Les dits du corbeau noir

ALPHA ALMA

 

Alpha Alma

Erwan Porz-Even



Le Feu Sacré qui fit jaillir la verve de ton âmE
         En gerbes de poésie
        En verbe de lumière
    T’as consumée jusqu’à l’ultime souffle.

Les flammes ont libéré l’oiseau prit dans la carène abandonnée

Et malgré le sel de mes yeux
J’ai connu ta délivrance

Je t’ai porté en crin vers une nouvel Alpha

Je t’ai semé pour une prochaine moisson

Entre Mer et Vent

Aux courbes des Dunes
      Face à l’Océan

Tu es partie à pleines poignées

Comme un vol d’Etoiles d’Argent

Plongeant en Mer en promesses de Perles

Se prenant aux Ajoncs
Comme le Sel à tes cheveux

S’ébrouant en miroirs
Du Soleil ton Amant…

Mais une part de Toi reste là.

    Chair de Ta Chair

        Sang de Ton Sang

Réceptacle innocent

        De ton brasier ardent

Alors

    Lorsque le vent brosse la lande !

        Que la Lumière brandit ses arcs de Gloire !

            Un souffle nouveau s’éveille.

Là où je ne croyais que cendres
        Les braises s’enflent
            Les flammes dansent Gitanes

Et dans une énergie fébrile
        Le Verbe Féconde la page.

    Tu seras toujours là !!!

 



09/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres