Les dits du corbeau noir

ACTUALITES / 01/JANVIER 2013

Actualité druidique   Janvier / Février 2013  Bran du

Deux publications en ce début d’année ouvrent leurs pages à notre Tradition de façon d’ailleurs très inégale quant au rédactionnel…

La revue Science et Avenir avec un hors série sur les croyances avec de bons articles et hélas des redondances en forme de casserole accrochés à l’image de notre Tradition placée entre les catégories : secte ou mouvement politique proche de l’Extrême droite ou encore rassemblement d’authentiques légataires d’une tradition perdue ! Nous voici dans la tenaille du romantisme nostalgique et de l’aveuglement politique ou sectaire !!!

Les journalistes devraient faire effort de se tenir informés et de faire un vrai travail objectif d’investigation ( par exemple prendre connaissance de l’essai très documenté et actualisé sur le neo-paganisme de Stéphane FRANCOIS (édition de la hutte)

Le monde druidisant est un monde libertaire et largement tolérant. Encore une fois, si dans le passé, nous avons eu à connaître de la part de partis politiques extrêmes des tentatives d’infiltrations celles-ci ont échouées à l’exception de quelques très rares individus qui se sont groupés pour obéir aux ordres du parti auxquels ils appartenaient...

 

L’exception est regardée comme une globalité de faits et d’intentions au détriment du vrai visage de notre Tradition qui se trouve de nouveau défigurée ou soupçonnée d'appartenance peu recommandable…

La question étant posé sur le pourquoi de ce renouveau il est répondu « qu’il s’agit de renouer avec un passé idéalisé… et réinventé. Ce sont des vides comblés avec des données extra-celtiques et anachroniques issues d’autres religions ou spiritualité ! » (Gregory Moigne)

On n’en sera guère plus avant la conclusion en forme de controverse laissée à partir des affirmations universitaires de CH J Guyonvarc’h sur l’extinction définitive du druidisme sous l’empereur Romain Claude (10 av JC et 54 après JC)…

Il est regrettable que bien des rédacteurs de ce genre d’article (celui-ci n’est d’ailleurs pas signé !) reprennent d’anciens articles de leurs confrères et se bornent à changer quelques mots et quelques virgules pour faire leur « papier » en poursuivant ainsi une œuvre de dénigrement non fondée ou des plus superficielles quant à sa teneur et son objectivité…

A noter qu’il est fait état de l’activité de Roman  Le BOUSSARD (Cathbad) barde de la Comardia Druidiacta Aremorica (Yvon et Maguy LOZARC’H) animateur du CEDC (Centre d’étude du Druidisme celtique)... Ce centre estime la mouvance druidique en France à environ 3000 personnes.

Un tout autre article nous est consacré sur quatre pages dans le Monde des Religions sous la signature de Mikael CORRE venu à notre rencontre lors de la Samain…(un article bellement accompagné des photos de notre amie Eléonore de Frahan du collectif Argos)…
Sous le titre 24 heures dans la vie de  : « Chez les Druides de Bretagne » ; article qui fait le portait d’une personne investit dans une dimension spirituelle. 


Si la teneur du ton et du propos sont sympathiques, il est toutefois regrettable que certains termes non suffisamment développés fassent eux aussi écho à des projections rédhibitoires…(Cela entretient une perception faussée car bien des termes évoqués sont sujets à interprétations plutôt péjoratives.)


Hors contexte comment interpréter en effet des termes comme : un joyeux syncrétisme, touche new-âge, ode… un peu bricolées… (S’il avait été au moins précisé ce que Claude Lévy-Strauss entendait positivement par « bricolage », cela aurait au moins rétablit la plus juste pendule de la compréhension!)… Voir *


Une différence de traitement ?

Par rapport à tous les articles qui entourent celui qui nous est consacré, articles de fond portant sur l’évolution des grandes Traditions et de leur spiritualité, nous sommes présentés en « surface », ni réelle profondeur, ni véritable élévation permettant de comprendre que notre Tradition n’a rien à envier aux autres par rapport à ses origines, son corpus doctrinal, ses enseignements majeurs, sa grande sagesse, sa grande tolérance, ses lignes de force et ses axes majeurs, sa capacité étonnante et efficiente d’actualisation et de novation, son grand retour sur la scène européenne, son énorme potentiel d'imaginaire et de créativité, ses facultés intrinsèques de réenchantement d'un monde morose et désabusé, son "singulier pluriel", son rapport sain et serein à la mort, son sentiment "écologique", son refus des dualismes opposés, sa conciliation et ses dynamiques fructueuses entre le féminin et le masculin…

Que nos pratiques et recherches soient qualifiées «d’ ode à la joie » , libre de toute grammaire et de tout dogme, farouchement libertaire tentant de faire coïncider le druidisme antique, une écologie spirituelle et la culture bretonne ne porte pas à mésentente et reflète notre convenance… Mais manque à l’appel tant la source inépuisable et féconde, que la racine et sa profondeur….

Notre tradition est un ARBRE DE VIE qui résume en lui-même tout le corpus spirituel, philosophique, alchimique, archétypal, mythologique, culturel, sociale, analogique et symbolique, dont nous avons hérité et qu‘il nous faut, là où il y a lacune, réinventé, réinterprété en fidélité à l‘Esprit des « origines » pour en actualiser et adapter sensiblement et intelligemment les formes…

 

Qu’apprenons-nous réellement de la sève qui abreuve cet ARBRE DE VIE et le fait croître, du souffle qui avive sa ramure et inspire ses ramifications, des forces, énergies et lumières qui ne cessent de le visiter ? Quelle fonction, quelle mission, quel sacerdoce, quelle implication au sein de notre société moderne, quelle vision du monde et de son devenir ?


Que savons-nous de ce CHAUDRON D'ABONDANCE, de renaissance, de bien être, de santé, de connaissance, de vérité et d'immortalité ?

 

Tout cela, essentiel, fondamental, demeure sans réponse ou à peine ébauché !…

Nous avons encore un ouvrage immense pour faire prévaloir la lumière sur l’obscurité. Face aux peurs alimentés par l’ignorance, nous avons le devoir d’apporter la connaissance, celui d’incarner avec exigence, authenticité, lucidité, objectivité, responsabilité, conscience, compassion et solidarité, altruisme et véritable humanisme, jubilation et joyeuseté, cet « Anima » qui pervibre en notre corps, en notre cœur, en nos pensées ajustées à nos actes…

Notre association ; le Chaudron d’abondance », mais aussi la remise à flot du navire COMARDIA en avril 2013 et bien d’autres initiatives de nos frères et sœurs d’ici et de là-bas, entendent  poursuivre leurs œuvres en ce sens et en cette ESSENCE…

Puise le Souffle Incréé nous guider, nous conseiller, nous accompagner en ce bel ouvrage au service de notre Tradition, de la Vie et de tout le Vivant, de tout le visible et l’invisible, de tout ce qui fut, est, et sera sous « l’œil de la lumière » et pour la part de vérité qui nous échoit entre devoir de mémoire et devoir de devenir…

Awen

* « Le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des ensembles structurés non pas directement avec d’autres ensembles structurés, mais en utilisant des résidus et des débris d’événements ; (des brides, des morceaux, témoins fossiles d‘un individu ou d‘une société…) »  Claude Levi-Strauss (le Regard éloigné. 1962)



18/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres