Les dits du corbeau noir

DEUX NOUVELLES BRAN DU 2016 21 11 NOV

Deux courtes nouvelles    Bran du       Novembre 2016

 

 

 

 

Montréal...

 

Ils étaient plutôt éméchés après un week-end à siroter bière sur bière... Ils étaient trois entre la trentaine et la cinquantaine, guère plus vieux, à rire, à plaisanter grassement dans la cabine d'une camionnette aménagée pour la chasse...

Ils ne cessait de tourner autour de la place principale du vieux quartier de Montréal...

A l'arrière du véhicule, ils avaient suspendu, avec des cordes, la tête, encore poisseuse de sueur et de sang, d'un élan abattu la veille... Le reste du corps gisait à terre, des mouches tournant autour...

 

C'était presque obscène que cette scène de sauvagerie gratuite alors que cela aurait demandé une grande humilité et un profond respect ; les Anciens et les Anciennes seraient rentrés en silence, auraient remercié pour cette vie offerte ; auraient offert la sauge et le tabac en compensation du prélèvement opéré...

 

Mais, c'étaient là les « nouveaux chasseurs » exposant leur stupidité, leur orgueil, leur déconsidération du vivant...

 

Ils ne se rendaient pas compte que c'étaient eux-mêmes qu'ils avaient traqué dans les épinettes depuis l'aube levée...

 

C'était leur propre tête, vulgairement exposée à la vue de tous et de toutes ; qui tournait inlassablement dans une urbanité grouillante pour qui ce qui est sauvage n'a pas de raison d'exister ; amérindien y compris !...

 

 

 

 

 

Armand...

 

Babel de son nom. C'était un comédien. Il avait tenu plusieurs rôles dans différentes séries télévisées ; des rôles dits secondaires mais qui, parfois, valent bien les premiers !...

 

Je ne lui ai pas connu d'autres métiers...

La guitare sous le bras, il écumait, en noctambule, les hauts lieux de la chanson populaire (en compagnie d'autres larrons comme Vania  Adriensens, Bremond et Merrillon...)

 

Ce furent des années durant, des années de « manche » dans les caboulots de la Butte aux Cailles, ceux de Montmartre, le «Temps des Cerises», le "Lapin agile"...

 

En 68 , ils s'étaient tous retrouvés sur le haut des barricades faisant de nouveau flotter au vent de la révolte les airs libertaires d'une fraternité inaliénable ; la bannière teinté de rouge de ceux et de celles qui savent encore ce que veut dire le mot frère, le mot justice et le mot liberté...

 

 

Un jour vînt cependant où Armand dut rendre son « dernier souffle »... et cette fois ce fut pour de vrai !...

 

Il faut vous dire qu'il présentait sur scène un sketch de son invention qui consistait, pour un individu à l'agonie, de rendre en effet son « dernier souffle » en le faisant entrer au moment crucial … dans un matelas pneumatique (afin de la conserver à l'abri au cas où.)...

C'était là, en fait, une forme de concept particulier et personnel abordant, très philosophiquement, très métaphysiquement, le thème majeur de l'immortalité !)...

 

On a enterré Armand, enfin le pensons-nous...

Cependant... Une fois l'inventaire de ses biens effectué par sa parenté, on constata, avec étonnement, que le « matelas » avait totalement et mystérieusement disparu !..



27/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres