Les dits du corbeau noir

BARDI ET ETUDE : LA 9è VAGUE OU LE RETOUR AUX SOURCES 2018 BRAN DU 09 12 DECEMBRE

Divers 2018 Récup 027pm.jpg
Photos Bran du

 

 

La 9è Vague retour à la source

Bran du       09 12 2018

 

 

La neuvième vague est une limite (une frontière), un seuil, un passage, un sas, un gué, entre l'ignorance et la connaissance, entre la mort et la renaissance, entre la sage maîtrise et la submersion, entre le monde profane et le monde sacré, entre un univers et un autre, entre la chose et son contraire, entre le pluriel et le singulier, entre le féminin et le masculin, entre toute question et toute réponse...

 

 

Pour la franchir, il faut beaucoup d'audace et laisser au rivage toute peur, toute réticence, toute hésitation, toute appréhension...

 

 

Mais, pour quelle motivation assez forte pousse-t-on son coracle de chair, de songes, de muscles et d'os au-delà, par-delà, la vague neuvième (laquelle repousse systématiquement au rivage ceux dont elle ne sent pas le plus ferme désir et la plus ferme volonté) ?

 

 

Le but d'une telle entreprise assez périlleuse d'ailleurs est de retrouver la Source, le Bassin, la Vasque, le chaudron, des Origines, des Temps premiers, quand tout était langage compréhensif pour l'homme et que d'abondance était la corne portée à ses rêves, à ses espérances et à ses plus justes désirs...

 

 

La Vie lors avait substances sacrées et divins breuvages...

Les êtres y portaient leurs dents et leurs lèvres, leurs faims et leurs soifs, leurs mains et leurs rêves...

 

 

La Source élémentaire, primordiale, essentielle dispensait les dons de science, de poésie, de santé, de connaissance, de maîtrise, de parole, d'éloquence et même "d'immortalité" à celles et à ceux qui venaient prendre corps, cœur et formes à cela qui donnait figure et visage d'hommes ou de femmes ayant ressemblance du vrai, du juste et du beau...

 

 

Généreux et pourvoyeurs étaient les Cinq ruisseaux de Connla, accueillant et nourrissant pour les saumons qui frayaient d'aisance en son sein s'étant tailler chemin dans le doute et l'absence...

 

 

C'était dans les temps anciens, ceux dont Fintan se souvient et avec lui Tuan fils de Cairil ou encore le prince des Bardes appelé Taliésin...

 

 

Sous la forteresse de la Mer se tient la Mère Sourcière, dans sa demeure de sel et d'écume, veillée par Gwenhudwy, La Morrigane, Dahud, Manannan, Amorgen, Sinand, Myrdhin, Tuan, Fintan, Mongan et Taliésin et par celles et ceux qui, après eux, furent graines et semences des fruits offerts par les eaux nourricières...

 

 

 

Celui-là ou celle-ci qui sent, en ses entrailles, frétiller d'impatience de rouges écailles, sait qu'il lui faudra, en l'instant, quitter le ferme de la terre, sortir de l'océan de l'ordinaire, songer à un autre continent, plus lointain, plus proche, plus distant, plus intime et plus profond, plein de délices, mais aussi d'effrois ; là où on rendez-vous ces étranges poissons qui ont des poèmes dans la voix, des étoiles et des feux dans les yeux et un signe étrange sur le front...

 

 

Divers 2018 Récup 038pm.jpg

 

 

................................

 

 

Extraits de la littérature celtique :

 

 

" Ni père, ni mère ne m'ont engendré ;

J'ai été créé par l'eau de la neuvième vague...

Je suis né dans l'eau du neuvième flot ;

par elle est donnée le don de poésie, l'art en toute science...

 

 

Une autre fois j'ai été formé :

J'ai été un jeune saumon ;

Saumon dans la mer ;

saumon tacheté dans l'eau profonde ;

saumon dans le pays sous la vague... *

 

 

///...

 

 

Les neuf coudriers de Buan étaient au-dessus de la source...

Dans celle-ci tombaient les noisettes pourpres

qui nourrissaient cinq saumons...

Cinq ruisseaux partaient de la source ;

cinq ruisseaux de connaissance...

Fontaine pleine de fruits...

Noix et noisettes tombaient dans les ruisseaux...

Le bruit de la chute de ses ruisseaux était plus doux que toute mélodie que l'on chante. *

 

 

Sinand ; celle-ci alla à la source de Connla

qui est à Tit fi Thuinn, le Pays sous la vague...

Sinand y alla pour chercher la connaissance et elle ne voulait rien d'autre que la sagesse... *

 

 

Je suis le flot du rocher, le noble flot...

Je sais où se trouvent les cinq courants du savoir...

Pour cela, j'ai chevauché à la crête des vagues,

J'ai empoigné la crinière des chevaux de la mer...

 

 

Gwenhudwy ; c'est elle et son char d'écume qui courent dans la plaine des jeux...

C'est elle qui veille à la limite de la vague neuvième...

 

Reste au rivage si tu ne sais le passage ; n'accostent ici que ceux qui ont le cœur pur et la parole vraie...


La vague du Nord, redoute-là ; Fintan Mac Bochra y a laissé un œil"...

 

 

Extraits et adaptations Bran du  de :

 

Taliésin dans le Kat Goddeu

Les Exploits d'enfance de Finn Mac Curail

Le Dindsenchas de Rennes...

 

 

Divers 2018 Récup 068pm.jpg

...............................

 EO FIS (Les saumons de la Connaissance)

 

Bardi Bran du          09 12 2018

 

 

Ils tombent dans la source, les fruits mûrs du sorbier

Ce sont fruits du soleil, fruits venus à maturité...

 

Ceux-là, du fleuve, de la rivière, ont remonté le cours ;

Ils ont frotté leur écailles contre les dures pierres

et les voici nageant dans le pourpre de la fontaine....

 

La source ; c'est elle qui les a appelés, qui a lancé sa voix au-delà de l'estuaire et sa voix a affouillé les abysses de la mer...

 

Et les saumons ont entendu, la voix de l'Origine, la voix d'une autre Mère appelant ses enfants à boire à ses seins les mots qui illuminent et les paroles de grande science...

 

Et les voici qui frétillent dans le bassin, qui tournent dans le chaudron et qui se gavent de fruits qui font don de poésie à celui qui a du rouge au ventre...

 

 

Finn mangera du saumon de science ;

Poète et devin il deviendra...

Prenant la chair dans ses doigts,

son esprit s'ouvrira dans le champ des étoiles...

 

 

Solaires sont les baies du sorbier

et rouge-sang les fruits du coudrier...

Le feu est dans l'eau comme le fer dans le cuveau ;

Brillante et solide sera l'épée de la Parole...

 

 

Celui-là et cet autre encore ont porté leur pouce à leur bouche...

Trois gouttes s'y sont posées et voici que de leur front jaillit une colonne de lumière ; c'est le jet de l'éloquence qui brille de toute sa clarté...

 

 

Inspirés lors, ils sont, les hommes à la peau d'écaille...

Ils mènent, de la voix, les plus rudes batailles...

 

 

Ils ont science et connaissance, ceux-là qui firent bonds dans l'espace et le temps pour retrouver les lignées de leur sang, la vasque d'abondance...

 

 

Cuchulainn lui échouera, pour lui, muette restera la pierre ;

Ne sera nul saumon à mourir sur le bout de sa lance...

Pour lui, le gué, mais point de source, à chacun sa destinée !...

 

 

Fintan, Amorgen, Tuan et Mongan, ceux-là furent dignes de porter la science à leurs lèvres ; ceux-là éclairèrent le passé et l'avenir de la torche de leur savoir, du flambeau de leur vision, de la flamme de leurs souvenirs...

 

Le monde, ils le connurent frissonnant sous leur peau, battant avec leur propre cœur... Ils étaient sources de la Source....

Ils avaient dans le sang, sève et ruisseau, et l'écume encore leur venait à la bouche...

 

 

Tous ont vogué sur la grande vague du Nord, la périlleuse, l'immense... Tous ont roulé aux grèves, aux rivages où se posent les questions, où souffle l'inspiration qui abreuve les poètes et les sages...

 

 

De l'île aux cent pommiers est venue toute science et les courants qui en proviennent sont forts et puissants qui brassent et submergent les pensées et les corps...

 

 

Souterraine est la Tradition qui sourd par puits, source et fontaines....

 

 

Sourcières sont les eaux qui en celui-là ruissellent ayant su forer et creuser, au cœur le plus profond, l'eau qui demain se fera fleuves et rivières...

 

Divers 2018 Récup 082pm.jpg

 

 

 

..........................

 

 

Additif       Bran du

 

 

Sources, fontaines, mer, eau, vagues, matrice marine ; nous ne serons pas étonné d'être ici au cœur même du Féminin, du berceau maternel et matriciel de l'Origine même de la Vie...

 

 

Nulle initiation masculine ne saurait se prévaloir d'authenticité sans avoir été adoubé en ses eaux primordiales et originelles, sans avoir reçu sur son front, ses lèvres, son coeur et son sein la signature d'écume et de sel qu'apposent celles qui sont les gardiennes des eaux universelles, de l'universel Bassin...

 

 

L'heureux élu qui en vérité se sera acheminer, épreuve après épreuve, jusqu'à la dive source, qui aura remonter le cours des âges et des temps, pourra boire enfin à la coupe de pur cristal, à la corne d'or et d'argent ; lors en lui se fera toute clarté sur les choses et les êtres et il se verra souverainement remettre la pierre, le chaudron, la lance et l'épée !...

 

...................................................

 

 

 

 

Divers 2018 Récup 030pm.jpg



09/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 562 autres membres