Les dits du corbeau noir

L'HERBIER SECRET DU DRUIDE PASCAL L'AMOUR EXTRAITS ET PRESENTATION 2018 BRAN DU 07 01 JANVIER

 Janv 2018 ZIQ et divers 018pm.jpg

 

 

 

L'Herbier secret du druide

Des plantes pour les hommes et les esprits.

Edition Ouset-France

Pascal Lamour (Druide et docteur en Pharmacie)...

 

 

L'auteur de cet ouvrage (avec lequel j'ai eu le double plaisir de ritualiser et d'échanger fraternellement) nous propose sa conception du voyage vers l'Autre-Monde impliquant pour cela de soigner autant le Corps, l'Esprit que l'Âme...

 

Son livre est un exposé qui met en relation des symboles et la médecine végétale des Druides ceci fondé sur la Connaissance ancestrale des Druides.... (Plus de cinquante plantes sont étudiées sous divers aspects.)...

 

Nous faisons alors « connaissance » avec celui qui sait ; c'est-à-dire qui a su transformer intuitivement, symboliquement et scientifiquement son « savoir » en « Connaissance» »...

 

Ainsi est enseignée une Tradition qui se veut nous aider à prendre soin de soi, de l'autre, de tous les autres, de tous les règnes, de tout le vivant...

(Ceci faisant particulièrement écho avec les progrès récents de la science qui remettent également l'homme à une plus juste et modeste place au sein des mondes créés qui disposent aussi d'une forme «d'intelligence » qui leur est propre est que l'on commence seulement à découvrir avec un étonnement grandissant.)..

 

« Prendre soin » devrait être le leitmotiv de toute notre humanité....Et c'est l'invitation majeure de notre pensée druidique qui trouve son application dans tous les domaines de la pensée, de l'activité et donc de la constitution humaine faisant de chaque « être de sagesse » un gardien, un protecteur et un veilleur des équilibres et des harmonies terrestres, cosmiques et universels...

 

 

 

Le schéma que développe et expose Pascal Lamour est un schéma ternaire (comme il se doit au sein de notre Tradition)...

 

Il se présente en trois parties ou « mondes » dans un sens ascensionnel d'élévation de plans et niveaux (y compris de conscience)...

Le point de départ est le Nord ; c'est une « orientation » et une « provenance » à la fois mythique, ésotérique, symbolique et géographique ; un Nord considéré comme étant le berceau et l'origine même du druidisme...

 

 

Le « voyage » débute lui là où l'on se trouve et, pour Pascal l'Amour, c'est le « Pays de Bretagne » et toute l'immense et riche mémoire qu'il recèle . Là est le promontoire de tout envol, de tout cheminement et de toute navigation....

 

C'est le « premier Monde » (terrestre, existentiel, passager...)

(Le temps y est linéaire)...

En ce Monde on se préoccupe de la santé du corps et l'on fait recours aux plantes pour leurs vertus thérapeutiques.

 

 

La navigation ou le cheminement proposé conduit vers le second Monde dit « Monde intermédiaire » qui est celui des eaux où le temps est parallèle. On se préoccupe alors de la santé spirituelle et les vertus « ésotériques » des plantes y trouvent leur emploi...

(L'eau est bien dans la Tradition druidique un vecteur du « passage » entre les Mondes.)

 

 

Le troisième Monde est l'Autre-Monde (le Ciel, les Enfers, le Soleil et la Lune...) Là, le temps est cyclique est distendu...

Ont fait lors usage des propriétés de divination et d'élévation des plantes... (Aspect psychopompe des plantes avec pour analogie dans le monde animal le cheval par exemple.)

C'est là le domaine de la médecine dite « magique »...

Mais aussi celui du songe ou encore « l'espace du Graal »...

la préoccupation majeure est celle de la santé de l'Âme...

 

 

La traversée de ces trois mondes est favorisée par les symboliques de compréhension qui accompagnent le périple proposé.

Les plantes attribuées aux étapes en favorisent le passage...

 

Le second et troisième monde impliquent des processus de migrations et de métamorphoses...

 

« Entre ces trois états, tout est migration ; c'est-à-dire traversée de ce monde vers un autre en changeant de forme, depuis l'origine immémoriale, le germe primordial, l'embryon d'or. Il n'y a aucune hiérarchie dans les formes d'existence, simplement de multiples états de l'être. »

 

Quand Pascal Lamour formule cette conception, il nous rappelle avec d'autres chercheurs et scientifiques que nous sommes à l'origine une « poussière d'étoile » et que nous avons été, une fois sortis de la « matrice océanique » avec les cellules et atomes, les structures et agencements du végétal, dans les germes, graines et semences des premières plantes à « conquérir la terre » nouvellement formée et en « attente de vies à venir » »...

Ainsi nous fûmes dans les lichens et parmélies, avec les prêles et les fougères arborescentes...

 

Mais laissons la place à l'auteur de cet ouvrage recommandé dont les schémas proposés mériteraient d'amples discussions fraternelles et des confrontations fructueuses dans les réflexions et échanges suscités...

 

 

 

Extraits :

 

« Dans la sphère, je suis le centre qui est en toute partie , la circonférence ne se trouve en aucune. »

Aleister Crowley Le Livre de la Loi

 

 

 

Nous vivons aujourd'hui la séparation définitive de l'homme et de ce qui l'entoure...

C'est la rupture corps-esprit-âme (triade si chère aux druides.)...

 

Chaque acte de la vie doit être en harmonie avec l'Autre-Monde.

(Ar Bed Arall)

 

Pour le druide, l'écrit fossilise la pensée. 

 

La nature ne s'embarrasse pas d'inutilité...

 

Le schéma notionnel : pensée, parole, action, source de notre pensée indo-européenne, impose bien de réfléchir avant d'agir...

 

Il s'agit de « Vivre pour exister et non pas exister pour survivre. »...

 

Nous définissons notre Tradition légendaire comme polaire (et non solaire) et hyperboréenne, car elle nous vient du Nord...

(Les Tùatha Dé Danann étaient dans les îles du Nord du monde, apprenant la science et la magie, le druidisme, la sagesse et l'art.  Et ils surpassèrent tous les sages du paganisme. »

(Récit mythologique irlandais de la Bataille de Mag Tured.)

 

Chez les druides tout est tertiaire comme la Tradition elle-même...

 

« Le druide crée un pont avec les Dieux. »

 

 

De l'acquisition des Connaissances :

 

« Toute connaissance est d'autant plus captivante qu'elle participe à la recherche de tous. C'est le cas de celle du druide. »

 

A chaque fois qu'un savoir se transmet dans l'univers celtique ; le druide dit qu'il ouvre une porte nouvelle. La porte est un symbole constant de la connaissance qui s'acquiert et se partage ; une succession de ventaux à ouvrir inlassablement...

 

La Connaissance est masquée, et c'est à l'homme de la découvrir et de la transmettre...

 

 

Dieux et déesses :

 

Tous les dieux et déesses sont en attente d'incantations rituelles et magiques...

 

 

De l'Esprit et de l'âme :

 

« N'atteint pas le monde de l'Âme qui veut. »

 

Le lien entre corps et esprit découle de la spiritualité...

 

L'âme est immortelle du fait des métamorphoses. C'est une énergie supérieure qui ne disparaît jamais...

Il faut différencier l'âme universelle du monde, des âmes des défunts.

(Une énergie d'origine et de fin de tout et du grand tout.)...

 

Pour réussir leurs échanges avec l'Autre-Monde et participer à la sérénité des équilibres vivants, l'Esprit et l'Âme ne doivent pas avoir à subir les déséquilibres du monde...

 

 

Des plantes et du végétal :

 

«La main qui tient le breuvage est celle de l'inconnu.»

 

En réalité le druide, trop souvent réduit à un amoureux de la nature, à une conception beaucoup plus complexe qui nous interroge. Cette richesse se retrouve dans son approche de la médecine végétale...

 

Pour le druide, la plante est un tout qui ne peut se réduire au seul aspect thérapeutique

Nous considérons les plantes elles-mêmes comme des passeurs vers l'inconnu...

 

Il reste énormément à faire dans la recherche, dans la manière de prélever, de préparer et de connaître les plantes. (En Europe comme ailleurs.)

 

Les herbes nécessitent une connaissance parfaite et une expérience juste... La connaissance précise des principes actifs permet de les doser, donc de les administrer en toute sécurité...

 

Le domaine complexe de la médecine par les plantes ne supporte aucune approximation...

 

Connaissant le rapport des Celtes avec le sacré, aucune récolte de plantes ni d'administration de simples ne pourra se faire sans le rituel consacré. (Accompagnés de paroles et d'incantations.

Cela répond à des règles incontournables.)...

 

 

La médecine magique des druides :

 

Au-delà des maux à soigner, la Tradition prend en compte l'environnement symbolique de l'individu : C'est la dimension magique de la médecine du druide...

 

 

De la fête et du rituel :

 

Tout moment de fête est sacré. Rapporter une fête à un côté uniquement agraire serait trop réducteur, et ferait oublier le sens sacré qui tient la place la plus importante, si ce n'est religieux du moins spirituel., lorsque l'homme reçoit son destin des forces supérieures...

 

Le rituel de la récolte entre dans la conscience de la protection et du remerciement à la nature.

 

Etre initié dans le németon, c'est migrer du temps profane au temps sacré...

 

La parole, d'origine mythique, étant elle aussi sacrée, nous entrevoyons déjà l'importance et surtout la nécessité du rite et des incantations.

(Mais, retrouver paroles et rituels s'avère être une tâche ardue.)

 

A chaque intervention, la répétition des gestes et des incantations doit être exacte, tant dans les mots que dans la manière de les exploiter.

Cela n'empêche par leur évolution et la connaissance ne doit pas rester figée. Elle est mouvement.



07/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 487 autres membres