Les dits du corbeau noir

REFLEXIONS DIVERSES ET VARIEES : DE SOURCES SOLAIRES ET AIMANTES BRAN DU 27 11 NOVEMBRE

 

Divers NOV 2018 005pm.jpg
Photos  Bran du

 

 

 

 

Réflexions diverses et variées

Ce qui coule « solairement » de source aimante :

Bran du    Nov 2018

 

 

Il y a des milliers et des milliers de sources qui ont jaillit de la terre et qui, dans leur jaillissement ont dispensés les bienfaits d'une pensée vive et claire émanée des sourciers et sourcières qui les ont fait sourdre ou qui se sont conjoints au naturel de leur ruissellement...

Cette eau propice à toute naissance, à toute remise au monde ; cette eau matricielle et guérisseuse, tout au long de son cours, réfléchie la Lumière...

 

Ces sources se sont faites rus, ruisseaux, rivières, fleuves avant que d'atteindre les rivage de ce continent appelés l'homme ou encore l'humanité en charriant visions éclairées et entendements majeurs dans la limpidité de leurs écoulements...

 

Ainsi se répand généreusement une symbolique sagesse issue des plus profondes mémoires lesquelles ont conservé et protégé les pensées qui ont affouillé les plus grands mystères de la vie et du monde...

 

Pour quel impact, pour quel aboutissement, pour quel éveil et conscientisation de ceux et celles à qui cette manne était destinée ?

 

Arrivée au « rivage » d'un vital et salutaire entendement, ces eaux primitives et originelles, ces mémoires vives mouvantes et émouvantes ont rencontré le désert d'une humanité absente au rendez-vous donné !

 

Ces eaux ont épousé la nacre et le voluptueux policé des coquillages afin d'y enclore l'éternelle sagesse, mais ceux-ci sont demeurés orphelins des oreilles susceptibles de recevoir ce fabuleux dépôt ,comment, lors, les hommes sauront-il leur fabuleuse et prodigieuse provenance, l'origine miraculeuse pour ainsi dire des êtres et des choses ?

 

.............................

 

 

 

 

Divers NOV 2018 006pm.jpg

 

 

 

Depuis plus de cinquante années, j'ai, sous une forme ou une autre, écrit et exprimer ceci et cela, car ces formulations me semblaient pertinentes, interpellatrices voire parfois visionnaires.

 

J'ai sélectionner les graines et les semences des fruits de la sagesse, des plants porteurs d'un meilleur devenir, d'une plus ajustée présence au monde...

 

Je pensais que l'homme en son humus originel aurait été en capacité, volonté et désir de recevoir, d'accueillir en ses sillons les plus profonds, des potentialité de germination éveillant, nourrissant, accroissant et fortifiant une conscience d'Être le faisant (en toute liberté et responsabilité) pleinement acteur de ce vivant dont il lui appartient d'incarner et de dispenser les plus belles valeurs qui soient...

 

Mais pendant tout ce temps le Verbe solaire s'est assombri confronté aux sombres nuages de l'indifférence, de l'égoïsme, de l'individualisme forcené, de l'orgueil, du mensonge, du factice, de l'illusoire, du prétentieux, de l'arrogance et de la cruauté humaine...

Le soleil, bien entendu, n'a pas disparu pour autant, mais les hommes ne savent plus, ignorent ou méconnaissent ses incroyables vertus autant symboliques, mythologiques que bien réelles et font hélas écran aux rayons bienfaisants de la Vie !...

 

...............................

 

 

Divers NOV 2018 007pm.jpg

 

 

 

La poésie, dans la liste des courses nécessaires pour satisfaire l'un de nos besoins vital et majeur, est toujours celle que l'on oublie ! (Pour autant que l'on pense à elle quand il s'agit de se procurer les ingrédients qui font que la vie est bien la Vie...

 

Pour les quelques uns (spécimens rares) qui s'adonnent encore à cet exercice d'écriture devenu parfois une thérapie (utiles pour entretenir quelques facultés menacées par le vieillissement, mais pas seulement, car les mots sont aussi guérisseurs en bien d'autres domaines, heureusement) ; pour quelques « marginaux » donc, elle représente la sève printanière sans laquelle nulle croissance de leur « Arbre de Vie » ne serait rendue possible...

 

 

Je crois, je pense et j'ai « confiance » dans un Verbe qu'aucun vocable ne saurait désigner, mais dont la poésie est l'ambassade première, qui fait que tout être et toute chose, toute créature présente et en devenir, toute œuvre du passé, à été ou est ou sera conjugué et que cette conjugaison est axée, souchée et sourcée, depuis toujours, sur le « temps » de tous les temps, sans cesse à recomposer, de l'amour !...

 

 

Divers NOV 2018 008pm.jpg



27/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres