Les dits du corbeau noir

SOUVENIR VICTOR JARA / UN CHANTRE (ASSASINE) DE LA LIBERTE CHILIENNE/ CHANT EN HOMMADE BRAN DU 2019 19 02 FEVRIER

 

Souvenir Victor Jara

Bran du   le 19 02 2014

 

Un « juste » parmi les « justes »...

 

 

« Pour grandir, prend la main de ton frère... » V. Jara

(Un main qui sera broyée à coup de crosse de fusil quelques temps après !)...

 

« Viens, Viens, allons sur le grand chemin, le grand chemin de notre destinée... » V Jara

 

« Chante, salopard, chante » ; c'est ce que lui crachera au visage l'un de ses tortionnaires avant de l’assassiner...

 

///...

 

 

Victor Jara a été, au Chili, un chanteur et un poète « engagé » ; un « chantre » de la chanson « rebelle » et ce, au sein de l'Union Populaire (Unidad Popular) ; Il fût lors, pour toute la nation chilienne, le symbole du pouvoir dont le peuple se dotait enfin pour faire cesser l'inégalité sociale, la misère, la pauvreté, pour s'affranchir de toute domination et exploitation de l'homme par l'homme...

 

Il fût avec d'autres poètes et chanteurs auprès de Salvador Allende, premier président socialiste élu démocratiquement en Amérique du Sud...(Un événement inattendu qui a fortement déplu à un certain Etat proche !)...

 

Il chantait avant son « engagement » des chansons traditionnelles du Chili et commençait à « composer » ses propres textes et musiques où l'amour était un thème récurrent et majeur...

Sa compagne dira de lui : « Il aimait la vie et rendait les gens heureux. »...

 

 

Le 11 Septembre 1973, une junte militaire conduite par le Général Pinochet faisait bombarder par l'armée le palais présidentiel de Santiago du Chili, le président Allende était tué... Et une terrible répression s'abattait le jour même sur le peuple chilien, sa jeunesse, ses paysans, ses ouvriers soulevés et ses élites...

 

 

Des rafles sont effectuées et bon nombre d'étudiants et d'universitaires sont menées dans un stade où se dérouleront les pires atrocités...

6000 prisonniers « politiques » seront embastillés ; un très grand nombre « disparaîtra » dont on ne retrouvera pas la trace alors que de nombreux morts seront eux retrouvés dans le stade de l'horreur et parmi ceux-ci, le corps de Victor Jara, affreusement torturé, massacré, criblé de balles...

(Une estimation sera faite du nombre de victimes recensé au cours de cette semaine de terreur soit au moins 3000 morts!)...

 

Il faudra plus de 40 ans de procédures judiciaires laborieuses pour enfin connaître les fautifs, les ordonnateurs de cette boucherie volontaire, dont le principal d'entre eux, retiré, comme par hasard, aux Etats-Unis, reconnu coupable par des témoins chiliens et la justice chilienne, fini tranquillement ses heureux jours protégé par la Loi !....

 

 

Ce pays qui recouvrait enfin la « liberté » s'est vu mettre à feu et à sang avec le soutien « discret » d'un « grand pays » qui a aidé l'extrême droite à s'emparer du pouvoir ; un « grand pays » qui se targue d'être le champion du monde des libertés ! Allez comprendre ?...

(La peur de voir un état communiste s'installer aux commandes ne justifie pas cette condamnation d'un peuple à vivre son rêve d'indépendance et de liberté !)...

 

Bien tardivement, en 1998, le Général Pinochet sera destitué, jugé et condamné...

 

 

Sources et documentation : Massacre at the stadium ; un documentaire irréprochable et « terrible »...

 

///...

 

 

Victor Jara  : Hommage et Souvenir    Bran du le 19 02 2019

 

 

Libertad, Libertad ; la Chanson de Jara    (Bran du)

 

 

R/

Jara, Victor Jara...

Nous sommes ta main, tes doigts

Nous sommes ton chant, ta voix

Nous chantons avec toi, comme toi

Pour le Chili d'aujourd'hui

Et pour celui de demain...

 

 

C1/

C'est un chant pour la liberté

C'est un chant pour les opprimés

Libertad, Libertad...

C'est le chant de l'humanité

Debout, dressée, révoltée

Libertad, Libertad...

 

 

C2/

Tu es les cordes d'une guitare

Que nos cœurs feront vibrer

Libertad, Libertad...

Avec toi, nous sommes accordés

Pour toi, avec toi, le chant va s'élever

Libertad, Libertad...

 

 

C3/

Des cris partout dans le stade ;

Des bastonnades, des fusillades

Libertad, Libertad...

Le rêve meurt sous la torture

Voici le temps des dictatures

Libertad, Libertad...



19/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 562 autres membres