Les dits du corbeau noir

AISLING (VISION) BARDI BRAN DU IMBOLC 1995/2019 LE 01 03 MARS

mouettes et divers janv 2019 004pm.jpg

 

AISLING (Vision en Gaélique)

Bardi de Bran du / Imbolc 1995

A Kaeltha Duroth

 

L'hiver est bien long et les nuages persistants La brume partout s'étend, noie cœurs et vallons... La Boyne s'écoule comme une larme s'étirant Sur les joues de l'Irlande et de ses enfants...

Oh Barde, dis-moi où s'en est allé le cygne ? Il est resté là-bas aux rivages du Nord Des idées étrangères lui ont rogné les ailes ; Si le ciel est si noir c'est qu'il porte le deuil...

Jadis, des ailes blanches abordaient en ces lieux, Lors se levait le chant dans le printemps des fleurs...
Il n'est aujourd'hui de mâts que semblables aux potences, Que querelles de cordes pour pendre le mot « frère » ! …

Oh Barde, dis-moi où s'en est allé le verdier ? Il a déserté la branche du pommier, Des hommes en colère ont voulu l'empailler... Désert est le verger qu'un long silence enterre...

Bien des âmes sont devenues aussi noires que tourbes... Le poison est dans le sang qui attise la haine... Qui rallumera le feu ancien sur les hautes terres Pour qu'un ru de paix irrigue le vif de nos veines ?...

Oh Barde, dis-moi où s'en est allé le merle au bec d'or ? Son chant matinal ne frappe plus aux volets de l'horizon ; Des enfants malheureux lui ont jetés les pierres de leur cœur... La pensée amère est devenue une pierre de fronde...

La rivière charrie des plaintes et des deuils

Les têtes se remplissent d'une bière qui fait le rire gras... Sagesse et bonté s'affrontent comme des sœurs rebelles... Tous et chacun ont oublié qu'ils sont le fruit d'un même branche !..

Oh barde, dis-moi, où s'en est allé le noir corbeau ?... La colline blanche est veuve de son cri... Les hommes n'ont plus ni souvenir ni mémoire... La sève ne vient plus à l'arbre, sans nid sont les corbeaux...

Une vieille femme va son chemin, un lourd fagot sur son dos... Elle cherche un foyer d'accueil pour déposer son pesant fardeau... Mais, c'est autant de bois morts, autant de mots nouveaux... Un chant dans chaque flamme, en chaque braise un poème nouveau !...

Oh Barde, dis-moi, où s'en est allé le roitelet ?... Il est revenu ce matin, avec sa livrée de vertes feuilles... Les prairies sont en joie parcourues par une rivière d'argent et d'or... L'hiver est mort terrassé par la neuve lumière...

Ecoute Oh Granuaille, Toi la Mère de tous nos Pères, Montent vers Toi les clameurs fleuries de la Terre... Tous les oiseaux sont là réunis sur la branche printanière, Un chant flamboyant d'allégresse danse au foyer de nos bras...





01/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi