Les dits du corbeau noir

UNE PRETENDUE TRADITION DRUIDIQUE... ETUDE BRAN DU 2016 22 11 NOV

 

Sources : Triades, Bardes et Druides dans l'Histoire et l'Imaginaire.... Philippe Jouet  Label LN éditeur

 

 

« … La prétendue Tradition Druidique Indo-Européenne néo druidique n'a pas grand chose à voir avec ce qui était la raison d'être des Druides antiques ; l'entretien de la Tradition d'un peuple au service de ses institutions propres."..

 

Nous sommes parfaitement d'accord sur ce point pour la bonne et simple raison « qu'il n'y a pas de société celtique sans druides, ni de druides sans société celtique » ; les uns n'allant pas sans l'autre et inversement comme l'a parfaitement souligné CH J Guyonvarc'h in les Druides...

 

La société celtique (comme la civilisation celtique) a été recouverte par la romanisation, la christianisation puis les invasions germaniques par la suite etc...

Elle n'a plus historiquement d'existence, même si elle demeure en plus d'un réservoir de mythes et d'archétypes, de concepts philosophiques et spirituels, un substrat ayant participé à la gestation puis à la construction de ce qui deviendra l'Europe à travers les étapes tumultueuses et plus que tourmentées de ce que l'on appelle l'Histoire...

 

An-historique en son Essence, Anima et Principe, elle reste un vecteur et un facteur de paix sociale, d'échanges culturels, de solidarité et d'entraide, de rapports symbiotiques avec tout le vivant, de stimulations et d'inspirations créatrices, de relations plus harmonisés entre les polarités masculines et féminines...

 

Tout ceci basée sur des valeurs que partagent tous les « Peuples Premiers de la Terre...(Tous victimes justement dans leur « Histoire » de phénomènes souvent cruels « d'acculturation » fomentés cyniquement par des « Etats Nations » imposant leur diktat par la violence physique autant que psychique !)...

 

Mais, revenons sur le haro lancé sur les tenants du néo-druidisme contemporain....

 

« ...Or, de deux choses l'une ; où l'on se revendique d'un druidisme authentique, fut-il néo-druidique et l'on respecte la filiation celtique qui va de soi, ou bien on universalise le druidisme, qui n'est plus qu'un mot creux, une coquille vide, une fantaisie para-religieuse de déracinés. » A. Bothorel

 

« Respecter la filiation authentique. »...
Nous avons (avec pertinence et sans avoir besoin pour cela d'une docte remontée intempestive de bretelles) que l'institution druidique (pour autant qu'elle ait réellement existé en tant que telle sous cette forme) a été totalement éradiquée et qu'elle ne saurait avoir survécu sous quelque forme institutionnelle que ce soit en tant que telle...

 

Il n'y a pas de « lignée druidique » assumant et assurant une continuité à travers les siècles et les générations et dépendant d'une organisation fut-elle secrète ou clandestine...

 

Mais, il y a bien d'autres vecteurs et supports de transmissions d'une Tradition (qui a d'ailleurs vocation a être transmise) que celle qui ferait référence à une communauté de survivance dûment organisée pour cela et se succédant dans le déroulé des siècles et des générations...

 

Le cas du bardisme est très pertinent, car cette « institution » (communauté organisée ayant en quelque sorte ses statuts et règlements spécifiques) se revendique comme étant pour ce qui concerne le Pays de Galles et Irlande, un véhicule de la Mémoire ancestrale et dépositaire de l'oralité de Celle-ci...

 

Malgré des altérations et des recouvrements plus « tardifs » dus à la chritianisation et aux censures ou vernissages appliqués lors de la mise par écrit du corpus de « la Science des Anciens » (Senchus Mor), nous possédons un masse de « matériaux » que nous pouvons appréhender par le concours de l'Esprit afin d'en extraire des éléments non négligeables de compréhension...

 

Mais, ils aient d'autres sources et souches d'entendement et de connaissance qui sont celles dont disposèrent, hier, tout comme nous, aujourd'hui, les Grands Anciens et Grandes Anciennes, c'est tout ce qu'offre avec abondance et générosité à notre compréhension intime et profonde la Grand livre de la Nature et de l'Univers et les « Lois » qui président à sa lecture...

 

Leurs conceptions (après études, analyses, synthèse, déductions, inspirations, expérimentations...) relevaient de leurs longues et patientes autant qu'exigeantes observations des Lois physiques et "métaphysiques"  qui régissent et ordonnancent  tous les "Mondes"  ; approches que la physique moderne autant physique que "quantique" effectue elle aussi, sans opposition majeure sur le fond, se heurtant sur le "Pourquoi" et progressant peu à peu sur le "Comment" des plus grands mystères qui soient...

 

Il y a une « Matière de Bretagne » et tout autant une « Matière celtique », mais l'une et l'autre ne sont, n'ont d'existence, de réalité, que par ce qui les a fondé culturellement, philosophiquement et spirituellement...

 

Ce qui fait la fonction « bardique », sa pérennité, son Essence et son Anima, c'est L'AWEN, soit le Souffle inspirant qui fait de la parole du Poète un Flot noble et une digne Flamme apparentés à Une Force, à une Energie et à une Lumière dont le Point Source et la Racine Souche demeurent au-delà de nos capacités humaines...

 

 

Est-ce que l'Histoire est de nature à faire disparaître Cela ?

Est-ce que cela n'est plus accessible, en son approche, au commun des mortels que nous sommes ?

Je dis NON, bardiquement NON !...

 

C'est aussi pour cela que j'ai proposé de sortir de la dénomination « druidisme » (un nom masculin se rapportant à la religion des anciens Celtes) pour aller vers une notion d'état (qualité et manière d'être) (une manière aussi de se tenir debout dans la verticalité des Etoiles), appelée l'Etat de Druidité (Une façon, intellectuelle, physique, morale, effective, d'être, de concevoir, de vivre et de mourir, d'animer, de se relier et de communiquer, de mettre en œuvre, de créer, de partager, de rencontrer, de découvrir et d'explorer, de cheminer, de naviguer, de voyager, d'assumer une liberté conscience, éclairée, lucide et responsable envers tout le vivant et son devenir.)...

 

La Druidité, la «Pensée des Anciens Celtes » voir les Concepts ou Croyances Celtiques sont des dénominations des plus recevables...

 

En quoi, pourquoi, par ailleurs, cette Pensée devrait être plastifiée sous cellophane ou invitée à faire des « bulles de savon », alors qu'elle est parfaitement fondée à se tourner vers l'Universel et en premier chef vers la vaste diaspora indo-européenne ; elle-même connectée à des dimensions cosmologiques qui sont autant de bases partagées d'entendements majeurs ?...

 

Pour Iolo Morganw, «...Les anciens druides auraient été avant tout des enseignants de tout le peuple et non seulement de petits groupes d'initiés. Tels auraient du être les bardes modernes éveilleurs de peuples. »...

 

Certes, mais une croyance, une conception spirituelle déterminante, reconnue, acceptée, validée peu à peu, par des communautés humaines ne s'établit pas sur un vaste territoire du jour au lendemain...

 

Il faut bien un commencement ou un rejaillissement à tout, tout en sachant que le propos et la visée du bardisme contemporain et de la pensée qui l'actionne, l'inspire et le conduit n'ont pas vocation au prosélytisme, mais valeur de témoignage (le plus authentique et exemplaire possible) de l'adaptabilité et de l'actualisation d'une Sagesse qui entend apporter, avec d'autres « Traditions », son humble, mais pertinent concours à un réel changement de paradigme sociétal...

 

Le bardisme contemporain a toujours, et plus que jamais en ces temps o combien chaotiques, valeurs «d'enseignement » et de « transmission » en laissant à chacun et à chacune son libre arbitre, son libre choix, ses libres critiques, face à ses « propositions » et « invitations »...

 

Il ne se masque pas les yeux et connaît ses travers, ses manquements, ses distorsions et dérivations, ses discordances et dissonances internes... Il admet volontiers ses imperfections, ses turbulences fonctionnelles, ses difficultés à se fédérer sur l'essentiel, sa propension à manquer d'exigence, son incapacité à éviter les récupérations idéologiques et charlatanesque qui défigurent son visage, sa réalité et ses intentions autant nobles que dignes...

 

IL sait très exactement cela... Il sait qu'il traverse dans le temps et dans l'espace imparti son propre passage d'ABRED et que cela ne se fait pas sans les contraintes et nécessités inhérentes à ce difficile (et hivernale) passage ; il sait qu'il est, qu'il sera demain encore confronté à des forces hostiles, malfaisantes et malveillantes qui s'opposeront sans cesse à ce qu'il accroisse le vrai, le beau, le juste, l'équitable afin de mener ceux et celle qui lui font alliance, espérance et confiance sur une sente de pleine Lumière...

Il mènera vaille que vaille le combat entre deux rives !...

 

Mais il est vrai et certain que les propos tenus et leur excès ne relèvent en rien d'un esprit bardique éclairé et sage, mais d'un regard extérieur et polémique (qui a par ailleurs ses valeurs propres et respectables) à qui il manque cependant et singulièrement d'être visité par le dit Awen pour en comprendre et percevoir en leur sein l'Eau et la Flamme qui forgent et fondent le corps, l'âme et le coeur des Celtes d'aujourd'hui...



22/11/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres