Les dits du corbeau noir

LA NATURE : UN FESTIVAL DE POESIE SAUVAGE... REFLEXION 2019 BRAN DU 15 08 AOUT

 CELTIVAL 2919 2 393pm.jpg

 

 Photos Bran du

 

 

 

 

 

LA NATURE / UN FESTIVAL DE POESIE SAUVAGE...

Réflexion Bran du Le 15 08 2019

 

 

La Nature est une festival de « poésie sauvage », la prose y excelle de mille façons, chaque instant, chaque lieu, chaque contrée, chaque anima, chaque beauté, chaque paysage y va de son poème...

Et au printemps la dite nature se met au « vert »...

 

 

C'est dans cette Nature, auprès-d'elle, à son contact intime et profond, dans le déroulé de ses saisons, dans ses alternances d'ombre et de lumière, au sein de ses fracas et de ses douceurs, parmi l'éventail changeant et le déploiement merveilleux et enchanteur de sa beauté mouvante et émouvante, que le cœur humain à fait lecture, (tous les sens convoqués, la pensée avivée et aiguisée), des enseignements premiers les plus essentiels, les plus élémentaires, les plus fondamentaux...

 

 

Les hommes de la Tradition, les bardes dits « primordiaux » n'ont jamais cessé d'aller au bord du rivage, sur les collines sacrées, sur les hauts lieux de la Mémoire, au bord des rivières et des étangs, dans le mitan des clairières, dans la brume et la bruine des monts et des marais ceci, afin d'être « inspirés» et de trouver sources et racines pour leurs paroles, leur voix, leur chant, leur musique...

 

 

Tous, toutes, ont reçu du Ciel, ont reçu de la Terre, le Don, la voyance, la divination, la perception, l'intuition, le talent, l'imagination, la force créatrice et novatrice...

 

Ils ont modelés les nuages de la pensée et fait averses de bienfaits afin de féconder la terre, les êtres et toutes créatures....

 

 

Ils sont devenus la fontaine "fille" d'une Fontaine-Mère répandant, faisant ruisseler sans compter, généreusement donc, sa bonté et sa bienveillance aux rives et aux berges de ses écoulement prodigues...

 

 

Un ruisseau nous enseigne plus que ne le ferait un livre, il nous dit le mystère d'une origine, l'eau primordiale venue du ciel et se répandant sur la terre afin de la fertiliser... Il nous parle, nous entretient, nous enchante, dans la fin de sa course paisible ou bondissante, d'un estuaire, d'un océan...

 

 

Quel sera le nôtre, d''estuaire et d'océan ?...

 

Quel sera dans la succession alternée des nuits et des jours, la « nature » de notre propre cours ?...

 

 

 

CELTIVAL 2919 2 397pm.jpg

 

 

 

Fort de ses ondes et de ses flux, la rivière nous dit les saumons qui montent à contre-courant pour retrouver les hautes frayères de la Vie, les noisetiers de la Connaissance, le Chaudron d'abondance, la Vasque Matricielle et Féminine de tous les enfantements, l'Elixir des Dieux et des Déesses et le Breuvage d'immortalité...

 

 

Cet Océan d'entendements tient lui-même dans une goutte de rosée !...

 

 

 

La Nature est le Grand livre de la Poésie, toujours ouvert, jamais fermé... Chaque saison y déploie, en amont, ses onciales et ses majuscules, la richesse de son phrasé, ses respirations et ses souffles inspirés...

 

Nous ne le savons pas vu l'état de notre ignorance, mais quand nous sommes pénétrés par la grève, la lande ou la forêt, enveloppés de « nature primordiale et sauvage », c'est cette « Poésie » qui nous est « substance » et la plus subtile, la plus essentielle qui soit... C'est Elle que nous venons chercher y compris dans l'inconscience que nous avons de cette substantivation...

 

Nous buvons sans le savoir un lait incolore, sacré et divin... Nous sommes de corps, d'esprit et de pensée, délicieusement allaités...

 

Nous sentons, nous percevons, nous nous sentons délicieusement animés, mais bien souvent nous ne savons exprimer l'état qui est le nôtre, le formuler clairement....

 

Nous nous savons être l'invité d'une fabuleuse noce dont notre corps s'éjouit, lui, silencieusement, voluptueusement...

 

Au mieux viendra lors sur nos lèvres un chant de remerciement, de gratitude, et nos mains, nos paumes ouvertes et offertes retrouveront le sens et l'essence de l'offrande et du don....

 

Peut-être lors notre être reconnaîtra dans cette vibrante et tendre relation celle qu'un enfant porte à sa mère, à son père...

 

Lors, le Ciel sera ce « Père » et la Terre cette « Mère », aimés et respectés comme ils le furent jadis au sein des anciennes Traditions...

 

 

La pierre est un mot qui fait mémoire de tous les autres, les bannis, les oubliés, les pervertis, les délaissés...

 

L'eau est un courbe incessante qu'épouse chaque lettre en son tracé...

 

Quand la parole se fait étincelle et braise, la vérité s'enflamme et tourbillonne en spirale en nos pensées...

 

Le vent agite les consonnes et les voyelles, les fait ployer, leur donne cette flexibilité qui ne saurait rompre...

 

 

Le Verbe ; c'est lui la Pulsation, la Respiration cosmique, le Souffle des origines... Il a été et demeure de toute Création et Evolution...

 

Sans lui nous ne saurions nous conjuguer en l'Univers !...

 

 

A quoi bon chercher la « nature » de la Poésie puisque Poésie est Nature !...

 

 

 

 

 

CELTIVAL 2919 2 401pm.jpg



15/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi