autres membres