Les dits du corbeau noir

REFLEXIONS / CYCLE DE L'EAU ET DE LA VIE./ SAMAIN/ DE L'UNION DITE SEXUELLE. TOUT EST VIBRATION 2019 BRAN DU 01 11 NOVEMBRE

 

 

 

divers champ 579pm.jpg


Eau d'ici et au-delà... Photos Bran du

 

 

 

REFLEXIONS en ce jour de la Samain...

Bran du      le 01 11 2019



1 / Cycle de l'Eau, cycle de la Vie....

2 / De L'Union dite sexuelle...

3 / “Tout est Vibration”...

4 / Samain/Samonios et nos Chers Disparu(e)s





1 / Du Cycle de l'Eau et de la Vie...



Le ciel déverse ses eaux sur la terre

et la terre, par ses rus et rivières,

achemine ces flots vers l'estuaire

en vue de brassages d'océan...

De ce creuset océanique, de cet athanor liquide, des élixirs multiples et variés s'en vont border des rivages et des continents où, des êtres et des choses, vivent, meurent et s'endorment sous le ciel...



On appelle cela le « cycle de l'eau » qui commence par un déversement et s'achemine par une évaporation...



Nous sommes de même brassés au sein de l'océan existentiel où nous sommes, dans un premier temps, projetés puis, au terme des mouvances passagères et éphémères, nos corps sont rejetés sur les rives du temps et notre âme absorbée, aimantée, « alchimisée » subtilement et spirituellement » s'évaporant dans les nuées célestes....



Cette « Eau » d'ici et de là, chargée de l'au-delà de l'eau et empreinte de milliards de mémoires, circule en abondance dans les méandres de nos pensées et entre les rives de notre être corporel, charnel et spirituel...

Une eau qui se recycle en permanence et qui se charge d'informations et d'expériences à travers le déroulé conscient et agréé de notre existence...

Au bout de chaque « cycle » d'expérimentation, les données collectées s'en retournent auprès de la Source-Mère. Point indicible de tout jaillissement et de tout ruissellement, de tout écoulement et de toute émanation, ayant pour finalité de féconder et de raviver les terres « gastes » disséminer dans les êtres et leur monde...

L'objectif étant, à priori, (supputation tout de même!) de refaire circuler la vie et de faire reculer l'emprise des déserts socio-culturels, philosophiques et spirituels !... C'est ainsi que nous pouvons, « peut-être » par entendement, désir, volonté, lucidité et pleine conscience, co-participer à la marche expansive de l'Univers et s'intégrer avec stimulation et compréhension au sein de ce que j'appelle avec audace et sans certitude (juste quelques « celtitudes ») la « Loi d'Evolution » !...



Quelles contrées, quelles territoires, quels continents avons-nous nous aussi à parcourir par le corps, le coeur et l'esprit afin de découvrir en nous nos propres déserts, nos propres jachères et friches, nos propres terres stériles et infécondes, afin d'y déverser une eau salutaire, guérisseuse, sacrée et prodigue dans le but de faire naître ou revivre ce qui attend de s'animer et de se déployer en formes de senteur, de couleur, de voix et de chants, de danse et de création, dans une présence au monde qui soit co-participative d'un monde, qui, pour poursuivre son évolution, est en quête permanente d'équilibre et d'harmonie, de rééquilibre et de réharmonisation...


…................................



Quand tout l'être est en « état d'Amour », il est cet heureux concours apporté à « Cela »...



…..........................



Cet « état » concerne toute la « création » passée, présente et en devenir et se concentre dans l'instant de vive conscience qui cristallise le temps et l'espace dans la pointe de son « diamant », (La densité et l'intensité de cela pouvant se trouver « formulé » dans le dit de l'amant !)...



…..............................

 

 

 

 

 

 

 

366pm.jpg



 

 

2 / De l'union dite sexuelle....



L'union dite « sexuelle » est bien trop souvent une union fragmentaire et parcellisée qui ne peut faire réellement « unité » ou alors qu'illusion « d'unité » quand la « transcendance » individuelle, mutuelle, et réciproque ne s'est pas réalisée au sein du creuset alchimique des dons, contre-dons et offrandes...



Elle demeure dans un enclos et dans des cloisonnements plus que réducteurs avec ses frontières non dépassées, mais bien bornées à une jouissance furtive, provisoirement partagée, mais se distendant en finalité et s'éteignant au sein d'une félicité plus ou moins « satisfaisante » qui renvoie chacun à lui-même et à son monde intérieur avec ou non quelques mots où gestes de gratitude et de remerciements envers le partenaire relationnel plus ou moins comblé lui-aussi...

Tout semble dans ce cas concentré dans les corps et leurs ressentis et ce qu'ils peuvent exprimer des « soins » amoureux prodigués...

La danse charnelle oublie facilement l'esprit qui à charge et vocation à faire frémir l'orchestre et à l'élever au-dessus de la piste de danse ou de d'emmener celle-ci dans les confins et les hauteurs...



La limite est le contraire d'un prolongement, d'une prodigieuse élongation d'extase telle qu'elle peut lors rejoindre sa source et son point d'émanation...



La conjonction charnelle se transcende soudain en dynamique spirituelle. Le « deux » mit en correspondance avec la transcendance du trois réalise vraiment un retour à l'Unité, mais cette « unité » n'est pas une dilution du Un mais une unité de pensée et d'esprit qui procure au corps un sentiment d'appartenance tel que l'Univers est sa nouvelle enveloppe !...

 

Lors il nage, vol, s'élève, se meut, s'anime, chante et danse, sans plus de « limites » pour le circonscrite dans sa joie plénière et offerte à tout ce qui Fût, Est et Sera...

Le corps est, certes, à ses noces, mais tout le visible et l'invisible, le microcosme et le macrocosme, le dicible et l'indicible en sont les invités !...

 

On à tristement oublié (?) (!) qu'aimer est une co-célébration et que cette disposition aimante relève

d'un rituel ou d'un cérémonial (non improvisé bien qu'inspiré et intuitif) qui sacralise la conjonction, la connexion intime et profonde, la conjugaison d'un même Verbe d'entendement et d'offertoire dont le but ultime n'est pas la pleine satisfaction extatique de la chair pour elle-même, mais en tant qu'Offrande ultime, concentrant et additionnant toutes les précédentes déposées sur l'autel des entendements conjoints, l'ouverture et l'expansion aux confins de nos entendements et capacités humaines, du Don de ce « bouquet d'Amour » à la Source et à la Racine de l'Amour lui-même ou elle-même (On ne saurait donner un genre ou une polarité à « Cela »!)...

 

…...................

 

 

 

 

 

 

 

divers champ 519pm.jpg

 

 



 

3/ Tout est « vibration » ….



Pour que ce monde qui est le nôtre soit dans l'état inquiétant que nous pouvons constater faut-il que cela relève d'un premier constat et d'une première réflexion et interpellation  :



La somme globale des Forces et des Energies vibratoires émise sur toute la planète liée à une manifestation ou expression relevant de la « Haine » serait plus importante et plus conséquente que toutes celles induites, inspirées et instruites par des sentiments et attitudes émanant de ce que l'on appelle « l'Amour » ?....

 

Il y aurait donc un important et fort préjudiciable déséquilibre ; les pensées et actions de nature haineuse et destructrice l'emportant nettement et faisant pencher le plateau négatif et néfaste de la balance « Force et Energies » vers des pensées et des comportements nocifs et dévastateurs !...



Tout étant « vibration » et celles-ci circulant en tout être et en toute chose ; tout esprit, tout corps, toute matière, tant dans le ciel que dans et sous la terre, on peut, peut-être, voir en cela les multiples distorsions de fréquences équilibrantes et harmonieuses (un aboutissement de milliards d'années, mais qui demeure « fragile » et sujet à

perturbations plus ou moins graves, (les principales émanant du genre humain !) fréquences qui, de plus en plus parasitées et polluées, peinent à exercer leurs médiations et régulations (Simple hypothèse mais à étudier...)...

 

 

 

 

 

 

 

divers champ 582pm.jpg

 

 

 

 

Samain/Samonios et nos « Cher(e)s disparu(e)s

 



 

En ce temps de Samain (en cette parenthèse sacrée au sein du temps et de l'espace)...

 



 

Le « difficile » et qui fait redondance dans la mémoire qui en pèse la cruelle absence, c'est, après une rupture, un deuil, une « disparition », la pénurie de partages et d'échanges, de découvertes réciproques et de « rencontres » renouvelées et réactivées au quotidien que nous avions alors avant que ne survienne l'ultime séparation...

 

Mais avons-nous bien pesé ce que signifie une présence et une absence ? N'avons-nous pas de façon toute « naturelle » fixé, réduit et défini celle-ci à la seule proximité physique et charnelle de celui ou de celle qui nous rendait partenaire d'une vie dite comme « une »  et ce, au sein d'une proximité quasi permanente ?...

 



 

Tout cela se conçoit parfaitement sur le plan horizontal de notre existence terrestre et passagère...

 

L'attachement que nous portons, lors, à la dimension charnelle et corporelle de la dite existence trouve en cela toute validation et recevabilité...

(Une source de joies extrêmes qui ne se mesure ni en qualité, ni en quantité, ni en densité, mais dans le simple et souvent modeste et familier écoulement fait de dons et d'offrandes de toute nature pulsé par cette Force, Energie et Lumière encore appelée l'Amour...)

 



 

La fin de l'année celtique dite Roue de l'Année est une pause (un parenthèse ouverte au sein du temps et de l'espace que l'on met lors tous deux en « suspension » provisoire.)

 

 

Une parenthèse est, par son graphique estompé et son amorce représentative formelle, une invitation à faire cercle et à compléter les prémisses de celui-ci non pour enclore ou enfermer mais pour concentrer (soit pour faire « centre » avec ce qui nous devrait d'être essentiel) (Essence du Ciel!)...

 

 

Les Sages et Bardes de l'ancienne Celtie (avant le recouvrement idéologique, dogmatique et exclusif chrétien et la farce grotesque dite Halloween) célébraient, en ce début novembre, avec faste, joie, recueillement et ferveur, la plus grande fête du calendaire de l'année...

 

 

Il s'agissait lors de regrouper toute la communauté et ce sans exception afin que tous et toutes co-participent au renversement maîtrisé du sablier du temps et pèsent de toutes leurs pensées et de tout leur cœur sur le plateau de l'équilibre et de l'harmonie tant individuelle que communautaire afin que la bascule d'une année passée à une année nouvelle puisse s'effectuer dans les meilleurs conditions...

 

 

Chacun et chacune par sa tenue, ses paroles, ses gestes étant en convergence de désirs, de volontés et d'entendements pour apporter son concours à cela...

 

 

 

 

 



370pm.jpg

 

 

Cette période exceptionnellement « hors temps » était considérée par les vénérables Anciens et Anciennes du monde Celte comme étant propice, favorable et particulièrement dédiée aux correspondances, échanges et dialogues interrompus avec ceux et celles qui furent appelé(e)s au terme de leur vie à rejoindre les « îles bienheureuses au Nord du monde qui borde le nôtre... » à travers la notion « d'âmes immortelles » aux apparences de l'extrême félicité humaine, mais totalement transcendées spirituellement...

 

 

 



 

Les corps lors perdent de leur importance en tant qu'ancienne matière corporelle car ils ne sont plus en réalité sous les apparences terrestres que nous leur avons connues... mais empreints de Forces, d'Energies et de Lumières si subtiles que nous ne pouvons le décrire ni leur donner une « représentation » formelle et les ramener à une matérialisation factice et illusoire...

 

La Mémoire n'est pas qu'un attachement à une forme disparue et regrettée, elle ne saurait être limitée à un « musée des souvenirs» aussi beau et entretenu soit-il...

 

Elle est Mémoire des mondes, de tout le cosmos, de tout l'Univers et contient toutes les genèses réalisées ainsi que toutes les potentialités du devenir planétaire... Nous en avons fait partie et en demeurons partie et ce le plus subtilement qui soit !...

 



 

Et cette Mémoire demeure éternellement vivante quand nous percevons et entendons ce qui précède qui fait de nos chers disparus une présence infinie et absolue offerte et accessible à tous les instants de notre vie....

 

C'est en cela et par cela que toutes les splendeurs de la terre, du ciel, et de tout ce qui se tient entre l'une et l'autre appartiennent en fait et appartiendront à cette « Mémoire », car en les chérissants nous chérirons encore nos biens aimées non plus figés dans une représentation corporelle, charnelle et affectueuse!... mais frères et sœurs des océans, des landes, des grèves et des landiers, des animaux et des plantes, des âges et des saisons, des cycles et des rythmes qui font danser, vibrer et battre le cœur du Cœur de l'Univers....

 

 

369pm.jpg

 



01/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi