Les dits du corbeau noir

2è COLLOQUE RITES ET MAGIE DE LA RELIGION DRUIDIQUE et NOTES BRAN DU 2016 22 08 AOUT

2è Colloque sur la Religion celtique et les études druidiques organisé par la revue Keltia-Magazine , l'A.F.C (Association France-Celtique), la Mission bretonne (Ty ar Vretoned) et Basilis

 

Thème : Rites et magie dans la Religion celtique

(Journée : 12 euros ou 27 euros avec le repas.)

Inscription :

 https://www.weezevent.com/colloque-rites-et-magie-de-la-religion-celtique



Le VENDREDI 11 NOVEMBRE 2016 à la Mission Bretonne

22 Rue Delambre 75014 PARIS de 10 H à 20 H

 

L'approche et la connaissance de l'ancienne religion celtique, communément dénommée druidique, ont trop souvent laissé la place à un néo-druidisme romantique bien peu conforme à la réalité.

Or, non seulement de vraies traditions existent, qui doivent faire l'objet d'une réhabilitation et d'un regain d'intérêt, mais la science a permis d'accroître considérablement le champ des connaissance de cette matière druidique. Diverses disciplines scientifiques ont concouru à cela : archéologie, mythologie, linguistique, philologie, toponymie et archéo-astronomie.

Il manquait pour avancer vers une synthèse éloignée des fantasmes et fondée sur la réalité, une véritable interdisciplinarité entre ces divers axes de recherche.

Autour du magazine Keltia, fondé en 2006, se sont rassemblés de très nombreux scientifiques de ces diverses disciplines, mais aussi un large public passionné tout à la fois par la matière celtique et par son expression religieuse.

Le moment est donc venu de créer les conditions qui vont permettre de développer les axes de recherche, de réflexion et de connaissance de ces très nombreux éléments religieux auxquels nous pouvons désormais avoir accès, indispensables pour appréhender la culture et la civilisation celtiques.

Le premier colloque sur cette matière druidique, organisé à l'automne 2015, a rencontré un tel succès que tous les participants ont estimé indispensable de continuer sur cette lancée. Le second colloque développera et amplifiera cette nouvelle approche, fondée sur des éléments dûment attestés.

Il aura lieu à la Mission Bretonne (Ti ar Vretoned) le vendredi 11 novembre 2016. Réservez cette date.

Contact : keltia-magazine.com



Extrait d'un entretien de Breizh-info.com avec Fabien REGNIER (Directeur de la publication Keltia-Magazine.)

 

A propos du premier colloque en 2015 :

 

Breizh-info.com : Pouvez-vous présenter le colloque dieux rites et sanctuaire qui aura lieu le 11 novembre prochain à Paris ?

Fabien Régnier : Ce colloque est le premier du genre. Il répond à plusieurs nécessités.  La première concerne l’incroyable avancée des travaux scientifiques consacrés à la religion druidique, dans de nombreuses disciplines.

Ces dernières années, un bond en avant a été réalisé, sans que le public intéressé par la question n’en soit suffisamment informé. Bon nombre de ces travaux ont en effet été menés -c’est nécessaire quand il s’agit de recherches pointues- de manière très confidentielle et n’ont guère fait l’objet de communications. D’autres ont donné lieu à des publications d’ouvrages mais ceux-ci ont souffert tout à la fois d’être trop ardus, voire rébarbatifs, pour le grand public et, surtout, de n’être pratiquement pas diffusés, même si Keltia s’est efforcé d’en rendre compte. Ces avancées, bien qu’elles soient réalisées souvent sans corrélation entre elles, conduisent à modifier complètement l’état des connaissances que nous pouvons avoir sur la religion celtique. Nous pouvons en effet désormais connaître le teneur de messages que les anciens druides ont voulu transmettre, par-delà les 2000 années qui nous en séparent.

Je m’explique : l’archéologie s’est orientée sous l’impulsion de certains savants, comme le professeur Venceslas Kruta, vers une compréhension des thèmes artistiques dont les objets trouvés servaient de supports et a découvert qu’il s’agissait dans de très nombreux cas d’éléments religieux qu’il est désormais possible de déchiffer et que l’on sait à présent interpréter. Ces témoins sont parfois bouleversants. Une autre science qui a fait des progrès considérables est le comparatisme religieux. Bernard Sergent et Philippe Jouët ont, dans ce domaine, fait avancer l’état des connaissances et le déchiffrage de nombreux éléments, rites et symboles qui étaient jusque là incompris ou minorés.

Plus récemment encore, certains chercheurs sont parvenus à déchiffrer les messages religieux dont certaines monnaies gauloises servaient de support et c’est assez étonnant. Enfin, les études toponymiques, croisées avec la linguistique celtique (qui, elle aussi, a fait un bond en avant formidable), ont fait apparaître un paysage sacré d’une densité insoupçonnée.

Mais, comme je l’ai dit plus haut, ces chercheurs n’avaient pas encore pu trouver leur public et n’avaient pas travaillé ensemble pour tendre vers un objectif commun.

Et c’est la seconde nécessité de ce colloque, car le résultat de cet état de choses, c’est que les gens, intéressés par cette matière religieuse celtique, se retrouvaient non pas en face des interlocuteurs les plus sérieux, mais face à des néo-druides totalement déconnectés de ces messages transmis par ce qu’était le véritable druidisme ancien et qui tendaient à donner le change en camouflant cette ignorance par des rituels hélas trop souvent inventés, soit au XVIIIe siècle, soit plus récemment. Cette spiritualité, d’une profondeur exceptionnelle, mérite évidemment mieux que cela, malgré la sympathie que nous éprouvons pour des démarches sincères.

Forts des 9 dernières années qui ont vu Keltia se développer peu à peu, assurer sa survie et intervenir dans des domaines de plus en plus nombreux pour promouvoir une culture celtique commune à de nombreux peuples, nous avons préparé depuis trois ans ce colloque, afin qu’il atteigne ses objectifs. J’ai souhaité que quelques uns des plus grands scientifiques de France, représentant quatre disciplines différentes (à l’instar des quatre sciences qui constituaient le druidisme originel), fassent bénéficier le public intéressé des résultats de leurs travaux, d’une manière accessible.

C’est ainsi que Venceslas Kruta, Bernard Sergent, Dominique Hollard et Jacques Lacroix, que l’on peut considérer comme les meilleurs spécialistes des domaines qu’ils auront à présenter, vont apporter à toutes les personnes, qui viendront participer à ce colloque, des connaissances mais aussi une manière de mieux comprendre le legs des druides de l’époque de l’Indépendance celtique.

Je tiens à ce que de cette expérience, si elle s’avère concluante, émerge une symbiose entre la recherche scientifique et le besoin de renouer avec une spiritualité porteuse d’une cohésion culturelle et mémorielle. Je pense que c’est possible et nécessaire. Nous avons forgé les outils pour y parvenir et le moment est venu de franchir le pas.

Breizh-info.com : Le choix de Paris n’est il pas une « hérésie » par rapport à une thématique sur les Celtes ?

Fabien Régnier :  Sûrement pas. L’ancienne cité des Parisii doit aussi prendre conscience de ses origines celtiques. Mais au-delà, il y a d’excellentes raisons pratiques à cela. Nous avons travaillé depuis des années avec la Mission bretonne qui dispose de l’infrastructure et du savoir-faire indispensables pour permettre que ce colloque se réalise dans les meilleures conditions possibles. La Mission est comme un morceau de Bretagne. C’est beaucoup plus qu’une ambassade bretonne, car elle rassemble la communauté bretonne francilienne de manière vivante et active.

D’autre part, les scientifiques concernés travaillent ou résident dans un rayon de 100 km autour de Lutèce. Enfin, nous accueillerons des auditeurs venus de Bretagne, de Normandie, de Bourgogne, d’Auvergne, de Picardie, de Lyon… qui ne se seraient pas déplacés si le colloque avait été plus excentré. Les Celtes couvraient plus de vingt pays européens actuels et ne se limitaient certes pas à un seul terroir. Aussi, sommes-nous d’une certaine façon, partout chez nous en Celtie, même si notre coeur est d’avantage breton.

Breizh-info.com

 

....................................................................................................

 

Notes : Bran du

 

En veille du tricentenaire de la résurgence au grand jour de la pensée celto-druidique en 2017, nous saluons de nouveau cette excellente initiative qui ne peut que faire progresser en connaissance, compréhension et cohérence l'ensemble de la Diaspora druidique...

 

Quand la recherche « scientifique » converge en compréhension majeure avec le fond traditionnel autant mythologique que religieux et que l'ensemble des disciplines s'éclairent et se complètent mutuellement au bénéfice du sens et de l'intelligence d'une civilisation bien trop méconnue (voire parfois et hélas défigurée par des idéologies qui lui sont totalement étrangères et opposées), nous ne pouvons que remercier les organisateurs de ce colloque d'apporter quelques heureuses lumières sur bien des zones d'ombre préjudiciables à un réel entendement et à une connaissance objective de la « Matière Celtique » et de ce qui l'anime et l'animera en ce qui fut, est et sera...

 

Cet effort sapientiale qui vise à mettre à la portée du plus grand nombre le fruit maturé de nombreuses et récentes recherches est à soutenir par une participation grandissante de tous les acteurs et actrices de la « Druidité » pour consolider, étoffer et faire évoluer leurs propres capacités et facultés à transmettre au mieux les arcanes de la Tradition et à donner à leurs pratiques un sens toujours plus en adéquation et toujours plus en « approches» de l'Essence de la dite Tradition...

 

Toutefois, l'étude pluri-disciplinaire de la pensée celto-druidique ne saurait se figer dans la connaissance « historique » et « scientifique » des données et informations révélées avec rigueur et exigence.... (Au risque d'enfermer la dite Tradition dans une forme d'orthodoxie qui en étoufferait et assécherait l'Âme.)

 

Elle constitue une base indispensable qui fonde et forge d'autres construction de sens et d'intelligence basées sur la loi d'Evolution laquelle requière en ses développements de faire appel aux ressources de l'inspiration, de la créativité, de l'imagination et de l'innovation soit de faire appel aux vertus et valeurs « bardiques » et « sacerdotales » de la Tradition laquelle ne faisait pas de différence entre tous les arts et les autres disciplines humaines....

 

La Tradition est un tout, singulier et pluriel, dont les parties et fragments explicitent l'unité et la cohérence dans leur diversité de formes et d'expressions...

 

Est « Magie » ce qui amène un corps, un « état », à transformation progressive à travers une alchimie faite de sens, de conscience, de connaissance et d'intelligence...

C'est en fait une « Spiritualisation » de la « Matière » qui dégage d'elle même ses corps les plus subtiles et ce, en toute liberté, responsabilité, force, énergie, lumière... Cohérence et Conscience...

 

Est Rite ce qui met en mouvement, en vie, en chant, en danse, en poésie, en don, offrande et prière, le cœur de l'Univers...

 

.................................................................................................

 

Comme l'année dernière, de nombreux frères et de nombreuses sœurs en provenance de diverses clairières et de divers collèges ont soutenu cette initiative et participé grandement de son succès...

 

Pourquoi ne pas envisager lors de se retrouver après le colloque entre 20 h et 23 H par exemple voir le samedi 12 novembre en un lieu convenu pour débattre ensemble du dit colloque et des perspectives offertes en 2017 à l'ensemble de la Tradition et de ses représentants ?

 

................................................................................................



22/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres