Les dits du corbeau noir

A propos de Cernunnos Etude Bran du janvier 2015

Etude Bran du Janvier 2015 Cernunnos ; le Dieu cornu...

(Source dictionnaire de religion et mythologie celtique. P Jouet)

 

Il est dit ; le dieu aux bois de cerf...

(Nota : Les cerfs perdent leur bois à la fin de l'automne et en reçoivent de nouveau au printemps.

Ce constat d'une disparition suivie d'une réapparition est à l'origine d'un symbole de mort et de renaissance attribué aux cervidés...)

La ramification des bois évoquerait également, par métaphore, les rayons du soleil ; soit un héritage venus des chasseurs pré et proto-historiques.

Le soleil est tiré par des cerfs dans sa phase lumineuse et par des loups dans sa phase nocturne...

 

Il est représenté assis "en tailleur" ; (une posture bien représentée par les artistes gaulois et qui devait leur être familière.)...

(En Bretagne l'artisan tailleur de vêtements adoptait encore cette posture pour oeuvrer jusqu'au début du 19è siècle.)...

 

C'est une posture connue aussi en Asie et chez les Amérindiens...

 

C'est une attitude qui exprime une "assise" et un "fondement" avec un plan horizontal qui supporte un axe vertical (le tronc et la tête) parfaitement et "solidement" maintenu en équilibre....

 

C'est une harmonie réalisée entre les deux plans ; celui de la terre et celui du ciel et qui assure une double et libre circulation entre le bas et le haut... (Prise de "terre" et prise "d'éther !")...

 

Celui ou celle qui médite dans cette position est un "arbre qui pense ou réfléchit!"...

Sève "cosmique", sang et songe humain irriguent la pensée, le corps et le coeur...

 

Le "Dieu", porte le torque à son cou (d'autres torques peuvent être accrochés à sa "ramure")...

 

Ce "bijou" ou "insigne" et peut-être aussi "talisman", (le cercle a toujours valeur de protection) est l'attribut des dieux, des héros et aussi des "guerriers"; il impose respect et considération...

 

Des princesses Celtes ont porté aussi le torque (la Princesse de Vix entre autres princesses ; le sien était en or, bouleté à ses extrémités et des plus imposants.)...Cet attribut aurait été féminin à l'origine...

 

Les diverses représentations de Cernunnos montrent celui-ci sous la forme d'un homme âgé (La sagesse est le plus souvent attribuée à l'Ancien ; celui qui a vécu, apprit et expérimenté beaucoup de choses et d'événement pour en avoir tiré, de façon profitable, leçons et enseignements.)

 

Certaines sculptures associent cette Entité divine à des "dragons"

(Forces et énergies sur lesquelles on repose ou on s'appuie...)

mais, aussi, à des symboles de richesse, de production de générosité : (ceux d'un grand producteur d'abondance, d'un distributeur, redistributeur ou dispensateur de bienfaits) ceci sous la forme d'une bourse d'où tombent de nombreuses pièces de monnaie...

 

On note de même la présence de corbeille pleine de fruits, de gâteaux, de panier de victuailles...

 

Parfois deux déesses, portant une corne d'abondance, l'entourent...

 

Il est figuré, dans certain cas, par un triple visage (c'est un "renforcement" une "démultiplication" des valeurs premières attribuées au dieu)( Il a connaissance du passé, du présent et du futur ; il règne donc sur toute l'Année et sur tous les "cycles"...)

 

Le monde animal est très présent à son entour : Les cervidés, mais aussi les taureaux, les sangliers, les chiens, les lièvres....

 

On dit de cette "haute figure" du panthéon celtique, sans aucun doute héritier de divinités antérieures (comme le "Dieu-cerf" de la grotte des Trois Frères ou encore l'Orant du Mont Bego dans la Vallée des Merveilles ou Val Camonica*) qu'il est le "Maître des animaux", le "Maître de la Nature" (de son cycle saisonnier) ainsi que celui "de la Vie et de la Mort"....

C'est un titre auquel il faut associer l'idée de reproduction et de ditribution de biens...

 

(*Au Val Camonica le dieu possède déjà des bois de cerf. Il est anthropomorphe et accompagné d'un serpent. C'est une association que l'on retrouvera de façon courante dans la période celtique.)

 

Sur le fameux "Chaudron de Gundestrup" ; (un condensé/résumé de la pensée religieuse celtique), le dieu tient un serpent à tête de bélier dans une main et le torque dans l'autre main. Il règne autant sur le monde végétal que sur le monde animal...

 

Le serpent est lié aux connaissances souterraines ( l'inconscient...)

et aux mystères des profondeurs...

Le bélier exprime une force génésique et fécondante....

 

Le "Dieu" est un "connaissant" qui commande aux forces célestes et telluriques ou, du moins, qui en a le contrôle et la maîtrise...

C'est une "pensée génitrice et pourvoyeuse de vie" qui préfigure l'image et les facultés de la fonction druidique... (maîtrise des instincts, des pulsions

 

Sa "figure" et ses "attributs" essentiels survivront encore un temps après la conquête romaine et s'enrichiront de nouvelles compétences et capacités....

 

Cette noble et digne "figure", ce précurseur des panthéons à venir, est le dépositaire des attributs majeurs, des archétypes fondamentaux qui se déploieront par la suite dans l'imaginaire, la sensibilité et l'intelligence des hommes et des femmes conscients de la permanence et de l'efficience de cette "Entité Première."...

 

Il est l'emblème de l'équilibre et de l'harmonie réalisées en l'Etre humain...

Il fait "juste balance" entre les choses, les êtres et le monde...

Il est sagement assis entre les forces et les énergies qui le traversent et le pénètrent.

Il en est régénéré en permanence, car il a connaissance et contrôle de ces flux terrestres et célestes qui l'animent, le revitalisent, le "renouvelle" sans cesse...

 

Il est la maturité du fruit qui a poussé sur l'Arbre de Vie et de lui, par lui, sont dispensés les graines et semences des forêts et vergers du futur...

 

Il est la "transformation" même, celui qui, comme le serpent et le cerf, opère une mue intérieure à travers un recouvrement extérieur qui manifeste les phases alchimiques de toute "métamorphose"...

 

Il est lui-même (associé à sa parèdre ou polarité féminine indissociable) le Chaudron d'abondance, de santé (d'équilibre et d'harmonie donc) et de renaissance...

 

Il appartient au domaine du divin et du sacré, il en est le régent, la souveraineté et le royaume...

 

Nous pouvons transposer, de façon archétypale, tout ce profond "signifiant" et ce, en terme de philosophie, de culture, d'art, de vie et de spiritualité au sein de notre propre existence et incarner analogiquement cette "attitude de sagesse" qui implique une pensée "féconde", la connaissance bien fondée, la conscience claire et lumineuse, l'équité, la générosité (l'abondance dans le don), la maturité, La faculté de "mourir à soi-même pour renaître à soi-même, la maîtrise des forces et des énergies, l'équilibre et l'harmonie en soi et autour de soi....

 

Voilà une belle réflexion proposée pour accompagner de façon bénéfique notre traversée hivernale...

 

Pour Mircéa Eliade cette "figure" exprimerait "un complexe religieux multivalent" issu d'un contexte mythico-rituel spécifique difficile à interpréter."...

 

Cela n'empêche pas de s'aventurer sur les pistes qui se présentent à nous et d'en débroussailler le parcours ; un parcours certes "serpentiforme", voir en forme de labyrinthe, mais, qui ne peut que mener au centre de notre entendement intime et de nos compréhensions majeures...

 

Le Chaudron de Gundestrup qui condense la pensée celto-druidique nous offre une figure majeure et "centrale" qui, comme en de nombreuses représentations de l'art des Celtes, manifeste la nécessité de trouver le point d'équilibre qui transcendera toutes dualités opposées pour amener celles-ci à une fructueuse et féconde coopération...

 

Cette posture, ce comportement, cette attitude, sont un "modèle" d'harmonie proposé à notre conscience et à notre entendement et à celle et celui des communautés humaines...

 

C'est une magnifique et sage proposition... A chacun, à chacune de répondre ou non  celle-ci...

 

..............................//////////////////////////////..................................

 

Additif :

 

Le cerf tenait une grande place dans le monde des Fianna irlandais

(Des guerriers aguerris chargés de défendre l'Irlande de tout envahisseur.)

A leur tête Finn,son fils Oisin (petit cerf) et Oscar ou Osgar (qui aime les cerfs ou ami des cerfs)...

L'épouse de Finn est une femme- biche...

 

Le cerf mène le héros au seuil de l'Autre Monde...

Il est la monture de Merlin dans la Vita Merlini...

Au Moyen-Age des confréries juvéniles portant des masques de cerf furent interdites par l'Eglise...

Dans la Branche première des Mabinogi gallois, au cours d'une chasse au cerf, Pwyll découvre le "Maître de l'Autre Monde" ; ils échangeront, avec un profit mutuel, la gouvernance de leur royaume respectif...

Le cerf est aussi très présent parmi les saints celtiques et bretons...



13/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres