Les dits du corbeau noir

DES PASSEURS DE REVES ET DE SONGES : ANNE BACHELIER :PEINTRE ET PASSEUSE ENTRE LES MONDES 08/AOÛT 2015

P1220046pm.jpg

 

Passeuse de rêves et de songes... Anne BACHELIER

 

Ce qu'en dit la critique :

 

"A juste titre Anne Bachelier est qualifiée de féérique, d'onirique.

Certes, elle tisse un monde fantastique de fées et de chimères, mais on ne peut la réduire à la simple dimension du rêve ou de l'expérience esthétique...

En effet, cette oeuvre s'ancre dans les profondeurs archétypales de la psyché (au sens Jungien.)

Elle propose un cheminement au coeur d'une interrogation existentielle essentielle.

Métamorphoses, rêves, symbolismes sont récurrents dans la peinture si personnelle d'Anne Chevalier. La magie émane de ses tableaux ainsi qu'une fantaisie échevelée.

Un monde onirique à la fois doux et inquiétant, lumineux et sonore, paisible et tourmenté, se déploie à travers ses toiles.

Le temps ne semble avoir aucune prise sur le monde d'Anne Chevalier.

Ses tableaux évoquent l'éternel cycle de transformations et régénérations, une danse exquise à laquelle prennent part ses personnages étranges....

 

L'oeuvre d'Anne Chevalier affiche une esthétique raffinée et cohérente, empruntant autant à l'orient qu'à l'Occident. Sa palette de couleurs spécifiques, son univers peuplé de chimères, la font reconnaître au premier coup d'oeil. Les peintures d'Anne Bachelier peuvent se contempler avec le même bonheur de près que de loin. De près, le spectateur se laisse happer par les méandres polysémiques et polyphoniques de sa toile.

La poésie qui en émane, et le questionnement de la réalité qu'il induit, permet un double regard ; intuitif et intellectuel.

 

A condition d'accepter de rejeter la matérialité quotidienne et de plonger au coeur des oeuvres, celles-ci forment autant autant de seuils ouvrant sur des univers insoupçonnés, de multiples cheminements au terme desquels le coeur régénéré ne pourra que se dilater et l'âme retrouver la voie de sa source première... car il s'agit bien, à travers une interrogation sur la place de l'imaginaire, de la Beauté et de la Nature, d'un retour à l'Unité primordiale, exprimée notamment par l'androgynie des êtres, symbole ultime d'union des contraires...

 

L'oeuvre d'Anne bachelier se situe entre les mondes, dans un univers de seuils et de portes, entre terre et ciel, entre apparence et invisible.

 

Ce que l'artiste dépeint ; c'est un Passage, un franchissement, une métamorphose des êtres s'accomplissant sous nos yeux, servis par une puissante esthétique du mouvement.

C'est en contemplant ces scènes de loin que l'ampleur de la dynamique qui les anime se déploie pleinement, ce jeu savant de courbes, de contre-courbes et de contrastes, l'omniprésence du cercle aussi...»

Equerre. Blog Spot

 

.......//////......

 

P1220061pm.jpg

« Cette femme est une artiste et cette artiste est une femme... d'un autre monde, d'une autre époque indéfinissable autant qu'intemporelle, qu'elle nous entraîne à découvrir à partir de ses peintures.

Entrer dans le monde d'Anne Bachelier, c'est d'abord se laisser happer par un univers.

Par son empreinte et sa singularité, cet artiste marque l'art contemporain d'une autre manière, avec talent et imagination.

Elle s'investit totalement dans l'acte de peindre et se livre corps et âme pour ses "rêveries", sa fragilité et ses émotions, tristes ou heureuses de sa vie.

Chaque oeuvre raconte une histoire unique.

Elle dépeint un royaume surprenant empreint d'une beauté extraordinaire. Elle emmène le spectateur dans un monde onirique surréaliste et dans un songe éveillé.

Ainsi le rêve et la réalité se mêlent et se confondent dans une danse picturale subtile où notre imaginaire apprend à vagabonder, à rebondir et à vivre entre ombres et lumières...»

fantasleria.fr/bio.biblio-artistes

 

....//////.......

 

P1220053pm.jpg

Anne Bachelier ou le passage entre les mondes... In le 6è rêve

 

« ...Une délicatesse, une intensité vibratoire qui s'expriment avec retenue et finesse jusque dans ses paroxysmes... Une coloriste exceptionnelle... L'air constitue l'élément dominant de tout l'oeuvre de l'artiste...

Restaurer l'unité primordiale perdue habite les tableaux et la plupart des œuvres de l'artiste.

La peinture d'Anne Bachelier nous montre des êtres qui aspirent à s'élever vers des contrées parfaites.

Elles sont l'allégorie d'une humanité cherchant à transcender sa condition.

Nous découvrons en ces œuvres une humanité rivée à la terre, aspirant à l’immortalité.

Anne Bachelier est habitée par une capacité que seuls possèdent les véritables artistes ; celle de transfigurer ses propres émotions et expériences personnelles en art de portée universelle.

Celle d’offrir une œuvre si envoûtante que son empreinte, dans le cœur du spectateur demeure indélébile. »

 

../////.....

 

Anne Bachelier est une peintre et illustratrice Française, née en 1949 à Louvigné du Désert. Elle a poursuivi des études aux Beaux-Arts de La Seyne-Sur-Mer de 1966 à 1970. En 1969, elle épouse Claude Bachelier avec qui elle a trois enfants.

Métamorphose, transition et évolution sont les thèmes récurrents du travail de l’Artiste.

Anne Bachelier captive son audience par des images fascinantes et pleines d’imagination qui sont uniques, inventives et immédiatement reconnaissables.

Ses fantaisies métaphysiques et oniriques évoquent simultanément des sentiments de force, de paix et de protection. Ce monde unique, hors du temps et de l’espace, place le spectateur dans la danse éternelle de la transformation et de la régénération.

Depuis 1989, elle expose en France et à travers le monde.

«Enfant rêveuse, je croyais à ce que disaient les légendes.

Mon Grand-Père inventait, pour moi, et me contait des histoires merveilleuses. Enfance qui ouvrit les portes de mon imaginaire. Depuis, je n’ai jamais abandonné les contes... ou peut être, ce sont eux qui ne m’ont jamais quittée...»

 

annebachelier.blogspot.com

 

P1220030pm.jpg

 

...///.....

Le 6è Rêve :

Anne Bachelier : bibliographie



Biographie

Anne Bachelier – The book / Le livre, éd. Zukerman/CFM Edition, 2001.
Biographie bilingue de l’artiste avec 400 illustrations de sa main, pour certaines fort rares.



Ouvrages illustrés par Anne Bachelier (classés par dates de parution)

LEROUX G., Phantom of the opera / Le fantôme de l’opéra, éd. bilingue N. Zukerman/CFM Edition, 2009.
Anne Bachelier redonne vie au célèbre conte gothique de 1910.

CAROLL Lewis, Alice in Wonderland, Through the looking glass and what Alice found there, N. Zukerman/CFM Edition, 2005.
Alice au Pays des merveilles illustrée par Anne Bachelier.

S.D. RYERSSON et M.O. YACCARINO, Princess of wax/ La princesse de cire, édition bilingue N. Zukerman/CFM Edition, 2003.
Conte inspiré de la vie excentrique de la marquise italienne Louisa Casati, grande figure italienne de la première moitié du XXe siècle (1881-1957).

MCKINLEY Robin, Rose Daughter, a retelling of Beauty and the Beast, éd. N. Zukerman/CFM Edition, 1998
La belle et la bête revisitée par Mc Kinley et Anne Bachelier.

Toutes ces œuvres sont en vente sur le site de la CFM Gallery de New York : http://www.cfmgallery.com/



Catalogues

A ces ouvrages s’ajoutent trois catalogues présentant les œuvres exposées d’Anne Bachelier : ceux de la CFM Gallery (New-York), de la Weinstein Gallery (San Francisco), de la Galerie Bartoux (Honfleur).

 

.....///////.......

 

C'est dans l'Aveyron au château de Belcastel qu'Anne me donnait cet été un rendez-vous inattendu, merveilleux et surprenant...

Il me faut remercier les organisateurs de cette exposition à laquelle étaient associés d'autres artistes de talents...

Je vous invite a aller sur le site : www.chateaubelcastel.com pour vous rendre compte de la qualité des œuvres exposées.

 

Difficile de restituer par les mots une œuvre picturale de cette importance aussi je ne peux que vous faire partager quelques tableaux en vous invitant à aller consulter le blog de l'artiste et à vous procurer ses ouvrages illustrés...

 

 

P1220015pm.jpg


P1220016pm.jpg


P1220018pm.jpg

 

Commentaires Bran du :

Ma vision personnelle :

 

Entre rives d'ici et berges de l'au-delà ; l'océan du peintre...

 

L'oiseau en cage est une âme prisonnière à qui le mental despotique et égotique a coupé les ailes et à qui il ne subsiste de rémiges que dans les rêves et les songes, que dans un ciel onirique qui se teinte autant d'aurores diaphanes que de crépuscules inquiétants ; un ciel qui semble attendre depuis des millénaires l'apogée d'une pleine lumière...

 

Sous l'apparat d'un long hiver conventionnel, la fleur nue d'un songe délivré de ses carcans s'ouvre au printemps d'un désir restauré et restitué où chaque pétale baigne dans la rosée d'une neuve splendeur...

 

Vivre ; n'est-ce pas entrapercevoir cette déchirure lumineuse qui fend le drapé de nos nuits les plus épaisses et marcher à sa rencontre ?

 

Autant de visages, autant de masques.. Seul le cœur à véritable figure....

 

Ici les mondes se côtoient, se frôlent, se bordent et se frangent....

Pénétrer, traverser le miroir, marcher sur le fil de l'épée, c'est être le pontonnier de son âme, c'est offrir à sa vie la plus émouvante des traversées, c'est connaître le seuil, briser à la hache la porte du mental et franchir le passage sur le noble et digne destrier d'une liberté fière et farouche...

C'est à cela que l'amour initie....

 

Somptueux est le drapé des corps que le vent prend dans la danse de ses bras ; fluide comme l'onde la ruisselante chevelure.... Et séduisante la blancheur qui invite à revisiter toutes les couleurs de l'existence afin de comprendre qu'elle seule colore la vie d'une espérance infinie, d'un rayonnement absolu...

 

Une transcendance face à toutes les oppositions impose son alchimie aux forces qui s'affrontent stérilement ; c'est la beauté qui transfigure tout regard qui se porte sur elle, tout regard sur lequel elle se pose ; nue et silencieuse...

 

La rose qui s'ouvre dans le matin d'une conscience éveillé n'a qu'un mot, sur ses lèvres ; deux syllabes sans cesse murmurées : OSE !

 

Les formes, les traits esquissés, les symboles, les analogies et allégories, les coloris brumeux et estompés, les savants contrastes, les harmonies recherchées et réalisées, le nombre d'or, les lignes de fuite, les perspectives... tout cela n'a qu'un but : nous conduire et nous accompagner ; tout cela n'a qu'une orientation, qu'une destinée : nous mener jusqu'au seuil de notre propre conscience et éveiller ou réveiller en nous une Origine qui soit de nouveau l'intime et profonde matrice de notre réelle présence aux mondes....

 

Un «diamant» réside en nos boues et fanges intérieures, dans le cloaque d'un marais embrumé d'artifice et d'illusion...

Le peintre à construit du bout de l'âme de son pinceau une barque légère dont notre pensée est la voile et le cœur le rameur et ses œuvres soufflent sur le tissu de nos rêves afin de nous mener jusqu'à l'île de recouvrance ; jusqu'à cet îlot d'essentialité où l'Être attend son double humain non encore réalisé.... Un Être qui lui aussi attend et espère, le cœur ouvert, offert et dénudé, un rayon ardent et solaire qui en fera jaillir tous les éclats...

 

P1220007pm.jpg


P1220008pm.jpg


P1220011pm.jpg

 

 

 

Un fil d'or fin est jeté dans les nuées afin qu'il se vrille sur la hampe solaire d'un pur entendement....

 

 

 

L'espace délicatement découvert ; le temps savamment déshabillé...

 

ceci pour que le «corps de rêve» reçoive, du plus généreux des donateurs, de la plus prodigue des matrices... l'ultime recouvrement...

 

 

 

Au miroir de l'étang

 

L'étang ne veut refléter le paraître,

 

mais faire renaître, simplement, naturellement, lumineusement...

 

l'Etant de l'Etre !...

 

 

 

La Licorne à pouvoir, volonté et désir

 

d'accompagner, de guider, de conduire

 

d'entraîner, à sa suite, le bleu délicat du désir

 

afin qu'il rejoigne pour s'y conjoindre, l'azur étincelant de son rêve...

 

 

 

Il est venu, le Grand Meneur, avec dans sa paume d'ocre jaune et orangé, la sphère parfaite qui aimante de sa lumière les enfants de la terre qui sauront et voudront répondre au tendre éclat de son appel...

 

 

 

L'âme est en l'être comme dans un cocon.

 

C'est une chrysalide qui, pour déployer ses ailes, attend de la «feuille de l'être» sur laquelle elle repose, la chaleur d'un «Soi» qui a conscience d'appartenance à tout l'univers et qui a su développer en lui-même un rouge fil d’Ariane pour le mener au Choeur du Choeur, au Sein du sein...

 

 

 

Tout est enclos dans l'oeuf

 

Tout s'en vient au jour

 

Jaillissant de l'enrobé d'amour

 

Quand le cœur est couvaison...

 

 

 

Il y a entre l'écume et l'écorce, la parmélie et l'écaille, le vernis des pensées et la laque du songe de subtiles correspondances; un jeu de résonance, de concordance, qui a souche et source de réunification au sein d'une unique ascendance qui en concélèbre les unions...

 

 

 

L'oiseau est l'Ambassade

 

Les papillons en sont les émissaires

 

Cela, quand le souffle innocent de l'enfant

 

fait éclore du cercle de sa joie

 

la bulle vermeille de savon !

 

 

Bran du   27 08 2015

 

 

  Dossier Présentation articles et commentaire

................................................................................................................



27/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres