Les dits du corbeau noir

Yoga DRUIDIQUE ( approche ) Bran du

« YOGA DRUIDIQUE » Approche Bran du   Mars 2012 (Equinoxe de printemps)

Il s’agit de mettre en place une gestuelle corporelle qui s’inscrive à la fois dans la croix druidique, dans la posture du Dieu Cernunnos sur le chaudron de Gundestrup, (dans l’univers donc de la pensée celtique), dans la roue de l’année et les rituels qui l’accompagnent et dans une représentation de l’art celte laténien apparenté a ce que l’on appellera par la suite l’homme de Vitruve ( Léonard De Vinci)

Ces postures et gestes sont aussi préconisés pour retrouver son « centre », son équilibre, son harmonie, sa « juste place, son point médian et médiateur, ses facultés de maîtrise, une paix et clarté intérieure…

S’insérer dans le cercle tracé : s’y inscrire en quintessence…

La première position : elle consiste à se tenir physiquement, mentalement, symboliquement et analogiquement dans un « cercle » qui nous entoure et qui nous enveloppe et enceint…

Nous sommes dans la verticalité,  les pieds écartés raisonnablement bien en appui sur le sol de façon à pouvoir « osciller » sans perdre notre équilibre…
Avec le bras gauche et de bas en haut nous tracons un segment du cercle puis le bras droit prend le relais du gauche, poursuit le « tracé » et boucle la boucle et ce, de haut en bas…

Nous sommes donc dans ce cercle qu’épousent nos deux pieds et que tiennent nos deux mains soulevées quand nous les portons en appui vers lui… Insérer dans cette matrice nous formons le nombre 5 soit la Quintessence (4 + 1) les quatre points cardinaux alliés au centre et dépendant de celui-ci en leur intersection exacte et régulière…

Nous reposons par les pieds sur le cercle et tenons celui-ci en nos deux paumes levées à mi hauteur…   Ayant pris conscience de notre juste place dans le cercle et de sa présence qui nous enceint nous allons pouvoir de ce mitan, de ce point médian que nous avons formé, animer et mettre en mouvement diverses « chorégraphies »…

Verticalité et horizontalité :

Pour signifier que nous sommes en assise, en fondement,dans le tellurique (avec nos pieds-racines) nous allons lever nos mains et bras en les détachant de notre corps pour les monter dans le prolongement vertical de celui-ci et ce de part et d’autre de notre enveloppe corporelle… (Nous formons une colonne, un I, un pilier en quelque sorte ). Nous prenons conscience de notre parfaite verticalité en ramenant de même nos bras vers le bas de notre corps également de part et d’autre de celui-ci, et en « collant » nos deux membres dans cette même droiture…. Pour exprimer de même l’horizontalité nous allons aussi écarter les bras et les mains à hauteur de nos épaules et former l’horizon dans cet « écartèlement »…

Mise en relation des plans telluriques et cosmiques :

Pour renforcer l’idée que nous puisons dans les forces telluriques et en recevons les énergies, nous allons, à partir de la posture « d’horizontalité », tourner nos deux paumes bien tendues face à la terre puis pour manifester aussi notre lien avec le cosmique nous allons retourner nos deux paumes vers le ciel qui va déverser en elles ses flux, ondes et énergies… Nous sommes ici en position de « récepteur » et de « capteur »….

Mise en rapport et conciliation des « forces, énergies et lumières » :

Pour signifier que nous souhaitons mettre en rapport l’ensemble de ces forces et les concilier,  les harmoniser et réguler en nous-mêmes (à partir du produit bénéfique de leurs complémentarités) nous allons confier à la paume gauche le soin de se mettre en position de réception  tellurique et à la droite celui « d’absorber » le cosmique… Tout cela sur la ligne « d’horizon »… Puis la main gauche va s’abaisser vers la terre et la droite va s’élever vers le ciel. ( Montée et descente des bras sont toujours à « mi-hauteur »).  (Les paumes toujours bien tendues et ouvertes/offertes )… En branchement « d’éther » et en branchement « de terre » de part et d’autre, je mets en relation , en conjugaison et en connexion ces deux « énergies »…. Pour cela je fais monter puis descendre bras gauche et main droite en un mouvement simultanné de « balancement » et de « contre balancement » en inversant le sens de mes paumes quand un bras descend et que l’autre monte… Par l’antenne de mes paumes et de mes bras, levés et abaissés alternativement, j’exprime dans cette alternance de positions que ce qui est en haut et comme ce qui est en bas et inversement…

Incarner le Centre :

Je vais maintenant « symboliser » le Centre de la Croix. Je ramène mes bras et paumes devant moi à hauteur du cœur et, avec mes mains, je forme la dite croix en mon « centre ». Sur la paume gauche tenue verticalement je superpose la paume droite tenue de même mais dans l’autre sens et en direction opposée. Cette superposition exprime bien alors la dite croix et son intersection centrale…Main sur main l’une horizontale, l’autre verticale, mon point médian est alors « ordonné » et j’en suis le médiateur…

L’offrande de la coupe, du lotus et de la rose…

Je vais ramener mes deux bras le long du corps puis, en même temps, je les porte au « point d’intersection » précité et je forme toujours devant moi, toujours à hauteur du cœur, une coupe ouverte avec mes deux paumes rapprochées et creusées… Je vais alors lentement et en toute conscience élever cette coupe vers le ciel et la lumière et faire offrande de la corbeille de mon corps, de mes pensées, de toutes mes vibrations aimantes et joyeuses… (Comme une rose ou un lotus ouvrant leur calice pour offrir leur parfum au soleil et à la lumière et recevant en retour l’offrande solaire et céleste…)

La salutation druidique :

La main gauche placée à hauteur du cœur, je pose trois doigts écartés sur ce dernier et de la main droite levée à mi hauteur, paume levée vers le ciel (attitude de réception), en ayant aussi écarté trois doigts, je me branche, me connecte, sur la source solaire et lumineuse…  (En silence ou par la parole ou le chant, j’instaure ma relation sacrée.)  

 
Cernunnos : l’être en son point d’équilibre et d’harmonie. La sapience, la sagesse en assise…

Reproduire la posture du maître de la vie et de la mort, de tous les règnes….                              Nous sommes en assise sur notre « fondement », assis donc en tailleur le buste et le torse droit ( sans tension ) et élevons à hauteur des épaules nos deux bras  comme si nous allions accueillir la visite de l’essentiel, du primordial, de l’harmonie, de la « Grande paix »…

 

Nous imaginons alors tenir un « torque » dans la main droite et un « serpent à tête de bélier » dans la main gauche…. La connaissance et son principe fécondant d’une main et « l’outil » sacré de tout cheminement humain et spirituel, de l’autre, j’ai pleine conscience de la « sagesse » qui prend corps et respiration dans tout mon être charnel et sensible…

 

J’ai maîtrise des flux et des ondes qui circulent et s’enspiralent autour de mon axe…   Je suis Cela !… Je suis dans la Grande Respiration de l’Univers… Mon souffle paisible et régulier se conjoinr au Souffle Créateur…

…………………………………………………



12/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 413 autres membres