Les dits du corbeau noir

Alin AVILA ART et NATURE extraits

Nature…      Et Art….      

 

 "Poètes amarrés sur les orbites de la vie
                    Machines à imaginer, branchées sur le cosmos
                    Prometteurs d’infini, coupables de printemps
                    Eclaireurs de l’oubli, pionniers du chaos retrouvé
                    Voleurs d’étoiles, circulez !"
                                    Jean Pierre Simon

Alin AVILA (Exposition art et nature) Orangerie – Jardin du Luxembourg – 2008 extraits

« … La nature est une illusion mythique qui a grandi tandis que s’affaissait l’idée de dieu…Elle porte en elle les principes des forces du monde et du vivant, elle existe comme le livre que l’on interprète et questionne, qui nous étonne et nous émeut…
Tout dans la nature nous invite à l’interrogation, tout nous pousse au langage…


Elle nous origine…

D’autres moyens tout aussi symboliques d’imageries se sont substitué à lui…
Par la pensée sensible, deviner les forces et les valeurs qui peuvent naître d’une rencontre incertaine avec un regard vagabond ! Longtemps, l’art n’a fait que regarder l’homme et ses pouvoirs, l’art s’est constitué en savoir, il a permis de penser le monde, le traduisant en paysages et figures…  (Quelque chose qui soit de l’ordre du subtil.)


L’art est cette parole que l’on croit lancer pour rien mais qui peut essaimer…

Réveillement + réflexion + appropriation = sens
(Ma liberté définit mes limites.)

Toute réflexion sur la nature implique une prise en compte des choses du monde d’une façon beaucoup plus élargie que tout ce qui appartient à l’image…


Dès que l’on s’intéresse à la nature, il y a quelque chose qui échappe totalement à l’ego…
Le vivant est toujours plus fort et le triomphe du vivant sur l’œuvre interroge…
L’œuvre doit se soumettre au regard de l’autre tout autant qu’à l’adversité des éléments…
Tout ce qui est image n’est qu’une vaine tentative de reconstitution…


L’art est une sorte de concrétion des effets du vivant que permet la nature…
Il y a une permanente inquiétude que l’homme porte en lui, qu’il n’est pas le seul, qu’il est dans un Grand Tout inépuisable que remuent le vent, la pluie, le feu et les rires…Un monde où tout est opportun…


Parler d’une autre manière d’être dans le monde…
Faire de l’art et du vivant…
A trop frotter les yeux à une image, on la vide de ce qu’elle veut dire…
Un va-et-vient permanent entre le monde et l’esprit qui prend le chemin du regard…


Un paysage n’est pas une chose vue, mais une chose travaillée par toutes les choses vivantes qui l’agitent par les lumières, les chaleurs, les moiteurs, tout ce qui est grouillant, jamais statique, sans arrêt mouvant dans une vapeur qui est synonyme de la vie…
Là, bien des choses bougent dans l’esprit, des échanges qui marquent l’ordre de la connaissance…

La métaphysique est au-devant de nos yeux à travers les matières qui nous constituent et nous fondent…          

 

La pensée se doit d’arpenter et de crapahuter.»…



12/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres